AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Au clair de la Lune

Partagez
Corbeau
avatar


He doesn't think I'm that fucking dumb does he?
« Popping, popping balloons with guns, getting high off helium. We paint white roses red, each shade from a different person's head»
Messages : 75
Date d'inscription : 31/03/2016

Message par Ciara Ó Ceallaigh le Lun 25 Avr - 22:28

Revenir en haut
 
Au clair de la Lune
-

« J’appelle la police, tiens la » !
« Vous me faites maaaaal ! » Pleurnicha Ciara comme si cela pouvait changer quelque chose.

Elle avait soudainement paniqué à l’entente d’un appel de la police pour la faire coffrer. Avec tout ce qu’elle faisait derrière cela risquait de mettre sa couverture à mal. Elle avait toujours bien couvert ses arrières, il n’y avait aucune preuve pour l’accuser des crimes qu’elle avait commis, toutefois elle savait les techniques de la police suffisamment utile pour qu’ils puisent comprendre qu’elle avait des choses à cacher derrière son minois d’ange. La jeune femme ne pouvait pas se laisser embarquer au risque de tout foutre en l’air en encore plus d’être livrée aux mains d’une organisation. Elle n’avait rien contre la garde mais puisqu’ils travaillaient avec le conclave, ils étaient potentiellement dangereux pour elle et ses ambitions.  

La jeune femme réussi à mettre un coup dans les bourses de l’homme qui la tenait en ayant posé son pied sur son visage avant de lui mordre violemment le bras.  Elle n’avait pas pu s’en empêcher, c’était ses instincts d’animal qui parlaient pour elle et puisque c’était la pleine Lune, elle était particulièrement agitée. Ciara ne s’était jamais transformée complètement et avec le talisman qu’elle portait constamment autour du cou, cela n’était pas prêt d’arriver. Néanmoins elle pouvait acquérir quelques facultés, particulièrement lors de la pleine Lune qui lui furent à ce moment là bien utiles. Ciara se libéra de l’emprise de l’homme, laissant tomber la grosse liasse de billet qu’elle venait de voler dans la caisse après avoir profité d’un regard en arrière du propriétaire des lieux. Elle n’avait jamais eu envie que cela finisse comme ça et qu’on la prenne la main dans le sac.

« Attrape-la !!! »

Ciara se mit à courir dans la petite supérette, puisque l’entrée était bloquée par le propriétaire le temps qu’ils ne règlent le problème de cette petite voleuse, elle n’avait d’autre choix que de trouver une autre issue. Ses semelles crissaient sur le carrelage, d’un geste en passant le bras elle fit tomber des étalages boites de conserves et céréales en tout genre. La lycane trouva même ce jeu amusant alors qu’elle avait toujours rêvé de foutre le bordel dans un magasin. En passant par les liquides, elle laissa se déverser sur le sol les bouteilles de vin qui s’étaient brisées par terre. Ciara étouffa un rire, se laissant même loisir d’aller faire un tour du côté des rouleaux d’essuie cul, perçant le plastique pour balancer les rouleaux un peu partout. Elle faisait tourner en bourrique ces deux hommes qui ne faisaient que se casser la gueule à tour de rôle en voulant l’attraper. Ciara monta agilement sur les étalages, s’accrochant aux quelques décorations suspendues avant de se laisser retomber deux allées plus loin. Puisqu’elle les avait semés, elle pouvait regagner la sortie, elle aurait le temps de défoncer les portes.

Courant de tout ce qu’elle pouvait malgré l’essoufflement, la jeune femme se retrouva à l’entrée et déchanta très vite. Il y avait plusieurs flics qui l’attendaient, armes braquées sur elles alors que les gyrophares éclairaient son visage devenu soudainement moins joyeux. Elle se maudissait de s’être laissée emportée par le jeu, encore une fois par un désir primitif tel un chien-chien jouant avec sa baballe. Ciara leva les mains en guise de coopération mais fut soudainement fauchée. Le propriétaire s’était jeté sur elle, la faisant tomber au passage et lui asséna un coup de poing dans le visage. Par ce geste, l'agitation se fit de plus belle, les flics rengainèrent leurs armes. Ciara eu tout juste le temps de se dégager et de se frayer un chemin.

Elle sorti alors du magasin, poursuivie par les flics et grimpa partout où elle pouvait grimper pour les semer. En quelques minutes elle se retrouva seule, à l'orée d'un bois où elle voyait au loin la voiture de police sur sa trace. Ils ne la trouveraient pas, elle était tranquille et pour en être sure, elle allait rester dans ce bois pour le reste de la nuit.


copyright acidbrain
Spécialiste
avatar


© TAZER.
 
Messages : 124
Date d'inscription : 21/08/2015
Mon personnage :
Race : Lycan
Groupe sociétal ou indépendant : La Garde
Âge actuel : 34 ans
Situation amoureuse : Célibâtard
Emploi dans le monde des humains : Lieutenant dans la police dublinoise, au Bridewell Garda (quartier Cabra)
Informations : Spécialiste dans la Garde ; il est apprécié pour son efficacité mais détesté par certains à cause de son caractère et de ses manières discutables.
Est l'un des parrains de sa Famille et lieutenant dans la police au Bridewell Garda.

Message par Aodh Ò Murchadah le Mar 26 Avr - 21:25

Revenir en haut
Au clair de la lune
Ciara & Aodh
“Tu sais ce que c'est la mélancolie? Tu as déjà vu une éclipse? Et bien, c'est ça: la lune qui se glisse devant le coeur, et le coeur qui ne donne plus sa lumière. La nuit en plein jour.” ▬ Christian Bobin



La lune montait, Aodh grondait, de joie. Sous sa forme bestiale, son corps se mouvait parmi les ombres, ombre lui-même, dans un silence impeccable, se frayant un chemin parmi les nombreux arbres de la forêt entourant Dublin. L'Irlande avait cette particularité fort appréciée de ceux de son espèce : le pays entier était recouvert de régions boisées, lorsque ce n'était pas des plaines à perte de vue. La nature, verdoyante, rongeait chaque parcelle de cette immense île, offrant aux animaux comme aux lycanthropes un énorme terrain de vie pleine de richesses. Aodh avait, de par ses fonctions, rarement l'occasion de profiter de cette aubaine, lui qui subissait chaque mois l'appel déchirant de la lune ronde et blanche, le suppliant presque de chanter avec lui et de laisser libre cours à ses instincts primaires. Bon nombre de fois Aodh eut dû réprimer ses pulsions, souffrant le martyr durant une nuit complète, non pas qu'il ait du mal à ne pas se transformer, mais parce qu'il était atroce pour un lycan de ne jamais abandonner sa part humaine durant autant de semaines, de mois. Ce soir, cependant, la chance lui avait souri. Aucune responsabilité ne l'incombait plus que d'habitude et il s'octroya, enfin, une nuit pour lui-même.

Malgré le fait de savoir qu'il risquait fort bien de perdre le contrôle, en partie, il ne pouvait plus se retenir. En effet, après autant de lunes à se retenir, il allait réagir comme un drogué qui assouvissait sa peine du manque avec une dose ; elle serait forte, très forte, et provoquerait une réaction corporelle relativement spectaculaire. Il sortit de chez lui et se mit à déambuler dans les ruelles de Dublin, au crépuscule, guettant le premier rayon de lune qui viendrait lui caresser le visage. Il devait avoir l'air d'un fou à errer ainsi, le nez en l'air, le souffre court, le pas vif et hésitant à la fois. Des reflets rougeoyants, à qui pouvait le remarquer, éclaboussaient de temps en temps son regard à mesure que la lune apparaissait, tel un fantôme céleste, dans le ciel de plus en plus obscur. Les derniers traits de lumière, dorant le dessous des rares nuages, finirent par s'estomper, et, à ce moment-là, le cœur d'Aodh implosa littéralement. Ignorant totalement les œillades abasourdies des quelques personnes présentes dans les parages, il se mit à courir tel l'amok de Malaisie jusqu'à atteindre un lieu bien moins fréquenté, en lisière de forêt. Finalement, avec un sentiment libérateur des plus grisant, il laissa tout son être se métamorphoser. Plusieurs minutes plus tard, le voisinage put entendre le long et lugubre chant d'un loup.

Courir, courir, courir, à n'en plus pouvoir respirer. La vision floue, la conscience fragile de lui-même, Aodh se mit en chasse. La moindre odeur le faisait bifurquer parmi les troncs pour ensuite bondir sur un animal quelconque et l'attraper entre ses griffes. Il dévora lapins, oiseaux et autres bestioles sans aucune distinction ni aucun repos durant plus d'une heure. Comme prévu, il dégénéra, partant dans les excès, arrivant à peine à s'arrêter de cavaler ainsi. Sa soif de sang et sa rage animale l'engloutissaient complètement et son âme humaine galérait véritablement à rester assez en surface pour ne pas qu'il perde la raison et ne tue autre chose que des animaux. A plusieurs reprises, il eut des absences, il dut lutter, se reprendre de son mieux, mais la lune restait la plus puissante. Aodh finit par cesser sa course folle pour se loger sur un rocher et, le museau pointer vers sa belle nocturne, il chanta pour elle tout son soûl. La transe le gagna et, doucement, les prémices de l'apaisement arrivèrent.

Un léger bruissement dans le feuillage coupa net sa mélopée, lui arrachant un grondement nerveux. Son ouïe lui permettait d'entendre loin et, à en juger par le faible son, cela devait se trouver à trois kilomètres, à quelques pieds près. Suivant sa curiosité, il se remit à détaler, à un rythme plus modéré cette fois-ci. A mesure qu'il avançait vers le bruit de pas crissant sur les feuilles mortes revenait son goût de la traque et de la chasse. Sauf que, à la place de l'odeur d'une proie, il sentit celle d'un autre de sa race. Qui ne faisait pas partie de sa Famille. Un étranger ou, plutôt, une étrangère, comprit-il aux effluves fleuris. Il s'élança sans attendre à une cadence plus rapide jusqu'à...

Jusqu'à arriver face à la lycane, tout crocs et griffes dehors, après un bond magistral par-dessus des bosquets. Il poussa un hurlement menaçant, grondant de plus belle, l'échine recourbée et ses oreilles de canidés bien droites, ainsi que sa queue, en une attitude qui ne voulait dire qu'une chose : ta présence m'insupporte, ici, c'est chez moi, ma terre que tu foules, et si tu ne pars pas... Je te tue sur-le-champ.




© Gasmask
Corbeau
avatar


He doesn't think I'm that fucking dumb does he?
« Popping, popping balloons with guns, getting high off helium. We paint white roses red, each shade from a different person's head»
Messages : 75
Date d'inscription : 31/03/2016

Message par Ciara Ó Ceallaigh le Mer 27 Avr - 1:43

Revenir en haut
 
Au clair de la Lune
-

Elle n’aurait pas pu tomber pire à ce moment là que de se retrouver nez à nez avec un lycan qui n’avait visiblement pas l’air content. Ciara poussa un hurlement de terreur tout en se recroquevillant sur elle-même pour ne pas regarder la bête. Comment pouvait-il en être autrement ? Le seul qu’elle avait croisé dans toute sa vie avait fini par la mordre et faire d’elle une lycane, visiblement c’était naturel chez eux de ne pas être sympathique et ce n’était sans doute qu’une question de temps avant qu’il ne se mette lui aussi à la dévorer. Le sentait-il qu’elle en était une aussi? Ciara n’en avait aucune idée, n’étant elle-même pas capable de faire la différence. La jeune femme se rendit compte qu’elle n’était toujours pas morte et osa jeter un œil sur la dite bestiole, tremblant de peur. Peut être qu’après tout elle avait une chance de s’en sortir ? Elle se leva doucement, mettant ses mains devant elle en signe de soumission alors qu’elle n’avait jamais eu aussi peur de sa vie depuis le premier. Elle était effrayée, horrifiée et n’avait aucune idée de comment agir pour limiter les dégâts. Elle n’avait pas d’arme sur elle et n’était pas certaine d’avoir la même chance que la seule et dernière fois.

« Tout doux…tout doux… me mange pas… »

Ciara était prise de tremblement, sentant la peur à plein nez alors qu’elle fit un pas de côté, puis un autre. Elle était coincée, regardait à droite et à gauche sans savoir quoi faire puis prit son courage à deux mains et jeta son sac à dos sur le lycan pour l’occuper en l’espace de quelques secondes et se donner un peu plus d’avancer en se mettant à courir de tout ce qu’elle pouvait. Elle s’enfonça dans le bois, galopant tel un guépard en voyant ses capacités humaines décuplées.

Si seulement elle avait su comment s’accepter elle se serait probablement transformée pour lui échapper et courir encore plus vite ou même faire face et se battre – ce qu’aurait certainement fait tout lycan normal d’ailleurs mais ce ne fut pas son cas puisqu’elle ne s’était jamais transformée. Ciara continua de courir à s’en brûler les poumons, jetant des regards derrière elle avec panique jusqu’à accrocher le tronc d’un arbre et y grimper aussi vite qu’un chat. Elle ignorait totalement si les lycans savaient grimper, quoi qu’il en soit, elle grimpa aussi haut qu’elle le pouvait et attendit son heure, quitte à se suicider en sautant de l’arbre elle préférait mourir vite ainsi qu’agoniser en étant dévorée par une horrible bête.

Que faire ? Ciara inspectait le bas de son perchoir avec une angoisse certaine. Ils étaient doués pour flairer, ce n’était qu’une question de temps avant qu’il ne la retrouve. Mais elle ne voyait rien dans la pénombre, les seuls indices qui trahissaient peut être sa présence auraient pu être les bruissements sous le passage de ses pas mais n’entendit rien non plus, beaucoup trop angoissée pour se concentrer. C’est à ce moment là que la branche sur laquelle elle était assise se brisa, la faisant tomber de haut, sa chute amortie par les quelques branches sur son chemin avant qu’elle ne finisse sa course sur la terre ferme. Le choc fut violent alors qu’elle avait atterri face contre terre. Grimaçant, en évitant de faire le moins de bruit possible, elle se retourna pour être sur le dos. C’en était fini d’elle, elle devait accepter sa fatalité. Ce soir là elle aurait dû se faire bouffer par ce lycan et puisque ça n’avait pas été le cas, c’était un autre qui devait s’en charger. Ciara resta allongée, attendant son heure les yeux tournés vers le ciel et le cœur s’emballant complètement sous la panique. Elle se mit à prier, demandant pardon à Dieu pour les nombreux péchés qu’elle avait commis sans jamais être allée se confesser.



copyright acidbrain
Spécialiste
avatar


© TAZER.
 
Messages : 124
Date d'inscription : 21/08/2015
Mon personnage :
Race : Lycan
Groupe sociétal ou indépendant : La Garde
Âge actuel : 34 ans
Situation amoureuse : Célibâtard
Emploi dans le monde des humains : Lieutenant dans la police dublinoise, au Bridewell Garda (quartier Cabra)
Informations : Spécialiste dans la Garde ; il est apprécié pour son efficacité mais détesté par certains à cause de son caractère et de ses manières discutables.
Est l'un des parrains de sa Famille et lieutenant dans la police au Bridewell Garda.

Message par Aodh Ò Murchadah le Mer 27 Avr - 11:20

Revenir en haut
Au clair de la lune
Ciara & Aodh
“Tu sais ce que c'est la mélancolie? Tu as déjà vu une éclipse? Et bien, c'est ça: la lune qui se glisse devant le coeur, et le coeur qui ne donne plus sa lumière. La nuit en plein jour.” ▬ Christian Bobin



Elle était apeurée, l'air d'une souris attendant son heure ultime, roulée en boule sur elle-même et tremblante. L'odeur de la terreur emplit les narines d'Aodh, qui huma avec une certaine délectation ce parfum acide et revigorant. Il claque des mâchoires, en signe d'amusement, savourant son plaisir primaire, mais déchanta subitement lorsqu'un sac à dos le percuta en pleine truffe. Aodh poussa un jappement de surprise, mêlé d'un grondement offusqué et, alors qu'il remit son attention sur sa proie, il la vit en train de s'encourir à toutes jambes. Confirmant ce que son parfum avait déjà trahi, elle courait vite, enjambant de grands bonds les quelques obstacles naturels de la forêt sur son chemin. Aodh la prit aussitôt en chasse, déroulant avec puissance toute sa musculature. Son flair l'aida plus que sa vue, quoique pas mauvaise dans l'obscurité, à la garder dans sa ligne de mire. Pour cause, à un moment donné, il la perdit de vue et stoppa net sa course pour renifler l'air dans lequel il sentait encore l'odeur unique de cette femme-louve.

Il leva sa tête mi-humaine mi-animale vers le haut, lorgnant de ses yeux d'un bleu glacé les basses branches du grand arbre. Elle avait trouvé refuge là-haut, ce qui le fit ricaner intérieurement. Si un loup normal ne peut grimper à un tronc, il en était tout autre d'un lycan qui restait tout de même partiellement humain... Il allait s'apprêter à attaquer l'escalade du tronc lorsqu'il entendit le léger craquement d'une première branche, qui s'intensifia, et fut suivit d'une multitude d'autres bruits de fracas. Aodh se recula à temps pour éviter de se prendre la jeune femme en pleine poire d'un habile pas de côté. Tombant sur le dos, le souffle visiblement coupé par le choc, elle eut l'air un petit temps sonné, durant lequel le lycan en profita pour coincer ses deux bras à l'aide de ses larges pattes. Ses griffes s'enfoncèrent sensiblement dans la chair des avant-bras, lui arrachant un gémissement. Sa face de monstre se pencha vers son visage, un grognement d'outre-tombe vibrant dans sa gorge ; on aurait dit qu'il souriait à sa victoire.

Mais sa mâchoire ne s'ouvrit pas. Sa part humaine reprenait doucement le contrôle de son esprit tandis que, de l'autre côté, sa part animale se sentait rassasié de sang frais pour cette nuit. Les deux combinés le rendirent moins agressif et il se contenta de se lécher les babines avant de s'écarter d'un mouvement vif de tout son buste. Son regard perdit la lueur de rage, devenant plus paisible. Il récupérait le plein pouvoir sur ses émotions, retournant enfin à l'équilibre parfait entre l'homme et le loup. Il émit un grognement à l'adresse de l'autre lycan et se mit à renifler ses vêtements, ses cheveux, et certains endroits où l'odeur était la plus forte chez toute personne, tout en lui tournant autour. Qui était-elle ? se demandait-il, et pourquoi n'est-elle pas sous sa forme lupine lors de la pleine lune, alors qu'elle semble seule, sans meute, sans mentor pour la guider ? Elle paraît jeune louve, et de ce fait incapable de se maîtriser. Qu'est-ce que...

Se rapprochant davantage, sa truffe humide vint presque se coller tout contre le cou de l'inconnue. Il se mit à humer avec méfiance le drôle de pendentif qu'elle portait, dont l'odeur si particulière lui hérissa le poil. Comprenant enfin ce dont il s'agissait, et ce grâce à Amanda et ses connaissances en magie, il retroussa des babines sur un énième grognement mécontent. Sans crier gare, vif comme l'éclair, il attrapa le bijou entre ses dents de devant, prenant soin de ne pas atteindre la gorge nue de la porteuse du talisman. Cette ignominie, s'il avait raison, l'empêchait de se transformer ; elle portait l'odeur repoussante de l'aconit, fleur nommée également tue-loup, qui rendait les pouvoirs des lycans totalement absents. Le risque avec son usage, même dosé, est qu'il pouvait détérioré la puissance surnaturelle des loups-garous sur le long terme. Pour Aodh, cela équivalait à un crime. Si cette femme désirait un jour se laisser aller plus souvent à sa forme bestiale, elle se verrait irrémédiablement affaiblie, à peine plus forte qu'un louveteau, et elle risquait de mourir stupidement.

Ce fut cette réflexion qui le poussa à agir, pensant évidemment causer le bien, faire quelque chose que n'importe qui - n'importe quel lycan en tout cas - voudrait. Il tira avec vigueur la cordelette du talisman, le coupant net, et envoya cette horreur dans les fourrées. Il ne quitta plus ensuite des yeux la jeune femme. Il crevait d'envie de la voir se transformer ; il devinait déjà la surprise qu'elle ressentirait car, à en croire la mesure qu'elle avait prise, elle n'appréciait pas trop sa condition...



© Gasmask
Corbeau
avatar


He doesn't think I'm that fucking dumb does he?
« Popping, popping balloons with guns, getting high off helium. We paint white roses red, each shade from a different person's head»
Messages : 75
Date d'inscription : 31/03/2016

Message par Ciara Ó Ceallaigh le Mer 27 Avr - 12:37

Revenir en haut
 
Au clair de la Lune
-

Le lycan planta ses griffes dan ses bras, arrachant de vives plaintes à la jeune femme qui n’eut pas le temps de terminer sa dernière prière. C’en était fini, elle avait déjà l’impression d’être partie dans l’au-delà. Toute cette vie pour rien, elle n’aurait pas atteint ses objectifs et allait mourir de la manière la plus horrible qu’il soit. Elle avait été une enfant non désirée, abandonnée, on l’avait accusée d’avoir assassiné la personne qu’elle aimait le plus au monde puis la fatalité l’avait rattrapé malgré tous ses efforts pour rester en vie. Haletante et crispée, elle ferma les yeux alors que le lycan la reniflait de toutes parts. Il se demandait pas quoi est ce qu’il allait commencer ? Elle n’était pas très épaisse, elle ne lui ferait qu’une entrée et encore. Puis sa truffe humide vint jusque dans son cou où il lui provoqua un sursaut de gêne. Il allait la mordre à la gorge, elle se noierait dans son propre sang. Ciara aurait eu d’instinct envie de le repousser mais elle n’avait aucune chance contre lui. C’est alors qu’elle senti la chainette à son cou bouger et d’un clic il lui retira son talisman. La jeune femme ouvrit soudainement les yeux alors qu’elle venait de réaliser ce qu’il était en train de se passer.

« Non !!! Non ! Non !!!! » Hurla t-elle.

Ciara se redressa dans la panique, se trainant jusqu’à l’endroit où il avait jeté son talisman. L’angoisse montante se mélangeait à ces sensations qu’elle avait déjà ressenties le jour où elle avait failli se transformer. Prise de sueurs froides, elle tenta de se maitriser tout en cherchant à tâtons son pendentif. Ciara était prise de stress fouillant partout, en reculant d’un pas elle entendit quelque chose craquer sous son pied. En se retournant elle comprit qu’elle venait de marcher dessus et qu’il était totalement hors d’usage. Elle avait envie de s’arracher les cheveux, cela n’aurait jamais dû se passer comme ça.

Les pulsations de son cœur vinrent à s’accélérer, Ciara se recroquevilla sur elle-même pour taire la douleur qui rongeait déjà ses entrailles. Dans ce tourbillon infernal alors qu’elle était en train d’entamer sa transformation, elle eu un instant de lucidité en se souvenant des cachets qu’elle avait dans son sac. Des somnifères qu’elle prenait toujours avec elle puisqu’elle avait les nuits mauvaises et qu’elle avait la fâcheuse habitude de veiller si tard sur internet qu’elle perturbait souvent son horloge biologique. Ciara se leva d’un bon, se souvenant avoir jeté son sac au visage du loup garou et qu’il devait être resté à l’endroit même où elle l’avait abandonné. Dans sa course effrénée, le souffle s’emballant, elle trébucha à certains moments en sentant ses os se disloquer, sa peau s’épaissir. C’était une torture telle qu’elle ne pouvait décemment pas la supporter de plus si c’était pour devenir pareil monstre. Elle lutta tant bien que mal, arrivant à son point de départ, en observant frénétiquement à droite et à gauche elle trouva son sac. Sa respiration devenait plus profonde, elle semblait grogner et son visage avait déjà commencé à changer. Ciara ouvrit son sac et le vida sur le sol, puis elle attrapa la boite de somnifères et en avala en grande quantité. Si un seul suffisait à endormir un humain, plusieurs suffiraient bien à endormir une bête. Elle déglutit difficilement, voyant ses cuisses prendre plus de masse et déchirer ses collants fleuris puis sa vision se troubla, elle tomba raide inconsciente sur le sol. Son corps reprit forme humain peu à peu, ça l’endormirait au moins pour le reste de la nuit.



copyright acidbrain
Spécialiste
avatar


© TAZER.
 
Messages : 124
Date d'inscription : 21/08/2015
Mon personnage :
Race : Lycan
Groupe sociétal ou indépendant : La Garde
Âge actuel : 34 ans
Situation amoureuse : Célibâtard
Emploi dans le monde des humains : Lieutenant dans la police dublinoise, au Bridewell Garda (quartier Cabra)
Informations : Spécialiste dans la Garde ; il est apprécié pour son efficacité mais détesté par certains à cause de son caractère et de ses manières discutables.
Est l'un des parrains de sa Famille et lieutenant dans la police au Bridewell Garda.

Message par Aodh Ò Murchadah le Mar 3 Mai - 11:29

Revenir en haut
Au clair de la lune
Ciara & Aodh
“Tu sais ce que c'est la mélancolie? Tu as déjà vu une éclipse? Et bien, c'est ça: la lune qui se glisse devant le coeur, et le coeur qui ne donne plus sa lumière. La nuit en plein jour.” ▬ Christian Bobin



Aodh la regarda se débattre dans les fourrées, visiblement à la recherche de son bijou. Avançant d'un pas tranquille vers elle, grognant doucement mais de manière assez menaçante, il se sentit tout près à lui arracher à nouveau le pendentif si elle venait à le retrouver. Non loin d'elle, il fut témoin également de sa maladresse, ce qui, sous forme humaine, lui aurait arraché un ricanement mesquin. La pauvre n'avait plus le choix, à présent, et il allait assisté à quelque chose de véritablement magnifique. L'une des rares transformations de quelqu'un avait toujours ce petit quelque chose d'exceptionnel, non pas qu'Aodh y prenait un plaisir sadique - car, en effet, les sujets étaient, en général, terrifiés de voir leur corps ainsi se modifier sous l'insistance lunaire - mais il appréciait voir un des siens découvrir enfin ce qu'il était. La terreur était, généralement, passagère. La plupart y prenait vite goût, non pas au supplice des os et des chairs se déformant, mais à l'extase qui s'ensuivait. Cette ivresse de puissance purement bestiale qui envahissait l'être jusque dans ses tréfonds. Aodh, en toute sincérité, serait à même de comparer cette sensation à un orgasme...

Toutefois, la jeune femme, ayant déjà certains aspects d'une louve taille humaine, parut ne pas abandonner l'idée d'empêcher ce changement en elle. Le lycan ne comprenait décidément pas cette hargne à éviter d'être ce qu'elle était. Certes, ça pouvait être effrayant et douloureux, mais si elle se laissait seulement une chance à elle-même de savourer les sensations s'ensuivant... La bougresse se mit à chercher autre chose, qu'Aodh ne découvrit à son tour que lorsqu'elle tomba enfin dessus, un air d'espoir peint sur ses traits blêmes et où se dessinaient déjà une fine mâchoire à la truffe à moitié formée. Elle vida le contenu du sac, attrapa une plaquette d'aluminium et... Non ! Déterminée comme elle était, elle s'envoyait dans le gosier des médicaments ! Aodh, sans hésiter, surgit à ses côtés, cependant, c'était trop tard. Plusieurs cachets devaient déjà commencer à se dissoudre dans son estomac, elle n'avait plus qu'à attendre leur effet. Le lycan regarda le nom sur la boîte de carton, y reconnut le nom d'un somnifère et il ne put que claquer des mâchoires en signe de frustration. Un regard sur la jeune femme lui indiqua qu'ils étaient puissants, faisant déjà leur effet. Ses paupières devenaient lourdes, tout comme son corps, et elle se laissa glisser dans l'herbe, prise par un sommeil inévitable.

Endormie, elle reprit sa forme initiale, la seule qui, de toute évidence, lui allait. Aodh la regarda un moment, un peu bêtement, ne sachant pas trop que faire à présent. Il avait eu envie de la forcer à se transformer, certain qu'elle ne pourrait plus rien y faire. Toutefois, sa volonté d'empêcher cela le mit dans un état de questionnement sérieux. Pourquoi n'a-t-elle pas voulu céder à ce point, au point de se forcer à un sommeil si lourd qu'elle ne s'éveillerait même pas si il venait à lui dévorer les entrailles vivante ? Elle préférait être à sa merci, au pays des songes, que de laisser sa véritable nature prendre le dessus ? En avait-elle si peur, ou honte ? Tant d'interrogations qui rendirent Aodh terriblement curieux pour cette inconnue.

Alors lui vint une idée un peu folle, mais qu'il voulut aussitôt mettre en pratique, sans trop hésiter. Attrapant la jeune femme par le bras, il l'amena sur son large dos d'un mouvement du cou et maintient sa position ainsi à califourchon sur lui en gardant son poignet entre ses crocs. La suite ne serait pas facile ; il pensait l'amener chez lui, mais il ne pouvait décemment pas la balader sur son dos sous forme humaine et en étant complètement nu. Les rares badauds traînant dans les ruelles trouveraient ça, à juste titre, très étrange... De plus, sous cette apparence, il avait une meilleure endurance. Par contre, il ne pouvait pas non plus se promener en animal monstrueux dans les rues, et devrait utiliser la voie discrète des toits. Seul, c'était un jeu d'enfants. Avec une charge sur le dos, qui ne devait absolument pas chuter plusieurs étages plus bas, c'était une toute autre affaire.

La « route » fut, en effet, des plus ardues. A plusieurs reprises, la jeune femme manqua de tomber et Aodh la rattrapa à chaque fois de justesse, remerciant ce don inestimable d'avoir d'aussi bons réflexes. Il rentra chez lui par la fenêtre en velux de son salon, qu'il laissait volontairement toujours un peu entrouverte. A l'intérieur, il déposa le corps toujours inerte de la jeune fille sur son sofa et, enfin, se permit de récupérer sa forme originelle. La sueur recouvrait toute son épiderme suite à une telle nuit, de plus, revenir à l'état d'homme alors que la pleine lune exerçait toujours son plein pouvoir s'avérait plus difficile. Il était cependant repu et n'avait plus le désir ardent de laisser l'animal en lui s'épancher davantage. Sur un dernier regard vers la femme, qui ronflait doucement en position fœtale, il alla prendre une longue douche bouillante. Suite à cela, il s'octroya quelques heures de sommeil, s'éveillant à l'aube. Il se prit alors un petit déjeuner, dans sa cuisine américaine qui donnait sur le salon, où se trouvait la lycane qui ne s'assumait pas.

Justement, celle-ci s'agitait doucement. Vue la dose de cheval qu'elle s'était mise dans le museau, elle allait être totalement engourdie. Les yeux d'un bleu de glace d'Aodh ne la lâchaient pas une seconde, tandis que ses lèvres trempaient dans son bol de café brûlant, noir et sans sucre.



© Gasmask
Corbeau
avatar


He doesn't think I'm that fucking dumb does he?
« Popping, popping balloons with guns, getting high off helium. We paint white roses red, each shade from a different person's head»
Messages : 75
Date d'inscription : 31/03/2016

Message par Ciara Ó Ceallaigh le Mar 3 Mai - 12:05

Revenir en haut
 
Au clair de la Lune
-

Les sombres limbes du sommeil forcé, Ciara y avait été sans mesurer sur les somnifères, au risque que cela la tue. Mais visiblement elle avait eu une sacrée chance de déglutir à une dose près ce qui serait suffisant pour l’empêcher de se transformer en se privant de toute conscience, quitte à se faire dévorer par le loup, tant pis. La jeune femme avait bien vite tourné de l’œil, complètement écrasée au sol et ne senti pas qu’on la manipulait. Elle aurait sans doute eu de ces sueurs froides si elle avait vu tout ce qu’il s’était passé jusqu’à ce que le loup finisse par la ramener chez lui, plus ou moins saine et sauve. Elle ne senti pas non plus la différence de confort entre le sol meuble et le canapé. Cette nuit là ses rêves furent hantés d’horribles images. A commencer par cette horde de Loups-garous qui la pourchassaient, puis son frère qu’elle tuait accidentellement en ayant visé un lycan avec une flèche en argent et puis ces ombres, toujours ces ombres menaçantes du conclave, prêtes à l’engloutir. Ciara se réveilla dans un sentiment d’angoisse, le cœur affolé qui lui était d’une désagréable sensation alors qu’elle peinait à émerger complètement. Ses muscles étaient engourdis, elle était prise de sueurs froides et avait juste envie de vomir ses tripes comme si elle avait passé sa nuit à picoler. Visiblement ce n’était pas le cas et elle fut d’autant plus rassurée de constater qu’elle était toujours habillée.

Sa respiration se calme alors qu’elle chercha du regard à reconnaitre l’endroit. Le temps que ses esprits se remettent en place et qu’elle se souvienne de ce qu’il s’était passé la veille, elle ne reconnaissait clairement pas ces murs, ces meubles. Ciara passa sa main sur son front fiévreux, prise d’une chaleur inconfortable et de courbatures. Ciara remarqua ensuite cet homme assis à son bar américain qui la regardait avec insistance. Etait-ce le loup ? Ou un homme qui l’avait sauvé du merdier dans lequel elle s’était mise ? Quoi qu’il en soit elle ne le connaissait pas et ne l’avait jamais vu mais il était clairement plus agréable à regarder que le loup-garou qu’elle avait rencontré la veille au soir. La jeune femme entreprit de s’assoir correctement, devant user de bien plus de force que lorsqu’elle tentait d’ouvrir un pot de cornichons. D’ailleurs elle tenta de se lever mais ce fut un échec total, alors elle resta assise le temps de retrouver l’usage de son corps. Elle avait cette impression d’avoir pris 80 ans d’âge en l’espace d’une nuit, espérant ne pas avoir fait la belle au bois dormant pendant 100 ans ou ce serait l’angoisse. Fort heureusement ses vêtements tenaient encore en place, Ciara lissa machinalement sa jupe et releva les yeux vers son mystérieux hôte

« Qui êtes vous ? » Demanda t-elle encore dans le brouillard.

Qui êtes vous ? ou suis-je ? Que s’est il passé ? En quelle année sommes nous ? Qui a gagné les éléctions ? Avez vous du café pour moi aussi ? Puis-je avoir du sucre ? A moins que vous ayez du muesli ? Ou peut être des fruits? C'est jusqu'à quand les soldes ? Elle aurait pu toutes les aligner ces questions dans le genre mais n’avait pas encore suffisamment récupéré pour déferler un flot de paroles conséquent.



copyright acidbrain
Spécialiste
avatar


© TAZER.
 
Messages : 124
Date d'inscription : 21/08/2015
Mon personnage :
Race : Lycan
Groupe sociétal ou indépendant : La Garde
Âge actuel : 34 ans
Situation amoureuse : Célibâtard
Emploi dans le monde des humains : Lieutenant dans la police dublinoise, au Bridewell Garda (quartier Cabra)
Informations : Spécialiste dans la Garde ; il est apprécié pour son efficacité mais détesté par certains à cause de son caractère et de ses manières discutables.
Est l'un des parrains de sa Famille et lieutenant dans la police au Bridewell Garda.

Message par Aodh Ò Murchadah le Mar 3 Mai - 15:36

Revenir en haut
Au clair de la lune
Ciara & Aodh
“Tu sais ce que c'est la mélancolie? Tu as déjà vu une éclipse? Et bien, c'est ça: la lune qui se glisse devant le coeur, et le coeur qui ne donne plus sa lumière. La nuit en plein jour.” ▬ Christian Bobin



Ouvrant enfin les yeux, la pauvrette semblait désorientée, comme l'avait supposé Aodh. Il garda le silence, buvant tranquillement, la regardant fixement d'un regard inexpressif. Elle se mit assise, apparemment difficilement. Sa tête dodelinait de gauche à droite et une légère grimace trahissait une migraine, ou une quelconque gêne physique, ainsi que sa bouche qui clapotait un peu, étant sèche sûrement. Elle essaya de se lever ensuite, mais se rassit lourdement, et Aodh devina sans peine que ses jambes devaient encore être trop faibles et son corps encore rempli de somnifère, la laissant dans un état de grande faiblesse. Une chance pour elle, il ne lui désirait aucun mal. Cela n'aurait pas été le cas à coup sûr avec un autre lycan... ou tout simplement un autre homme. La plupart en aurait bien profité cette nuit, voire encore maintenant. Heureusement pour elle, Aodh n'avait rien d'un prédateur, sexuel ou non.

La demoiselle, les cheveux en pétard, leva ses yeux tout ensommeillés sur lui, le jaugeant comme elle le put. Sa voix, pâlotte, lui posa alors la question la plus logique dans une telle situation. Bien évidemment, elle ne faisait pas le lien nécessairement entre le loup-garou d'hier et l'homme qui se tenait en face d'elle à présent. Aodh déposa avec calme son bol encore bien rempli et se redressa, le torse nu, vêtu d'un simple pantalon de jogging noir, les pieds dans leur plus simple appareil.

- Il est vrai que nous n'avons pas encore eu le temps de nous présenter... Disons que, hier, il m'aurait été difficile de prononcer mon nom.

En cette simple phrase, il lui faisait comprendre qu'il était bel et bien ce lycan qui l'avait débusquée au détour des bosquets. Ne voulant pas qu'elle s'effraie, il se permit un léger sourire, le plus amical possible, ce qui était assez rare dans son cas.

- Je m'appelle Aodh Ó Murchadah. Si tu te demandes pourquoi je t'ai amenée ici, hé bien... Te laisser ainsi dans une forêt où n'importe quelle autre créature aurait pu passer et te trouver ne m'enchantait guère. De plus... Tu m'intrigues.

Il décida de ne pas en dire davantage pour le moment, sachant très bien qu'elle finirait d'elle-même par lui demander ce qu'elle désirait vraiment savoir. Pour sa part, il avait tout son temps et ne paraissait nullement pressé d'hâter la discussion. Se dirigeant d'un pas souple jusqu'à sa cafetière, il prit la hanse et la leva en direction de la jeune femme :

- Café ? Ou peut-être autre chose ? Du thé, de l'eau...



© Gasmask
Corbeau
avatar


He doesn't think I'm that fucking dumb does he?
« Popping, popping balloons with guns, getting high off helium. We paint white roses red, each shade from a different person's head»
Messages : 75
Date d'inscription : 31/03/2016

Message par Ciara Ó Ceallaigh le Mar 3 Mai - 16:24

Revenir en haut
 
Au clair de la Lune
-

La vision lui revenait, peu à peu, Ciara reprenait possession de son corps mais elle savait qu'il lui faudrait plusieurs heures avant de se réveiller totalement de son reveil forcé. Elle ferait en sorte que cela n'arriverait plus et devrait alors vite se rendre chez ce sorcier qui lui vendrait une nouvelle amulette. Ciara était satisfaite de constater qu elle avait réussi à stopper la transformation. Aucun mal inutile n'avait été fait et elle avait encore ce total contrôle sur cette bête. Observant son "sauveur" d'un air curieux et intrigué, l'homme entreprit de se présenter, sous entendant qu'il était le lycan qu'elle avait rencontré. L'annonce la fit déglutir, ayant cette impression de ne pas s'être sortie indemne de cette histoire. La jeune femme se pinça les lèvres, se retenant de faire tout commentaire, du moins pour le moment. Elle le laissa donc se présenter ayant bien moins de mal à faire face à l'homme qu'à la bestiole. C'était moins stressant.

Ciara l'intriguait dans tous les cas, ce qui lui mit la puce à l'oreille et lui confirma qu'il savait qu'elle était aussi lycane. Elle n'avait cependant rien à déclarer, c'était un choix que de faire en sorte de ne jamais se transformer. Elle refusait sa nature et ne se sentait absolument pas en compagnie d'un confrère ou quoi que ce soit. Cet Aodh était un étranger, un parfait étranger qui avait bien failli la bouffer d'ailleurs et il ne devait pas penser qu'elle ferait abstraction à ce détail là.

"Un café au lait s'il vous plaît...." Répond dit elle lorsqu'il lui proposa de boire quelque chose. Il était deja bien plus aimable sous cette forme que sous sa forme de loup-garou.

Ciara attendit en silence, observant les lieux avec plus d'attention. L'intérieur était typique, il ressemblait à n'importe quel appartement de toute personne normale mais son préjugé sur les lycans aurait eu pour effet de lui faire croire que ça aurait pu être différent. Comment ? À vrai dire elle ne s'était jamais posé la question car c'était la première fois qu'elle avait un lycan non transformé en face d'elle et se rendit compte qu'il n'avait rien d'anormal. C'était quelque peu déstabilisant.

"Je m'appelle Ciara" fit elle a son tour lorsqu'il lui amena sa tasse.

La jeune femme le remercia et leva ses yeux ambrés sur lui, détaillant sa personne maintenant qu'elle le voyait d'un peu plus près.

"C'est coutume chez les lycans de sauver son dîner ? À moins que vous ayez été interrompu dans votre entreprise ?" Demanda t-elle avant de s'étouffer en remarquant qu'elle avait été beaucoup trop sèche.

"Excusez-moi, je n'ai jamais rencontré de lycan sous sa forme humaine. Je trouve ça....perturbant" fit elle pour masquer son incapacité à avoir des relations sociales saines et sans intérêts sous-jacent.



copyright acidbrain
Spécialiste
avatar


© TAZER.
 
Messages : 124
Date d'inscription : 21/08/2015
Mon personnage :
Race : Lycan
Groupe sociétal ou indépendant : La Garde
Âge actuel : 34 ans
Situation amoureuse : Célibâtard
Emploi dans le monde des humains : Lieutenant dans la police dublinoise, au Bridewell Garda (quartier Cabra)
Informations : Spécialiste dans la Garde ; il est apprécié pour son efficacité mais détesté par certains à cause de son caractère et de ses manières discutables.
Est l'un des parrains de sa Famille et lieutenant dans la police au Bridewell Garda.

Message par Aodh Ò Murchadah le Mar 3 Mai - 17:23

Revenir en haut
Au clair de la lune
Ciara & Aodh
“Tu sais ce que c'est la mélancolie? Tu as déjà vu une éclipse? Et bien, c'est ça: la lune qui se glisse devant le coeur, et le coeur qui ne donne plus sa lumière. La nuit en plein jour.” ▬ Christian Bobin



L'air qu'elle affichait aurait pu amuser Aodh si sa curiosité viscérale ne le rongeait pas littéralement. Il hocha vivement du chef à sa demande et entreprit de prendre une mug pendue à un crochet de bois dans laquelle il versa ensuite du café encore fumant.

- Je n'ai que du lait d'amande, précisa-t-il en versant une lichette crémeuse dans la tasse.

Alors qu'il s'approchait d'elle, toujours avec ce calme impérieux tout calculé pour ne pas effrayer la jeune femme, au cas où elle se sentirait menacé malgré cet accueil courtois, elle se présenta à son tour. Ciara, donc. Il y avait quelque chose d'agréable à savoir enfin à qui on s'adressait, de pouvoir coller un patronyme au visage en face de soi. Aodh eut, de ce fait, un second petit sourire, en coin, et répondit :

- Enchanté.

Il s'installa ensuite à côté d'elle sur le sofa, ce qui eut pour effet d'instaurer une espèce de petite gêne mutuelle à cette soudaine proximité. Se sentait-elle toujours menacée ? Il espérait que non. Qu'elle le veuille ou non, elle était de sa race, une de ses pairs, et Aodh suivait à a lettre le code de conduite des lycanthropes : on ne portait pas atteinte à ceux de sa race, au risque d'une peine capitale. Bien évidemment, étant donné la double profession qu'exerçait Aodh, pour sa part, il ne pouvait pas toucher à grand-chose, si ce n'était les cibles indiquées par les têtes pensantes de la Garde. En fait, en règle générale, les lycans étaient loin de ce préjugé digne des fables pour enfants où ils étaient vus comme des bêtes meurtrières et sanguinaires. Certes, il avait un goût prononcé pour le sang et la chair crue, toutefois, ce n'était pas souvent d'humain. Les animaux suffisaient généralement à assouvir leurs instincts les plus primaires.

Après quelques gorgées chacun, qui laissèrent planer un silence qui risquait bientôt de devenir pesant, la dénommée Ciara l'interrompit par une interrogation qui fit sourciller Aodh. Il se tut, en premier lieu, et se contenta de froncer un peu le nez en signe de léger agacement. Toutefois, il ne laissa pas ce sentiment le submerger plus que quelques secondes et haussa les épaules ; de plus, elle se confondit rapidement en excuses balbutiantes, ce qui acheva totalement de balayer son irritation naissante. Il se mit à réfléchir quelques instants. De toute évidence, elle était totalement ignorante. Ce qu'il en avait des questions à lui poser... Et tout autant de réponses, à en croire ses doutes.

- Tu ne sais vraiment pas grand-chose sur nous, hein ? fit-il, moqueur. Un reflet doré nimba ses prunelles une fraction de seconde. Pour toi, nous ne sommes que des animaux, et des prédateurs assoiffés de sang tout le temps ? Il soupira. Tu te trompes. Nous sommes tout autant humains... et nous avons des règles, des principes, des lois et, oui, du savoir-vivre. Je ne vais pas te mentir que le sang ne nous plaît pas, de temps à autre, et que nous aimons notre viande saignante, mais ça en reste là. Et je préfère largement le poulet à la chair humaine.

Cette dernière phrase fut soulignée par un petit mouvement de son épaule qu'il envoya contre celle de Ciara, avec un grand sourire plaquée sur sa face. Il venait de faire là ce qu'il considérait comme un trait d'humour, sauf qu'il avait suggéré l'hypothèse d'avoir eu le loisir de comparer la volaille à la viande humaine avec un ton morne, sérieux, sans intonation indiquant son sarcasme.





© Gasmask
Corbeau
avatar


He doesn't think I'm that fucking dumb does he?
« Popping, popping balloons with guns, getting high off helium. We paint white roses red, each shade from a different person's head»
Messages : 75
Date d'inscription : 31/03/2016

Message par Ciara Ó Ceallaigh le Mar 3 Mai - 18:11

Revenir en haut
 
Au clair de la Lune
-

Aodh semblait avoir perçu de quelle manière elle avait idée de comment vivaient les lycans. En effet elle ne savait pas grand-chose sur eux et s’étaient fait ses propres opinions par sa propre expérience de ces bêtes là. Des animaux, des prédateurs assoiffés de sang tout le temps. C’était exactement ainsi qu’elle les percevait et ne s’en était jamais caché.

« Oui. » Répondit Ciara avec toute la franchise qui lui était donné d’avoir.

Elle n’éprouvait aucune honte de croire cela, elle n’aurait qu’à raconter de quelle manière un lycan s’en était pris à la pauvre petite fille qu’elle était alors qu’elle était tranquillement en train de rentrer chez elle. La morsure avait laissé des cicatrices sur son bras et afin d’illustrer ses pensées, elle ne se priva pas de remonter sa manche afin qu’il puisse constater de lui-même ses origines. Il y avait certes quelques tatouages mais la marque de la morsure était bel et bien là, parfaitement distinctes sur sa peau diaphane. Il comprendrait qu’elle n’était pas de ceux qui naissent et ont toujours vécu comme des lycans, mais qu’elle avait eu la malheur de survivre à une morsure et que cela avait complètement bouleversé sa vie.

Aodh continua en démentant tout en défendant sa cause pour certifier qu’ils étaient tout à fait humains et qu’ils avaient des codes à respecter qui les rendaient bien plus civilisés qu’ils ne le laissent penser. Le petit trait d’humour dont il usa eu pour effet d’arracher un sourire à Ciara malgré elle. Il avait l’humour habile mais elle avait bien compris qu’il avait eu de quoi comparer et qu’il avait sans doute déjà mangé de la chair humaine. Peut être l’aurait il dévorée si tout s’était passé autrement, juste cette pensée l’obligeait à rester sur ses gardes.
Ciara laissa planer un nouveau blanc, le temps de réfléchir et de boire un peu de son café. Ce petit gout d’amande relevait bien le café, contrairement au lait qui avait tendance à gommer ce gout caractéristique qu’elle aimait tant.

« Pour moi c’est une malédiction. » Répondit-elle finalement alors qu’il ne l’avait pas encore convaincue.

Comment se réjouir d’une telle vie en ayant vu la mort en face, en ayant senti cette douleur l’électriser de toutes part ? Et se dire qu’elle était comme celui qui lui avait fait ça ? Non, elle ne pouvait réellement pas l’accepter. Toutefois, être en présence d’un lycan lui était bénéfique, elle le savait, il l’aiderait sans doute à ne plus vivre avec cela comme un véritable fardeau. La jeune femme inspira doucement, nullement douée pour se confesser. Mais il fallait qu’elle le fasse, elle avait besoin d’avancer.

« J’ai appris que rares étaient ceux qui survivaient à une morsure. Au départ j’ai cru parce que les lycans ne sont pas le genre à laisser filer une proie mais j’ai réalisé qu’il pouvait aussi s’agir de survivants perdus ayant mis fin à leur jours.»

Perdus, là était justement le problème mais n’en avait pas réellement conscience que tout se serait bien passé si elle avait été prise en charge par une meute qui aurait piu l’aider à accepter et à pardonner. Elle se demandait alors si cet Aodh était un survivant ou bien s’il était né en ayant cette part animale en lui depuis sa naissance. Quoi qu’il en soit, il avait de la maitrise, ce qu’on ne pouvait pas dire d’elle, il avait dû être entouré et guidé pour en arriver à pouvoir mener une vie normale, un appartement, un travail et tout cela sans la moindre amulette autour du cou.

« Réponds-moi honnêtement. Si je n’avais pas été moi-même lycane, m’aurait tu mangée ? »




copyright acidbrain
Spécialiste
avatar


© TAZER.
 
Messages : 124
Date d'inscription : 21/08/2015
Mon personnage :
Race : Lycan
Groupe sociétal ou indépendant : La Garde
Âge actuel : 34 ans
Situation amoureuse : Célibâtard
Emploi dans le monde des humains : Lieutenant dans la police dublinoise, au Bridewell Garda (quartier Cabra)
Informations : Spécialiste dans la Garde ; il est apprécié pour son efficacité mais détesté par certains à cause de son caractère et de ses manières discutables.
Est l'un des parrains de sa Famille et lieutenant dans la police au Bridewell Garda.

Message par Aodh Ò Murchadah le Mer 4 Mai - 12:52

Revenir en haut
Au clair de la lune
Ciara & Aodh
“Tu sais ce que c'est la mélancolie? Tu as déjà vu une éclipse? Et bien, c'est ça: la lune qui se glisse devant le coeur, et le coeur qui ne donne plus sa lumière. La nuit en plein jour.” ▬ Christian Bobin



La jeune femme avoua sans ambages ce qu'elle pensait des lycans, confirmant par l'affirmative l'énoncé d'Aodh, ce qui le fit rire joyeusement. C'était assez amusant de voir ce qu'elle pensait des lycans, même si, au final, ça n'était pas si drôle. Toutefois, Ciara ne parut pas avare en réponse, et continua sur sa lancée pour expliquer son ressentiment envers eux, ajoutant le geste à la parole : elle découvrit un de ses bras, laissant voir un tatouage qui cachait tant bien que mal des cicatrices assez moches à voir. Aodh cessa de ricaner et lorgna cette vieille plaie avant de claquer la langue d'un air réprobateur.

- Lycans comme humains ont leur lot d'enfoirés, tu sais. Si la plupart respectent les lois instaurées, certains n'en font qu'à leur tête... Celui qui t'a fait ça en fait partie. Ou alors ce n'était qu'un jeune loup, tout comme toi, qui se tapait une crise incontrôlable et n'a pas pu réprimé ses instincts. Cela arrive. Je ne vais pas te mentir en disant que nous sommes des agneaux, mais nous faisons de notre mieux pour éviter ce genre d'incident. Le risque zéro n'existe pas, cependant... Je suis désolé si tu es l'une des victimes de ce genre de bavures.

Il sembla sincère en parlant ainsi. Et il l'était, indubitablement. Lui qui était né lycan, il avait toutefois connu des premières transformations douloureuses où il avait été dangereux pour autrui, surtout les humains bien évidemment. Il avait même tué quelqu'un, alors qu'il n'était même pas encore un adolescent... Sans en avoir gardé aucun souvenir. Son mentor avait dû doubler d'effort pour canaliser l'extrême agressivité qui habitait Aodh, et l'habite toujours, constamment prête à exploser si seulement il n'avait pas eu un entraînement aussi rigoureux. Aujourd'hui, il était parfaitement maître de lui-même. La question que Ciara posa ensuite le fit sourire à nouveau, et il répondit directement :

- Non.

La regardant d'un air faussement lubrique, il ajouta :

- Pas que tu n'aies pas l'air savoureux, mais... Non, vraiment pas. Tout simplement parce que tu n'es pas humaine, Ciara.

Il se permettait de faire de l'humour, cet humour douteux, parce qu'il l'avait sentie réceptive précédemment. Néanmoins, il avait envie de dévirer la discussion sur ce qui le préoccupait réellement, la raison qui l'avait fait embarquer la jeune femme jusqu'à chez lui.

- Je ne t'ai pas amenée ici seulement pour te protéger d'éventuels dangers à l'extérieur. Je désirais en savoir davantage sur toi, et je pense en connaitre déjà suffisamment. Tu n'aimes pas être une lycane toi-même à cause de tes fausses croyances, de tes préjugés sur nous. Je comprends mieux ton acharnement à ne pas te transformer, à ne pas céder sous les pulsions de la louve en toi...

Marquant une pause pour boire et terminer son bol de café, il le reposa ensuite calmement et s'approcha légèrement de la fille.

- Si tu me le permets, j'aimerais t'aider. Tu ne peux pas vivre indéfiniment dans la crainte de ce que tu es, car cette nature fait partie de toi à présent, et il te faut la dompter. Si le talisman t'a été utile, vois comme il m'a été simple de te le retirer... N'importe qui le pourra. Et tu peux l'égarer de toutes les façons possibles à un moment donné. Que feras-tu quand cela arrivera, et que tu n'auras plus tes fameux somnifères qui, de toute façon, te mettront alors dans un danger plus grand encore qu'être un loup-garou incontrôlable ?

Il leva une main entre eux deux, et on put voir les ongles se désagréger lentement pour ensuite laisser place à cinq griffes sombres, comme des cristaux noirs à travers lesquels se filtraient les rayons du matin croissant.

- Je voudrais t'enseigner la maîtrise de ton mental et de ton corps, ainsi que tout ce que tu dois savoir sur notre race. Te montrer aussi comment nous fonctionnons, te prouver que notre société est loin de l'aspect chaotique et violent que tu t'es construit et, ensuite, t'intégrer officiellement parmi nous. Seule, tu n'es pas en sécurité, et tu mets la vie des humains de cette ville en jeu.

Aodh baissa sa main dont les ongles revinrent à leur état normal.

- Qu'en dis-tu ? Je ne te demande rien en échange. Ni allégeance, ni service, ni rien.




© Gasmask
Corbeau
avatar


He doesn't think I'm that fucking dumb does he?
« Popping, popping balloons with guns, getting high off helium. We paint white roses red, each shade from a different person's head»
Messages : 75
Date d'inscription : 31/03/2016

Message par Ciara Ó Ceallaigh le Mer 4 Mai - 16:39

Revenir en haut
 
Au clair de la Lune
-

La réponse d’Aodh la laissa perplexe, elle-même avait du mal à se faire à l’idée que l’humaine en elle n’existait plus et que désormais elle devait vivre avec cette part animale qu’elle n’avait jamais choisi d’avoir. La jeune femme ne pu cependant réfreiner un fin sourire en étouffant un rire suite à ses dires. Aodh avait de l’humour, elle devait l’avour, qu’il était finalement bien plus agréable en matière de conversation dans cette apparence là. Sympathiser avec un lycan, qui aurait cru cela ? Elle qui les aurait tous tués sans la moindre pitié se retrouvait chez l’un d’entre eux à discuter comme l’on discute avec un psychologue. Aodh semblait avoir compris le mal qui la rongeait, malgré le tempérament borné de Ciara, celle-ci se senti interpellée par ses paroles. Elle n’avait jamais considéré l’hypothèse que le lycan qui lui avait fait ça puisse être un débutant comme elle et que donc par logique il avait été tout à fait normal qu’il s’abandonne à ses besoins primitifs sans pouvoir se contrôler. Elle était ainsi rassurée de savoir qu’il existait des lycans tels qu’Aodh qui avaient une belle maitrise d’eux-même, il lui fit d’ailleurs une petite démonstration en transformant partiellement sa main.

Ce fait là la plongea dans une fascination qu’elle n’aurait jamais soupçonné et à la fois, cela lui faisait horriblement peur. Il avait raison, sur toute la ligne et jamais elle n’avait pensé à l’éventualité qu’un jour à son tour elle puisse mordre une petite file innocente par manque de contrôle. Ainsi il lui proposait son aide, afin qu’elle ne soit pas un danger pour elle-même ni pour les autres. Ses paroles étaient emplies de sagesses, bienveillantes et protectrices. Elle avait l’impression d’entendre son grand frère parler sauf que ce dernier n’avait malheureusement pas eu suffisamment connaissance des lycans pour l’aider.

« T’es doué pour argumenter. » Déclara Ciara avec une moue abattue

En l’espace de quelques secondes il avait réussi à tout remettre en question et surtout à la convaincre que la manière qu’elle avait eu de faire jusque là n’avait pas été la bonne. Elle pouvait comprendre cette envie de l’aider, non pas forcément pour elle mais surtout pour le bien de la communauté lycane en général. S’il disait vrai, elle devait faire honte à cette race et ne faisait que confirmer les préjugés sales qui collaient au front des gens dotés de cette capacité.

Ciara soupira, légèrement consternée. Elle posa sa tasse sur la table et se frotta les yeux. Il lui fallait un temps pour tout remettre en ordre dans sa tête et accepter le fait qu’elle serait l’un d’entre eux. S’appeler lycan, se transformer en monstre, l’appel du sang et de la chair, elle se demandait si elle était en mesure de supporter tout cela tout en ayant encore ces horribles images dans la tête de lorsque le lycan avait sauté sur elle. Elle devait pardonner et avancer.

« D’accord, j’accepte, je te promets pas d’être la meilleure élève mais je ferais mon possible pour ne pas te faire honte. »

La jeune femme reprit possession de sa tasse, la portant à ses lèvres pour en boire un peu le breuvage dont la chaleur avait cet effet apaisant.

« Y’en a d’autres des comme toi ou t’es le messie ? On commence quand d’ailleurs ? »




copyright acidbrain
Spécialiste
avatar


© TAZER.
 
Messages : 124
Date d'inscription : 21/08/2015
Mon personnage :
Race : Lycan
Groupe sociétal ou indépendant : La Garde
Âge actuel : 34 ans
Situation amoureuse : Célibâtard
Emploi dans le monde des humains : Lieutenant dans la police dublinoise, au Bridewell Garda (quartier Cabra)
Informations : Spécialiste dans la Garde ; il est apprécié pour son efficacité mais détesté par certains à cause de son caractère et de ses manières discutables.
Est l'un des parrains de sa Famille et lieutenant dans la police au Bridewell Garda.

Message par Aodh Ò Murchadah le Mer 4 Mai - 23:01

Revenir en haut
Au clair de la lune
Ciara & Aodh
“Tu sais ce que c'est la mélancolie? Tu as déjà vu une éclipse? Et bien, c'est ça: la lune qui se glisse devant le coeur, et le coeur qui ne donne plus sa lumière. La nuit en plein jour.” ▬ Christian Bobin



A voir l'expression mi-fascinée mi-terrifiée de Ciara lorsqu'il lui montra la seconde forme que pouvait prendre sa main confirma à Aodh ce qu'il pensait : elle n'avait, décidément, rien vu de ce que tout lycan devait voir pour se comprendre eux-mêmes. C'était quelque peu consternant mais, maintenant qu'il savait dans quelle situation elle en était devenue une, il comprenait bien mieux sa réticence. En tout cas, il espérait qu'elle comprenait la chance qu'elle avait d'être tombée sur lui, tout prêt à l'aider. Peu aurait pris la peine de prendre quelqu'un à sa charge, avec les risques que cela comportait. Car, oui, elle ne le savait pas encore - et il prendrait le temps nécessaire pour le lui annoncer - mais il devrait officialiser sa tutelle envers elle, c'est-à-dire annoncer publiquement à sa Famille qu'il intégrait une nouvelle, encore toute novice en tout ce qui touchait le fait d'être un lycan. En même temps pour éviter à Ciara de rester physiquement une Solitaire que pour prévenir du potentiel danger qu'elle représentait. En gros, il devait la sortir de l'ombre, de sous sa couverture de simple humaine, et la déclarer au grand jour à ses pairs.

Heureusement, après un laps de temps remarquable, elle finit par lui donner son accord, qu'Aodh accueillit d'un sourire entendu. Elle le prévint ensuite de sa possible nullité en tant qu'élève, à cela le lycan répondit calmement :

- La seule personne à laquelle tu peux faire honte est toi-même.

C'était, en effet, ce qu'il pensait sincèrement. Qu'elle échoue, même s'il en doutait en vue de ce qu'il projetait pour elle, n'allait avoir que peu d'incidence dramatique pour la société lycane. Personne n'aurait honte d'elle si ce n'est elle-même, à cause d'actes qu'elle n'aurait pas pu gérer efficacement pour éviter le pire. Enfin, ce n'était pas un souci pour Aodh. Il avait confiance en l'entraînement qu'il allait lui faire suivre, aussi dur soit-il. De plus, la demoiselle ne devait même pas s'imaginer à quel point elle pouvait être forte et puissante, pleine d'une volonté farouche, de celle que seuls les animaux peuvent avoir. Surtout les prédateurs. Une fois qu'un loup s'était focalisé sur un chemin ou une proie, rien ne pouvait les en détourner. Leur volonté était de fer. Si elle doutait de la sienne, Aodh, pour sa part, la savait déjà capable de grandes choses, comme n'importe quel lycanthrope foulant ce monde.

Elle lui posa alors une question qui fit tiquer Aodh. Un messie, lui ? A bien y penser, cela lui allait assez bien. Éliminant les cibles de la Garde pour le bien du peuple, protégeant toujours ce peuple en uniforme bleu le reste du temps, Parrain protecteur de sa Famille... Il avait aussi pris Alice sous son aile, pour l'aider avec sa possession destructrice. Et le voilà offrant son soutien à une autre jeune femme, à présent. L'idée qu'il puisse être un samaritain malgré le caractère farouche qu'il avait le fit rire. Ses actes détonnaient curieusement avec l'attitude générale qu'il avait et sa nature profonde.

- Quand commence-t-on ? Hé bien, le plus vite possible. Tu as de la chance, la pleine lune était hier soir - d'où le fait que tu m'aies rencontré sous cette apparence. Je me suis permis une petite balade nocturne. Tu comprendras bientôt comme il est salvateur de parfois s'abandonner à cette part de toi-même... tout en gardant le dessus impérativement.

Il se leva, s'étira, et alla se servir un autre café dans son bol. Il en proposa également à Ciara, revint, et reprit la parole sur un ton de professeur.

- Je veux dire par là que tu as donc 28 jours devant toi sans pleine lune, et donc tout ce temps pour apprendre à te contrôler au mieux. Car, comme tu l'as peut-être entendu dans des histoires quelconques, les pleines lunes exercent une puissante attraction sur la part animale en nous, et il est bien plus ardu de la contrer ces nuits-là. Pour tout te dire, moi-même ai parfois du mal à ne pas me soustraire totalement, et je dors rarement bien ces soirs-là. Enfin, je suis d'une nature assez particulière, tu auras tout le temps de le découvrir. Il but, calmement, avant de continuer pour répondre enfin à Ciara. Excuse-moi, je diverge. C'est qu'il y a tant de choses à entreprendre te concernant... Bref. Nous commencerons au plus vite, dès que tu le souhaites. En premier lieu, je vais devoir t'amener auprès des autres Parrains de notre Famille. Nous appelons ainsi nos "groupes", plus ou moins territoriaux, et les Parrains sont en quelque sorte les protecteurs d'autrui, ceux qui préservent la Famille. J'en suis un, et il est de mon devoir de te présenter, maintenant que tu as clairement choisi de t'assumer, enfin, de faire tout pour.




© Gasmask
Corbeau
avatar


He doesn't think I'm that fucking dumb does he?
« Popping, popping balloons with guns, getting high off helium. We paint white roses red, each shade from a different person's head»
Messages : 75
Date d'inscription : 31/03/2016

Message par Ciara Ó Ceallaigh le Dim 8 Mai - 17:17

Revenir en haut
 
Au clair de la Lune
-

Première chose dont elle s’était douté mais quelle venait d’avoir confirmation : la pleine Lune influait beaucoup sur leur état animal, toutefois elle avait l’impression que les siennes étaient tellement incontrôlées que chaque nuit elle sentait ces fourmillements dans ses doigts. Puisqu’Aodh le disait, elle réalisait le travail qu’elle aurait à fournir pour ne pas céder à ces pulsions. Elle avait l’image d’un barrage avec une quantité d’eau monumentale qui s’était emmagasinée. Elle avait alors peur de sa première transformation, et qu’il ne puisse pas la contrôler. Pourquoi lui ferait elle confiance plus qu’aux autres ? C’était justement là le problème, il l’avait complètement déstabilisée, mise au pied du mur qu’elle n’aurait pu envisager autre chose.
Savoir qu’elle allait rencontrer d’autres lycans l’angoissait mais davantage de savoir que ces derniers avaient une importance hiérarchique. Ils allaient la juger, c’en était certain, elle devrait sans doute avouer que celui qui l’avait fait était mort, qu’elle avait sans nul doute entachée leur réputation en refusant cette part d’elle-même pendant tout ce temps. Ciara se pinça les lèvres, si elle avait eu fau tout ce temps elle se devait d’assumer ses responsabilités. Une voix en elle lui criait d’y aller tandis que l’autre lui suppliait de sauter par la fenêtre pour s’enfuir. Mais c’était l’aura protectrice d’Aodh, qui lui rappelait trop son frère qui eu raison d’elle et la poussa à accepter.

« D’accord, je ferais le nécessaire… » Fit elle avec automatisme alors qu’elle était complètement effrayée.

Ciara demanda la permission à Aodh d’emprunter la salle de bain afin de se rafraichir un peu, ayant encore cette impression de ne pouvoir complètement se réveiller, dans une torpeur désagréable. Elle en profita pour se doucher et faire le point sur ce qu’il venait de se passer. Elle aurait été a des lieues de croire qu’un jour elle accepterait de faire une chose pareille. Elle aurait voulu se savonner la langue pour avoir dit des choses pareilles au lieu d’avoir pris la fuite comme elle l’aurait fait d’habitude. La jeune femme se rhabilla et retrouva Aodh, s’imaginant qu’ils allaient y aller dans la journée/soirée voir ces parrains. Elle se demandait comment se faisait cette hiérarchie, s’il y avait plusieurs grades avant d’en devenir un ou si ces parrains là étaient désignés selon le bon vouloir de tout le monde.

Elle croisa de nouveau le regard d’Aodh, et, dans le souci de masquer sa gêne, il lui vint une question qui l’aiderait sans doute à se sentir un peu plus à l’aise.

« Dans les livres, les légendes, les loups garous mangent les humains, est ce que ça a été le cas un jour ? Comment vous en êtes venus à évoluer et vous intégrer à la société ? »





copyright acidbrain
Spécialiste
avatar


© TAZER.
 
Messages : 124
Date d'inscription : 21/08/2015
Mon personnage :
Race : Lycan
Groupe sociétal ou indépendant : La Garde
Âge actuel : 34 ans
Situation amoureuse : Célibâtard
Emploi dans le monde des humains : Lieutenant dans la police dublinoise, au Bridewell Garda (quartier Cabra)
Informations : Spécialiste dans la Garde ; il est apprécié pour son efficacité mais détesté par certains à cause de son caractère et de ses manières discutables.
Est l'un des parrains de sa Famille et lieutenant dans la police au Bridewell Garda.

Message par Aodh Ò Murchadah le Lun 9 Mai - 14:30

Revenir en haut
Au clair de la lune
Ciara & Aodh
“Tu sais ce que c'est la mélancolie? Tu as déjà vu une éclipse? Et bien, c'est ça: la lune qui se glisse devant le coeur, et le coeur qui ne donne plus sa lumière. La nuit en plein jour.” ▬ Christian Bobin



La pauvre paraissait perdue et effrayée, et Aodh avait du mal à faire preuve de compassion envers elle, n'ayant jamais connu de crainte vis-à-vis des lycans puisqu'il était né ainsi. Enfin, il ferait un effort pour y aller en douceur, ce qui n'était pas vraiment son point fort cependant. Quoique bon entraîneur et mentor, il ne faisait pas dans la dentelle et si son "disciple" n'avait pas le cran de le suivre, il se pouvait qu'il craque et lâcha même l'affaire. On lui avait souvent répété de se contenir un minimum mais, pris dans l'entraînement, il s'oubliait parfois... Enfin, il n'avait en mémoire qu'un seul échec de ce type et il ne pensait pas que Ciara en soit son deuxième. Derrière ses petits airs de poupée, il devinait un esprit aiguisé et solide.

Elle lui demanda si elle pouvait utiliser sa salle de bain et Aodh accepta d'un simple hochement de tête. Pour sa part, il alla dans sa chambre et entreprit d'enfiler une tenue plus adéquate à ce qu'il projetait de faire aujourd'hui. Il enfila un jeans, un t-shirt et un pull noir, ainsi que de bonnes chaussettes, et revint ensuite dans le salon où se trouvait déjà la jeune femme. Elle prit la parole, lui posant une question à laquelle Aodh s'empressa de répondre :

- Comme je te l'ai dit, nous avons un instinct meurtrier particulièrement présent, en chacun de nous, même si cela peut varier de l'un à l'autre. Il est donc vrai qu'il fut un temps, à l'aube de notre espèce, nous n'avions pas encore de moyens généralisés à toute la population lycane pour canaliser de telles violences. On a mis du temps à hiérarchiser et à instaurer un code de conduite, nous avions, au début, que des chefs de meutes - à présent dites Familles - plus barbares les uns que les autres. Disons que nous nous sommes de plus en plus approchés de notre côté humain avec le temps... Et nous en sommes là, à présent. Peu de jeunes loups par morsure, des Familles organisées, nous participons activement pour le respect des bonnes mœurs, etc.

Aodh se doutait qu'elle avait encore beaucoup de questions à lui poser. Il y voyait un élan positif de sa part, d'être aussi curieuse. Il lui sourit de façon paternelle :

- Je tâcherai de répondre à toutes tes questions de mon mieux. Mais, pour l'instant, je voudrais savoir une chose : te sens-tu prête à être présentée aujourd'hui, idéalement, ce soir ?




© Gasmask
Corbeau
avatar


He doesn't think I'm that fucking dumb does he?
« Popping, popping balloons with guns, getting high off helium. We paint white roses red, each shade from a different person's head»
Messages : 75
Date d'inscription : 31/03/2016

Message par Ciara Ó Ceallaigh le Dim 15 Mai - 19:36

Revenir en haut
 
Au clair de la Lune
-

Aodh répondit à sa question, elle appréciait son honnêteté et le fit qu’il n’essayait pas de sauver les apparences pour qu’elle ne soit pas effrayée mais bien de lui dire la vérité. Les Lycans demeuraient des créatures sauvages mais désormais leur organisation faisait qu’ils s’étaient calqués sur la société jusqu’à l’intégrer sans plus de mal. Du moins c’est ce que suggérait les apparences en le voyant lui, elle ignorait quel était son métier mais son appartement confirmait qu’il vivait assez à l’aise et qu’il devait donc avoir une bonne position. Ciara avait décidé de le croire et de lui faire confiance, de toute façon elle n’avait rien à perdre. Elle commençait alors à comprendre le sort qu’il lui avait été réservé. Jamais elle aurait cru cela mais avec ces informations elle était plus à même de pardonner et d’accepter sa condition de louve.

La jeune femme ajusta sa veste, soupira doucement, étant encore dans une hésitation et des aprioris. Elle n’avait eu qu’une seule idée dans le crâne depuis tout ce temps. Elle se sentait un peu idiote de ne pas avoir fait des recherches plus poussées et de ne pas avoir essayé de dompter cette part d’elle-même au lieu de la tasser bien au fond et l’empêcher de sortir avec diverses techniques qui souvent lui avaient fait du mal. Elle savait qu’elle allait finir par le regretter, mais ‘était beaucoup trop tard pour faire demi tour et faire comme si de rien était. Lorsqu’il lui demanda si elle était disponible pour rencontrer les parrains le soir même, un nœud se fit dans l’estomac. De l’appréhension, de la haine, elle avait cherché à réprimer ce côté d’elle-même et avait encore du mal à se faire à l’idée qu’elle finirait inévitablement par se transformer.

« Oui, du moins….Si je ne le fais pas aujourd’hui je ne le ferais jamais. »

Elle se pinça les lèvres puis releva les yeux vers Aodh alors qu’elle semblait soudainement moins certaine après quelques vives réflexions qui lui passèrent par l’esprit.

« Ca vous est déjà arrivé de ramener un égaré comme moi ? Je dis m’attendre à me faire sermonner ou quelque chose comme ça ? Puisque vous avez dit que c’est assez rare, je vais sans doute apparaitre comme la mauvaise herbe. Qu’est ce qui me dit qu’ils ne voudront pas se débarrasser de moi ? Mon frère a tué le lycan qui m’a mordu et si j’avais été armée au moment où je vous ai vu j’en aurais sans doute fait de même… »

Puisqu’ils jouaient sur l’honnêteté, elle voulait être certaine de ce qui allait l’attendre ou de ce qu’on allait lui dire. Dans le cas ou il y avait un risque, elle devait alors s’en aller de cet endroit sur la minute, ne lui en déplaise.





copyright acidbrain
Spécialiste
avatar


© TAZER.
 
Messages : 124
Date d'inscription : 21/08/2015
Mon personnage :
Race : Lycan
Groupe sociétal ou indépendant : La Garde
Âge actuel : 34 ans
Situation amoureuse : Célibâtard
Emploi dans le monde des humains : Lieutenant dans la police dublinoise, au Bridewell Garda (quartier Cabra)
Informations : Spécialiste dans la Garde ; il est apprécié pour son efficacité mais détesté par certains à cause de son caractère et de ses manières discutables.
Est l'un des parrains de sa Famille et lieutenant dans la police au Bridewell Garda.

Message par Aodh Ò Murchadah le Mer 18 Mai - 16:53

Revenir en haut
Au clair de la lune
Ciara & Aodh
“Tu sais ce que c'est la mélancolie? Tu as déjà vu une éclipse? Et bien, c'est ça: la lune qui se glisse devant le coeur, et le coeur qui ne donne plus sa lumière. La nuit en plein jour.” ▬ Christian Bobin



- A la bonne heure, fit-il presque joyeusement lorsqu'elle décida de se soumettre à la rencontre officielle dès ce soir.

Toutefois, elle émit d'autres idées au lycan, qui lui parurent saugrenues? Rongeant son frein, et réprimant le léger agacement qui prenait doucement Aodh, il tenta d'accueillir ses nouveaux doutes avec diplomatie. Un sourire forcé étira ses lèvres et il s'approcha de la jeune femme pour ensuite poser une main sur son épaule, qui se voulait réconfortante. Il sentit, par ses sens aiguisés et encore sensibles de la pleine lune passer, le frisson qui fit frémir sa peau sous son vêtement. Etait-ce un frisson de peur ou de dégoût ? Il huma l'air embaumant la jeune femme, tentant d'y déceler l'indicateur chimique de son émotion, et il n'y vit qu'un capharnaüm émotionnel qui le dérouta et le fit froncer les sourcils. Son ton eut trop de dureté à son goût, mais il avait déjà fini de parler lorsqu'il s'en rendit compte, s'exprimant vite à présent.

- Il n'y aura strictement aucune utilité à t'exiler, même si certains de tes actes passés peuvent leur déplaire. Les Familles sont là pour accueillir et guidées, cela pour, justement, éviter des débordements. Que t'aies tuer un autre lycan ou non n'y changera pas grand-chose. On ne te malmènera pas pour cela. Ce seront tes actions futures qui détermineront l'appréciation des autres, au final. Car, oui, après ce soir, tu devras te plier à nos règles...

Il n'avait pas voulu dire cette phrase de manière menaçante, et s'était efforcé de le dire avec calme et posément, tout en gardant le ton péremptoire qui se voulait de mise pour une telle mise en garde. Aodh s'écarta alors d'elle, lui tourna le dos puis s'étira, faisant craquer ses doigts en tendant les bras devant lui, puis ajouta tout en allant chercher ses chaussures :

- Bon, nous sommes le matin. Je te propose d'aller manger un bout en ville, pour la pause de midi, si tu le souhaites, et ensuite... Il alla s'asseoir sur une chaise et enfila ses godasses, des baskets noirs. Tu es libre de faire ce que tu veux. A moins que tu ne veuilles vaquer à tes occupations dès maintenant. Je te donnerais rendez-vous à un endroit bien précis, à une certaine heure, et je te demanderais de ne pas être en retard, ce serait malvenu, termina-t-il en se relevant.

Le lycan se déplaça à nouveau dans la pièce, contournant la jeune femme, et attrapa un sweat gris qu'il enfila la tête la première. Ses yeux rencontrèrent les siens ; il souriait sereinement.

- Alors ? Tu me suis ou pas ?



© Gasmask
Corbeau
avatar


He doesn't think I'm that fucking dumb does he?
« Popping, popping balloons with guns, getting high off helium. We paint white roses red, each shade from a different person's head»
Messages : 75
Date d'inscription : 31/03/2016

Message par Ciara Ó Ceallaigh le Sam 21 Mai - 9:01

Revenir en haut
 
Au clair de la Lune
-

Ciara était rassurée de savoir qu’on ne lui tiendrait pas rigueur de ce qu’il s’était passé auparavant, ce qui faisait nettement redescendre la pression qu’elle s’était mise toute seule. Elle avait envie de lui faire confiance. Du coup, lorsqu’il lui proposa de sortir, la réponse n’eut pas de mal à sortir, bien plus à l’aise.

« Ouais, je te suis »

Ciara avait répondu de manière très automatique sans réfléchir au fait qu’habituellement elle n’était pas du genre à chercher à faire de nouvelles connaissances afin de se protéger et aussi parce que ses activités demandaient un peu plus de discrétion. Ils sortirent ainsi de l’immeuble, Ciara tenta alors de repérer le quartier dans lequel ils se trouvaient et n’eut pas de mal à reconnaitre Cabra. Ca la rassurait quelque peu, elle n’aurait clairement pas aimé se retrouver dans un coin paumé, ainsi elle emboita le pas à côté du lycan, levant le nez un peu partout et surtout très stressée de sortir sans son amulette. Elle ne craignait pas de se transformer mais il était devenu quelque chose de rassurant, après tout c’était son frère qui lui avait offert le premier et elle avait eu l’impression de toujours avoir sa protection au travers de celui-ci après sa mort. La jeune femme déglutit et passa sa main à son cou là où manquait la chainette.

Un silence s’installa le temps qu’ils progressent en ville et qu’ils choisissent un endroit où se poser. Ciara prit place en face de lui après avoir retiré sa veste et observa les alentours par un réflexe. Les issues de secours, les visages au cas où quelqu’un la connaissait et aussi les objets qui pouvaient lui servir d’arme. Elle n’avait pas l’habitude de sortir en plein jour, elle préférait se déplacer dans l’ombre et elle avait complètement oublié ce détail avant d’accepter la proposition d’Aodh. A ses yeux elle aurait juste l’air d’une femme paumée un peu timide et renfermée par ses soucis de lycan alors que dans le fond c’était bien plus complexe que cela.

Une serveuse vint commander leurs plats et leurs boissons puis s’en alla aussitôt. Ciara reporta son attention sur Aodh puise se pencha légèrement pour être plus discrète et qu’il soit le seul à entendre sa question.

« Il m’arrive d’avoir l’impression de reconnaitre certains lycans mais c’était souvent annihilé par l’amulette. Est-ce vrai que l’on peut se reconnaitre à l’odeur ? »

En prenant du recul, et sans amulette, elle avait l’impression d’avoir les sens complètement en ébullition, comme si elle était complètement sensibilisée par la moindre odeur, le moindre mouvement, le moindre son.

« J’ai déjà eu l’occasion de profiter de cette sensibilité mais je ne l’ai jamais ressentie aussi importante que maintenant… » Fit elle en scrutant les alentours, à l'affut.

C’était effrayant et fascinant à la fois.





copyright acidbrain
Spécialiste
avatar


© TAZER.
 
Messages : 124
Date d'inscription : 21/08/2015
Mon personnage :
Race : Lycan
Groupe sociétal ou indépendant : La Garde
Âge actuel : 34 ans
Situation amoureuse : Célibâtard
Emploi dans le monde des humains : Lieutenant dans la police dublinoise, au Bridewell Garda (quartier Cabra)
Informations : Spécialiste dans la Garde ; il est apprécié pour son efficacité mais détesté par certains à cause de son caractère et de ses manières discutables.
Est l'un des parrains de sa Famille et lieutenant dans la police au Bridewell Garda.

Message par Aodh Ò Murchadah le Sam 21 Mai - 14:42

Revenir en haut
Au clair de la lune
Ciara & Aodh
“Tu sais ce que c'est la mélancolie? Tu as déjà vu une éclipse? Et bien, c'est ça: la lune qui se glisse devant le coeur, et le coeur qui ne donne plus sa lumière. La nuit en plein jour.” ▬ Christian Bobin



- Parfait, dit-il.

Ils se préparèrent et ne tardèrent pas à sortir du duplex d'Aodh, situé dans le beau quartier de Cabre, non loin de là où le lycan travaillait sous couverture de policier. Ils ne prirent aucun transport et marchèrent, à leur aise, profitant de ce fait d'un des précieux jours ensoleillés d'Irlande. Quoique la fraîcheur hivernale persistait à s'insinuer sous les pans de leurs manteaux, leur arrachant quelques frissons de temps à autre, les rayons sur leur peau leur firent du bien. Aodh se sentait allégé, comme à chaque fois qu'il se savait en train d'accomplir quelque chose d'important, ce qui nourrissait son propre orgueil. Une fois de plus, il agissait pour le bien d'autrui et de sa Famille. Ciara n'avait sûrement pas conscience de tout ça dans le moindre détail, mais Aodh savait ce qu'il faisait : il supprimait un danger potentiel de Dublin en l'accueillant ainsi parmi ceux de sa race. Il voyait bien à son expression intimidée, son nez frétillant, ses yeux parcourant les alentours avec une vivacité qui n'avait rien d'humain, qu'elle se sentait chamboulée, perdue même, et certainement effrayée. Tout cela était nouveau pour elle, et l'inconnu avait toujours eu don d'impressionner la nature humaine et animale. Il savait cependant que, bientôt, plus vite qu'ils ne le croyaient tous deux, qu'elle lui serait un jour reconnaissante. Elle ressentirait bientôt les bienfaits de faire partie d'un groupe, de se sentir protégée et, surtout, de ne plus se sentir seule et désœuvrée face à ce monde de fous.

Il devinait toutefois que, derrière ce visage de jeune fille innocente, se dissimulait une histoire complexe et longue à raconter. Bien évidemment, il n'était pas encore assez proche d'elle pour la questionner sur quoique ce soit. Le peu qu'il en savait l'aiguillait déjà sur de plus grands chapitres de sa vie, qu'il ne pouvait savoir, mais qu'il sentait lourd de vécu. Peut-être même bien douloureux. Enfin, un jour, qui sait, aurait-elle l'impression de parler à un frère plutôt qu'à un étranger, et pourra-t-il l'aider davantage, si tel était son souhait. En tout cas, la voir frémir à la moindre odeur, à la moindre lumière devenue plus éclatante sans son amulette, au moindre sursaut de la brise froide, lui indiquait qu'il avait énormément de travail à faire la concernant.

Ils finirent par trouver un endroit convenable, ni trop vide, ni trop bondé, et ils s'installèrent à l'intérieur, dans un coin tranquille, à une table pour seulement deux personnes. La brasserie n'avait rien d'exceptionnel mais Aodh savait qu'ils offraient ici des plats délicieux et que Ciara apprécierait sûrement de savourer leur gigot aux herbes avec ses sens en éveil comme maintenant. D'ailleurs, elle confirma cela en en parlant, et lui posa aussi une question à laquelle Aodh répondit également sur un ton bas :

- Oui, c'est le cas. Sinon je ne me serais pas attardée sur toi, hier soir, et aurais passé mon chemin. Et il est normal que tu te sentes si sensible, je ne vais pas te cacher que c'est le cas, pour moi aussi. La pleine lune fait encore effet sur nous deux.

S'adossant plus confortablement sur la banquette en cuir moelleux, il ajouta :

- Tu devrais en profiter, et non en avoir peur. C'est quelque chose d'agréable, ne trouves-tu pas ? Enfin, pour ma part, je suis né lycanthrope. Je ne sais absolument pas ce que c'est que d'avoir un odorat de simple humain et, honnêtement, je n'aimerais pas être amputé de mes facultés. Dans beaucoup de situations, avoir une meilleure ouïe, vision ou odorat, et même de biens meilleurs réflexes, ça peut s'avérer très utile... Surtout lorsque nous sommes en danger.

Il insista sur le dernier mot, volontairement. Aodh savait qu'il devrait briefé Ciara sur les risques qu'elle risquait de courir en se révélant lycane. Bien évidemment, le temps des chasseurs de surnaturels était révolu, mais il restait des dangers que seules les créatures surnaturelles connaissaient. Les humains, ignorants de cette part du monde, n'en savaient rien. Ciara avait toujours vécu comme une simple humaine, mais en intégrant officiellement une Famille, elle allait voir s'ouvrir un tout autre univers, avec ses avantages et ses inconvénients. Mieux valait qu'elle sache rapidement à quoi elle s'exposait. Il reprit la parole et demanda :

- Es-tu au courant qu'il n'y a pas seulement les lycans comme êtres surnaturels ?





© Gasmask
Corbeau
avatar


He doesn't think I'm that fucking dumb does he?
« Popping, popping balloons with guns, getting high off helium. We paint white roses red, each shade from a different person's head»
Messages : 75
Date d'inscription : 31/03/2016

Message par Ciara Ó Ceallaigh le Sam 21 Mai - 17:10

Revenir en haut
 
Au clair de la Lune
-

C’était tout à fait étrange comme sensation d’être aussi sensibilisé. Elle découvrait le monde sous de nouvelles facettes qu’elle n’avait jamais soupçonnées. Observant Aodh, il lui expliqua que ce qu’elle ressentait était tout à fait normal et qu’elle ne devait pas en avoir peur. Elle n’en était pas effrayée, juste perturbée et avait a présent bien conscience qu’elle n’était plus humaine. Elle avait vécu un peu plus de dix ans en annihilant tout cela au fond d’elle-même, et c’était aujourd’hui sous la bienveillance d’un lycan qu’elle avait l’impression pour la première fois depuis longtemps de pouvoir être elle-même. Elle comprenait assurément Aodh qui n’imaginait pas pouvoir vivre sans. D’ailleurs lorsqu’il se demanda comment était la vie sans telles facultés, elle n’eut pas de mal à répondre :

« Le monde est…fade…bien plus fade.. »

La jeune femme étouffa un rire, n’en revenant toujours pas à quel point elle avait bien plus conscience d’être en vie. Cela allait être bien pratique pour ses missions d’infiltration, ses meurtres et lorsqu’elle aurait besoin de pister quelqu’un. Elle avait déjà remarqué qu’elle courrait plus vite qu’à l’origine mais n’avait pas eu le bonheur de constater les autres avantages que donnait le fait d’avoir une part animale. Aodh aussi semblait le voir de ce point de vue là, alors elle se demandait dans quelles circonstances il profitait d’avoir quelques capacités surhumaines. Il avait éveillé sa curiosité, qui était-il ? Que faisait-il ? C’était sans doute des choses qu’elle allait savoir au fil de leurs conversations mais au risque de paraitre suspecte, elle ravalait ses questions, elles viendraient en temps voulu.

Lorsqu’il lui demanda si elle était au courant de l’existence des autres surnaturels, la jeune femme s’empressa d’hocher positivement la tête. Peut être qu’il y en avait plus que ce qu’elle avait déjà recensé mais elle avait rencontré au moins un de chaque.

« Aye, j’ai même compris d’où venait la mésentente entre les lycans et les vampires… » Fit elle avec un large sourire. « Pour le moment je sais juste que leur odeur m’insupporte mais j’ignore jusqu’où cela peut aller puisque j’en ai rencontré qu’une. »

Ciara pouvait désormais s’apercevoir qu’elle avait bien des choses et des bases à revoir afin que tout se passe pour le mieux.

« Enfin, elle ne m’a pas attaqué, j’ignore si c’est comme dans underworld ou pas… Pour les autres je n’ai pas rencontré de problème, sauf pour certains possédés, y’en a qui sont très bizarres… »

Le cinéma n’était pas ce qu’il y avait de plus éducateur puisque c’était là la vision des humains, elle avait fini par le comprendre.

« Comment tu les vois toi, ces surnaturels ? T'en fréquentes beaucoup ? J'imagine que si on arrive a vivre avec les humains, ça doit être la même chose ? »





copyright acidbrain
Spécialiste
avatar


© TAZER.
 
Messages : 124
Date d'inscription : 21/08/2015
Mon personnage :
Race : Lycan
Groupe sociétal ou indépendant : La Garde
Âge actuel : 34 ans
Situation amoureuse : Célibâtard
Emploi dans le monde des humains : Lieutenant dans la police dublinoise, au Bridewell Garda (quartier Cabra)
Informations : Spécialiste dans la Garde ; il est apprécié pour son efficacité mais détesté par certains à cause de son caractère et de ses manières discutables.
Est l'un des parrains de sa Famille et lieutenant dans la police au Bridewell Garda.

Message par Aodh Ò Murchadah le Sam 21 Mai - 18:12

Revenir en haut
Au clair de la lune
Ciara & Aodh
“Tu sais ce que c'est la mélancolie? Tu as déjà vu une éclipse? Et bien, c'est ça: la lune qui se glisse devant le coeur, et le coeur qui ne donne plus sa lumière. La nuit en plein jour.” ▬ Christian Bobin



Aodh ne put cacher son soulagement. Bon, au moins, elle était loin d'être une complète inculte sur le monde surnaturel. Cela lui mâchait tout de même pas mal le boulot. Il se promit, de ce fait, d'agrandir ses connaissances en lui offrant quelques bouquins sur le sujet, et conçus par des êtres surnaturels du Cercle. Donc bien plus fiables que les imbécillités que pondaient les humains à leur sujet, même s'ils avaient réussi à mettre le doigt sur le principal, beaucoup d'erreurs et d'exagérations avaient vu le jour ainsi. Comme le simple fait que les lycans n'étaient que des bêtes affamées continuellement en recherche de chair fraîche... S'il était vrai que cette race avait un penchant certain pour le sang, il n'y avait pas plus de meurtres de sang-froid chez eux que chez les humains. A bien y penser, ces derniers étaient même pires. Avoir des griffes et des crocs, ou tenir une arme à feu, il se demandait vraiment pourquoi ce fut le premier arsenal qui était vu comme le pire... Ces humains et leur logique incompréhensible...

La jeune lycane lui parla brièvement d'une rencontre avec une vampire. Ce passage intrigua fortement Aodh. Si celle-là n'avait pas cherché à la tuer, pourquoi l'avait-elle croisée ? Pur hasard ? Aodh avait du mal à y croire mais ce n'était pas une chose négligeable. De jeunes lycans et vampires ne cherchaient pas toujours à s'éviter, et pouvaient être amenés à se rencontrer sans qu'il n'y ait cherché quoique ce soit. Aodh se rendit compte que sa déformation professionnelle et de sa méfiance naturelle à l'égard de tout, même des choses qui purent paraître anodines à autrui. Bien sûr qu'un vampire et un lycan pouvaient se trouver face à face sans spécialement chercher la bagarre, ou à étriper son antagoniste... Qu'on se le dise, chaque être, surnaturel ou non, avait sa propre personnalité, et si la haine mutuelle des vampires et des lycans n'était pas un mythe, les individus avaient totalement le choix de se donner à la rage ancestrale qui animait leur race ou non. Dans le cas de Ciara, ça n'avait été sûrement que son ignorance, ou simplement l'absence de désir de se battre pour une cause qui lui restait étrangère - renier sa condition de lycane voulait aussi dire renier tout ce qui faisait un lycan - et la vampire était peut-être l'une de ces pacifistes incompris par ses pairs.

- Cette vampire, comment l'as-tu rencontrée ? demanda-t-il, décidément bien trop curieux pour ne pas chercher à en savoir plus. Elle n'a pas du tout essayé de te faire du mal ?

Prêt à cela, Aodh accueillit les questions de Ciara en retour avec patience. C'était son rôle, tout de même, et qu'importe la manière de l'instruire et la guider, si c'était par le biais d'un interrogatoire endiablé, il était prêt à s'y soumettre.

- Hé bien, j'essaie de voir chaque personne individuellement de sa race, mais, je ne vais pas te mentir, les vampires... J'ai un mal fou à les supporter. Enfin, je suis flic, et même si c'est là un métier banalement humain, j'y ai appris à rester neutre. Cela s'est étendu à mes relations avec d'autres surnaturels également.

Il n'avait pas encore envie de parler de sa véritable profession à Ciara. Il ne la connaissait pas, et ne savait pas encore s'il pouvait complètement se fier à elle. Bon, il est vrai, à première vue, il ne voyait pas bien en quoi elle pourrait être une menace d'une façon ou d'une autre, mais c'était un réflexe chez lui de ne pas parler de ses activités dans l'ombre au premier venu. Il n'était pas toujours bien vu d'être un Spécialiste, que beaucoup appelaient ça du meurtre pur et simple, quoique organisé par des supérieurs. Certains s'amusaient même à l'appeler le Chienchien à son maîmaître, ce qui avait le don de le mettre dans tous ses états auparavant. Il décida, de ce fait, de ne rien dévoiler à Ciara pour le moment. Elle devrait se montrer digne de sa confiance au préalable.

- Donc, oui, tu as vu juste, continua-t-il, avec un sourire entendu. C'est comme les humains. Ce n'est pas parce que tu croiseras un vampire que celui-ci te haïra à la mort d'office. Comme tu as pu en faire l'expérience. Et vice-versa... Haïr les vampires sera dû à ta simple volonté.






© Gasmask
Corbeau
avatar


He doesn't think I'm that fucking dumb does he?
« Popping, popping balloons with guns, getting high off helium. We paint white roses red, each shade from a different person's head»
Messages : 75
Date d'inscription : 31/03/2016

Message par Ciara Ó Ceallaigh le Sam 21 Mai - 19:53

Revenir en haut
 
Au clair de la Lune
-

« Elle était dans un groupe d’amis, du coup non, elle n’a pas essayé de m’attaquer. C’était la première fois que j’en croisais une, je ne savais pas comment réagir du coup je suis restée assez éloignée d’elle au début et puis en fait ça ne semblait pas la déranger. »

Ciara étouffa un rire en entendant Aodh dire qu’il avait du mal à supporter les vampires. Elle n’avait jamais pensé un jour dire cela mais elle comprenait tout à fait pourquoi maintenant et était rassurée de voir qu’il ne s’agissait pas seulement d’elle mais bien d’un fait qui touchait tous les lycans. En revanche lorsqu’il déclara être flic cela la fit soudainement moins rire. Son sourire s’effaça, elle déglutit. Elle ne pouvait pas avoir de réaction excessive ou cela serait suspect. Mais le savoir compliquait beaucoup les choses et elle allait devoir faire très attention à son comportement et à ce qu’elle lui dirait désormais. C’était ironique de voir un flic et une tueuse à gages papoter comme si de rien était, lui qui était très vite apparu comme une figure de grand frère dans sa tête, elle se retrouvait dans de beaux draps…Pendant un court instant elle eu envie de mettre un terme a la discussion, lui dire de l’oublier et disparaitre.

Mais c’était trop tard.

Ciara ne montra pas la moindre émotion sur le visage à cette révélation, se maitrisant de justesse et eu besoin de faire beaucoup d’efforts pour ne pas paraitre agacée. Elle jouait avec le feu, elle en avait conscience mais ne pouvait pas tout arrêter maintenant alors qu’elle s’était engagée et qu’elle avait l’impression d’être plus motivée à l’idée de maitriser sa nature de lycan. Il allait beaucoup lui apporter, le tout était de rester prudente et tout se passerait pour le mieux. Elle étira un fin sourire en coin.

« Etre lycan et flic, j’avoue que c’est un joli combo, tu m’étonnes que ça te soit utile ! »

C’était le seul commentaire qui sorti d’entre ses lèvres pour ne pas paraitre mal à l’aise et quand bien même elle le pensait totalement.
A part cela, c’était intéressant de savoir que même entre surnaturels ils avaient appris à faire la part des choses au fil des siècles puisqu’elle se doutait bien que la paix ne fût pas originelle. Elle avait bien des choses à revoir et à apprendre, elle s’était même surprise à penser un jour à s’intéresser de près à l’histoire de toutes ces races alors qu’elle avait passé tout ce temps à les catégoriser comme des monstres dignes de la série American Horror Story.

La serveuse revint avec leurs commandes, Ciara avait une faim de loup et après lui avoir souhaité bon appétit, ne se priva pas de rajouter beaucoup de sauce piquante et commença à dévorer son plat.

« Tu as beaucoup de lycans dans la famille dont tu es le parrain ? Moi aussi je vais en avoir un après les avoir rencontré ? » demanda t-elle en lui faisant passer du pain.






copyright acidbrain
Spécialiste
avatar


© TAZER.
 
Messages : 124
Date d'inscription : 21/08/2015
Mon personnage :
Race : Lycan
Groupe sociétal ou indépendant : La Garde
Âge actuel : 34 ans
Situation amoureuse : Célibâtard
Emploi dans le monde des humains : Lieutenant dans la police dublinoise, au Bridewell Garda (quartier Cabra)
Informations : Spécialiste dans la Garde ; il est apprécié pour son efficacité mais détesté par certains à cause de son caractère et de ses manières discutables.
Est l'un des parrains de sa Famille et lieutenant dans la police au Bridewell Garda.

Message par Aodh Ò Murchadah le Dim 22 Mai - 2:23

Revenir en haut
Au clair de la lune
Ciara & Aodh
“Tu sais ce que c'est la mélancolie? Tu as déjà vu une éclipse? Et bien, c'est ça: la lune qui se glisse devant le coeur, et le coeur qui ne donne plus sa lumière. La nuit en plein jour.” ▬ Christian Bobin



Si Ciara eut un changement d'attitude, même infime, Aodh ne vit rien. S'il ne se sentait pas en entière confiance, simplement à cause de sa nature méfiante, il ne la craignait aucunement, ne voyait en elle nulle menace d'aucune forme. Il lorgnait les autres personnes dans la brasserie, ne faisant qu'à moitié attention à elle, ne reportant son attention sur leur conversation que lorsque cela fut nécessaire. Son naturel faisait surface et il apparaissait clairement comme quelqu'un se sentant supérieur à autrui, non pas sans raison, mais cela en agaçait plus d'un. Son regard était calculateur, observateur, comme s'il cherchait à analyser chaque personnalité ici présente, sans qu'il ne s'en rende réellement compte. Il avait cette nonchalance des gens qui se savaient en pleine possession de leurs moyens, se sentant toujours chez eux n'importe où, inatteignable, imperturbable. Il fut tenté d'allumer une cigarette, la sortit puis, remarquant un panneau interdiction de fumer, il poussa un soupir non réprimé et rangea le tube dans sa boîte en métal.

Alors qu'elle exprima son étonnement, voire peut-être une certaine admiration, en sachant son métier et son statut de Parrain, il eut un rire hautain et faussement négligé.

- Comme je te l'ai dit, être lieutenant de police n'est qu'une couverture, et un moyen d'atteindre plus facilement mes réels objectifs. Etre flic me permet d'avoir accès à certaines informations primordiales. Je ne le suis pas devenu pour le plaisir de jouer de la matraque sur les simples citoyens.

Un froncement de sourcil indiqua silencieusement qu'il eut l'impression d'en avoir déjà trop dit. Enfin, à bien y penser, cela restait assez vague, et peut-être penserait-elle seulement à des affaires ne concernant que les lycans. D'ailleurs, avait-elle connaissance des trois grandes organisations régissant le monde des surnaturels ? Il se promit d'en venir là-dessus au plus vite. Il ajouta, mentant légèrement pour dissiper une éventuelle suspicion :

- Enfin, comme tu le sais maintenant, je suis Parrain. Cela implique pas mal de responsabilités, de tous types. Comme recueillir les louveteaux égarés, fit-il en soulignant ses propos d'un regard soutenu sur Ciara pour lui signifier qu'elle en faisait partie à ses yeux.

Il lui sourit, s'essayant à l'amabilité, ce qui n'était pas inutile lorsqu'on prenait quelqu'un sous son aile. Les plats arrivèrent enfin, deux grandes assiettes en équilibre sur les bras de la serveuse, que celle-ci plaça sous leur nez, éveillant davantage leurs sens. Aodh attaqua son assiette avec un certain plaisir et s'amusa de voir Ciara se mettre à dévorer littéralement. Ce n'était pas une femme comme Amanda qui se laisserait aller à une telle voracité, même si elle crevait de faim depuis trois jours, et il trouva risible de comparer deux femmes si différentes au final. A nouveau, la jeune femme, entre deux bouchées et la bouche à moitié pleine, lui posa une question.

- Oui, nous sommes plutôt nombreux, notre Famille a bonne réputation, on va dire. Après, le nombre exact, je ne saurais le dire... Autour d'une cinquantaine, dernièrement.

La deuxième question lui parut plus étrange et il ricana doucement.

- Un quoi ? Un Parrain ? Hé bien, ce sera moi. Je ne veux pas me vanter, mais tu peux t'estimer heureuse.

Le repas était délicieux, comme dans ses souvenirs, et Aodh ne chercha même pas à se le cacher. Il émit même un grognement de satisfaction qui n'avait rien d'humain, ressemblant à un ronronnement de gros chat.

- Terrible, hein ? Et sans ton médaillon, tu dois encore plus apprécier ce que tu manges, je me trompe ?




© Gasmask
Corbeau
avatar


He doesn't think I'm that fucking dumb does he?
« Popping, popping balloons with guns, getting high off helium. We paint white roses red, each shade from a different person's head»
Messages : 75
Date d'inscription : 31/03/2016

Message par Ciara Ó Ceallaigh le Dim 22 Mai - 11:19

Revenir en haut
 
Au clair de la Lune
-

Ciara enfourna un morceau de pain dans sa bouche lorsqu’il lui avoua que flic n’était qu’une couverture pour ses activités. Ce qui dans sa tête ressemblait étrangement à ce qu’elle faisait. La jeune femme observa les moindres traits de son visage comme si au traver de ces derniers elle pouvait lire la vérité sur ce qu’il appelait « objectifs ». Dans tous les cas dans le monde des malfrats elle ne l’avait jamais croisé.

« Intéressant.. » Fit elle en mâchouillant la mie.

Il avait éveillé sa curiosité mais avait aussi adouci ses craintes quand au fait qu’il soit flic. Dans tous les cas elle éviterait de dire qu’elle était la meurtrière de nombreux membres du conclave et d’autres innocents depuis quelques années. Elle ne lui posa pas plus de questions, se doutant bien qu’il ne souhaiterait pas détailler tout ceci alors qu’ils ne se connaissaient pas. Ciara aussi avait sa couverture, elle avait sa carte de visite comme informaticienne à son compte. Elles commençaient à prendre la poussière mais elles étaient toujours aussi mignonnes. La jeune femme y pensa d’ailleurs, fouilla à l’intérieur de son manteau et lui offrit une carte de visite. Bien évidemment il n’y avait pas de nom de famille inscrit, juste un numéro de téléphone, son site internet, son métier et le nom de sa petite entreprise, le tout décoré de nombreuses références geek et quelques petits cœurs et des lapins.

Lorsqu’il évoqua le fait qu’il s’occupait de louveteaux égarés, elle se senti bien évidemment visée et ne put s’empêcher d’aligner la blagounette en faisant mine de regarder derrière elle comme si ce n’était pas d’elle qu’il parlait. Puis il annonça qu’il serait donc son parrain, ce qui l’était en toute logique puisqu’il l’avait trouvé. Ciara avait donc ses hypothèses confirmées et allait le revoir bien assez souvent. Elle fut cependant bien étonnée que sa famille comptait une cinquantaine de personnes. En réalité elle ne s’était pas attendue à ce qu’il y ait autant de personnes. Elle avait été aveugle tout ce temps, elle qui avait pensé que les surnaturels étaient qu’une minorité de la population.

« Ah…ça fait beaucoup… » Fit elle légèrement perplexe.

Elle avait du en croiser par dizaines par jours sans même s’en rendre compte et cela ne faisait qu’augmenter le sentiment d’avoir été complètement débile et sur la mauvaise voie pendant tout ce temps. Quoi qu’il en soit elle noyait son désarroi en tournant sa fourchette dans ses spaghettis à la saute tomate, mangeant goulument avec la sensation de manger les meilleures pates de sa vie. Aodh lui fit la remarque, elle essuya la sauce tomate sur ses joues et eu alors les explications de ses ressentis. Elle n’avait jamais pensé que les facultés lycanes allaient jusqu’à rendre la bouffe plus intéressante à manger.

« J’avoue que je découvre certaines saveurs que je n’avais jusque là jamais remarquées ! Ca ne va pas être bon pour mon régime tout ça. » Fit elle en plaisantant.

C’était étrange, elle se sentait bien plus à l’aise avec lui malgré tout ce à quoi elle devait faire attention.

« J’ignorais que ça allait jusque là…Est-ce que les sensations sont décuplées aussi quand on est dans un grand huit ? Quand on plonge ses pieds dans l’eau chaude ? Quand la glace gèle le cerveau ? Quand on sent un parfum aussi ?...Et quand on… ? Enfin voila quand on.... »

Sur sa dernière question elle avait parlé un peu plus doucement, espérant qu’il voyait où elle voulait en venir. Elle n’était pas la mieux placée pour savoir ce qu’était ce genre de sensation mais elle avait l’intention de tester tout ce qui pouvait être ressenti différemment que sous la simple forme humaine.








copyright acidbrain
Contenu sponsorisé

Message par Contenu sponsorisé

Revenir en haut

La date/heure actuelle est Mar 22 Aoû - 1:41