AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

His Parliament is on fire when his hands are up.

Partagez
Visage
avatar


Darling, Darling, staying up til morning
⊹ lumos maxima

Messages : 118
Date d'inscription : 07/11/2015
Age : 26
Mon personnage :
Race : sorcière Telluram / poupée voodoo
Groupe sociétal ou indépendant : Conclave
Date de Naissance : 13/01/1983
Âge actuel : 33 ans
Situation amoureuse : en couple
Emploi dans le monde des humains : Juge

Message par Amanda J. Anderson le Mar 1 Déc - 16:34

Revenir en haut

His Parliament is on fire when his hands are up



Deux mois s’étaient écoulés depuis cette journée qui avait changé bien des choses dans son quotidien. Qui aurait pu croire qu’un homme lui fasse tourner la tête plus que son ultime idole Darren Brent ? C’était pourtant réel, rien n’aurait pu laisser croire que les premiers instants où ils s’étaient laissés allés à une folle nuit les marqueraient au point qu’ils se voient régulièrement. Aodh était un amant, un ami, quelqu’un auprès de qui elle pouvait être elle-même sans faire de faux semblants. C’était agréable pour elle de pouvoir prétendre à une vie sociale normale sans avoir besoin de tirer sur les sourires alors qu’elle n’en pensait pas moins. Il était arrivé qu’elle et Aodh se disputent un peu, ayant deux personnalités fortes il y avait certains points sur lesquels cela coinçait. Néanmoins leur passion l’un pour l’autre avait surpassé ces petites choses là et voilà où ils en étaient. Chacun de leur côté ils demeuraient libres, vivant cette relation plus d’un point de vue charnel que quelque chose de sérieux. Cela s’était fait naturellement, elle ne s’était d’ailleurs pas privée d’aller séduire un homme il y a de cela nue semaine pour se prouver qu’elle avait encore contrôle sur ses émotions. Pourtant ses pensées se tournaient toujours vers lui, inlassablement. Elle ne pouvait s’empêcher de comparer ces hommes à Aodh et se dire  que finalement ils ne lui arrivaient pas à la cheville. Une sensation étonnante à laquelle elle ne s’arrêtait pas cependant, préférant profiter des instants plutôt que de s’embarrasser de questions malgré que cela soit troublant. Ils n’en avaient pas parlé, ils pouvaient parler de tout mais n’avaient jamais abordé le fait que depuis ce soir là ils étaient inséparables. L’idée qu’elle puisse être attachée à une personne l’effrayait à vrai dire, ainsi il lui arrivait de faire le contraire de ce que son cœur voulait juste par pure fierté.

Une chose était cependant certaine, il hantait ses pensées. Dans la journée, par quelques sms échangés avec lui pour prendre des nouvelles de l’autre elle avait réussi à savoir à quelle heure il terminait son service. Malheureusement leurs horaires à la base ne coordonnaient pas mais la juge avait pu finalement se libérer pour se rendre disponible dès la fin de service d’Aodh. Un véritable coup de chance qu’elle avait saisi pour se rendre au commissariat. C‘est avec un large sourire qu’elle avait pris la route, tandis que le soleil avait totalement disparu ; les journées étaient déjà bien écourtées en cette fin de mois d’Octobre. Su le chemin, les dernières nouvelles passaient à la radio, la juge ne les écoutait que d’une oreille, laissant trainer le monde derrière elle alors que penser au fait qu’elle allait retrouver Aodh lui convenait bien plus. D’ailleurs dans un geste agacé, elle instaura le silence, coupant la radio pour n’avoir que le bruit des voitures en fond sonore.

Quelques minutes avaient suffit pour avaler la distance entre le palais de justice et le commissariat où travaillait Aodh. Sortant de sa voiture, elle se demandait s’il était là où s’il avait été appelé ailleurs, un regard sur sa montre lui indiquait qu’il ne tarderait pas à sortir d’ici de toute manière. Lorsqu’elle arriva devant le bâtiment elle vit au travers des fenêtres la silhouette du lycan. La juge sorti donc de sa voiture, s’appuyant à l’arrière de celle-ci en attendant qu’il finisse son travail pour la voir à l’extérieur. Il ne s’attendait certainement pas à ce qu’elle soit là, aussi elle espérait qu’il apprécierait cette visite improvisée. Elle avait été déçue de savoir qu’ils ne pouvaient pas se voir la veille alors elle avait tout mis en œuvre pour se rattraper ce lendemain. La juge profita de cet instant de solitude pour allumer une cigarette afin de se réchauffer un peu tandis qu’elle maintenait son manteau d’hiver fermé.  

Alors que la cigarette se consumait lentement entre ses lèvres, Amanda observait au travers de la vitre la vie s’agiter à l’intérieur du commissariat. Elle aurait pu entrer, mais quelque chose l’avait retenue, elle avait ainsi préféré rester dans l’ombre. Lorsqu’elle vit Aodh sortir, la sorcière étira un large sourire, elle serait la première personne qu’il remarquerait au vu d’où elle s’était placée et aurait alors tout loisir de voir son visage surpris par sa présence alors qu’une demi-heure avant ils essayaient de planifier leurs retrouvailles. La juge lui adressa un large sourire heureux et se décolla de l’arrière de sa voiture pour aller le saluer. Officiellement ils n’étaient pas un couple, du moins rien n’avait été clairement dit, alors Amanda s’était retenue de l’embrasser sur les lèvres même si l’envie lui brûlait le ventre alors qu’ils étaient en public en souhaitant éviter tout quiproquo. Non pas que cela l’aurait dérangée, mais c’était aussi un réflexe de sa part tant que rien n’était clair, elle ne souhaitait rien bousculer. La jeune femme se contenta donc d’une accolade amicale dans laquelle elle glissa discrètement baiser sous l’oreille d’Aodh, se délectant de son parfum comme une véritable drogue. Elle prit un peu plus de recul, et lui proposa donc le programme de la soirée.

« Je connais un endroit sympa où on pourrait aller manger, ça te dit ? »





© TITANIA
Spécialiste
avatar


© TAZER.
 
Messages : 124
Date d'inscription : 21/08/2015
Mon personnage :
Race : Lycan
Groupe sociétal ou indépendant : La Garde
Âge actuel : 34 ans
Situation amoureuse : Célibâtard
Emploi dans le monde des humains : Lieutenant dans la police dublinoise, au Bridewell Garda (quartier Cabra)
Informations : Spécialiste dans la Garde ; il est apprécié pour son efficacité mais détesté par certains à cause de son caractère et de ses manières discutables.
Est l'un des parrains de sa Famille et lieutenant dans la police au Bridewell Garda.

Message par Aodh Ò Murchadah le Jeu 3 Déc - 21:30

Revenir en haut
His parliament is on fire when his hands are up
Amanda & Aodh
“Aimer sans être aimée, c'est vouloir allumer une cigarette à une cigarette déjà éteinte.” ▬ George Sand

Aodh aurait été le dernier à croire qu'il puisse un jour se retrouver dans une relation plus ou moins régulière. Si son propre lui-même, venu du futur, le lui aurait dit, il lui aurait ri au nez avant de le renvoyer d'un coup de pied au cul. Aodh était de ces hommes libres, sur tous les fronts, libres même de ce qu'on appelait les sentiments. Non pas qu'Aodh se considère amoureux, mais il était tout bonnement accro à Amanda, et ne se voyait plus avec une autre femme qu'elle. S'il s'aventurait parfois avec d'autres jeunes filles en mal de sensations, il n'arrivait jamais à retrouver la même chose qu'avec la juge. L'avait-elle envoûté ? Cette sorcière avait-elle usé plus que de ses charmes naturels de femme ? En tout cas, le sort en était jeté. Il lui était dévoué, corps et âmes, à peu de choses près. Il gardait toutefois la tête froide et les yeux rivés sur ses missions et son objectif, mais il le faisait à présent avec l'esprit plein de doux souvenirs charnels et ses oreilles ne cessaient d'entendre sa voix aux sonorités chaudes, et son nez captait même en son absence des effluves de son parfum...

Ils ne pouvaient malheureusement pas se voir souvent. Quelque part, cela n'était pas si mal, et Aodh trouvait la situation bien meilleure que s'ils avaient eu le loisir de laisser s'installer une routine entre eux. Leurs rôles respectifs, l'un à la Garde et l'une au Conclave, leur laissaient peu d'opportunités pour passer des journées entières ensemble, et même les soirées de quelques heures se faisaient rares. Aodh courait dans tous les sens pour répondre à des missions où son efficacité était demandée - et elle était fort sollicitée - et pour piéger des malfrats en tout genre, soit sous le visage du lycan de la Garde soit sous celui du simple lieutenant. Découvrir et arrêter des coupables, des personnes dangereuses, était ce qui le maintenait le mieux en vie. Excepté, peut-être, depuis l'apparition d'Amanda. La belle avait réussi à devenir l'une des raisons essentielles à Aodh de se réveiller chaque matin, le cœur plein d'entrain, et c'était là quelque chose de totalement nouveau pour lui. Cela l'avait un tant soit peu perturbé au début, et puis il avait fini par s'y faire. Il n'était pas amoureux, ou alors il se le refusait. Le désir brûlait dans ses veines au simple énoncé du nom d'Amanda, cela dit, il était incapable de se dire que c'était là de l'amour. Aodh et l'amour, c'était comme vouloir associer le nuit et le jour ; étrange, fantasmagorique, irréaliste.

Cette journée commença sous la lumière de la routine ; il alla à son travail et s'occupa de paperasse, d'interroger un suspect sur un braquage de banque en périphérie dublinoise et de récupérer les dépositions de témoins et les plaintes de quelques affaires sans grand intérêt. Des vols de sac à main, à l'étalage ou une dispute de voisinage... Le genre d'affaire qui ennuyait le lieutenant mais que celui-ci devait bien évidemment accepter. Il s'attela à ces tâches avec sérieux, l'esprit un peu ailleurs, tourné vers la même personne que depuis des jours et des jours. Petite éclairci dans le train-train morne de sa journée, et qui l'aidait à ne pas soupir de lassitude chaque minute. Ils n'avaient pas pu se voir hier mais Aodh comptait bien rattraper ce retard, d'une façon ou d'une autre. Alors qu'il bouclait un ultime dossier avant de s'étirer le dos, ravi d'avoir fini avec son boulot pour aujourd'hui, il se demanda ce qu'il pourrait bien faire pour la voir tout de même. Enfilant sa veste en cuir sur son dos, il sortit du commissariat, pensif, lorsque son regard croisa un autre. Agréablement surpris, il sourit, un peu béat, et s'approcha d'elle, sincèrement heureux de cette improvisation. L'ayant salué avec une certaine distance qui semblait toujours de mise entre eux en public, chose qu'Aodh préférait, surtout sur son lieu de travail, elle lui proposa d'aller manger un bout et Aodh acquiesça aussitôt :

- Je meurs de faim. Je pourrais manger un bœuf entier, je crois, fit-il sur un ton d'humour.




© Gasmask
Visage
avatar


Darling, Darling, staying up til morning
⊹ lumos maxima

Messages : 118
Date d'inscription : 07/11/2015
Age : 26
Mon personnage :
Race : sorcière Telluram / poupée voodoo
Groupe sociétal ou indépendant : Conclave
Date de Naissance : 13/01/1983
Âge actuel : 33 ans
Situation amoureuse : en couple
Emploi dans le monde des humains : Juge

Message par Amanda J. Anderson le Ven 4 Déc - 21:51

Revenir en haut

His Parliament is on fire when his hands are up



Elle l’invita à monter dans sa voiture, avant qu’ils ne puissent plus supporter le froid et enfin profiter de l’un et de l’autre à l’abri des regards indiscrets.  L’avoir à ses côtés déjà comblait cette absence frustrante qui se faisait plus importante au fil de leurs entrevues. Aodh était devenu une véritable addiction, mais préférait tout venir naturellement plutôt que de se poser des questions qui pourraient tout remettre en doute. Il était bien là, à ses côtés, elle lui avait trouvé une bonne place et savait d’hors et déjà qu’il serait ce petit truc en plus de sa journée bien longue. Ils échangèrent d’abord quelques mots, concernant leurs journées respectives bien qu’ils avaient déjà dit le plus gros par sms. C’était apaisant, elle se réjouissait déjà de cette soirée en sa compagnie. Mais avant d’arriver au restaurant, elle avait certaines choses importantes à lui faire part. Alors, la sorcière sollicita le sérieux de son compagnon malgré la petite blague qu’elle venait de sortir, tout en demeurant concentrée sur sa conduite.

« J’ai rencontré un vieil ami avant-hier. Une entrevue improvisée mais houleuse, ça aurait pu aller vraiment très loin et certains mots n’auraient pas dû être prononcés là-bas. Un bon coup de fourchette dans la main m’aurait sans doute soulagée, si tu vois ce que je veux dire… »

Amanda respira profondément, sentant encore cette frustration qu’elle trainait depuis quelques jours. La tentation avait été forte ce jour là, fort heureusement elle avait appris à garder son sang froid par souci de couverture mais aussi parce qu’être visage au conclave lui demandait d’être irréprochable. Mais elle n’allait pas le laisser s’en tirer comme ça, c’était mal la connaitre que la croire inoffensive à la moindre crasse qu’on lui fait, bien au contraire. Elle n’allait pas user de rites vaudou pour le toucher, elle se vengerait de manière vile et totalement gratuite pour lui prouver que dans son organisation, le bavardage n’a aucun effet, seules les actions comptent. Grace au merveilleux hasard elle avait en sa compagnie quelqu’un qui serait fort intéressé de son profil. Aodh avait toutes les bonnes conditions pour partir à sa chasse, a partir du moment où il aurait l’information, Amanda savait que c’en était foutu de Danner. Amanda profita d’un feu rouge pour  lancer un regard au lieutenant, il verrait sans doute au fond de ses yeux, le mépris qu’elle éprouvait pour cet homme. C’est d’un large sourire cependant qu’elle prit un papier ayant appartenu à cette cible, ainsi elle le dénonça.

« Il est membre du XIII j’en étais d’hors et déjà persuadée mais à demi mots il s’est vendu. Il a fait tomber ça. Si tu veux le chopper tu as de quoi.»

Sur le papier était inscrite visiblement une adresse ou il devait sans doute se rendre régulièrement ou du moins trainer dans ce coin là. Elle n’avait pas à lui dire quoi faire, mais elle connaissait l’écriture de Danner et il n’aurait sans doute pas écrit cela pour s’amuser. A partir de ce moment là, elle laissait le lycan choisir ce qu’il voulait en faire mais connaissant les cibles communes des organisations c’était lui offrir une fleur. Le feu passa au vert, et elle redémarra, soupirant longuement comme libérée d’un poids. Quelques minutes en plus, et ils furent arrivés à destination, mais la sorcière ne descendit pas après avoir coupé le contact. Elle resta dans la voiture au cas où le lieutenant ait besoin d‘autres informations concernant Danner, s’attendant à ce qu’il lui demande certaines précisions par procédure judiciaire et par précautions puisqu’il ne s’agissait pas là d’une petite affaire.

« Je ne fais pas ça par intérêt personnel, il est dangereux et prêt à tout. »

Après cela elle pourrait profiter de la présence d’Aodh sans avoir ce parasite ennemi du bien commun et ses paroles empoisonnées en tête.






© TITANIA
Spécialiste
avatar


© TAZER.
 
Messages : 124
Date d'inscription : 21/08/2015
Mon personnage :
Race : Lycan
Groupe sociétal ou indépendant : La Garde
Âge actuel : 34 ans
Situation amoureuse : Célibâtard
Emploi dans le monde des humains : Lieutenant dans la police dublinoise, au Bridewell Garda (quartier Cabra)
Informations : Spécialiste dans la Garde ; il est apprécié pour son efficacité mais détesté par certains à cause de son caractère et de ses manières discutables.
Est l'un des parrains de sa Famille et lieutenant dans la police au Bridewell Garda.

Message par Aodh Ò Murchadah le Ven 11 Mar - 18:29

Revenir en haut
His parliament is on fire when his hands are up
Amanda & Aodh
“Aimer sans être aimée, c'est vouloir allumer une cigarette à une cigarette déjà éteinte.” ▬ George Sand

L'air sérieux qu'afficha Amanda, alors qu'elle prenait tranquillement le volant, fit tiquer Aodh. Il se tut, cependant, sachant bien qu'elle ne tarderait pas à faire part de sa pensée, comme elle l'eut annoncé à l'instant. Avec calme, le lycan prit le papier des mains de sa belle et tendre et, toujours en gardant le silence, il lut ce qui y était inscrit. Quelques notes éparses, qu'il ne put comprendre réellement sur le moment, et une adresse complète située dans les mauvais quartiers de Dublin. Relevant le regard vers Amanda, il l'écouta attentivement. Un... ami ? Il lui parut étrange de se dire qu'elle puisse traîner avec des malfrats, et se demanda soudainement à quel point cette femme s'impliquait-elle dans certaines affaires qui pourraient lui coûter la vie, ou peu s'en fallait. Son instinct protecteur émergea aussitôt et les premières paroles qu'il prononça en guise de réponse furent teintées d'inquiétude, de morale et légèrement de reproche.

- Te retrouves-tu souvent accompagnée de telles personnalités ? Si ce que tu dis est vrai et je te crois, je dois seulement vérifier de mon côté, tu était avec quelqu'un de dangereux. Enfin, oui, tu le sais, apparemment. Pourquoi prendre de tels risques physiquement ? Sait-il seulement ce que tu es ? N'aurait-il pas essayé de t'éliminer si cela avait été le cas, ou ne le cherche-t-il pas ?

Avec un profond soupir, il rangea le papier froissé et tâché de café dans le fond de sa poche. Il espérait profiter de cette soirée avec elle, tout simplement, laisser de côté leurs vies respectives tumultueuses au possible et juste prendre du bon temps. Malheureusement, la Juge et Visage avait mis sur le devant un sujet délicat, qui avait animé chez Aodh tout ce qui faisait de lui un bon Spécialiste. Ce besoin dévorant de devoir tout comprendre et d'élucider chaque affaire, décortiquant le moindre détail pour établir un jugement le plus vraisemblable possible et éviter ainsi de taper dans le faux. Cette qualité était appréciée à la Garde comme à la police mais, en cet instant, il risquait plutôt de devenir un cadeau empoisonné, rendant dès lors moins sympathique la soirée qui se profilait devant eux.

- Je ne sais pas si tu comptes revoir ce type. Si tel est le cas, je te demanderai de t'en abstenir. Je peux m'estimer déjà heureux qu'il n'est pas encore tenté d'attenter à ta vie ou... à ta dignité, s'il s'avère être un pervers en plus d'un hors-la-loi. Laisse-le moi à présent. J'en ferais mon affaire. La couleur du ciel ne lui sera bientôt plus qu'un souvenir, à moins que je ne décide de quelque chose de plus... radical.

Ses canines subitement dévoilées dans un sourire malsain luisirent à la pâle lueur de la lune montante, sa chère amie. Ses yeux, eux, ne lâchèrent pas Amanda une seule seconde, soutenant le fait qu'il soit absolument sérieux. Désirant adoucir le ton autoritaire qu'il savait avoir pris, malgré lui, par simple déformation professionnelle, il déposa une main chaude et rassurante sur le genou de son amie. Sa voix s'attendrit perceptiblement.

- Ne t'en offusque pas, je suis... seulement inquiet pour toi.




© Gasmask
Visage
avatar


Darling, Darling, staying up til morning
⊹ lumos maxima

Messages : 118
Date d'inscription : 07/11/2015
Age : 26
Mon personnage :
Race : sorcière Telluram / poupée voodoo
Groupe sociétal ou indépendant : Conclave
Date de Naissance : 13/01/1983
Âge actuel : 33 ans
Situation amoureuse : en couple
Emploi dans le monde des humains : Juge

Message par Amanda J. Anderson le Ven 11 Mar - 19:38

Revenir en haut

His Parliament is on fire when his hands are up



Si ce n’était pas Danner lui-même, en tout cas elle était intimement persuadée qu’ils chercheraient tôt ou tard à se débarrasser d’elle. Avec les récents événements et leur conversation bien plus houleuse qu’à l’accoutumée, elle savait que les choses allaient s’accélérer. Ainsi en le discutant avec Aodh, Amanda se préparait ; elle n’était pas du genre à prendre des risques pour rien et encore moins pour son organisation mais elle avait eu l’occasion de discuter avec Danner, elle en avait profité pour mettre un point final au dossier le concernant. Alors le verdict était tombé, il n’y avait plus qu’à souffler sur les braises. Les choses allaient bouger sur les prochaines semaines, Amanda n’allait pas non plus rester sans rien faire. Elle avait aussi l’intention de trouver les supérieurs de la garde afin de mettre fin à ces histoires et mettre ces vermines hors d’état de nuire. Ce n’était alors qu’une question de temps avant que tout ne se mette à bouger de leur côté.

« C’était un hasard, mais le lieu n’était pas adéquat pour qu’il tente de me nuire et quand bien même il ne l’aurait pas fait. C’est de ses convictions et de ses projets à l’encontre de nos deux organisations dont il faut se méfier et non de sa capacité à  se battre ou à faire mal à une femme. Et s’il voulait faire quelque chose dans le cas ou je deviens un obstacle pour lui, alors il ferait en sorte de ne laisser aucune trace donc ce n’était clairement pas le moment. »

Amanda comprenait parfaitement l’agacement d’Aodh, mais elle aurait facilement pu être en mesure de se défendre s’il avait tenté quelque chose. D’hors et déjà parce qu’ils étaient dans un lieu public au moment de la rencontre mais aussi grâce à ses capacités de sorcière – être une poupée voodoo vivante lui avait servit dans de nombreuses circonstances, autant de mains baladeuses que de tentatives de vols. Quoi qu’il en soit Danner n’était pas le genre psychopathe pervers et de ce côté-là, elle n’aurait rien eu à craindre. Amanda secoua négativement la tête lorsqu’il évoqua ce fait. De nos jours ce dont il fallait se méfier étaient ceux qui restaient dans l’ombre et non ceux qui faisaient tout pour se faire remarquer. Danner est un homme intelligent, pas un fou furieux impulsif.

Mais avec ces révélations, elle vit le regard assassin du lycan. Ses prunelles lunaires brillaient d’une soif dont elle pouvait comprendre les desseins. Elle le reconnaissait bien, cela la ramena d’ailleurs à la nature de leur relation ; car en lui avouant possiblement avoir recours à des moyens plus radicaux alors qu’elle travaille dans la justice, cela prouvait qu’il avait un tant soit peu confiance en elle. Il le pouvait, elle était très attachée au lycan outre le fait que ça l’arrangeait aussi de savoir Danner mort. Elle lui répondit tout de même afin de le rassurer sur la suite et au cas où elle viendrait à revoir le visage de cet homme.

« Il sait que s’il m’arrive quelque chose, il sera le premier suspect sur la liste et je viens de m’en assurer. Mais rassure toi, je ne pense pas le recroiser ou bien tu en seras le premier informé. »

Maintenant qu’elle lui avait tout dit concernant les circonstances de sa rencontre avec Danner, Amanda souhaitait laisser cela derrière puisqu’elle lui avait laissé le soin de prendre l’affaire en charge. Avoir la garde à leurs côtés leur serait bénéfique puisqu’ils avaient le même ennemi, avec cela elle prouverait qu’il est tout à fait possible d’avoir plus de possibilités en travaillant ensemble. La jeune femme posa sa main sur celle d’Aod, sincèrement touchée qu’il soit inquiet pour elle. Dans un geste tendre elle se pencha vers lui pour déposer un baiser sur ses lèvres avant de lui sourire doucement. Elle ne lui en voulait pas d’avoir été moralisateur, puisqu’à sa place elle aurait fait exactement la même chose.

« Allez viens, on va manger »

La juge sortit de la voiture, refermant les pans de son manteau alors qu’un courant d’air froid s’engouffra dans celui-ci et la fit frissonner alors qu’ils se dirigèrent vers le restaurant qu’elle avait choisi. En entrant ils furent très vite pris en charge, la sorcière avait anticipé et avait réservé une table, à l’écart afin qu’ils puissent être tranquille. C’était un restaurant assez simple, au cas où ils seraient surpris, cela aurait tout à fait l’air d’un after-work entre amis et non un dîner aux chandelles romantique. Amanda s’installa face à Aodh et retira son manteau ainsi que sa veste de tailleur, histoire d’avoir l’air moins stricte puisqu’elle n’avait pas eu le temps de passer chez elle pour se changer. Une serveuse vint leur donner les cartes des menus et les laissa aussitôt seuls afin qu’ils puissent choisir.

« Je t’invite, prends ce qui te fait plaisir » Fit elle dans un sourire.

Elle lui devait bien ça, elle espérait juste que ces révélations n'allaient pas l'empêcher de passer une bonne soirée avec elle.





© TITANIA
Spécialiste
avatar


© TAZER.
 
Messages : 124
Date d'inscription : 21/08/2015
Mon personnage :
Race : Lycan
Groupe sociétal ou indépendant : La Garde
Âge actuel : 34 ans
Situation amoureuse : Célibâtard
Emploi dans le monde des humains : Lieutenant dans la police dublinoise, au Bridewell Garda (quartier Cabra)
Informations : Spécialiste dans la Garde ; il est apprécié pour son efficacité mais détesté par certains à cause de son caractère et de ses manières discutables.
Est l'un des parrains de sa Famille et lieutenant dans la police au Bridewell Garda.

Message par Aodh Ò Murchadah le Ven 11 Mar - 20:03

Revenir en haut
His parliament is on fire when his hands are up
Amanda & Aodh
“Aimer sans être aimée, c'est vouloir allumer une cigarette à une cigarette déjà éteinte.” ▬ George Sand

Amanda était une femme droite et lucide, et c'était une chose qu'il adorait chez elle. Elle ne sembla pas vexée par son intervention quelque peu paternelle, ou machiste selon le point de vue qu'on pourrait avoir, et lui offrit même un baiser qui eut tôt fait de faire tomber les dernières craintes d'Aodh. Ses paroles également le rassurèrent. Elle avait tout prévu, et Aodh bénit en cet instant sa prudence qui était sûrement dû à une longue expérience. Ce n'était clairement pas une écervelée qui fonçait tête baissée dans les problèmes et jouait avec le feu. Pas comme lui qui, malgré son expérience, avait parfois tendance à ne pas trop se méfier d'autrui. S'il avait toujours réussi à se sortir des pires pétrins, il savait avoir risqué sa vie plus d'une fois. Avec amusement, il se rendit compte que son sermon avait été encore plus mal placé, et se promit de ne plus jamais jouer au père protecteur avec Amanda. Au fond, n'était-ce pas lui qui avait tout à apprendre d'elle ?

- Tu m'en vois soulagé, répondit-il après leur baiser, souriant pleinement.

Peu de temps après, la femme gara sa voiture et tous deux sortirent, affrontant le vent froid typique de leur pays ainsi qu'une légère bruine. Ce mois d'octobre promettait un hiver des plus rudes. Côte à côte, ils pénétrèrent dans le restaurant, un endroit simple, pas trop chic, un choix judicieux pour éviter d'attirer l'attention. Aodh n'avait cependant pas trop l'habitude de la familiarité avec laquelle ils furent reçus et décida de rester coi tandis qu'Amanda s'occupait elle-même de choisir leur table. Ils s'assirent à l'une du fond, un peu à l'écart, ce qui leur conférerait un minimum d'intimité. Le menu leur fut donné en double exemplaire. Lorsqu'Amanda décida de l'inviter, Aodh afficha un air goguenard.

- Certainement pas, ma douce. J'ai reçu une bonne éducation, ce qui a fait de moi un parfait gentleman. C'est moi qui offre.

Glissant une main qui alla rencontrer celle de la Juge, il étreignit doucement ses doigts encore froids et fit une légère caresse du pouce.

- Je suis content de te voir, fit-il, sincère.

Se redressant, le regard ancré dans celui de sa compagne, il prit un ton quelque peu plus sérieux :

- Tu as déclenché mon pire défaut : la curiosité. J'aimerais savoir tout ce que tu peux me dire sur ce... Danner, c'est bien ça ? Qui est-il, à quoi ressemble-t-il ?

La serveuse arriva à ce moment-là, perturbant l'interrogatoire d'Aodh, ce qui lui arracha un grognement indigné peu humain, ce qui fit sursauter la pauvre jeune femme. Il se força à afficher un air plus avenant mais, malgré cela, celle-ci se dépêcha de prendre leurs commandes avant de trottiner loin d'eux. Aodh soupira et reprit là où il en était.

- Qu'a-t-il fait dont tu as connaissance ? Cette adresse ne m'est pas suffisante pour mettre la main dessus.




© Gasmask
[/quote]
Visage
avatar


Darling, Darling, staying up til morning
⊹ lumos maxima

Messages : 118
Date d'inscription : 07/11/2015
Age : 26
Mon personnage :
Race : sorcière Telluram / poupée voodoo
Groupe sociétal ou indépendant : Conclave
Date de Naissance : 13/01/1983
Âge actuel : 33 ans
Situation amoureuse : en couple
Emploi dans le monde des humains : Juge

Message par Amanda J. Anderson le Ven 11 Mar - 20:56

Revenir en haut

His Parliament is on fire when his hands are up



C’était chose normale qu’elle l’invite, après tout c’était elle qui l’avait amené ici et elle le faisait travailler en dehors de ses heures. Mais le lieutenant sembla peu enclin à son invitation, appelant à la galanterie, il arracha un petit rire à la sorcière qui étira ses lèvres d’un sourire radieux. Ils auraient tout le temps de débattre là-dessus au moment ou ils auraient l’addition. Pour le moment, ils prenaient un peu de bon temps. Le lieutenant posa sa main sur celle de la jeune femme dans un geste d’affection qui fut la bienvenue alors qu’il lui déclara être heureux de la voir. Quelques mots qui lui allèrent droit au cœur.

« Moi aussi Aodh, je n’aurais pu passer une énième journée sans t’avoir vu. »

Les jours se faisaient longs, les nuits semblaient s’allonger davantage lorsqu’elle ne l’avait pas à ses côtés. Il arrivait des fois où elle l’invitait à venir chez elle-même à des heures très tardives de la nuit, histoire qu’ils puissent sentir la présence et la chaleur de l’un et de l’autre. Ils ne se voyaient que très peu mais après chaque entrevue c’était toujours la même chose la concernant, elle éprouvait un manque et une certaine frustration.

Alors la conversation tourna de nouveau sur le sujet qu’elle avait évoqué alors qu’ils étaient dans la route. Ainsi qu’elle aurait pu s’y attendre. C’était tout a fait justifié, même si elle comptait lui apporter d’autres précisions plus tard c’était tout aussi bien qu’il les lui demande maintenant. Amanda lui répondit donc avec le plus grand sérieux et le plus de précisions que lui offrait ce qu’elle savait de cet homme.

« Il s’appelle Danner Farag, c’est un homme avec une allure très sombre, très rock, plutôt grand, les cheveux blonds clairs et bouclés. Il est souvent en treillis avec des DocMartens. Je le reconnais de dos en général, il y a écrit "3eme Escadron d'Infanterie" à l’arrière de sa veste. »

Les avis de recherche étaient désormais lancés, elle savait qu’entre les mains d’un homme tel qu’Aodh, il aurait vite fait d’être retrouvé. Elle avait confiance en lui, en ses capacités et en sa logique. Amanda fit une courte pause lorsque la serveuse revint leur servir des rafraichissements et quelques apéritifs le temps qu’arrivent leurs plats une fois qu’ils eurent commandé. Amanda fit rapidement son choix et une fois la jeune fille partie, elle continua sur sa bonne voie concernant Danner :

« Je crois que c’est lui qui dirige le XIII, je le vois bien dans ce rôle là. Il n’a pas de domicile alors il est difficile de le trouver mais je sais qu’il se déplace beaucoup en ville. Deux de mes confrères ont été retrouvés calcinés alors qu’ils allaient à sa rencontre. Bien évidemment il n’y avait aucune preuve pour l’accuser. Il y a eu d’autres histoires comme ça dont je le pense responsable ; des tentatives de meurtre par exemple mais je pense que tu as les dossiers en archive, les affaires ont été classées »

Amanda sorti de son sac à main un stylo et un bout de papier où elle nota les numéros des dossiers concernés. A force de les avoir épluchés, elle les connaissait par cœur. Par chance, leurs deux métiers leur permettaient d’avoir accès à ces archives, ce qui prouvait que le hasard faisait bien les choses. Amanda lui donna le papier en ayant pris soin de noter le nom de l’homme recherché afin qu’il puisse l’avoir sous les yeux et l’imprimer visuellement. La sorcière lia de nouveau ses doigts à ceux d’Aodh et continua son petit récit en passant à la partie plus personnelle mais qui pourrait tout autant l’aider.

« Je l’ai rencontré quand je vivais encore aux Etats-Unis, j’ignorais tout de cela à cette époque là. C’était un ami et quand je suis arrivée en Irlande je l’ai recroisé et il a vite fait de descendre dans mon estime. Il m’a humiliée alors que j’étais en pleine conférence dans l’intérêt du conclave. Une question mal placée et il avait vite fait de foutre en l’air mon travail. J’ai failli perdre beaucoup à cause de lui, tu pourras trouver des articles sur internet. »

Divers bloggeurs et journalistes avaient descendu la juge juste à cause de la question de Danner alors que tout s’était très bien passé. Amanda aurait pu les faire censurer mais n’y avait vu aucun intérêt sinon d’effacer les traces de Danner. Ces histoires avaient fini aux oubliettes, de l’eau avait coulé sous les ponts et désormais elle ne recevait plus de menaces. Le conclave avait fait en sorte de laver sa réputation qui en avait pris un sale coup à cause de lui, fort heureusement Amanda est une femme qui ne se laisse pas intimider et avait continué sa vie comme si de rien était, n’ayant absolument rien à se reprocher et ne montrant pas la moindre trace de colère. Sauf envers Danner, il avait bien compris à leur dernière entrevue qu’elle avait très mal pris ces faits.

« Je sais que tu le coinceras, t’es doué pour mettre la main sur qui tu veux. » Fit-elle avec un petit rire taquin.

Accessoirement elle faisait autant référence au jour où ils s’étaient rencontrés. Il l’avait désirée il l’avait eue, tout comme elle, mais elle l’avait laissé venir et n’avait pu se jouer de lui plus longtemps. Amanda porta ses lèvres à son verre, savourant le cocktail raisonnablement.

« As-tu besoin d’autre chose ? »






© TITANIA
Spécialiste
avatar


© TAZER.
 
Messages : 124
Date d'inscription : 21/08/2015
Mon personnage :
Race : Lycan
Groupe sociétal ou indépendant : La Garde
Âge actuel : 34 ans
Situation amoureuse : Célibâtard
Emploi dans le monde des humains : Lieutenant dans la police dublinoise, au Bridewell Garda (quartier Cabra)
Informations : Spécialiste dans la Garde ; il est apprécié pour son efficacité mais détesté par certains à cause de son caractère et de ses manières discutables.
Est l'un des parrains de sa Famille et lieutenant dans la police au Bridewell Garda.

Message par Aodh Ò Murchadah le Ven 11 Mar - 21:14

Revenir en haut
His parliament is on fire when his hands are up
Amanda & Aodh
“Aimer sans être aimée, c'est vouloir allumer une cigarette à une cigarette déjà éteinte.” ▬ George Sand

Une surprise non-feinte se peignit sur le visage d'Aodh qui, cessant de manger un instant pour regarder Amanda déblatérer ce qu'on pourrait clairement prendre pour une sorte de fantasme de femme éprise, ne lui offrant alors en guise de réponse qu'un air hébété mais amusé. Alors qu'elle-même émit un léger rire avant de se reconcentrer sur son assiette, il attrapa le verre commandé par Amanda et se mit à le renifler sans gêne. Sur un ton moqueur qu'il ne chercha pas à atténuer le moins du monde, il s'exclama :

- Bon sang, tu es sûr que ce n'est pas alcoolisé, ça ? Je t'ai rarement vu perdre la tête ainsi, ma belle.

Il déposa le verre, reprenant le cours de son repas, très loin d'imaginer qu'il puisse avoir eu des paroles blessantes. Pour lui, Amanda avait jouait la jeune amoureuse et n'avait pas été une seule seconde sérieuse en parlant de ce projet. A ses yeux, ce n'était rien qu'une blague qu'il prenait comme normale entre eux, en vue de leur relation. Si des sentiments étaient partagés, Aodh, pour sa part, ne les assumait pas. Sans en ressentir de la honte, disons simplement qu'il ne se laissait même pas le temps d'y penser et d'y comprendre quelque chose. Il prenait cette relation de façon très brute, sans une once de psychologie ; ils aimaient discuter, partager des moments simples, se toucher affectueusement et de manière plus intime, ils partageaient des idéaux similaires, et cela s'arrêtait là. Sans prendre la peine d'y réfléchir, Aodh ne s'était donc jamais mis dans le crâne que tout cela pouvait fort bien ressembler à un véritable couple, allant au-delà du simple plaisir d'être ensemble. Amanda qui parlait d'un projet de voyage en amoureux n'avait rien de réaliste. Tout cela sonnait faux à ses oreilles, une taquinerie, ni plus ni moins, pareillement que si elle avait émit l'hypothèse d'un mariage entre eux. Aodh, s'il se sentait proche d'elle et aurait, en vérité, du mal à reprendre une vie sans sa présence, accepterait difficilement d'admettre qu'il soit un couple, plus que deux amants irréguliers.

Riant toujours à ce qu'il croyait n'être qu'une blague de la part d'Amanda, il se mit à boire à son verre, entrecoupant les bouchées qui se succédaient. Il mit un moment à s'apercevoir que la discussion s'était tarie, non parce qu'ils mangeaient, tout simplement, mais pour une raison qui lui échappait. C'était une chose des plus comiques de voir un homme si doué pour traquer d'autres hommes, de déceler quand l'un d'eux lui mentait et de pouvoir jouer le calculateur à sa guise, qui n'avait aucunement conscience d'avoir peut-être dérapé. Se battre contre des hommes, c'était se battre contre des êtres ayant la même logique que lui, ce qui n'était, en définitive, pas bien compliqué. Avoir en face de soi l'obligation de comprendre la logique du sexe opposé était un vrai challenge, qu'Aodh n'était, de toute évidence, pas prêt à gagner. Il leva un regard interrogatif, à peine soucieux, sur Amanda, le bouche à moitié pleine d'une délicieuse mousseline.

- J'ai quelque chose sur la figure, que tu me regardes comme ça ? fit-il, sa fourchette en suspens au-dessus de son plat.



© Gasmask
Visage
avatar


Darling, Darling, staying up til morning
⊹ lumos maxima

Messages : 118
Date d'inscription : 07/11/2015
Age : 26
Mon personnage :
Race : sorcière Telluram / poupée voodoo
Groupe sociétal ou indépendant : Conclave
Date de Naissance : 13/01/1983
Âge actuel : 33 ans
Situation amoureuse : en couple
Emploi dans le monde des humains : Juge

Message par Amanda J. Anderson le Ven 11 Mar - 22:29

Revenir en haut

His Parliament is on fire when his hands are up



Les dés étaient jetés, désormais elle se reposait sur les talents d’Aodh pour faire face à cette nuisance dont elle était persuadée d’entendre parler sous peu après la conversation qu’ils avaient eue. Amanda était soulagée de savoir qu’elle pouvait compter sur le lieutenant et dormirait sans doute plus paisiblement. En soi, elle espérait pouvoir le voir à son tribunal afin d’être seule maitresse de son procès et le gaver de corrections judiciaires et qu’il ne puisse plus jamais être libre. Pour beaucoup ce serait presque trop gentil mais Amanda avait connaissance de la folie et l’état misérable que pouvait procurer l’enfermement. Surtout pour une personne comme Danner qui réfléchit beaucoup, il serait alors prisonnier de ses propres pensées jusqu’à s’en noyer.

Si Aodh n’avait pas les moyens de faire que ce vœu devienne réalité et qu’il use de ses capacités de lycan pour l’éradiquer totalement, alors soit. Quoi qu’il en soit, bientôt, Danner ne serait qu’un mauvais souvenir et le monde s’en porterait bien mieux. Ceci dit, elle avait vidé son stock d’information, dévoilant sans doute des précisions qui n’étaient jusque là connues que par le conclave. Amanda savait qu’elle pouvait avoir confiance en Aodh et ne craignait nullement les remontrances. Dans son cas elle n’était pas habilitée à intervenir alors qu’Aodh pouvait tout faire. Elle avait pris la liberté de ces initiatives, mais savait que ce geste serait salué à majorité par le conclave. L’intérêt commun était plus important que des secrets fâcheusement gardés par fierté.

Alors, elle avait hâte d’avoir la suite de l’histoire et savait qu’il lui en ferait part dans le cas où elle puisse lui être de nouveau utile. Dans ce cas là, il savait qu’il n’avait pas à hésiter à la solliciter. Alors qu’ils furent servis, Amanda remercia poliment la serveuse qui sembla toujours aussi effrayée par Aodh. Elle n’en fit pas le moindre commentaire, légèrement amusée ; c’est aussi ce qui faisait son charme.

Amanada gouta à son tour à son plat, tout aussi délicieux et acquiesça à son commentaire d’un vif hochement de tête. Puisque leur relation n’avait rien d’officiel, ils n’auraient pu s’offrir un quatre étoiles mais la cuisine ici y était tout aussi bonne et c’était bien pour cette raison là qu’elle avait choisi cet endroit. Elle était alors ravie de savoir que son initiative plaisait au lieutenant.

« Bien sûr que tu peux ! » Fit elle avec un petit rire.

Il n’était pas coutume de parler avenirs et projets dans une relation comme la leur qui n’avait pas de limites. Elle s’en rendit bien vite compte mais il fallait se rendre à l’évidence que leur entente ne saurait se tarir autant que leurs êtres n’auraient de cesse de se désirer. Ce qui l’amena à se laisser penser qu’il serait possible qu’ils envisagent un peu plus que leurs entrevues chez l’un et chez l’autre. Pour aller dans un endroit plus côté par exemple puisque le sujet était sur le tapis ; il leur fallait pour cela s’éloigner de la capitale. Amanda y songeait plus sérieusement et avec une certaine motivation, afin qu’ils puissent se laisser aller sans prendre garde aux qu’en dira t-on de collègues ou de connaissances. Mais leurs emplois du temps respectifs ne leur permettaient pas de prendre la route plus loin que Dublin et ses alentours.

« A l’occasion on prendra nos congés ensemble, histoire de s’éloigner un peu de Dublin et de ne pas craindre de croiser des gens que l’on connait. On pourra profiter d’un quatre étoiles ! »

Amanda leva les yeux vers Aodh, se demandant ce qu’il penserait d’un tel projet. La sorcière n’attendit pas qu’il réponde alors qu’elle eu un flash d’idée dont elle lui fit part.

« Je le vois déjà comme ça : on partirait en voiture, direction la côte ouest. Il faudra choisir un jour où la météo ne serait pas trop mauvaise histoire de profiter un peu de la région. Tu te moqueras de moi parce que j’aurais mis un short en bonne américaine que je suis et qui se croit en Road trip dans le grand canyon et puis j’aurais eu du mal à te reconnaitre sans ton uniforme. Bien sur on n’aurait pas été d’accord sur la destination alors on aurait prévu quelques jours pour faire les deux endroits. Par contre, en humble princesse j’aurais exigé à ce qu’on ait au moins une nuit dans un hôtel avec un spa – faut bien décompresser puisqu’on sera loin. On se ferait ce restaurant quatre étoiles pour se dire que c’est quand même meilleur qu’ici et puis on testerait les literies, les douches ou l’arrière de la voiture selon les moments et nos envies. Et on rentrerait juste avec une envie de dormir pire qu'après une journée de boulot. »

A ces mots, Amanda étouffa un rire amusé, et continua de manger ce qu’il y avait dans son assiette. Tout était sorti sans qu’elle attende réellement de suite de la part d’Aodh, car c’était déjà suffisamment compliqué pour eux de se voir plus d’une nuit ou d’une soirée alors si en plus ils pouvaient envisager un tel voyage…Parfois rester enfermée dans le palais de justice avec tous ces gens habillés en noir, tristes ou énervé, ça lui donnait des envies d'évasion.







© TITANIA
Spécialiste
avatar


© TAZER.
 
Messages : 124
Date d'inscription : 21/08/2015
Mon personnage :
Race : Lycan
Groupe sociétal ou indépendant : La Garde
Âge actuel : 34 ans
Situation amoureuse : Célibâtard
Emploi dans le monde des humains : Lieutenant dans la police dublinoise, au Bridewell Garda (quartier Cabra)
Informations : Spécialiste dans la Garde ; il est apprécié pour son efficacité mais détesté par certains à cause de son caractère et de ses manières discutables.
Est l'un des parrains de sa Famille et lieutenant dans la police au Bridewell Garda.

Message par Aodh Ò Murchadah le Ven 11 Mar - 23:03

Revenir en haut
His parliament is on fire when his hands are up
Amanda & Aodh
“Aimer sans être aimée, c'est vouloir allumer une cigarette à une cigarette déjà éteinte.” ▬ George Sand

Une surprise non-feinte se peignit sur le visage d'Aodh qui, cessant de manger un instant pour regarder Amanda déblatérer ce qu'on pourrait clairement prendre pour une sorte de fantasme de femme éprise, ne lui offrant alors en guise de réponse qu'un air hébété mais amusé. Alors qu'elle-même émit un léger rire avant de se reconcentrer sur son assiette, il attrapa le verre commandé par Amanda et se mit à le renifler sans gêne. Sur un ton moqueur qu'il ne chercha pas à atténuer le moins du monde, il s'exclama :

- Bon sang, tu es sûr que ce n'est pas alcoolisé, ça ? Je t'ai rarement vu perdre la tête ainsi, ma belle.

Il déposa le verre, reprenant le cours de son repas, très loin d'imaginer qu'il puisse avoir eu des paroles blessantes. Pour lui, Amanda avait jouait la jeune amoureuse et n'avait pas été une seule seconde sérieuse en parlant de ce projet. A ses yeux, ce n'était rien qu'une blague qu'il prenait comme normale entre eux, en vue de leur relation. Si des sentiments étaient partagés, Aodh, pour sa part, ne les assumait pas. Sans en ressentir de la honte, disons simplement qu'il ne se laissait même pas le temps d'y penser et d'y comprendre quelque chose. Il prenait cette relation de façon très brute, sans une once de psychologie ; ils aimaient discuter, partager des moments simples, se toucher affectueusement et de manière plus intime, ils partageaient des idéaux similaires, et cela s'arrêtait là. Sans prendre la peine d'y réfléchir, Aodh ne s'était donc jamais mis dans le crâne que tout cela pouvait fort bien ressembler à un véritable couple, allant au-delà du simple plaisir d'être ensemble. Amanda qui parlait d'un projet de voyage en amoureux n'avait rien de réaliste. Tout cela sonnait faux à ses oreilles, une taquinerie, ni plus ni moins, pareillement que si elle avait émit l'hypothèse d'un mariage entre eux. Aodh, s'il se sentait proche d'elle et aurait, en vérité, du mal à reprendre une vie sans sa présence, accepterait difficilement d'admettre qu'il soit un couple, plus que deux amants irréguliers.

Riant toujours à ce qu'il croyait n'être qu'une blague de la part d'Amanda, il se mit à boire à son verre, entrecoupant les bouchées qui se succédaient. Il mit un moment à s'apercevoir que la discussion s'était tarie, non parce qu'ils mangeaient, tout simplement, mais pour une raison qui lui échappait. C'était une chose des plus comiques de voir un homme si doué pour traquer d'autres hommes, de déceler quand l'un d'eux lui mentait et de pouvoir jouer le calculateur à sa guise, qui n'avait aucunement conscience d'avoir peut-être dérapé. Se battre contre des hommes, c'était se battre contre des êtres ayant la même logique que lui, ce qui n'était, en définitive, pas bien compliqué. Avoir en face de soi l'obligation de comprendre la logique du sexe opposé était un vrai challenge, qu'Aodh n'était, de toute évidence, pas prêt à gagner. Il leva un regard interrogatif, à peine soucieux, sur Amanda, le bouche à moitié pleine d'une délicieuse mousseline.

- J'ai quelque chose sur la figure, que tu me regardes comme ça ? fit-il, sa fourchette en suspens au-dessus de son plat.



© Gasmask
Visage
avatar


Darling, Darling, staying up til morning
⊹ lumos maxima

Messages : 118
Date d'inscription : 07/11/2015
Age : 26
Mon personnage :
Race : sorcière Telluram / poupée voodoo
Groupe sociétal ou indépendant : Conclave
Date de Naissance : 13/01/1983
Âge actuel : 33 ans
Situation amoureuse : en couple
Emploi dans le monde des humains : Juge

Message par Amanda J. Anderson le Ven 11 Mar - 23:43

Revenir en haut

His Parliament is on fire when his hands are up



Les envies d’évasion d’Amanda avaient toujours été là, elles étaient toujours plus ou moins fortes quand elle était en compagnie de quelqu’un puisqu’il est plus sympathique de s’en aller accompagné. Alors qu’elle avait sans doute aimé un avis positif sur la question bien qu’elle ne s’attendait pas à une réponse sur le moment, la sorcière fut bien vite refroidie. Son sourire s’était effacé alors qu’elle observait Aodh prendre son verre comme si ce qu’elle avait dit était complètement idiot. Amanda déglutit, et se mit à rire avec lui quelques secondes après qu’il ait commencé. Elle masquait là une certaine nervosité sans en avoir l’air. Pour elle il avait surtout été question de pouvoir respirer un peu et profiter de l’un et de l’autre sans craindre les commentaires. Avec du recul, il était vrai que ça ressemblait plus à un voyage en amoureux alors que dans son esprit ça s’était construit comme un séjour entre amis améliorés qui vivaient à 200 à l’heure. Elle fut un peu prise de court, honteuse parce que jusque là elle n’avait pas réellement vu venir qu’ils puissent être en couple. Et à première vue il ne semblait pas enclin à ce genre de chose. Leur relation en tant qu’amants s’était posée naturellement, jamais ils n’avaient discuté de ce que l’un représentait pour l’autre puisque cela avait semblé être clair depuis le départ.  Puisque ça l’était encore, pourquoi se sentir gênée par de tels propos ?

« Je fois avouer que c’était bizarre…» Répondit-elle sur le même humour.

Amanda ne pouvait s’empêcher de se sentir blessée sans raison apparente directe. Les hommes avec qui elle avait eu une relation sérieuse ne dépassaient même pas les doigts d’une main. Sans compter que l’allure qu’elle donnait d’elle-même en plus de son emploi du temps ne laissait pas penser qu’elle était une femme qui secrètement rêvait un jour de s’engager. Amanda se mordilla les lèvres et prit son verre d’eau pour en boire un peu comme pour faire passer le nœud qui s’était formé dans sa gorge.  Puisqu’il le prenait sur le ton de la blague, elle le laissait ainsi couler plutôt que de prendre le risque de se faire envoyer sur les roses ou qu’il se moque à nouveau d’elle.

Amanda s’était donc terrée inconsciemment dans un silence, savourant son repas tout en restant dans ses pensées. De nombreuses questions avaient fait surface, elle avait enfreint les limites et ne souhaitait pas les refranchir au risque de perdre définitivement la présence d’Aodh à ses côtés en l’ayant effrayé par ses idées folles. Aodh brisa le silence au bout d’un moment, l’arrachant de ses pensées, ayant remarqué sans doute que quelque chose n’allait pas.

« T’as de la salade entre les dents. » Répondit-elle par réflexe tout en étant très naturelle

Amanda étira un sourire taquin, oubliant un laps de temps qu’elle avait à faire à un homme de la police envers qui il était difficile de cacher quelque chose. Elle devait se ressaisir, mettant cela sur le compte de la fatigue. Et d’ailleurs elle se rendit compte qu’il n’avait même pas commandé de salade après avoir détourné le regard pour terminer son assiette. Elle espérait que ce détail soit passé à la trappe afin qu’il ne reste pas sur cette soudaine ambiguïté qu’il y avait eu et qui avait jeté un froid entre eux. Amanda n’était pas prête à replonger dedans, au risque de ne pas contrôler ses mots et sa maladresse et de rentrer bredouille avec l’impression qu’il n’aurait plus jamais envie de la revoir. La jeune femme se redressa assez vite, feignant d’avoir déjà oublié la bavure pour passer rapidement à un autre sujet.

« Quand est ce que tu repasses au palais de justice ? Les procès sont vifs en ce moment, on ne s’ennuie pas ! J’ai l’impression que la période de Noël les encourage à être plus inconscients. »

Elle n’avait pas pu faire mieux, c’était la seule chose qui lui était passé par la tête mais au moins ce serait suffisant pour dévier la conversation.







© TITANIA
Spécialiste
avatar


© TAZER.
 
Messages : 124
Date d'inscription : 21/08/2015
Mon personnage :
Race : Lycan
Groupe sociétal ou indépendant : La Garde
Âge actuel : 34 ans
Situation amoureuse : Célibâtard
Emploi dans le monde des humains : Lieutenant dans la police dublinoise, au Bridewell Garda (quartier Cabra)
Informations : Spécialiste dans la Garde ; il est apprécié pour son efficacité mais détesté par certains à cause de son caractère et de ses manières discutables.
Est l'un des parrains de sa Famille et lieutenant dans la police au Bridewell Garda.

Message par Aodh Ò Murchadah le Dim 13 Mar - 16:29

Revenir en haut
His parliament is on fire when his hands are up
Amanda & Aodh
“Aimer sans être aimée, c'est vouloir allumer une cigarette à une cigarette déjà éteinte.” ▬ George Sand

A la première réflexion d'Amanda, Aodh émit un petit rire, celui typique de celui qui pense avoir fait mouche dans le conversation, ce petit rire satisfait et faussement complice, dans ce cas-là. A aucun moment il ne décela réellement qu'il avait fait une bourde, qu'il avait pu vexer son amie, et continuait à manger calmement comme si tout allait bien. La remarque suivante de son amie le fit arquer un sourcil interrogatif, et il mit un moment à réfléchir avant de marmonner stupidement :

- Mais... quelle salade ?

Ses paroles, à peine prononcées, furent noyées dans le reste de la discussion qu'Amanda semblait souhaiter dirigée vers totalement autre chose. Qu'à cela ne tienne, Aodh n'avait pas l'intention de s'éterniser sur ce léger embarras, surtout parce que, pour lui, il n'y en avait pas vraiment. Il reprit son air ravi d'homme sûr de lui, si loin de s'imaginer s'être comporté comme un rustre incapable de la moindre empathie, écoutant avec attention sa compagne de soirée. Elle parla de son absence prolongée des derniers jours au Palais de Justice, chose qui n'était pas anormale vu le nombre d'affaires auxquelles il avait dû s'atteler dernièrement. En réalité, les quelques instants libres qu'il avait eu avait été pour se reposer, voir de vieux amis longtemps ignorés par manque de temps, ou la voir elle, et certainement en-dehors du cadre de son travail. Non pas que la robe noire des juges ne lui allait point, bien au contraire, mais il avait une préférence pour les moments intimes ou retirer n'importe quel tissu de ses épaules lui était possible. Avec l'assurance qui lui allait toujours comme un gant, quoique cela pouvait parfois agacer certains, il répondit :

- Je m'excuse, mais je suis débordé en ce moment... Et je préfère tout de même te voir hors du stress de cet endroit. Rien à faire, j'ai beau y être accoutumé, la tension, j'apprécie en être éloigné, des fois.

Déposant à nouveau sa main, qui venait de lâcher sa fourchette, avec laquelle sa dernière bouchée venait d'être terminée, sur la sienne, il lui sourit avec une infinie tendresse. Une tendresse carnassière, qui cachait une envie furieuse de la dévorer toute crue à l'instant même.

- Je peux te certifier, en tout cas, que ta présence m'est d'une aide précieuse pour cela.

Il se pencha en avant, lui décocha un baiser furtif sur ses lèvres puis, voyant que son assiette était également vide, il lui demanda :

- Tu souhaites peut-être prendre un dessert, ou un café, avant d'aller profiter de cette soirée ailleurs ?



© Gasmask
Visage
avatar


Darling, Darling, staying up til morning
⊹ lumos maxima

Messages : 118
Date d'inscription : 07/11/2015
Age : 26
Mon personnage :
Race : sorcière Telluram / poupée voodoo
Groupe sociétal ou indépendant : Conclave
Date de Naissance : 13/01/1983
Âge actuel : 33 ans
Situation amoureuse : en couple
Emploi dans le monde des humains : Juge

Message par Amanda J. Anderson le Dim 13 Mar - 17:14

Revenir en haut

His Parliament is on fire when his hands are up



Aodh lui répondit sasn faire suite à la précédente discussion, avouant être pas mal pris tout en ayant en horreur l’ambiance du tribunal. Elle pouvait aisément le comprendre, elle-même prenait souvent l’initiative de s’isoler dans son bureau afin d’être en paix, surtout après les procès lorsqu’ils duraient de longues journées et qu’ils n’arrivaient pas à délibérer. Le lycan lui adressa de nouveaux gestes tendres, accompagné d’un joli sourire pour lui avouer qu’elle contribuait beaucoup à l’évacuation de ce stress qu’il endossait tous les jours.

Le malaise qui l’avait prise fut soudainement envolé, comme s’il n’y avait rien eu. Amanda avait reconnu ce sourire carnassier qu’il lui avait lancé dès le premier jour. Aodh n’était pas le genre de personne à dissimuler ses ressentis et elle aimait beaucoup cette facette. Tout était tellement mieux plus simplifié comme cela, pas comme elle qui arrivait à dissimuler tout un monde dont on ne soupçonnerait l’existence derrière ses battements de cils. C’était rafraichissant de pouvoir être naturelle à ses côtés, en ayant quelques limites. Mais elle n’avait pas à se jouer de lui, ni à lui cacher quoi que ce soit de part sa position dans son organisation mais aussi sur ses capacités de sorcière. Elle répondit à son sourire, étirant le sien dans un air faussement innocent. Le baiser qu’il déposa sur ses lèvres fut aussi le bienvenu, aussi furtif soit-il il attisait son désir pour lui qui se faisait toujours aussi important.

« Un café et on pourra y aller »

Amanda demanda les deux cafés à la jeune serveuse qui s’empressa de débarrasser leurs assiettes et s’en alla une énième fois. Le temps qu’elle ramène les deux cafés, ils continuèrent de discuter ainsi qu’ils avaient l’habitude de le faire, sur divers sujets d’actualités comme sur leurs intérêts en communs. La discussion avec Aodh était facile et agréable - au-delà du fait qu’ils étaient amants, elle pouvait aisément le considérer dans son cercle social comme un ami proche, avec quelques attaches particulières le concernant. Quoi qu’il en soit, ils avaient une base solide, une complicité et une confiance mutuelle. Ils dégustèrent leur café dans cette même ambiance détendue, planifiant de finir la soirée chez Amanda.

Puis ils se levèrent, Amanda laissa Aodh payé après avoir fait une nouvelle tentative pour l’inviter. Elle le remercia d’un long baiser sur le parvis du restaurant et lui promis une séance de massage une fois rentrés, rien que pour lui. Ils entrèrent une nouvelle fois dans la voiture d’Amanda et elle entama rapidement la route en direction de chez elle. Il n’y avait quasiment personne sur la route, car la plupart des gens étaient déjà en train de boire dans les pubs qui étaient pleins à craquer. Cela se voyait depuis l’extérieur, les gens qui fumaient, la musique qui s’entendait jusqu’à trois rues plus loin. De bonnes ambiances typiques et dont elle avait souvent profité avec Lizzie ou ses quelques amies. Amanda restait néanmoins concentrée sur la route, alors qu’ils rentraient tranquillement.

Au bout d’un moment, alors qu’elle regardait dans le rétroviseur, elle remarqua que la voiture derrière elle y était depuis un moment. Si au départ elle avait mis cela sur un pur hasard, elle ne pu s’empêcher de trouver cela fort étrange. Etant sensible aux mauvais présages, Amanda fronça les sourcils mais continua la route en le surveillant.

« Il nous suit derrière. Depuis un moment. » Fit-elle d’un ton calme.

Elle avait attendu d’en être sure avant de le dire à Aodh. Amanda changea d’itinéraire plusieurs fois afin de le montrer au lieutenant. Elle tournait dans des rues très peu fréquentées exprès, a chaque fois il était derrière eux mais gardait de bonnes distances en pensant être plus discret de cette manière sans doute.

« En tout cas ce n'est pas un discret, il ne nous suit pas pour nos organisations... »

Elle en avait fait l'hypothèse en étant sure que le XIII n'userait pas de telles méthodes et quand bien même ils le feraient ils seraient bien plus discrets.Amanda avait beau angoisser dans le fond, elle ne montrait pas de signe de panique. C’était parfaitement inutile de se laisse submerger par ses émotions et demeurait calme tout en gardant une allure tranquille. La sorcière soupira, se demandant de qui il pouvait s’agir et quelles étaient ses motivations pour la suivre de la sorte. Elle se demandait aussi si cette personne l’observait depuis longtemps. Pour cela elle comptait sur les bons conseils d'Aodh afin de se sortir de cette situation délicate








© TITANIA
Spécialiste
avatar


© TAZER.
 
Messages : 124
Date d'inscription : 21/08/2015
Mon personnage :
Race : Lycan
Groupe sociétal ou indépendant : La Garde
Âge actuel : 34 ans
Situation amoureuse : Célibâtard
Emploi dans le monde des humains : Lieutenant dans la police dublinoise, au Bridewell Garda (quartier Cabra)
Informations : Spécialiste dans la Garde ; il est apprécié pour son efficacité mais détesté par certains à cause de son caractère et de ses manières discutables.
Est l'un des parrains de sa Famille et lieutenant dans la police au Bridewell Garda.

Message par Aodh Ò Murchadah le Lun 14 Mar - 22:44

Revenir en haut
His parliament is on fire when his hands are up
Amanda & Aodh
“Aimer sans être aimée, c'est vouloir allumer une cigarette à une cigarette déjà éteinte.” ▬ George Sand

Alorsq qu'ils buvaient tranquillement leur café, un au cognac pour Aodh qui en raffolait, la conversation prit une tournure des plus agréables, sans aucun nouveau sujet qu'on aurait pu décrire de délicat. Ils parlèrent de leur travail, médisèrent un peu sur leurs collègues en riant comme des enfants mal élevés, s'embrassèrent plusieurs fois, profitant du goût de caféine sucré sur les lèvres de l'autre. Ensuite, Aodh, comme prévu, paya l'addition, refusant galamment la proposition d'Amanda pour le faire elle-même et, complices, rapidement d'accord, ils se levèrent ensuite, enfilèrent leurs manteaux et sortirent bras-dessus bras-dessous. Une fois dans l'air frais de ce début de nuit de fin d'automne, le lieutenant sortit une cigarette et en proposa une à Amanda. Il alluma la sienne, tira doucement dessus puis ils s'engagèrent d'un même pas vers la voiture.

Une fois sur la route, la discussion reprit son cours normal. De sujet banal à d'autres, plus sérieux, frôlant parfois le débat. Ils dérapèrent quelque peu sur le sujet de Danner, étendant la conversation sur le XIII tout entier, et chacun émit leurs avis, leurs craintes, leurs projets pour mener à bien leur mission similaire : annihiler cette jeune entreprise anarchiste. Bien évidemment, Amanda faisait preuve d'un peu plus de tact, mais également de sournoiserie, là où Aodh suggérait grossièrement de couper dans le tas à coup de machette. Une bonne bombe pour faire tout exploser lui paraissait être une idée géniale, sous-entendit-il, avant d'éclater de rire. Malheureusement, c'était très loin d'être une idée si excellente en vue des conséquences que cela pourrait avoir. Au final, ils tombèrent d'accord, car Amanda émettait des hypothèses, des stratagèmes, qui avait tout du génie. Aodh la complimenta pour cela avant de mettre un peu de musique. Du blues, du temps de la traite des noirs, passait à la radio, et ils gardèrent le silence pour profiter de ces airs d'un autre temps.

En un murmure où perçait peu d'inquiétude, Amanda finit par trancher ce calme en exprimant son appréhension. Aodh, perdu dans ses pensées, n'avait pas vraiment remarqué qu'une voiture, la même, semblait les suivre. Regardant dans le rétroviseur, les sourcils froncés également, Aodh y jeta des regards à la fois suspicieux et inquiets. Il pensa évidemment au XIII mais Amanda l'en dissuada, prétextant que ce n'était pas du tout leur genre d'agir ainsi, laissant Aodh dans l'incompréhension la plus totale.

- Qui que ce soit, continue de rouler. Ils finiront bien par se lasser.

Ce fut ce qu'elle fit, à leur grande déception cela n'arrangea rien. Au moins, à présent, ils furent absolument certains qu'on les suivait et Aodh mâchonna son mors, bouillonnant doucement mais sûrement. Il avait horreur de se sentir traqué. Les rôles ne s'inversaient pas. Il n'avait aucune idée de qui cela pouvait être mais cela l'angoissait ; pire, cela l'énervait fortement. A un moment donné, brisant le silence pesant dans la voiture, il s'exclama :

- Arrête-toi. Là, gare-toi. S'il nous suit, c'est qu'il désire nous voir, n'est-ce pas ? Je vais lui faciliter la tâche.

Une fois la voiture arrêtée sur le côté, dans une rue large mais très calme en périphérie dublinoise, Aodh bondit hors de la bagnole, prêt à en découvre avec le type s'il souhaitait chercher les emmerdes. Son regard ténébreux et son rictus mauvais plaqués sur le visage, le lycan regarda l'autre voiture s'arrêter également ; aussitôt, il s'élança vers elle pour engager lui-même les hostilités. A peine eut-il fait deux pas que l'autre conducteur appuya sur la pédale, démarrant en trombe droit sur eux. Comprenant qu'on cherchait à les tuer, ou seulement lui ou Amanda, il sauta par-dessus le pare-brise pour rejoindre son amie de l'autre côté, histoire de tenter l'impossible pour l'éloigner de ce piège.



© Gasmask

Visage
avatar


Darling, Darling, staying up til morning
⊹ lumos maxima

Messages : 118
Date d'inscription : 07/11/2015
Age : 26
Mon personnage :
Race : sorcière Telluram / poupée voodoo
Groupe sociétal ou indépendant : Conclave
Date de Naissance : 13/01/1983
Âge actuel : 33 ans
Situation amoureuse : en couple
Emploi dans le monde des humains : Juge

Message par Amanda J. Anderson le Mar 15 Mar - 0:01

Revenir en haut

His Parliament is on fire when his hands are up



La tension était palpable, néanmoins Amanda gardait son sang froid et continua de rouler sous les conseils d’Aodh tout en gardant un œil sur l’arrière. La sorcière déglutit, au fil des minutes qui passèrent, la voiture de derrière ne semblait pas vouloir les lâcher. Mais ce petit jeu ne pouvait pas durer éternellement, Amanda avait déjà tourné une bonne dizaine de minutes. Aodh aussi en avait marre, au bout d’un moment la frustration prit le dessus et il brisa le silence, demandant à la sorcière de s’arrêter.

Amanda obéi, lui faisant confiance puisqu’il savait bien plus qu’elle comment réagir dans cette situation au vu de son métier. Elle senti cependant une vague de stress l’envahir en sachant qu’il allait directement s’exposer à un potentiel danger, non pas qu’elle n’avait pas confiance en lui mais elle ne pouvait s’empêcher d’être inquiète pour lui et lui pria de faire attention. Elle le vit sortir de la voiture, partir en trombe en direction de l’autre voiture et se retourna pour envisager de le suivre. Elle n’eut cependant pas le temps de sortir qu’elle entendit un moteur gronder derrière, la sorcière écarquilla les yeux et eu tout juste le temps de voir son rétroviseur ébloui par les phares que l’homme derrière percuta sa voiture à vive allure. L’airbag sorti bien évidemment, protégeant Amanda du choc mais qui pendant un quart de seconde se demandait ce qu’il s’était passé ; elle n’avait pas eu le temps de réfléchir qu’elle avait senti l’onde de choc, le traumatisme. La sorcière dégagea le tissu de l’airbag qui avait explosé, sentant qu’elle était indemne, elle releva la tête et toussa à cause de la fumée. Le choc avait propulsé sa voiture à quelques mètres plus loin, elle s’en rendit compte bien assez vite. La panique revint alors, car même si elle n’avait rien, il restait le danger de ce type qui avait fait cela pour lui nuire délibérément.

La sorcière détacha sa ceinture et coupa le moteur avant qu’il ne s’abime, sa voiture à l’arrière devait être dans un sale état à cause de la violence du choc malgré qu’elle était à l’arrêt. C’est à ce moment là qu’elle fut surprise de sentir sa portière s’ouvrir, elle se retourna subitement et n’eut pas le temps de réagir qu’elle fut extraite de force de sa voiture au moment où elle fut tirée violemment par le bras. Amanda se retrouva allongée de force sur le bitume alors qu’elle avait tenté de se débattre. Aussitôt elle pu voir le visage de la personne qui avait causé cet accident et pu reconnaitre le visage d’un ancien détenu qu’elle avait condamné braquer son arme vers Aodh un peu plus en contrebas de la rue pour le dissuader de s’approcher.

« Bouge pas ou j’te mets une balle dans la tête ! » Cria t-il à l’attention d’Aodh quelques mètres plus loin.

Il avait dû sortir récemment et avait cherché à la retrouver dans un but de vengeance. Cela pouvait arriver, mais jamais ils avaient été jusqu’à pointer un flingue sur elle dans un but explicite de l’assassiner. C’est ce qu’il fit reportant son attention sur la juge à sa merci en oubliant le lieutenant, la haine dans le fond des yeux. Amanda ne prit pas plus de temps pour réfléchir, elle se redressa et attrapa l’arme dans un même élan. Il tenta de s’extraire mais elle appuya d’elle-même sur la gâchette pour se tirer dessus sans lâcher son agresseur du regard.

Le bruit résonna, sourd et caractéristique tandis que la balle s’était logée dans l’épaule d’Amanda qui s’était de nouveau fait propulser sur le bitume. La douleur se fit vive, ses oreilles sifflaient et sa vision se faisait floue,  très vite les pulsations de son cœur s’emballaient après un moment de vide. Elle sentit que sa peau s’était déchirée sous le contact de la balle et le sang coulait déjà de manière importante. Mais ce n’était pas les cris de la juge que l’on entendait, car son agresseur s’était en réalité blessé lui-même. Il fut horrifié de découvrir le même impact de balle dans son épaule sous le rire moqueur et sonné de la sorcière voodoo qui sombrait doucement dans un état semi-conscient à cause de la violence du choc, ne parvenant à se relever. Elle souffrait parce qu’il y avait un corps étranger dans sa peau qui l’empêchait de cicatriser aussi rapidement que d’habitude mais sur une échelle, ce que son agresseur ressentait était sans doute pire. Quoi qu’il en soit si elle n’avait pas fait ce geste, elle serait probablement morte. Mais voir ainsi le visage choqué de ces gens victimes de sa sorcellerie était toujours quelque chose de très divertissant à voir. Malheureusement elle n’avait pas tous ses esprits et ne pouvaient pas en profiter pleinement.

Ne comprenant ce qu’il venait de se passer alors que sa blessure ne présentait pas d’impact de balle, ce dernier se tordant de douleur, s’empressa de s’enfuir en courant tout en appuyant sur sa plaie, ayant lâché son arme dans un geste d’angoisse. Tout était allé beaucoup trop vite pour que les choses ne puissent se passer autrement, la sorcière avait préféré prendre les devants quitte à être blessée un laps de temps plutôt que les choses deviennent pires. De là, elle se doutait qu’Aodh prendrait en charge la suite. Amanda prit sur elle pour ne pas inquiéter Aodh sur sa blessure au moment où il la verrait, puisqu’il n’avait pas encore eu l’occasion de voir comment elle fonctionnait là-dessus. Appeler l’ambulance serait une énorme erreur puisqu’ils verraient tout de suite qu’elle n’est pas comme les autres.

Alors lorsqu’il arriva à sa hauteur, la jeune femme lui fit signe que tout allait bien s’il voulait la laisser et possiblement commencer à pourchasser leur agresseur. Elle porta sa main à son épaule, dégagea sa veste et tira sur sa blouse pour avoir champ libre. Puis elle fouilla dans la plaie, y insérant ses doigts non sans éprouver de douleur afin d’en extirper la balle. Une fois extraite, Amanda la jeta sur un côté et reprit son souffle tandis que sa peau cicatrisa a une allure phénoménale, ne laissant aucune marque de la blessure en seulement quelques secondes.







© TITANIA
Spécialiste
avatar


© TAZER.
 
Messages : 124
Date d'inscription : 21/08/2015
Mon personnage :
Race : Lycan
Groupe sociétal ou indépendant : La Garde
Âge actuel : 34 ans
Situation amoureuse : Célibâtard
Emploi dans le monde des humains : Lieutenant dans la police dublinoise, au Bridewell Garda (quartier Cabra)
Informations : Spécialiste dans la Garde ; il est apprécié pour son efficacité mais détesté par certains à cause de son caractère et de ses manières discutables.
Est l'un des parrains de sa Famille et lieutenant dans la police au Bridewell Garda.

Message par Aodh Ò Murchadah le Mer 30 Mar - 1:38

Revenir en haut
His parliament is on fire when his hands are up
Amanda & Aodh
“Aimer sans être aimée, c'est vouloir allumer une cigarette à une cigarette déjà éteinte.” ▬ George Sand

Tout se déroula très vite. Aodh eut à peine le temps de rejoindre Amanda que leur agresseur fou du volant était arrivé avant lui, empoignant la femme pour la balancer sur le bitume trempé de pluie, salissant de traces noires son beau tailleur au passage. Aussitôt mis en joue par cet homme, Aodh n'eut que l'alternative de lever les mains de par et d'autres de son visage où se lisait, malgré a position de faiblesse, une violente détermination pour le tuer. Ce regard noir fit tressaillir l'homme qui n'en lâcha pas pour autant son flingue. Peut-être fut-ce cet infime moment qui permit à Amanda d'agir ; celle-ci, sans crier gare, avait bondi sur le type et avait tiré d'elle-même dans sa propre épaule. Aodh cria son nom, choqué sur le moment par son acte, avant de comprendre rapidement dans quel but elle avait agi ainsi.

L'agresseur poussa une plainte de douleur, mêlée à de la surprise, avant de reculer de plusieurs pas, l'air effaré et son autre main tenant une de ses épaules. A travers son t-shirt clair se dessina une tâche carmine croissante. Choqué, n'y comprenant rien, il abandonna son revolver à même le trottoir et prit ses jambes à son cou, laissant la voie libre à Aodh pour se ruer vers Amanda et voir comment elle allait. Elle le rassura, lui confirmant que ça irait pour elle, et jeta un regard en direction du dernier endroit où ils avaient pu apercevoir l'ancien détenu. Aodh comprit et la délaissa, non sans crainte, pour poursuivre le fugitif, attrapant au passage l'arme. Son flair l'aida plus que sa vue pour pister l'individu, qu'il finit par retrouver sur un parking d'un grand magasin. S'étant cru seul et hors de danger, l'homme poussa un cri de stupeur en remarquant l'ombre menaçante d'Aodh. Le corps allongé, la gorge vibrante d'un grognement inhumain, Aodh s'avançait vers lui, le canon de son flingue pointé sur le front de l'homme. Ce dernier se mit à gémir, se retrouva rapidement à genoux et le supplia de le laisser vivre. Le toisant de toute sa hauteur, le Spécialiste poussa un rire bref avant d'envoyer l'arme au loin. Voyant cela, l'homme se mit à pleurer et à le remercier.

- Pourquoi me remercier ? Je n'ai pas besoin d'arme pour mettre fin à tes jours, misérable.

N'y comprenant décidément plus rien, le blessé bafouilla quelque chose, sa voix se muant rapidement en un autre cri d'effroi tandis qu'il assistait à une métamorphose d'Aodh aux premières loges. Sa gueule achevée, se finissant sur des crocs luisants de bave, bondit en avant, attaquant directement la carotide. Le hurlement de la victime se mua en gargouillis immonde tandis que sa gorge se faisait littéralement arrachée, le laissant quasiment décapitée. Aodh profita de la semi-obscurité des lieux pour redevenir un homme, à son aise, et enfin retrouver sa bien-aimée qui l'attendait non loin de la voiture accidentée. Arrivée près d'elle, il lui confirma d'un simple regard que plus jamais cet homme ne viendrait la déranger.

- Trouvons un taxi, dit-il simplement, le regard aussi froid que la mort qu'il venait de commettre.

Son ton était figé, comme dénué de tous sentiments. Aodh n'avait jamais beaucoup d'émotions sur son visage, mais après avoir tué quelqu'un, il n'était plus que l'ombre de sa part animale, comme effacé. Il se regarda dans le rétroviseur partiellement brisé et, voyant des dernières traces de sang autour de sa bouche, se mit à les essuyer à l'aide d'un mouchoir avec une certaine méticulosité. Ensuite, il se mit à marcher vers un lieu plus fréquenté, où ils auraient plus de chance de tomber sur un taxi, sans daigner attendre Amanda.



© Gasmask
Visage
avatar


Darling, Darling, staying up til morning
⊹ lumos maxima

Messages : 118
Date d'inscription : 07/11/2015
Age : 26
Mon personnage :
Race : sorcière Telluram / poupée voodoo
Groupe sociétal ou indépendant : Conclave
Date de Naissance : 13/01/1983
Âge actuel : 33 ans
Situation amoureuse : en couple
Emploi dans le monde des humains : Juge

Message par Amanda J. Anderson le Mer 30 Mar - 13:10

Revenir en haut

His Parliament is on fire when his hands are up



Le temps qu’elle puisse de nouveau se redresser, sentant les effets de la blessure s’estomper, Aodh se dirigeait vers l’endroit où s’était enfui leur agresseur. Amanda serra les dents, ne pouvant s’empêcher d’être inquiète pour Aodh même si elle avait foi en ses capacités. Le cœur battant, la sorcière demeura dans le silence avec le regard concentré dans la direction par laquelle il était allé. Les minutes étaient longues et plus elles avançaient, plus la sorcière avait envie d’appeler les secours, de le rejoindre. Mais elle savait que cela leur apporterait bien plus d’ennuis qu’autre chose étant donné leur nature à tous les deux. Elle maitrisait sa respiration pour ne pas céder à l’angoisse et celle-ci s’envola lorsqu’elle vit la silhouette d’Aodh se dessiner de nouveau. Amanda déglutit, remerciant les dieux.

Elle fut cependant interpellée par le sang qu’il avait sur lui. Il n’y avait pas besoin d’être devint pour comprendre ce qu’il s’était passé. Amanda n’en fit pas la moindre remarque, bien plus préoccupée par l’expression délavée qu’il arborait. Manda n’eut pas le temps de lui demander ce qu’il avait qu’il était déjà parti devant en annonçant qu’ils allaient devoir trouver un taxi. La sorcière le suivit donc en silence pendant les quelques minutes de marche. Une fois arrivés dans le village le plus proche et le plus peuplé, ils trouvèrent de quoi appeler un taxi. Le temps qu’il arrive, Amanda s’était assise sur un banc, prise de courbatures, le corps fragilisé à cause de l’accident tout en ayant l’esprit préoccupé. La sorcière demeura dans le silence, faisant le point et prenant du recul sur ce qu’il venait de se passer. Elle était cependant rassurée par la présence seule d’Aodh même si ce dernier semblait tout aussi ailleurs. Amanda se demanda quelle était la cause de son silence, la prenait il pour responsable ? Il lui était parfois arrivé qu’on lui tourne le dos à cause de son métier, par crainte de voir des répercussions.

La chaleur et le confort de la voiture lui mit du baume au cœur. C’était terminé, ils allaient pouvoir rentrer et se reposer. Le regard posé sur le paysage nocturne et les lumières défilantes à intervalles réguliers, Amanda déporta son attention sur Aodh qui était assis à ses côtés. La jeune femme glissa sa main dans la sienne, lui adressant un fin sourire malgré la fatigue et reposa ses yeux sur l’extérieur. Et, quelques vingtaines de minutes après, ils furent arrivés. Amanda paya le taxi, le remerciant poliment et invita Aodh à rentrer chez elle. Elle retira son manteau et sa veste de tailleurs, grimaçant légèrement sous la douleur des mouvements et laissa Aodh s’installer à son aise pendant qu’elle était tout près en train de leur préparer quelques rafraichissements.

« Cet homme, il avait tué sa femme et ses deux filles de 3 et 7 ans avec sa maitresse pour complice. Les preuves manquaient contre lui, il n’a pas été accusé pour meurtre comme l’autre alors qu’il a prétendu les avoir défendues de sa maitresse trop jalouse. » Déclara t-elle avec difficulté

Amanda revint vers lui et lui donna un verre de whiskey avant de s’asseoir dans le canapé. Elle n’avait dévoilé qu’une facette des faits, pour être honnête il avait rendu service au monde en tuant cet homme car le pire de cette affaire restait à venir…

« Elles ont été retrouvées le ventre ouvert, les organes leurs avaient été retirés alors qu’elles étaient encore vivantes. Elles sont mortes dans une lente et terrible agonie. »Termina t-elle la gorge nouée.

La sorcière porta son verre à ses lèvres pour boire un peu, ce procès là avait été long et fatiguant. Ayant vu l’évidence, la juge avait fait exprès de faire durer le procès avec l’espoir que l’on trouve une faille. Comment savait elle qu’il avait menti ? La jeune femme avait ce don de ressentir les émotions des autres bien que ce soit que très infime. L’homme avait versé des larmes de crocodile et elle en avait vu suffisamment pour voir dans ses yeux tout le dessein d’une personne sérieusement dérangée psychologiquement. Cette affaire l’avait frustrée, elle s’était acharnée dessus bien que trouver des failles dans les dossiers n’était pas forcément son travail. Finalement il avait eu une condamnation bien trop légère à son gout et en sortant il avait bien évidemment voulu lui faire payer.

Amanda leva les yeux vers Aodh se demandant s’il lui en voulait d’avoir des ennemis, de l’avoir indirectement mis en danger en plus d’en courir tous les jours à cause de son travail de lieutenant. Elle ne connaissait pas les lycans par cœur mais au vu du silence dans lequel il s’était plongé, elle s’était demandé si elle n’avait pas sa part de responsabilité, dans ce cas là, elle souhaitait qu’ils puissent en parler. La sorcière alluma une cigarette et en proposa une au lieutenant.

« A quoi penses-tu Aodh ? » Demanda t-elle doucement.








© TITANIA
Spécialiste
avatar


© TAZER.
 
Messages : 124
Date d'inscription : 21/08/2015
Mon personnage :
Race : Lycan
Groupe sociétal ou indépendant : La Garde
Âge actuel : 34 ans
Situation amoureuse : Célibâtard
Emploi dans le monde des humains : Lieutenant dans la police dublinoise, au Bridewell Garda (quartier Cabra)
Informations : Spécialiste dans la Garde ; il est apprécié pour son efficacité mais détesté par certains à cause de son caractère et de ses manières discutables.
Est l'un des parrains de sa Famille et lieutenant dans la police au Bridewell Garda.

Message par Aodh Ò Murchadah le Jeu 31 Mar - 0:25

Revenir en haut
His parliament is on fire when his hands are up
Amanda & Aodh
“Aimer sans être aimée, c'est vouloir allumer une cigarette à une cigarette déjà éteinte.” ▬ George Sand

Ayant passé un rapide appel, les deux surnaturels ne purent qu'attendre le taxi qui n'allait point tarder, malgré le fait que le village avait des allures de désert en cette heure tardive. Aodh, un peu plus éloigné d'Amanda, se permit de l'observer tandis qu'il restait dans la cabine téléphonique. Une pluie fine perlait sur le vitrage de cette cage de verre, rendant la silhouette de la jeune femme trouble ; malgré cela, il put déceler le froid qui l'envahissait, ses frissons, autant par l'odeur givrée qui émanait d'elle que parce qu'il se sentait, à peu de choses près, dans le même état. Pour la première fois de sa vie seulement, il n'avait pas tué pour la Garde, mais pour une raison strictement personnelle. Cela rendait le goût du meurtre bien plus acide.

Revenant auprès d'elle, toujours silencieux, il lui accorda une légère caresse, tandis qu'il remettait délicatement ses cheveux en pagaille derrière sa nuque. Aucun sourire, pourtant, ne vint étirer ses lèvres, ce qui aurait dû être le cas. Le taxi arriva à cet instant, coupant court à ce geste. Aodh pivota sur lui-même et, à la suite d'Amanda pour qui il ouvrit la portière, il s'installa à l'intérieur, appréciant l'odeur du cuir neuf, le confort des sièges arrières ainsi que le fait d'être à l'abri du vent nordique et de la bruine persistante sur la grande île. Le chauffeur demanda l'adresse où il devrait les emmener, Amanda répondit doucement la sienne et Aodh ne chercha pas à réfuter sa décision. Il savait, cependant, qu'il aurait bien du mal à rester longtemps à son domicile, ayant la forte envie de rejoindre la familiarité du sien. Ceci dit, pour l'instant, il avait envie de savoir Amanda apaisée, en bonne santé, et s'endormant vers un monde meilleur, celui des songes, avant de penser seulement à s'occuper de lui-même. Malgré l'air de marbre sur ses traits, il n'en gardait pas moins ses objectifs habituels : prendre soin et protéger ses proches. Surtout qu'il venait de se rendre compte, ce soir, qu'il tenait bien plus à Amanda qu'il ne l'aurait jamais avoué avant ce... fâcheux incident. Cette idée le perturbait.

Le trajet fut plutôt court, certainement parce qu'Aodh était plongé dans ses pensées, et seule la main d'Amanda se glissant délicatement au creux de la sienne l'avait momentanément sorti de sa torpeur. Il avait alors pu lui accorder un léger sourire, de ces sourires las qu'on devait se forcer à montrer pour ne pas davantage inquiéter ceux qu'on aime. Arrivés chez elle, ils entrèrent et Amanda ne tarda pas à aller en cuisine pour chercher ce qui leur serait sûrement vital à cet instant. Aodh prit place dans le canapé, se sentant un peu moins divagué vers des horizons lointains, revenant lentement mais sûrement à lui et surtout à Amanda. Celle-ci, tout en s'affairant en cuisine, se mit à lui expliquer qui était cet homme les ayant agressé et qu'Aodh avait fini par massacrer en bonne et due forme. Avec un certain soulagement qu'il ne put ignorer, le lycan se dit qu'il n'avait pas tué un innocent, mais un véritable malade mental. S'il n'avait agi que par esprit de vengeance sur l'instant même, au final, il avait sauvé la ville d'un esprit pervers. Si cela n'avait pas été sous les ordres de son Capitaine de police ou de son supérieur hiérarchique à la Garde, il avait de toute façon contribué au bien en débarrassant ce pays d'une telle ordure. Son âme s'apaisa aussitôt, il se détendit.

Amanda revint enfin, les mains tenant chacune un verre d'alcool dont l'odeur plut aussitôt à Aodh. La juge avait du goût, et ce vieux scotch douze ans d'âge était plus que bienvenu. Il prit le verre de cristal et but une première gorgée, doucement, appréciant l'arôme qui lui piqua agréablement la langue, la gorge et ensuite le nez. Il avait l'air ravi jusqu'à ce qu'Amanda ne fasse une remarque qui lui rappela l'air taciturne qu'il devait avoir depuis tout ce temps. Son regard noir se leva et plongea dans celui de son aimée, un long moment, sans qu'il ne parle, avant de sourire très légèrement.

- Je me suis juste rendu compte que... j'ai peur.

Face à l'incompréhension palpable d'Amanda, il ajouta rapidement :

- J'ai peur de te perdre. Ça aurait pu être le cas, ce soir. Je me demande, depuis, si je pourrais y survivre, si cela venait à arriver.

Comme s'il venait simplement d'annoncer son groupe sanguin ou de raconter un souvenir d'enfance, il but tranquillement, souriant tel un jouvenceau devant sa belle.

- Affronter la mort, exécuter des hommes, voire en torturer, ça peut paraître difficile de vivre avec ça, mais j'y suis habitué à présent. Par contre, aimer... Cela me semble bien plus compliqué, dit-il en finissant par rire.



© Gasmask
Visage
avatar


Darling, Darling, staying up til morning
⊹ lumos maxima

Messages : 118
Date d'inscription : 07/11/2015
Age : 26
Mon personnage :
Race : sorcière Telluram / poupée voodoo
Groupe sociétal ou indépendant : Conclave
Date de Naissance : 13/01/1983
Âge actuel : 33 ans
Situation amoureuse : en couple
Emploi dans le monde des humains : Juge

Message par Amanda J. Anderson le Jeu 31 Mar - 12:03

Revenir en haut

His Parliament is on fire when his hands are up



Aodh s’était résolu à lui parler, à lui dire ce qui le tracassait et la sorcière se montrait attentive à ses dires. Elle fut alors prise au dépourvu face à ses révélations. Amanda haussa les sourcils, surprise par ce qu’il venait de dire. A vrai dire elle ne s’y était pas du tout attendue, entre eux dès le début il y avait eu une réelle attirance charnelle qui ne s’était jamais tarie mais il n’avait pas été dans leurs projets d’éprouver quoi que ce soit d’autre. Ils s’étaient pris à leur propre jeu en quelque sorte, en souhaitant se découvrir autrement qu’entre les draps pour finalement les laisser sur leur faim ; Amanda avait ressenti cela il y a peu déjà. Avec ce qu’il s’était passé plus tôt elle s’était aussi rendue compte qu’Aodh pour elle n’était pas qu’un simple amant et qu’il lui serait compliqué de couper les ponts en un claquement de doigts. Cela n’avait pour ainsi dire jamais été le cas et maintenant qu’elle devait mettre de vrais mots, elle se retrouvait aussi désemparée que lui.  Elle se senti rougir, fuyant le regard du lycan tout en étirant un fin sourire. Bien sûr que ça lui faisait plaisir d’entendre cela, d’ailleurs cela ne faisait que confirmer ce qu’elle-même ressentait de plus en plus à son sujet. Et en même temps elle entrevoyait le revers de la médaille ; que voulait-il dire par là ? Etait-ce une façon pour lui de dire qu’il ne souhaitait plus la voir parce que ce risque était beaucoup trop gros ? Pensive, son regard se perdit machinalement sur l’un de ses bas qui s’était effiloché au dessus du genou, tout d’un coup tout ceci lui semblait bien plus amer car l’idée même qu’il mette fin à leur relation à cause de cela lui noua la gorge ; elle aussi avait peur de le perdre et à cet instant là d’une toute autre manière.

« Oui, j’aurais pu mourir, toi aussi tu aurais pu. Mais ce n’est pas le cas. » Commença t-elle doucement en étirant un fin sourire tout en portant son verre à ses lèvres.

Avec des si, on referait tellement de choses. Le destin avait voulu qu’ils ne meurent pas ce soir là et au lieu d’envisager le pire, ils devraient peut être prendre cela comme un signe. Amanda avait pris un risque mais ne l’avait pas fait sans avoir réfléchi au préalable et ils avaient eu l’avantage d’être deux surnaturels. La chance ne tournerait peut être pas en leur faveur à chaque fois mais c’était ça la vie aussi : avec ses côtés bons et ses côtés moins bons. Si elle venait à mourir, elle ne souhaitait pas qu’Aodh vienne à en être totalement brisé.

« Vivre au jour le jour jusque là on a fait ça très bien, pourquoi est ce que ça ne marcherait plus même si l’on s’aimait ? Parce qu’on a peur de ce qu’il pourrait arriver à l’autre ? Ce serait dommage de penser au pire à côté de ce qu’on pourrait y gagner.»

Amanda avait relevé les yeux vers lui, ne parvenant pas à voir le fond de ses pensées et ce que ces révélations entraineraient. Elle était aussi effrayée que lui à l’idée de le perdre et si c’était le cas elle ne s’en remettrait pas. Mais elle savait surtout que si elle n’essayait pas de lui ouvrir son cœur alors que l’occasion se présentait, elle le regretterait toute sa vie. Quoi qu’il arrive il n’existait pas de risque zéro, mais elle se demandait si Aodh préférait jouer la sécurité plutôt que tenter le coup ; la décision lui revenait donc et quelle qu’elle soit elle se devrait de la respecter. Il y avait beaucoup trop de doutes, beaucoup trop de choses en jeu et Amanda n’aurait jamais cru que cela lui fasse l’effet d’un vertige.

« Qu’est ce que tu veux faire ? »








© TITANIA
Spécialiste
avatar


© TAZER.
 
Messages : 124
Date d'inscription : 21/08/2015
Mon personnage :
Race : Lycan
Groupe sociétal ou indépendant : La Garde
Âge actuel : 34 ans
Situation amoureuse : Célibâtard
Emploi dans le monde des humains : Lieutenant dans la police dublinoise, au Bridewell Garda (quartier Cabra)
Informations : Spécialiste dans la Garde ; il est apprécié pour son efficacité mais détesté par certains à cause de son caractère et de ses manières discutables.
Est l'un des parrains de sa Famille et lieutenant dans la police au Bridewell Garda.

Message par Aodh Ò Murchadah le Ven 1 Avr - 1:39

Revenir en haut
His parliament is on fire when his hands are up
Amanda & Aodh
“Aimer sans être aimée, c'est vouloir allumer une cigarette à une cigarette déjà éteinte.” ▬ George Sand

Aodh l'écouta patiemment, buvant son verre, ne cessant plus de sourire - comme s'il avait voulu rattraper tout ce temps enfermé dans ses pensées précédemment. Alors qu'elle achevait enfin de parler, l'ombre du doute se peignant sur ses traits qui gardaient pourtant leur beauté intarissable, le lieutenant n'eut qu'une seule réaction : il se mit à rire. Ce qu'elle pouvait être belle, belle à en mourir, malgré ses cheveux décoiffés, malgré ces petites taches carmines qui souillaient sa tenue qui avait été si impeccable, malgré la lueur d'inquiétude qui rendait humides ses yeux d'une couleur splendide, unique. Sa bouche, qui ne souriait point, avait toujours ce pouvoir captivant sur Aodh ; qu'elle pleure, qu'elle hurle, qu'elle ordonne, qu'elle éclate de rire, ces lèvres étaient l'Eden à elles seules. Il continuait de rire, comme s'il sortait d'une longue agonie psychologique et que tous ses nerfs se lâchaient, se détendaient, enfin, et que la fin de cette torture ne pouvait qu'aboutir à une joie innommable. Il rit encore, toujours un peu trop sauvagement en vue de la tension qu'il aurait dû ressentir chez Amanda. En vérité, il la ressentait, et s'apprêtait rapidement à l'annihiler aussi efficacement qu'il le ferait d'un malfrat.

- Que me racontes-tu là, Amanda ?

Il se pencha vers elle, après avoir déposer son verre sur la table basse, et cueillit dans le creux de ses paumes la mâchoire de sa belle. Sans un mot de plus pour le moment, il lui offrit un baiser long et langoureux, jouant des lèvres et du bout de la langue, histoire de la faire frémir en douceur. Il s'écarta au bout d'un moment, le souffle court, un air radieux sur le visage. L'un de ses pouces caressa la douce joue de la juge, et ses yeux ne quittèrent pas les siens.

- Je ne suis pas le genre d'homme à fuir devant les difficultés, tu devrais le savoir. Qu'est-ce que l'amour, si ce n'est un nouveau challenge, pour moi ? En effet, je préférerais perdre la vie que me retrouver définitivement sans âme, si tu décidais de me l'ôter, mais c'est un jeu bien trop excitant pour que je ne veuille pas m'y essayer.

Il reprit lentement sa position initiale, reprenant son verre au passage où sa bouche alla quérir une autre gorgée, piquante à souhait, qu'il savoura en claquant de la langue sur son palais.

- De plus, tu en vaux vraiment la peine, ajouta-t-il d'un ton tendre en tendant la main, une invitation pour qu'Amanda lui offre la sienne. Viens, s'il-te-plait. Je voudrais t'avoir contre moi, sentir ton poids, et m'imaginer que ces instants seront éternels. Viens.




© Gasmask
Visage
avatar


Darling, Darling, staying up til morning
⊹ lumos maxima

Messages : 118
Date d'inscription : 07/11/2015
Age : 26
Mon personnage :
Race : sorcière Telluram / poupée voodoo
Groupe sociétal ou indépendant : Conclave
Date de Naissance : 13/01/1983
Âge actuel : 33 ans
Situation amoureuse : en couple
Emploi dans le monde des humains : Juge

Message par Amanda J. Anderson le Ven 1 Avr - 11:24

Revenir en haut

His Parliament is on fire when his hands are up



Entendre Aodh rire à ses propos n’eut pas réellement eu pour effet de la rassurer. Elle demeura à l’observer, attendant simplement qu’il se calme pour répondre quelque chose. Ce n’était pas un rire moqueur, c’était ce qui l’empêchait de rougir, toutefois c’était un suspens dont elle se serait peut être bien passé. Lorsqu’il lui demanda ce qu’elle était en train de lui raconter, Amanda haussa légèrement les sourcils, ne comprenant pas le fond de ses pensées. Elles furent pourtant bien plus claires lorsqu’il s’approcha d’elle pour l’embrasser d’une manière qui la transporta à des kilomètres d’ici. La sorcière ne se fit pas prier et répondit à son baiser, fermant les yeux et se délectant des frissons qu’il lui arrachait le long de l’échine. Elle ne voulait pas qu’il la relâche, ayant cette envie de ne plus être loin de ses lèvres mais lorsque leurs souffles vinrent à manquer, il se détacha. Puis, restant à quelques centimètres l’un de l’autre, il apaisa son cœur en lui faisant comprendre qu’il ne comptait pas tout arrêter là, bien au contraire. Elle était heureuse de le voir ainsi afficher un si beau sourire, fière d’en être à l’origine, elle demeura cependant silencieuse avec cette impression d’avoir loupé un battement. Elle n’avait jamais pensé un jour entendre ce genre de discours entre ses lèvres, eux qui étaient passé par bien des stades avant de pouvoir établir cette entente, désormais c’était comme si la suite était une logique.

Lorsqu’il eu fini de parler, l’incitant à venir vers lui comme pour introduire leur histoire, un sourire  heureux étira doucement ses lèvres. Bien évidemment, elle posa sa main au creux de la sienne et d’un même schéma que la première fois qu’ils s’étaient abandonnés l’un à l’autre ici même, Amanda prit le verre d’Aodh de ses mains avec délicatesse sans rompre le contact que liait leurs regards. Ceux d’Amanda brillaient de sentiments qui jusque là avaient discrètement bourgeonné. C’était étrange pour elle de se laisser ainsi exprimer non pas qu’un désir physique à son égard mais quelque chose de bien plus fort dont à priori elle n’aurait pas eu le moindre doute. La sorcière vint cueillir ses lèvres d’un baiser tendre et sous une tension décelable comme si elle tenait entre ses mains quelque chose qu’elle ne voulait pas briser. Dans ce geste là, elle posa une légère pression sur l’épaule du lycan pour l’inciter à s’allonger. Le confort du divan recueilli son dos, tandis que la jeune femme s’installa tout contre lui, dans l’espace de ses bras bienveillant et afin d’intensifier leur échange. Ses lèvres dansèrent contre les siennes, sensuelles et tendres à la fois et effleura son torse du bout de ses doigts, percevant au travers du tissu les battements de son cœur.

Au moment où elle n’eut plus de souffle elle se détacha de ses lèvres pour les loger dans le cou du lieutenant et y déposer quelques baisers qui se firent de plus en plus charnels, mordillant doucement. Elle s’enivrait de son odeur, il la rendait complètement folle et c’était bien parti pour durer et même amplifier. Ainsi envahie d’une douce chaleur les enveloppant, Amanda prit appui sur ses mains pour se redresser légèrement au dessus de lui, elle avait coupé court à ses baisers mais ne put résister à l’envie d’en déposer un énième sur le bout de ses lèvres. Ce qu’elle voulait avant tout c’était capter son regard, se noyer dans ses grands yeux sans fond pour lesquels elle avait vite fait de craquer pour lui.

« Je t’aime, Aodh. » Fit-elle dans un souffle saccadé avant d'étirer un sourire taquin










© TITANIA
Spécialiste
avatar


© TAZER.
 
Messages : 124
Date d'inscription : 21/08/2015
Mon personnage :
Race : Lycan
Groupe sociétal ou indépendant : La Garde
Âge actuel : 34 ans
Situation amoureuse : Célibâtard
Emploi dans le monde des humains : Lieutenant dans la police dublinoise, au Bridewell Garda (quartier Cabra)
Informations : Spécialiste dans la Garde ; il est apprécié pour son efficacité mais détesté par certains à cause de son caractère et de ses manières discutables.
Est l'un des parrains de sa Famille et lieutenant dans la police au Bridewell Garda.

Message par Aodh Ò Murchadah le Ven 1 Avr - 18:35

Revenir en haut
His parliament is on fire when his hands are up
Amanda & Aodh
“Aimer sans être aimée, c'est vouloir allumer une cigarette à une cigarette déjà éteinte.” ▬ George Sand

Jamais il ne s'était dévoilé ainsi. Aussi loin que remontaient ses souvenirs, il avait toujours préféré garder ses pensées sentimentales pour lui. Au point, certainement, que la moindre miette de sentimentalisme ne fuit son esprit de plus en plus dur comme le fer. De toute façon, quel homme, même surnaturel, pouvait-il garder la plus infime part d'humanité et d'amour lorsque son quotidien se déroulait dans le sang, les cris de terreur ou d'agonie, et avec la mort comme unique issue ? Peu y arrivaient. Aodh n'en faisait pas parti, il y a de cela encore quelques semaines. Il fallait croire que le contact d'Amanda, cette femme fière et si belle dans ce lumineux orgueil, avait fait remonté des émotions que le lycan aurait clairement décrites comme oubliées. Il accueillit sa dulcinée contre son torse, humant avec délice l'odeur suave de ses cheveux, réprimant avec peine les battements affolés de son coeur. Aimer. Bien pire que tuer, aimer était dangereux. Cela vous donnait des ailes mais pouvait tout autant les brûler. Se consumer l'âme dans les meurtres était une chose, tandis que connaître la saveur du paradis sur terre pour ensuite s'en voir déchu... Aodh avait du mal à imaginer qu'une telle souffrance puisse seulement exister. Les dieux sont bien cruels pour avoir permis aux êtres conscients de ce monde d'aimer autrui...

Malgré ces pensées amères et terrifiantes, Aodh ne put qu'apprécier l'instant. Amanda, si près de lui, lui susurrant de chaudes paroles à l'oreille. Le lieutenant ne pouvait cesser une seconde de vouloir la caresser, avec une tendresse infinie, partout là où ses doigts allaient se perdre. Son visage, où chaque centimètre ne put échapper à ses élans affectifs, sa nuque gracile où se dessinaient d'adorables points de beauté, l'étroit écart entre ses seins jusqu'à venir lui arracher un petit gloussement lorsqu'il alla se perdre vers son ventre, la chatouillant involontairement. A plusieurs reprises, ils s'embrassèrent, enlacés comme s'ils désiraient ne vouloir faire qu'une seule et même entité. Le charme de ces minutes fut malheureusement rompu, brutalement, par la sonnerie du téléphone d'Aodh. Celui-ci lâcha un juron exaspéré, fit mine de ne pas vouloir répondre et rata cet appel. Prêt à reprendre là où ils en étaient, un sourire revint sur ses lèvres avant de s'évanouir dans une autre exclamation furieuse lorsque le téléphone se remit à vrombir.

- Excuse-moi...

Il força sa tendre à se relever en même temps que lui, pour lui laisser le loisir d'attraper son téléphone resté sur la table basse. Le nom qui y était affiché le fit froncer les sourcils, et, par réflexe, l'air qu'il avait lorsqu'il se trouvait parmi ceux de la Garde revint sur son visage. Sa voix avait perdu tout le miel qui l'imbibait lorsqu'il décrocha.

- Allô ? ... Oui, en effet. Que... Se faisant interrompre, Aodh écouta un long moment son interlocuteur, ses traits s'affaissant progressivement en une expression soucieuse mais déterminée. J'ai compris. Je serais là dans la demi-heure, compte sur moi.

Il coupa l'appel, sans aucune autre forme de politesse. Son regard à nouveau assombri se glissa vers Amanda, qui attendait tranquillement. Il prit un air sincèrement désolé et lui embrassa la main.

- C'est très important, un cas de force majeure... J'aurais voulu rester mais...

Sans achever sa phrase, laissée en suspens, il se leva. Debout, il ne bougea plus un moment et poussa un profond soupir.

- A peine avouons-nous nos sentiments que nous voilà séparés...

Il se retourna vers elle, souriant faiblement.

- Je reviendrais dès que j'aurais fini.

Le lycan l'embrassa avec la fougue de l'homme transi d'amour mais également pressé, contre sa volonté. Il fila ensuite, tel un voleur, attrapant sa veste au passage avant de sortir de la maison en trombe. Peu de temps après, du salon où les parcelles d'amour s'étiolaient déjà à la faveur du goût de la déception, on put entendre le rugissement de la voiture de sport d'Aodh, qui s'estompa dans la nuit.




© Gasmask
Visage
avatar


Darling, Darling, staying up til morning
⊹ lumos maxima

Messages : 118
Date d'inscription : 07/11/2015
Age : 26
Mon personnage :
Race : sorcière Telluram / poupée voodoo
Groupe sociétal ou indépendant : Conclave
Date de Naissance : 13/01/1983
Âge actuel : 33 ans
Situation amoureuse : en couple
Emploi dans le monde des humains : Juge

Message par Amanda J. Anderson le Ven 1 Avr - 20:23

Revenir en haut

His Parliament is on fire when his hands are up



Les gestes se faisaient plus entreprenants, partant à la découverte de leurs corps tandis que leurs baisers se faisaient plus langoureux, plus intenses. Après s’être dévoilé, c’était d’une toute autre manière que se faisaient ces effleurements emplis d’affection ; car le moindre contact du bout des doigts d’Aodh sur sa peau la faisait frémir. C’est alors qu’une sonnerie retentie, Amanda interrogea son aimé du regard pour savoir s’il comptait répondre ou laisser. Visiblement il ne comptait pas interrompre leurs petites embrassades, lui arrachant un sourire avant qu’elle ne reprenne possession de ses lèvres. Mais le téléphone sonna encore, Amanda s’appuya sur le dossier du divan pour se redresser et l’aider à se dégager de son emprise afin qu’il puisse répondre. Puisque ça appelait deux fois c’est que c’était important et Amanda ne voulait pas qu’il ait des problèmes.

Amanda profita qu’il se soit levé, occupé par son appel pour s’allonger plus confortablement sur le divan. Le haut de sa blouse qui avait été déboutonnée laissait subtilement entrevoir le haut de sa guêpière là où se dessinaient ses courbures féminines. Amanda tendit le bras, pour attraper sa cigarette qui avait continué de se consumer sur le cendrier et la loger entre ses lèvres rosies. Elle passa machinalement sa main dans ses boucles brunes pour les remettre en place et observa Aodh au téléphone. A entendre les quelques brides de sa conversation, il n’allait pas pouvoir rester avec elle.

Amanda était quelque peu déçue mais savait aussi qu’il avait des obligations. Elle ne lui en tint donc pas rigueur lorsqu’il s’excusa, lui adressant un sourire avant de s’affaler un peu plus et d’étouffer un rire amusé.

« Je sais Aodh, vas y, ne t’en fais pas pour moi ! »

Elle profita de ce dernier baiser qu’il lui offrit avec une certaine retenue puisqu’il ne pouvait pas rester mais apprécia qu’il y mette autant d’intérêt. Il lui avait promit de revenir une fois terminé mais savait aussi que cela dépendait de bien des choses et ne se faisait donc pas de faux espoirs.  Il avait les clefs de chez elle, elle savait qu’il ferait son possible mais ne voulait pas lui mettre de pression supplémentaire.

« Envoie-moi déjà un message, pour me dire que tout va bien. » Fit-elle avant de lui voler un dernier baiser en l’ayant subitement retenu par le bras avant de le laisser filer

Elle lui souhaita bon courage tout en lui demandant d’être prudent, quitte à promettre des choses elle préférait qu’il lui promette qu’il ferait attention. Alors, le silence revint dans sa demeure une fois la voiture partie au loin. La jeune femme laissa tomber sa tête en arrière, expirant la fumée de nicotine tout en soupirant. Elle resta un moment à réfléchir à tout ceci, heureuse mais ne pouvant s’empêcher d’éprouver certaines craintes notamment au fait qu’elle n’avait pas éprouvé ceci depuis bien longtemps, elle qui avait souvent tendance à jouer un rôle. Elle avait toujours eu tendance à ériger des murs, de se protéger afin que l’on n’ait jamais rien à retenir contre elle.

Amanda finit par se lever, retirant sa blouse trouée par la balle et ses bas foutus pour les jeter à la poubelle. Aodh ne quittait pas ses pensées, elle n’avait jamais imaginé qu’il occupe la totalité de son esprit après lui avoir avoué ses sentiments. La sorcière occupa sa soirée, se fit à manger, prit sa douche et passa un moment de la nuit à tirer les cartes pour y lire l’avenir. Lorsque ses yeux commencèrent à fatiguer elle se rendit compte qu’elle avait fait nuit blanche, sans doute encore sous le choc des événements - ce qui n’était pas dérangeant puisqu’elle était de congé le lendemain. En revanche, elle n’avait toujours pas de signe d’Aodh.

Se postant devant la fenêtre elle admira le lever du soleil et ses multiples couleurs chaudes au déclin d’une nuit en solitaire. Elle observa ce spectacle jusqu’à la fin et monta dans sa chambre pour aller se coucher.









© TITANIA
Contenu sponsorisé

Message par Contenu sponsorisé

Revenir en haut

La date/heure actuelle est Sam 24 Juin - 3:44