AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Working out a loathing | ft. Aodh

Partagez
Ange
avatar


La fleur qui s’épanouit dans l’adversité
est la plus rare et la plus belle de toutes.
Messages : 79
Date d'inscription : 08/11/2015
Age : 27
Race : Possession fusionnelle – Hua Mulan
Âge actuel : 30 ans
Situation amoureuse : Célibataire et coeur à prendre
Emploi dans le monde des humains : En recherche d'emploi

Message par Elizabeth K. Anderson le Mar 17 Nov - 20:34

Revenir en haut
Working out a loathing
Assise dans la cuisine, une jeune femme habillée d'un simple t-shirt trop grand pour elle, d'une couleur kaki grossière et couvrant à peine un micro short moulant tenait une mug en porcelaine d'une couleur unie et portant un message attestant qu'elle n'était pas d'humeur à discuter le matin sans un bon café emplissant sa tasse. Chaud et fumant, ce dernier s'élevait en un fin volute qui ondula considérablement tandis qu'elle portait la mug à sa bouche, sirotant une gorgée avant de la poser sur l'îlot où elle était accoudée. Un genou sur la chaise, son autre jambe battant le vide tandis qu'elle feuilletait le journal posé devant elle, ses cheveux caressèrent son dos alors qu'elle baissait la tête pour contempler les gros titres qu'elle avait sous les yeux. Elle lut avec attention les dernières nouvelles du moment, son regard détaillant les images qu'elle avait sous les yeux avant d'attraper sa mug pour en tirer une autre gorgée, s'adossant à la chaise. Les attentas survenus à Paris avaient fait beaucoup de morts, plus de pertes que ce que la population d'un tel pays était capable de supporter. L'article du jour ne la surprenait point, les informations ne cessaient d'en parler et elle comprenait facilement qu'un tel acte puisse choquer ; mais elle ne l'était pas. Cette image de corps étendus sans vie dans une rue, elle n'avait qu'à fermer les yeux pour en conjurer des dizaines d'autres, qu'elle en ait été témoin ou qu'elles appartiennent à un passé trop ancien pour être le sien. Cela n'en était pas moins inacceptable.
Tenant sa mug d'une main, elle tourna la page de l'autre, tentant de repousser les images qui lui venaient à l'esprit, sans grand succès. Un visage s'imposa bientôt à elle, celui de son ex avec qui elle avait partagé nombre de cauchemar, même s'il semblait bien moins affecté qu'elle ne l'était intérieurement. Cependant, le spectacle de ces corps étendus sur le sol conjugué à cette histoire de corps démembré trouvé dans une ruelle non loin du Stade de France, elle ne pouvait simplement les ignorer. Les êtres humains avaient peut-être le don de s'autodétruire, ce geste ressemblait bien trop à l'emprunte d'un surnaturel pour avoir un lien avec les fusillades mais si cela concernait les organisations et plus précisément la Garde, cela devrait attendre.
Abandonnant sa tasse presque vide dans l'évier, elle laissa le journal ouvert sur la page des infos locales où sa sœur s'illustrait encore, pour aller prendre une douche à l'étage. Elle avait été surprise en arrivant à Dublin, tout d'abord de la taille de la maison de sa sœur dont l'envergure et la magnificence lui était devenu étranger avec le temps passé à l'armée, mais aussi par sa renommée dans la capitale irlandaise, il lui avait fallu un peu de temps pour s'y habituer et elle souriait encore quand elle trouvait un article y faisant référence ; elle n'était pas du Conclave pour rien.

La salle de bain, ou plutôt sa salle de bain, était à l'image de la maison, spacieuse ; tellement qu'on aurait facilement pu y faire tenir un studio étudiant avec sa propre salle de bain. Éparpillant ses vêtements sur le sol, elle actionna le mitigeur de la douche avant de mettre un peu de musique en fond sonore sur la télévision de la salle de bain. Elle zappa un moment sur les chaînes avant d'en trouver une qui lui plaisait pour finalement entrer dans la douche fumante. Elle avait toujours aimé les douches brûlantes, une chose avec laquelle elle avait du concilier pendant son temps à l'armée où la douche était plus souvent froide qu'autre chose. Elle en profita pour se prélasser un moment sous l'eau chaude, laissant l'eau glisser sur son corps et noyer ses idées dans la bonde.
La douche acheva de la motiver et elle mit moins de temps à s'habiller qu'à se doucher avant de sortir avec un sac plus large qu'elle. Amanda avait intégré sa propre salle de sport à la maison mais Elizabeth avait toujours été une personne d'extérieur, ne supportant que très peu de temps de rester enfermée entre les même quatre murs. De plus, elle avait tout son temps maintenant qu'elle ne travaillait plus, l'occasion d'en profiter pour prendre l'air, voir des amis, prendre du bon temps, etc.. Ignorant la voiture, elle courut sur cinq kilomètres, son sac tapant en rythme sur son postérieur, avant d'emprunter le métro qui la mena un peu plus sur le centre. Elle entra dans un bâtiment de haute taille dont elle escalada les marches quatre à quatre avant d'atteindre le deuxième étage. La jeune asiatique salua la personne de l'accueil avec un petit signe de la main avant de prendre la direction des vestiaires où elle se délesta de ses affaires, changeant de chaussures et ôtant son t-shirt pour finir avec une simple brassière. Elle en profita pour se rafraîchir un peu avant de faire son entrée dans la salle de sport ; ignorant totalement les tapis d'échauffement alors qu'elle avait déjà courut pour venir, elle visa directement les sacs autour du petit ring.
Elizabeth connaissait bien le propriétaire de la salle et aimait venir s'entraîner ici régulièrement, pour garder la forme. Elle trouvait dommage que la Garde ne possède pas de locaux propres à eux mais le fait que l'un de ses membres possède un tel lieu était une aubaine. En prime, ils partageaient les même valeurs, reflétées par l'agencement de la salle et l'atmosphère qui s'y dégageait. Avisant le propriétaire, elle abandonna un instant son sac pour aller le saluer, lui assenant une petite claque dans le dos avant de le serrer dans ses bras. Ils discutèrent un petit moment pour rattraper le temps perdu et échanger à propos des derniers événements et elle s'était quelque peu refroidie quand elle retourna à son sac et attrapa ses gants. Sautillant en lançant des petits coups, alternant rapidité et application le temps de s'échauffer les muscles pour commencer les choses sérieuses. Elle travailla le sac en profondeur, lui donnant de petits coups vifs avant de les faire plus puissants, marquant une distance avec la cible qui se balançait au bout de la chaîne. Son corps se couvrit de sueur et sa respiration se fit plus saccadée jusqu'à ce qu'elle ne décide de prendre une pause, attrapant sa bouteille d'eau.
Cette dernière était déjà vide, à sa grande surprise, elle se dirigea donc vers le distributeur non sans avoir attrapé quelques pièces dans sa poche et la serviette qui traînait par terre, s'essuyant le visage en soufflant. Une bouteille d'eau fraîche en main, elle alla s'écraser sur un banc près du distributeur, vidant l'eau à grande gorgée ; elle ne vit pas tout de suite la personne qui arriva près d'elle.
Spécialiste
avatar


© TAZER.
 
Messages : 124
Date d'inscription : 21/08/2015
Mon personnage :
Race : Lycan
Groupe sociétal ou indépendant : La Garde
Âge actuel : 34 ans
Situation amoureuse : Célibâtard
Emploi dans le monde des humains : Lieutenant dans la police dublinoise, au Bridewell Garda (quartier Cabra)
Informations : Spécialiste dans la Garde ; il est apprécié pour son efficacité mais détesté par certains à cause de son caractère et de ses manières discutables.
Est l'un des parrains de sa Famille et lieutenant dans la police au Bridewell Garda.

Message par Aodh Ò Murchadah le Jeu 17 Déc - 0:38

Revenir en haut
Working out of loathing
Lizzie & Aodh
“En communication, la familiarité entraîne l'apathie.” ▬ William Berbach

Aodh avait toujours été un gars actif, sans qu'il ne dédaigne pour autant la réflexion et l'intelligence, ainsi que la culture. C'était un cerveau dans un corps entraîné, ce qui était là le fait que la Garde l'apprécie autant. Pour son efficacité sur le terrain, sa puissance alliée à son sens de la perception, de la déduction et son instinct purement animal. Bien évidemment, c'était des qualités qu'on ne pouvait ignorer, mais qui ne venaient pas sans de grands défauts qui rendait le personnage qu'il était comme très délicat à apprivoiser et... à supporter. Encore plus à apprécier. Le lycan n'était pas de ces personnes qui s'en souciaient, cela dit, et il se fichait pas mal d'avoir l'affection ou la haine d'autrui à partir du moment où il réussissait là où il avait décidé de réussir. Ambitieux, il ne lésinait pas sur des techniques peu orthodoxes pour y arriver. Beaucoup le critiquent, et la jeune femme qui frappait sur le sac avec une belle énergie en faisait partie.

Assis sur un banc, posé contre un des murs de la salle de boxe, Aodh avait pu la voir entrer sans que celle-ci ne puisse décerner son visage parmi les autres dans la salle. Il ne se gêna pas pour la reluquer - disons-le tout de suite, c'était un bien joli brin de fille. Il prenait lui-même une pause, étant déjà sur les lieux depuis une heure, et but à sa bouteille d'eau sans la quitter des yeux et admira ses coups. Il n'aurait pas envie d'être à la place du sac... Elle paraissait être dans son élément, ce qui ne l'étonnait guère. Elle était de la Garde, et les membres de cette Organisation étaient des combattants depuis leur prime enfance. La violence ne leur faisait pas peur ; ils jouaient avec et apprenaient à la canaliser ou à la faire exploser aux moments opportuns. Cette jeune femme, Elizabeth s'il se souvenait bien, faisait preuve d'une rage froide alors qu'elle assénait frappe sur frappe contre le plastique rouge du sac, dont la chaîne gémissait à chacun d'eux. Elle avait beau être petite de taille et avoir un corps fin et frêle d'asiatique, elle ne manquait pas de punch ! Après un moment, alors que lui-même n'avait pas bougé de sa place, elle alla se poser et se rafraîchir, sa poitrine montant et descendant rapidement au rythme de sa respiration accélérée.

Un sourire malicieux aux lèvres, Aodh se leva et d'un pas assuré se dirigea vers elle. Il s'assit juste à côté d'elle, lourdement, et n'attendit pas qu'elle lui dise de dégager si telle était son intention ; il la salua sans cérémonie :

- Salut.

Il lui jeta un regard en biais, toujours souriant.

- Je te reconnais. Elizabeth, n'est-ce pas ?

Aodh se demanda s'il devait se présenter puis, dans le doute, avança une main amicale vers la jeune femme dans le but de serrer la sienne.

- Je suis Aodh. Peut-être que tu as déjà entendu parler de moi, fit-il, crâneur.



© Gasmask
Ange
avatar


La fleur qui s’épanouit dans l’adversité
est la plus rare et la plus belle de toutes.
Messages : 79
Date d'inscription : 08/11/2015
Age : 27
Race : Possession fusionnelle – Hua Mulan
Âge actuel : 30 ans
Situation amoureuse : Célibataire et coeur à prendre
Emploi dans le monde des humains : En recherche d'emploi

Message par Elizabeth K. Anderson le Lun 25 Jan - 18:40

Revenir en haut
Working out a loathing
Vêtue d'une simple brassière noire et d'un mini short assorti, Elizabeth attirait l'attention de toute sorte d'individus. Nombre de personnes, appartenant principalement à la gente féminine, aurait qualifié sa tenue de trop légère, pour ne pas dire qu'elle se promenait limite nue, mais il n'y avait là rien d'anormal dans une salle de sport. En d'autres termes, la jeune femme n'avait rien à cacher et elle n'allait pas s'encombrer de couches supplémentaires juste pour s'épargner les crises de jalousies des autres. Dans le même temps, la salle de sport était principalement fréquentée par des hommes et dégageait une atmosphère pleine de testostérone qui aurait fait fuir n'importe quelle midinette.
Le regard que l'on portait sur elle ne lui faisait pas peur. Comme elle le disait si bien, elle était capable de s'occuper de ses propres fesses, quitte à botter celle des autres. Ce n'était pas comme si elle avait encore 20 ans et qu'elle n'avait jamais eu affaire au pire côté de la gente masculine. Ce n'était pas non plus comme si elle n'était pas en mesure de se défendre elle-même, mais elle se sentait particulièrement à l'aise dans ce genre d'environnement hostile à la fragile gente féminine ; l'armée oblige. La femme a l'habitude de se porter en victime mais aussi d'être tenue responsable des abus qu'elle peut subir, ce n'était pas le cas d'Elizabeth. Était-ce dû à Mulan ? Mais sans être branchée féministe, elle ne se laissait pas marcher sur les pieds sous prétexte qu'elle était une femme, et encore moins traitée comme une petite chose fragile dont on pouvait faire ce que l'on veut. Il ne fallait pas s'attendre à la voir vivre dans un petit cottage entouré de barrières blanches avec un chien dans le jardin, la demoiselle au fourneau pendant que monsieur travaillerait. Elle travaillerait de son côté et le repas du soir viendrait de plats préparés si monsieur ne cuisine pas. Elle avait toujours été une mauvaise cuisinière quand il ne s'agissait pas de mettre une boîte dans une casserole ou une assiette dans le micro-onde, et encore. Sans doute pour cela que son histoire avec David n'avait pas fonctionné. Parce qu'il voulait des enfants, une maison et une vie tranquille qu'elle ne pouvait pas lui offrir. Elle partageait son rêve d'enfants qu'il ne pouvait lui offrir mais pas le reste du paysage bien trop utopique à ses yeux.

Se tenant au distributeur, la serviette éponge sur ses épaules, tandis qu'elle choisissait une boisson fraîche, son esprit prenait un malin plaisir à lui renvoyer ses échecs amoureux dans la face. Elle détestait quand son esprit pédalait à toute vitesse alors qu'elle était trop fatiguée pour réagir. On aurait pourtant cru que taper dans un sac à faire céder le cuir l'aurait suffisamment défoulée pour faire taire ses états d'âme mais son cerveau chantait une toute autre chanson.
La jeune femme s'affala sur le banc à côté de la machine, essuyant les gouttes qui coulaient sous son nez avant d'avaler le contenu de sa bouteille à grande gorgée. L'eau fraîche la fit frissonner de plaisir et elle attendit de sentir des crampes s'emparer de son estomac après s'être livrée à pareille gourmandise. Elle savait d'expérience qu'il n'était pas bon d'avaler autant d'eau et surtout, une eau aussi froide, après un effort physique mais elle savait aussi qu'elle avait une meilleure résistance que la plupart des gens et elle envoyait chier sa conscience. Ce qui lui avait manqué à l'armée, c'était de boire ainsi à grande eau lorsqu'ils devaient se rationner en mission. Il lui était d'ailleurs arrivé de rentrer de mission pour se rendre directement sous la douche où elle buvait tout en se lavant, une habitude qui faisait beaucoup rire son équipe à l'époque. Un petit sourire éclairait son visage à ce souvenir ; sourire qui s'évanouit, immédiatement remplacé par un masque froid et dénué d'expression alors que l'archétype du macho s'installait près d'elle sans y être invité.
La jeune femme ne s'attendait pas vraiment à rencontre qui que ce soit de galant ici de toute manière et au moins, l'avait-il salué en passant. Elle n'esquissa aucun geste pour s'éloigner de lui, se contentant de se pencher en avant pour poser sa bouteille vide entre leurs pieds, comme une limite si une idée étrange lui passait par l'esprit mais elle releva la tête à sa réflexion, tordant son cou pour le dévisager de biais. Aodh Ò Murchadah. Bien sûr qu'elle le connaissait. S'adossant à nouveau au mur derrière eux, elle regarda droit devant elle en s'adressant à lui, omettant de le saluer en retour.

« Aodh.. Dois-je t'identifier comme Spécialiste ou comme amant ponctuel de ma sœur ? »

Un fin sourire qui n'avait pas grand-chose d'amical vint fendre son visage, hésitant avant de s'élargir un peu, s'adoucissant au passage.

« Je dois dire que ta réputation te précède, mais j'attendais de te rencontrer en personne pour me faire une idée. »

D'un coup brusque, elle tendit sa main ouverte vers lui, attrapant la sienne pour la serrer avec force et assurance.
Spécialiste
avatar


© TAZER.
 
Messages : 124
Date d'inscription : 21/08/2015
Mon personnage :
Race : Lycan
Groupe sociétal ou indépendant : La Garde
Âge actuel : 34 ans
Situation amoureuse : Célibâtard
Emploi dans le monde des humains : Lieutenant dans la police dublinoise, au Bridewell Garda (quartier Cabra)
Informations : Spécialiste dans la Garde ; il est apprécié pour son efficacité mais détesté par certains à cause de son caractère et de ses manières discutables.
Est l'un des parrains de sa Famille et lieutenant dans la police au Bridewell Garda.

Message par Aodh Ò Murchadah le Mar 1 Mar - 14:00

Revenir en haut
Working out of loathing
Lizzie & Aodh
“En communication, la familiarité entraîne l'apathie.” ▬ William Berbach

Le verbe cinglant, la poigne solide, le regard franc et pénétrant. Cette observation, qui ne dura que quelques secondes, fit agrandir le sourire avenant d'Aodh qui émit même un léger rire amusé, sans se soucier de ce qu'en penserait la belle aux yeux bridés. Ses propres yeux étincelaient, d'une énergie qui n'avait rien d'humain ; s'il savait le rendre plus discret, cet éclat ne le quitta pour ainsi dire jamais, ne prenant d'ardeur que lors d'une forte émotion ou lorsqu'il relâchait la pression. En cet instant, c'était surtout parce qu'il avait envie de se laisser un peu aller. Ces dernières semaines avaient été assez difficiles, plusieurs affaires délicates avaient bien failli lui faire rencontrer la mort, et cette histoire, avec la jeune Alice, ne quittait que rarement ses pensées. Depuis qu'il l'avait aidé et amenée auprès de David, un lien étrange s'était lié entre eux deux. Il s'était porté garant de sa sécurité et secondait une sorte d'entraîneur mental, qui était là pour endurcisse l'âme d'Alice pour qu'elle puisse lutter contre celle, envahissante et dangereuse, de Lewis. Aodh s'était promis de garder une distance professionnelle avec cette demoiselle, mais son charme discret et sa fragilité de poupée avait fini par amollir son cœur et le rendre... amical, dépassant de loin les limites qu'il s'était lui-même imposé. Une fois, suite à certains épisodes, un élan affectif les avait placé dans les bras l'un de l'autre. Suite à cela, Aodh s'était toujours senti gauche et comme honteux. Il n'avait aucunement l'intention de coucher avec elle, trop jeune à ses yeux, et la crainte de tromper Amanda ne lui venait pas à l'esprit. Non, c'était plutôt l'horreur que lui inspirait cette espèce de trahison envers la Garde qu'était l'amitié qu'il commençait à entretenir avec une criminelle en surveillance. Oui, c'était ça : il se sentait tel un traître.

Tout cela avait amené une tension au sein de ce singulier duo, entraînant une réaction en chaîne. Moins attentif, Aodh fut moins performant, et se prit quelques remontrances de ses supérieurs, qui, en vérité, ne comprenaient pas trop ce qui arrivait à cette espèce de statut de marbre imperturbable. Peu de choses pouvaient perturber l'esprit calculateur d'Aodh, et l'une de ces choses étaient d'avoir l'impression de faillir à sa mission ou de tromper la confiance de ceux qui croient en lui. Amanda, sa Famille ou la Garde. Et il était en plein milieu d'une de ces périodes difficiles de sa vie ; il allait devoir prendre une décision radicale mais il craignait franchement qu'envoyer Alice sur les roses ne rende son esprit plus faible qu'il ne l'était, brisant cette confiance qui naissait en elle à l'aube même de son envol. Ce serait non seulement cruel mais également suicidaire. Lewis n'aurait plus qu'à s'incruster dans les fissures ainsi créées et causer, à nouveau, le mal à tort et à travers autour de lui. Alice pourrait dès lors abandonner l'idée de rester libre et Aodh vivrait l'échec. Et aussi, pour l'une des rares fois durant sa vie, le remord. Ces pensées, ce dilemme douloureux, l'avait rongé petit à petit, le rendant plus amer encore si cela était seulement possible. Aujourd'hui, il avait décidé de lâcher du leste. Qu'un humain puisse deviner ses tendances carnassières au clair de lune lui importait peu. Le volcan, sous son crâne, menaçait de le rendre fou de rage.

Son attention s'était concentrée un long moment sur un sac, qu'il avait fini par déchirer. Comme excuse auprès du gérant de la salle il avait prétexté une mauvaise qualité du matériel et une usure déjà bien avancé, ce qui ne l'avait pas empêché de devoir plier l'échine et de promettre un remboursement de ce-dit matériel. Son choix s'était alors porté sur le banc, contre un mur, pour reprendre un peu ses esprits ; il était tant à bout qu'il n'avait pas cherché à contrôler sa force et l'avait laissé exploser dans toute son ampleur. C'était mauvais signe. Ce fut à ce moment-là que Lizzie était arrivée, et Aodh avait vu en elle une occasion en or de se changer les idées en douceur. Son approche manquait de galanterie mais ce n'était pas spécialement son intention, donc... Après leurs salutations mutuelles, Aodh s'adossa au mur. Il avait encore le visage légèrement luisant de son entraînement de boxe, tout comme la jeune femme, sauf qu'il était prêt à reprendre tandis qu'elle semblait avoir sérieusement besoin de se reposer. Son souffle, léger comme un alizée, restait rapide et saccadé. Cette image fit monter des désirs bestiaux chez le lycanthrope, qui, au lieu de s'en vouloir et de tenter de les restreindre, les laissa le guider dans la suite de la conversation.

- Tu peux également me considérer comme un pair. Nous luttons ensemble contre les mêmes malfrats qui régissent ce monde dans l'ombre. Ou alors comme une simple compagnie amicale.

Il ricana à nouveau à l'énoncé de sa réputation, qu'il pouvait deviner sans mal. Bien sûr, son côté orgueilleux ne pouvait que difficilement imaginer autre chose que seulement des points positifs, pourtant, le sourire figé et sans chaleur d'Elizabeth lui indiqua qu'il se trompait peut-être. Quand bien même, il ne lâcha la façade d'amusement qui étirait joyeusement ses traits plein d'assurance, et ajouta :

- Je pourrais te faire croire que je suis curieux de savoir ce qu'on dit de moi, histoire d'enclencher une conversation entre nous, mais... Pour tout te dire, je m'en fiche comme de ma première chemise, et je pense, en effet, que cela serait plus judicieux de ta part de te construire ton propre jugement me concernant. Sache toutefois que la jalousie est parfois un bien mauvais conseiller.

Sur ces mots, prononcés sur un ton qui n'acceptait aucune contradiction, il se leva souplement, allongeant ses bras devant lui en entrecroisant ses doigts pour soulager ses muscles tout juste échauffés. Il toisa la jeune femme, debout face à elle à présent, et dit avec un air provocateur :

- Je te proposerais bien de s'entraîner ensemble. Je pourrais te seconder pour porter du poids. Toutefois, tu me parais encore trop fatiguée, je devrais peut-être te laisser tranquille...





© Gasmask
Ange
avatar


La fleur qui s’épanouit dans l’adversité
est la plus rare et la plus belle de toutes.
Messages : 79
Date d'inscription : 08/11/2015
Age : 27
Race : Possession fusionnelle – Hua Mulan
Âge actuel : 30 ans
Situation amoureuse : Célibataire et coeur à prendre
Emploi dans le monde des humains : En recherche d'emploi

Message par Elizabeth K. Anderson le Lun 28 Mar - 12:50

Revenir en haut
Working out a loathing
La jeune femme ne savait dire si elle appréciait ou non, le lycanthrope assis à ses côtés. Elle ressentait à son égard des sentiments quelques peu antagonistes qu'elle ne parvenait à saisir entièrement tant ils lui échappaient sur le moment, elle se promit cependant de tirer tout cela au clair lorsqu'elle aurait la tête vide, tranquillement de retour chez elle. Ce n'était pas qu'il la répugnait ou qu'il ait fait quoique ce soit pour qu'elle ne supporte pas sa présence, peut-être était ce le petit ricanement amusé qu'il avait sournoisement lâché à son encontre, mais d'une certaine façon, elle se sentait à la fois attirée et légèrement irritée, un sentiment qu'elle n'avait pas ressenti depuis ce qui lui semblait être une éternité. Elle se retint de soupirer, gardant ses sentiments pour elle et se contenta de fixer un point devant elle, sans rien regarder en particulier.
Ses poils s'étaient dressés sur ses avant bras et jouant de ses épaules, elle passa sa serviette dessus pour les plaquer, feignant d'essuyer la sueur qui perlait mais cette réaction parfaitement naturelle ne lui disait rien qui vaille. Elle savait qu'elle n'avait pas attrapé froid, même si après avoir bu une telle quantité d'eau froide, son corps pouvait avoir subi un choc thermique, mais cela venait plutôt de l'aura que dégageait Aodh, de l'énergie qui émanait de lui. Elle aurait dû être habituée et pourtant, elle fut légèrement agacée par sa propre réaction, se morigénant intérieurement. Daniel avait été son compagnon pendant quelques années et il ne s'était jamais contenu en sa seule présence, se laissant parfois aller volontairement dans le seul but de goûter sur sa langue la réaction qu'il provoquait. C'était un jeu pour lui, un jeu dont elle avait été la proie et elle avait aimé ça, elle avait aimé le danger qu'il représentait en sachant qu'il ne lui ferait pas délibérément du mal. Elle avait joué avec lui tout autant qu'il avait joué avec elle et il en était ressorti une relation telle qu'elle avait éprouvé presque un manque quand elle y avait mis un terme.
Elle ressentait presque ce manque au contact d'Aodh, sentant une douce chaleur familière l'envahir au contact de sa paume mais elle sut se maîtriser totalement, arborant son masque de froideur habituel. Elle descellait quelque chose d'autre en lui. Peut-être cela avait-il un lien avec son comportement actuel, les changements qu'ils avaient remarqué en lui et les rapports qui avaient été fait et portés à l'intention du Conseil à son sujet mais elle choisit de lui offrir le bénéfice du doute. Elle n'était pas d'accord avec tous les agissements de la Garde, non pas qu'il s'agisse là d'une trahison à leur égard, elle leur était particulièrement loyale, mais depuis qu'elle avait atteint le sommet de l'organisation, elle avait peu à peu ouvert les yeux, comme lorsque l'on atteint le sommet d'une montagne pour contempler l'étendue du paysage qui s'offre à nous. Les membres de la Garde étaient des Hommes avant toute chose, si l'on pouvait le dire ainsi, toute préoccupation ne concernait pas l'organisation en elle-même et elle était bien placée pour le savoir.
Plus détendue, reprenant peu à peu des forces qu'elle avait perdu en se défoulant plus tôt, elle se frotta énergiquement le visage pour achever de se motiver. Elle n'était pas ici en tant qu'Archange de la Garde mais en tant que jeune femme souhaitant maintenir sa forme physique, il était cependant de son devoir de veiller à la protection des membres de son organisation et cela passait aussi par leur bien-être, même si cela entrait davantage dans les compétences de David. Elle n'était pas fine psychologue comme lui, mais elle possédait suffisamment d'expérience pour savoir quand quelqu'un n'allait pas bien. Elle était d'autant plus préoccupée qu'il avait un lien avec sa sœur et qu'elle ne souhaitait aucunement que cela l'atteigne.

Leur conversation ne prenait pas un tour des plus favorables mais ce n'était pas non plus son meilleur jour et elle n'était pas là pour jouer les diplomates. Se redressant légèrement, elle émit un petit rire, redressant un coin de sa bouche dans une petite mimique amusée. Elle devait bien admettre qu'il marquait un point mais elle ne considérait pas les gens en fonction des points communs qu'elle avait avec eux, c'eut été puérile et mal venu, elle était bien décidée à forger sa propre opinion comme cela lui chantait.
Elle l'avait visiblement vexé vu sa réaction mais elle n'en éprouva aucune culpabilité. Ils étaient adultes et ils passeraient au dessus de ça. « Sache toutefois que la jalousie est parfois un bien mauvais conseiller. » Était-ce la phrase ou simplement le ton employé qui laissait penser qu'on la considérait comme une enfant qui avait encore tout à apprendre, mais dans le regard qu'elle leva alors vers lui, pesait tous le poids de l'expérience qu'elle avait derrière elle, un regard chargée de plus d'années que l'on pouvait en compter. Il était facile de la prendre pour une simple humaine, après tout, elle le restait, mais il arrivait qu'une parole, un geste, quoique ce puisse être, déclenche un souvenir enfouie en elle, un souvenir qui ne lui appartenait pas en propre. Elle n'avait peut-être qu'une trentaine d'années mais l'âme qui avait fusionné avec elle, était bien plus ancienne et elle puisait en elle toute l'expérience qu'on ne pourrait jamais acquérir en cent années de vie. Le regard qu'elle lui offrait alors, portait toute cette expérience dont on n'aurait pu rêver. Ne lui avait-on pas déjà dis la même chose il y a quelque centaines d'années ? Il lui était encore difficile de faire la part des choses mais les sentiments étaient bien là.
Se levant doucement, elle passa sa serviette en travers de son cou avant de se plier lentement en deux devant l'homme, se penchant pour récupérer la bouteille en plastique qu'elle alla mettre dans la poubelle servant au tri, de l'autre côté du distributeur. De sa démarche toute féline, elle se campa devant le lycanthrope, levant la tête pour le regarder dans les yeux.

« Peut-être es-tu réticent à l'idée de te mesurer à moi, mais je vais te montrer ce qu'une personne trop fatiguée peut faire sur un ring. En tout bien, tout honneur. »

Elle répondait là consciemment à sa provocation, n'admettant aucun refus, aucune contradiction. C'était là l'occasion pour elle de l'évaluer, tant en qualité de personne qu'en celle de Spécialiste, l'occasion pour elle de se faire sa propre idée. Elle avait toujours aimé se mesurer aux autres, qu'importe l'inégalité du combat et c'est sans doute ce qui avait alors plu à son ex, le fait qu'elle ne craigne pas les défis. En terme de capacité physique, elle n'avait aucune chance contre un lycanthrope au meilleur de sa forme. De manière générale, le poids, la taille et le genre étaient important dans un combat de boxe. Mais elle ne souhaitait pas s'adonner à un combat d'opéra, juste distribuer quelques coups et en recevoir quelques autres pour se dégourdir un peu. Elle avait la rapidité, l'agilité et l'habileté qui manquait à une personne plus lourde qu'elle. Et si par malheur, elle finissait blessée, il y avait de la glace dans le bureau du gérant qui servait d'infirmerie. Elle n'était pas aveugle au point de ne pas avoir remarqué l'état du sac qui pendait encore lamentablement sur sa chaîne. Elle savait reconnaître le travail d'un surnaturel et son petit doigt lui avait dit qu'il n'y était pas étranger.
Se dirigeant vers le fond de la salle où elle s'était défoulée quelques minutes plus tôt, elle attrapa les gants qu'elle avait abandonné sur le sol avant de passer sous la corde, profitant de celle-ci pour s'étirer un peu au passage. Gratifiant son adversaire d'un mince sourire, elle s'échauffa dans son coin en jouant des épaules et en pivotant sa tête sur l'axe de son cou, veillant à bien réveiller chaque muscle qu'elle possédait pour ne pas risquer de se blesser inutilement, avant de s'avancer vers le centre du carré.

« C'est un combat amical mais tous les coups sont permis. On est pas à l'école. On compte quand même rentrer chez nous sur nos deux jambes. Tempes, dos, gonades, pas de coups bas, cela va de soi. Je ne voudrais pas avoir à expliquer à ma sœur pourquoi tu ne peux pas assurer ce soir et tu ne voudrais pas dormir sur le canapé pour m'avoir salement amoché. Trois rounds, ça te va ? »

Faisant signe au gérant qui était venu s'accouder aux cordes de son ring après qu'elle eut énoncé les règles à voix haute, elle accorda toute son attention à l'homme face à elle au cas où il aurait une quelconque objection à propos des conditions qu'elle avait énoncé.
Spécialiste
avatar


© TAZER.
 
Messages : 124
Date d'inscription : 21/08/2015
Mon personnage :
Race : Lycan
Groupe sociétal ou indépendant : La Garde
Âge actuel : 34 ans
Situation amoureuse : Célibâtard
Emploi dans le monde des humains : Lieutenant dans la police dublinoise, au Bridewell Garda (quartier Cabra)
Informations : Spécialiste dans la Garde ; il est apprécié pour son efficacité mais détesté par certains à cause de son caractère et de ses manières discutables.
Est l'un des parrains de sa Famille et lieutenant dans la police au Bridewell Garda.

Message par Aodh Ò Murchadah le Mer 27 Avr - 19:59

Revenir en haut
Working out of loathing
Lizzie & Aodh
“En communication, la familiarité entraîne l'apathie.” ▬ William Berbach

Adorable, tout bonnement adorable. Aodh ne la quitta pas une seconde des yeux, gardant toujours cette expression farouche et ravie sur son visage, tandis qu'Elizabeth se redressait et lui faisait effrontément face. Le lycan apprécia ce vis-à-vis. Pour tout dire, il avait l'impression de faire face à une lycane, en dehors de l'odeur tristement humaine qui émanait d'elle ; elle avait le caractère sauvage mais tout de même maîtrisé des grandes femmes-louves de ce monde. Aodh ne put qu'admirer cela. Alors qu'elle allait chercher ses gants et montait souplement sur le ring, le Spécialiste lâcha tout en laçant ses propres gants aux poignets :

- Vous avez beau ne pas avoir les mêmes gênes, Amanda et toi, vous avez la détermination et l'âme solide toutes les deux. Des femmes admirables, vraiment.

A son tour, il s'avança vers le centre de la salle et écarta les cordes pour se frayer un passage pour ses larges épaules. Imitant la jeune femme, il sautilla sur place, faisant rouler ses bras d'avant en arrière, histoire d'échauffer tous ses muscles.

- Tout me convient, dit-il en réponse aux règles que venait de déclamer Lizzie. Je tâcherai de retenir ma force.

A cette dernière phrase, Aodh lui-même se sentit pris de doute. Il bouillonnait littéralement à la simple idée d'un combat contre une personne réelle. Il avait envie d'en découdre, cependant, il devait impérativement se contrôler. Lui qui cherchait, à la base, à apaiser ses nerfs, il était en train de jouer avec ceux-ci à présent... Était-ce une bonne idée de rentrer dans le jeu de la jeune femme vu l'état nerveux dans lequel il se trouvait ? Bah, il ne pourrait décemment pas blesser la propre sœur de son amie intime. De plus, il savait que ce n'était pas une petite frappe et, comme elle avait suggéré l'hypothèse, il risquerait fort bien d'en pâtir également, si pas davantage. Lizzie n'avait rien de ces fleurs fragiles ; à la regarder ainsi, l’œil déterminé et fougueux, il la sentait capable de l'amocher correctement. Pour sa part, il allait tout faire pour se contenir de son mieux.

Aodh chargea en premier, attendant à peine que Lizzie puisse réagir. Une fois juste face à elle, il fit un pas sur la droite, se penchant sensiblement, et son bras droit jusqu'ici replié pour protéger son torse et sa tête s'élança en revers, visant directement les cotes de la jeune femme. Malgré sa bonne volonté, il sentit avec effroi que son coup avait tout de même peu de retenue. Il avait eu beau se répéter de faire attention, sa force se vit que trop peu piégée, et elle éclata de presque toute sa puissance. Les fractions de seconde se muèrent en fraction d'éternité, où Aodh pria pour que Lizzie ne se prenne pas ce premier coup de plein fouet.





© Gasmask
Ange
avatar


La fleur qui s’épanouit dans l’adversité
est la plus rare et la plus belle de toutes.
Messages : 79
Date d'inscription : 08/11/2015
Age : 27
Race : Possession fusionnelle – Hua Mulan
Âge actuel : 30 ans
Situation amoureuse : Célibataire et coeur à prendre
Emploi dans le monde des humains : En recherche d'emploi

Message par Elizabeth K. Anderson le Sam 7 Mai - 16:49

Revenir en haut
Working out a loathing
En se redressant, Elizabeth sentit tout ses os, ses muscles et ses tendons protester qu’après une si longue pause, elle n’était pas en droit de leur demander quoi que ce soit mais elle préféra les ignorer pour se concentrer sur les propos du lycanthrope qui sonnaient comme un compliment. Elle lui sourit largement, le premier vrai sourire qu’elle lui offrait depuis qu’il l’avait abordé. Elle n’avait pas de compliment à lui faire en retour mais ne voulait pas que l’atmosphère amicale qui venait de s’installer entre eux tourne au vinaigre. Cependant, elle ne put s’empêcher de lui dire, alors qu’elle se penchait pour attraper ses gants et les enfiler doucement, haussant les épaules.

« Les gênes, ce n’est pas une question de gênes. Et tu crois aussi que la lycanthropie est une maladie tant qu’à faire ? » lui demanda-t-elle en plongeant son regard sombre dans le sien, un petit sourire amusé sur les lèvres.

Elle lui tourna bientôt le dos avant de lacer ses gants avec dextérité. Ce n’était pas une tâche aisée et cela prouvait là toute son expérience dans ce domaine. Jouant des épaules, elle tâcha de se réchauffer les muscles pour ne pas risquer un bête claquage en attendant qu’il ne vienne la rejoindre et une fois fait, elle n’eut pour qu’une mise en garde avant que le combat ne commence.

« Ne te laisse pas avoir par les apparences. » marmonna-t-elle.

Une mise en garde qui valait aussi bien pour lui que pour elle. Le gérant, accoudé aux cordes du ring, tendit son bras dans leur direction avant de lancer le décompte en partant de 3, annonçant le début du combat. Elle commença à sautiller doucement, cherchant son rythme qui ne se fit pas attendre, elle se mit instantanément en position, les gants devant son visage et les coudes près du corps pour se protéger et fixa Aodh au dessus du cuir rouge. Elle savait les risques qu’elle prenait à combattre un loup-garou pour en avoir déjà combattu, pour jouer ou avec sa vie en jeu mais son sang bouillonnait en elle, elle avait cette rage et ce besoin de l’extérioriser à un moment de sa vie où rien n’allait comme elle l’entendait. Tant pis, si elle rentrait avec un cocard, elle se ferait juste salement engueuler par sa sœur et dans le reste des cas, son ami était là pour monitorer le combat et veiller au grain, elle espérait simplement qu’Aodh n’était pas de ces jeunes loups qui ne savent pas se maîtriser.
L’homme ne la fit pas attendre longtemps, ne lui laissant que très peu de temps pour réagir, tout se passa en un clignement de paupière et la seconde suivante, il était sur elle, aussi rapide que l’éclair. Jurant entre ses dents, elle recula juste à temps d’un pas pour éviter son coup qui lui caressa le ventre et n’attendit pas une minute de plus pour profiter de sa position, remontant le genou, elle visa son menton d’un coup sec en se gardant de toucher sa pomme d’adam. Dans le mouvement, elle se pencha en avant pour cueillir sa tête sous son bras et frapper son côté droit par derrière.
Spécialiste
avatar


© TAZER.
 
Messages : 124
Date d'inscription : 21/08/2015
Mon personnage :
Race : Lycan
Groupe sociétal ou indépendant : La Garde
Âge actuel : 34 ans
Situation amoureuse : Célibâtard
Emploi dans le monde des humains : Lieutenant dans la police dublinoise, au Bridewell Garda (quartier Cabra)
Informations : Spécialiste dans la Garde ; il est apprécié pour son efficacité mais détesté par certains à cause de son caractère et de ses manières discutables.
Est l'un des parrains de sa Famille et lieutenant dans la police au Bridewell Garda.

Message par Aodh Ò Murchadah le Dim 29 Mai - 17:06

Revenir en haut
Working out of loathing
Lizzie & Aodh
“En communication, la familiarité entraîne l'apathie.” ▬ William Berbach



Déstabilisé par son propre manque de tact et de retenue, Aodh se morigéna intérieurement, ce qui le déconcentra et le mit à la merci de son adversaire. La jeune femme évita de justesse son coup qui aurait pu lui exploser la rate sans problème, ce qui rassura le lycanthrope, jusqu'à ce qu'il se rende compte de sa stupidité. Il avait mis trop de puissance et oublier la précaution et la défense. C'était une chose stupide, une chose qu'il ne ferait jamais lors d'un véritable combat et contre un vrai ennemi. Ces petites erreurs, cela faisait longtemps que le Spécialiste et lieutenant n'en avait plus fait, sauf que, là, rien à faire, il avait pleinement conscience d'être en train de jouer des poings avec la sœur chérie de sa conjointe, et il n'avait aucune envie de froisser en brisant un os de sa puînée... Le remord, quoique bref, avait suffi à le rendre aussi idiot sur le ring qu'un louveteau trop impulsif, submergé par ses émotions, incapable de faire le vide dans sa tête. Ce genre de situation, en effet, Aodh ne connaissait guère. Habitué à être éloigné de toute attache, de tout bon sentiment et encore plus de la pitié sous toutes ses formes, le lycan n'avait jamais eu à se débattre dans une posture si délicate.

Il allait accueillir à bras ouverts le fruit de sa connerie. Dans un mouvement souple, et non moins puissant, Lizzie remonta son genou qui vint toquer contre le menton d'Aodh, que celui-ci avait eu grand mal à écarter à temps. Ses mâchoires claquèrent méchamment malgré la dureté de son crâne et il s'entailla la langue entre ses canines un tantinet plus pointues qu'un humain lambda. Un filet de sang mêlée de salive s'échappa d'entre ses lèvres qui s'entrouvrir lorsque, prenant sa tête dans le creux de son coude, la soeur d'Amanda ne vienne lui décocher un rude coup dans les cotes. Une telle frappe lui aurait aisément couper le souffle s'il n'avait pas été déjà battu de la sorte et qu'il n'avait pas appris, à force, à encaisser le pire. Sa respiration se saccada tout de même, et il réussit à s'extirper de ce piège vicieux en assénant plusieurs ruades de ses poings gantés dans le ventre musclé de la jeune femme. Lizzie, sous ce flot de coups, ne put que lâcher prise et s'éloigner, ce qui les remit face l'un à l'autre. L'un comme l'autre, ils semblaient avoir mal, ce qui ne les empêchait pas d'avoir la lueur dans les yeux du désir ardent d'en découvre davantage.

Aodh s'essuya la bave sanguinolente qui suintait sur sa lèvre inférieure et imbibait ses dents, et esquissa un sourire belliqueux :

- Je me suis laissé à voir... Cela n'arrivera plus.

Il lui fit un signe qu'on pouvait imaginer de grossier, simplement pour le plaisir primitif de la provoquer. De toute façon, leur humanité, il l'avait quelque peu laissé de côté, et cela permettait à leur sauvagerie d'éclater au grand jour.

- Attaque ! Je t'attends ! brama-t-il dans un éclat de rire.





© Gasmask
Ange
avatar


La fleur qui s’épanouit dans l’adversité
est la plus rare et la plus belle de toutes.
Messages : 79
Date d'inscription : 08/11/2015
Age : 27
Race : Possession fusionnelle – Hua Mulan
Âge actuel : 30 ans
Situation amoureuse : Célibataire et coeur à prendre
Emploi dans le monde des humains : En recherche d'emploi

Message par Elizabeth K. Anderson le Dim 5 Juin - 20:14

Revenir en haut
Working out a loathing
Les coups s'étaient enchaînés rapidement sous le feu de l'action et peu de temps s'était écoulé durant ce premier round qui se déroulait sous les yeux des autres sportifs occupant la salle. Si quelque uns s'étaient contentés de poursuivre leur entraînement comme si ce genre de combat avait lieu tous les jours, la plupart s'étaient rassemblés autour du ring tant pour profiter du spectacle qu'ils offraient que par curiosité. Certains rêvaient de voir la jeune femme se faire démolir par le lycanthrope, tout en muscle, tandis que d'autres auraient payé cher pour qu'au contraire, l'homme soit mis au tapis par l'asiatique qui lui faisait face, les poings levés. Le combat était loin d'être égal mais les règles avaient été instaurées pour ça et le gérant gardait un œil sur le déroulement du combat pour veiller à ce que rien de grave n'arrive. Elizabeth ne possédait aucun pouvoir d'aucune sorte, pas de super force, pas de pouvoir de régénération et encore moins celui de sa sœur lui permettant de faire encaisser les coups qu'elle recevait à son adversaire, elle n'était que la possession fusionnelle de Mulan et tout ce dont elle pouvait se vanter, c'était de bien connaître l'histoire de la Chine à son époque, en plus de techniques de guerre digne de Sun Tzu. Grâce à elle, elle maîtrisait à la perfection de nombreux arts martiaux, en plus de l'art de la stratégie militaire mais cela avait tout de même nécessité beaucoup d'entraînement pour arriver à ce niveau. Mais ce n'était pas en vain.

Le gérant s'était glissé sur le ring pour mieux remplir son rôle d'arbitre et le cas échéant, les séparer si c'était nécessaire. Sans doute avait il senti que leurs esprits s'étaient échauffés et que le combat pouvait s'envenimer et ne voulait pas prendre le risque de perdre de précieuses secondes à passer sous les cordes pour venir les séparer. Leur tournant autour comme un lion guette sa proie, il n'était cependant pas le personnage le plus dangereux sur ce ring et la jeune femme en avait bien conscience. Tout son entraînement ne s'était pas fait en vain et face au grand méchant loup qui la provoqua avec son sourire narquois, elle dut faire usage de tout son sang froid pour ne pas foncer tête baisser dans le combat. Le sang semblait lui avoir embrasé les sens et Aodh était plus dangereux que jamais, elle le sentait. Elle avait senti la force dont il pouvait faire preuve alors qu'il lui avait martelé le ventre qu'elle avait contracté tant bien que mal pour protéger ses organes internes, l'obligeant à le lâcher pour reprendre son souffle. Son ventre, rouge, se soulevait au rythme de sa respiration, ses bras le long du corps, elle les agita pour se détendre un peu en sautillant sur place avant de reprendre sa garde. Le premier round n'était pas terminé et ce n'était pas l'heure de lambiner.
Les sourcils froncés, les lèvres pincées sur son protège dent saillant, elle observa son adversaire d'un air calculateur. Elle avait l'avantage de la vitesse et de la ruse à défaut de posséder la force et le gabarit de son vis à vis. Ils s'étaient mis d'accord sur le fait qu'ils ne devaient pas se blesser mais elle avait rompu ce pacte en versant le premier sang, bien malgré elle. Qu'allait dire Amanda quand elle le verrait dans cet état, la lèvre fendue. Elle ne lui en voudrait sans doute pas mais elle ne voulait pas être l'instigatrice d'un nouveau jeu coquin entre les deux. Elle hésitait à jeter un regard à son vieil ami, tant pour savoir ce qu'il pensait que pour savoir où en était le chrono mais elle ne pouvait prendre le risque de détourner sa concentration. Son allier était le temps alors certes, elle en ferait bon usage.

D'un mouvement rapide, elle fonça tête baissée vers lui, comme une pure amatrice avant de le feinter pour se glisser sur le côté, évitant tout coup à son encontre. Elle ne pensait pas le fatiguer ainsi mais simplement le désorienter un peu, suffisamment pour trouver une faille à exploiter. Se mettant hors de sa portée, elle avança à nouveau, pliant son genoux avant dans le but de lui décocher un coup droit avant de finalement se raviser et rabattre sa jambe arrière dont le tibia vint frapper son genoux gauche avec force.

« Attrape moi si tu peux. » chanta-t-elle au travers de son protège dent, comme une invitation à danser.
Contenu sponsorisé

Message par Contenu sponsorisé

Revenir en haut

La date/heure actuelle est Jeu 29 Juin - 12:42