AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Your heart's too big for your body

Partagez
Corbeau
avatar


He doesn't think I'm that fucking dumb does he?
« Popping, popping balloons with guns, getting high off helium. We paint white roses red, each shade from a different person's head»
Messages : 75
Date d'inscription : 31/03/2016

Message par Ciara Ó Ceallaigh le Jeu 21 Juil - 11:35

Revenir en haut

Your heart's too big for your body
-




24 février


L’après midi était plutôt tranquille, Ciara était à son travail, discutant tranquillement avec son collègue entre deux commandes. Ils débattaient longuement sur des choses sérieuses tout comme cela pouvait être à propos du dernier jeu vidéo tendance. Parler avec Ciara n’était pas difficile, elle s’intéressait à beaucoup de choses et avait toujours des remarques pertinentes à faire et puis de toute façon quand on s’ennuyait ainsi, toute conversation était bonne à prendre. Dehors, il pleuvait, des torrents diluviens ce qui justifiait le fait que les gens ne sortaient pas et que les quelques clients qui rentraient attiraient très facilement l’attention sur eux.

Elle reconnu Eoin entrer, un homme qui avait l’habitude de trainer dans ce pub et qu’elle avait rencontré depuis peu puisqu’elle n’était là que depuis quelques temps. La jeune femme avait été particulièrement touchée par son attitude, elle n’avait pas l’habitude de voir des personnes venir ici ayant le visage décousu. Ce pub n’était certes pas attrape-touristes mais la plupart des Irlandais venant savourer une bière étaient des collègues après leur travail. Ciara avait eu l’occasion plusieurs fois de discuter avec lui, usait de son aura originale avec l’espoir de lui tirer toujours un sourire. En vain les premières fois, il faut dire que Ciara peut être particulièrement effrayante sans réellement en prendre conscience malgré le fait que cela parte d’un bon sentiment. Elle se demandait ce qui tournait autour de cet homme étrange, quelles choses affreuses il avait pu vivre. Elle se voyait à travers lui, quelques semaines auparavant et depuis qu’elle avait rencontré Aodh, qu’elle était entrée dans le XIII, les choses étaient bien différentes.

Ciara qui était derrière le bar à nettoyer les verres se vit interpeller par son collègue. Elle lui répondit qu’elle l’avait déjà vu et qu’elle allait le voir, attendant qu’il s’installe d’abord à son aise contre le meuble. Ciara n’était pas affublée de manière très originale, bien au contraire, elle n’était plus un arc en ciel depuis qu’elle n’était plus bloquée psychologiquement à ses douze ans et bien des gens autour d’elle avaient pu le remarquer. Néanmoins il restait toujours ses cheveux bicolores, elle s’était habituée à cela, et n’était pas prête à changer de style capillaire

« Salut ! » fit elle en passant près de lui, réglant la télévision sur quelque chose de plus gai que les dernières informations du monde qui laissaient à désirer ces derniers temps.

Elle lui adressa un large sourire, observant les traits fins de son visage et ce regard mystérieux cachant tout un monde qu’il ne laissait entrevoir.

« Un rhum antillais, comme d’hab ? »

Ciara savait d’hors et déjà qu’il dirait oui, alors elle s’empressa de sortir un verre pour lui préparer sa commande et la lui donna avec un sourire. En se redressant, elle perdit son regard sur la télévision qui montrait un documentaire animalier sur les girafes. Ciara écouta les quelques information que le présentateur donnait sur ces grands animaux que Ciara n’avait jamais vu en vrai. Il annonça alors que les girafes avaient une langue de 45 cm de long, ce qui amusa la jeune femme. Un large sourire étirant ses commissures, elle adressa un regard à Eoin

« Même plus besoin de fabriquer des pailles avec ça, tu le fais tout seul !! »

Ciara tira la langue, formant un cylindre avec celle-ci pour illustrer ses propos avant d’étouffer un rire et de retourner à l’autre bout du bar pour servir un client.





copyright acidbrain
Frère des Sciences
avatar


© TAZER.
 
Eoin's theme
Messages : 5
Date d'inscription : 11/06/2016

Message par Eoin Zweig le Lun 22 Aoû - 21:59

Revenir en haut
Your heart is too big for your body
Ciara & Eoin
“Il vaut mieux avoir affaire aux corbeaux qu'aux flatteurs, car ceux-ci dévorent les morts et ceux-là les vivants.” ▬ Antisthène



Eoin ne faisait pas partie de ces citoyens au goût prononcé pour l'aventure, la curiosité, ou bien encore les surprises. Quoique ayant parfois envie d'un peu changer d'air, il n'étouffait aucunement dans sa routine tant que celle-ci lui convenait à la lettre. Il aimait se lever à la même heure chaque jour, boire son café de la même manière - noir, corsé, peu de sucre, aussi amer que lui-même - et, chaque lundi et jeudi soir, traîner son élégante carcasse sombre jusqu'à ce pub, toujours le même, pour s'asseoir idéalement à la place qu'il préférait. Ne se contentant d'une autre que si celle-ci fut occupée, non sans l'agacer légèrement, ce qui provoquait une crispation au coin de ses lèvres sous un regard d'acier froid planté dans celui de l'indésirable. La personne ainsi visée répondait, en général, par des yeux arrondis d'incompréhension, qu'Eoin ignorait pour aller s'installer, légèrement maussade, sur un second siège.

Ce jour-ci, il avait sa place favorite. Non loin du bar, près du feu de cheminée qui réchauffait son dos humide par la pluie, mais à la fois tournée vers la fenêtre, par laquelle il pouvait observer l'averse s'abattre sur les pavés irlandais. D'une main tendue, il vint lisser ses cheveux trempés, y remettant un semblant d'ordre avec ses doigts, ses iris bleus s'obstinant à regarder les gouttes sur la vitre. Seule la voix enjouée de la nouvelle serveuse le sortit de sa rêverie, le faisant presque sursauté. Eoin dut faire un sérieux effort pour éviter de la foudroyer sur place et se força à un maigre sourire, suivi d'un hochement du menton, pour confirmer sa commande que la demoiselle avait deviné. Le fait qu'il soit si prévisible avait un petit quelque chose de vexant, quelque part, mais il était ainsi. Pourquoi le nier ou se sentir frustré d'être vu comme il était ? Il surveilla, sinistrement silencieux, les mouvements de jambes et de hanches de la jeune femme, ainsi que ses gestes lorsqu'elle sortit une bouteille de rhum des armoires pour lui verser une bonne rasade dans un verre bien propre, comme il l'exigeait. Elle revint, toujours sous les faisceaux de ses yeux scrutateurs, et, à peine déposa-t-elle la boisson, que sa main, telle une serre, vint s'enrouler autour pour la porter à sa bouche. Il claqua doucement de la langue et émit un demi-sourire.

- Je vous remercie, mademoiselle.

Il but une deuxième fois, avant de déposer le verre à large bordure sur la table. La pluie s'intensifiait, dehors, sans qu'elle n'ait l'air de vouloir se calmer. Mais Eoin s'en fichait. Ce soir était l'apothéose d'une journée de plénitude parfaite, et il comptait bien rester tard, à laisser ses pensées divaguer avec l'aide d'un peu de rhum. C'était un jeu dangereux, pour lui comme pour les autres, car l'alcool avait l'art d'intensifier les émotions. Toutefois, confiant, Eoin avait envie de s'adonner à son vice, surtout après un jour tel que celui-ci ou aucun fait n'était venu le mettre en colère ou l'attrister... Il se sentait aussi serein que la surface d'un lac. Qu'est-ce qui pourrait le déranger, qui plus est, dans un endroit pareil ?
 



© Gasmask

La date/heure actuelle est Sam 19 Aoû - 1:53