AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Inversion des pôles {ft.Aelis S.}

Partagez
Indépendant
avatar



   
Enter Sandman
Hush little baby, don't say a word and never mind that noise you heard. © Candy Apple
Messages : 356
Date d'inscription : 14/02/2015
Mon personnage :
Race : Possession fusionnelle de Rôxánê, dite "Le Marchand de sable"
Groupe sociétal ou indépendant : Avant ou après ma fuite? Etre une fugitive fait-il de moi une indépendante?
Date de Naissance : 16/12/1988
Âge actuel : 27 ans
Situation amoureuse : Célibataire. Ce qui en soit n'est pas plus mal quand on est constamment sur le départ.
Emploi dans le monde des humains : Serveuse, bibliothécaire...Je suis ce que vous voulez que je sois.
Informations : Originaire du pays de Galles, Eden a coupé les ponts avec sa famille après une adolescence houleuse. Elle s'était installée à Londres avant que l'arrivée du Marchand de Sable ne vienne perturber sa vie. Elle est à présent une ancienne membre du Conclave en fuite et tente de se tenir aussi éloignée que possible des organisations.

Message par Eden Fehrenbach le Lun 19 Oct - 15:37

Revenir en haut
Inversion des pôles. Aelis&Eden;
 
A great hero teaches an entire city that dancing is the greatest thing there is.

I am not some starry-eyed waif here to succumb to your... your pelvic sorcery.



Une fois n'était pas coutume, elle avait ce jour là décidé de faire quelque chose de parfaitement normal. Et c'était le pas léger qu'Eden se rendait à sa destination, d'assez bonne humeur. Elle espérait juste que la personne à qui elle était sur le point de rendre visite était là aujourd'hui. Et le doute était permis puisqu'elle n'avait pas été capable de la joindre ces derniers temps. L'absence d'Aelis c'était un peu ce qui la poussait à se rendre à son atelier ce jour là après tout car après l'avoir vu clôt deux jours auparavant, la brune avait commencé à se poser des questions. Ca n'était pas spécialement dans les habitudes de la jeune femme de fermer en pleine semaine et sans tomber dans la paranoïa totale, Eden avait appris à se méfier des changements imprévus. Il était rare que ça soit bon signe et elle aurait été peinée qu'il soit arrivé des soucis à la blonde. C'était un peu le hasard qui les avaient mises sur la même route et les deux jeunes femmes s'entendaient à présent plutôt bien, se donnant des nouvelles de temps en temps. Faire la connaissance de la couturière avait posé à Eden un véritable cas de conscience puisqu'elle craignait d'attirer des problèmes à ses proches mais elle s'était résolue à avoir la vie la plus normale possible en ces circonstances et jouer les asociales l'aurait définitivement fait sortir du lot. C'est alors qu'elle cherchait du travail, avant d'être engagée à la librairie, que la jeune femme avait passé la porte de l'atelier et fait la rencontre de sa propriétaire. Et si ça n'avait pas été des plus simple au départ et qu'elle avait du paraître plutôt bizarre, elle devait reconnaître que ça avait été une bonne chose. Comme une parenthèse loin du monde surnaturel et de ses dangers, l'impression, pour quelques minutes salutaires, qu'elle était aussi normale que possible. Elle appréciait d'ailleurs réellement la jeune femme qui était de bonne compagnie.

Alors elle restait sur ses gardes, certes. Tout en  profitant de la simplicité de fréquenter quelqu'un qui n'avait rien à voir avec toutes ces machinations étranges. Parler de choses tout à fait terre à terre, avoir des préoccupations plus légères, des choses dont elle ne pouvait pas profiter autant qu'elle l'aurait voulu. C'était donc l'occasion de souffler un peu pour elle. Eden ne se faisait pas d'illusion, elle appartenait toute entière à ce monde là mais dire adieu à ce qu'elle avait été par le passé était quelque chose de difficile à accomplir. Même des années plus tard, la brune trouvait que dire au revoir à la jeune femme ignorante du monde de la nuit et de ses dangers était moins simple qu'il n'y paraissait. Elle ne se voilait pas la face, elle n'avait jamais été véritablement normale. Mais les quelques années où elle avait pu s'en convaincre étaient définitivement disparues et elle n'était pas certaine que ça ne lui manque pas. Bien sûr, objectivement elle aurait refusé de retourner à l'ignorance de cette époque mais la sécurité factice qu'elle avait ressenti n'était cependant pas négligeable.

Et lorsqu'elle était arrivée à la boutique pour la trouver fermée, Eden avait haussé un sourcil méfiant, se demandant ce qui pouvait bien être arrivé. Qu'est ce que ça pouvait bien signifier? Obligation personnelle peut-être? Aelis était-elle malade? Autant de questions qui l'avaient poussée à s'y rendre de nouveau pour s'assurer que tout allait bien. Aujourd'hui était un jour de congé et la jeune femme en avait donc profité pour se rendre dans les quartiers sud-est. Rathmines avait ce petit côté animé et à la fois résidentiel qui plaisait et les boutiques fleurissaient. C'était là que la blonde avait lancé son commerce et lorsqu'elle arriva, Eden fut ravie de constater que la devanture indiquait que c'était ouvert. Ainsi donc elle était de retour. Poussant la porte avec entrain, la demoiselle pénétra dans l'atelier, sachant que le bruit de l'entrée attirerait l'attention de l'occupante des lieux.

« Bonjour! Lança-t-elle en guise de salut, je ne savais pas si tu serais de retour. Désolée d'arriver à l'improviste! »

Petit sourire d'excuse. Eden avec ses nombreuses précautions et sa prudence n'était pas toujours facilement joignable. Ce qui expliquait qu'elle préfère parfois se charger personnellement de quelque chose plutôt que de prendre le risque d'avoir un téléphone en permanence. Qui sait si on ne pourrait pas remonter jusqu'à elle? Pour éviter de perdre du temps elle s'était donc résolue à se rendre directement sur place, quitte à la trouver occupée. Au pire elle n'y passerait que quelques minutes après tout? Il y avait un petit quelque chose d'urgent en elle, comme une intuition qui la poussait à venir vérifier que tout allait bien. C'était probablement non fondé et elle se faisait des idées mais la jeune femme n'avait pas résisté à la tentation de venir jeter un oeil. Sait-on jamais.

« J'espère que je ne te déranges pas? » Continua-t-elle

 
code by lizzou × gifs by LilyM

 
Indépendant
avatar


Messages : 30
Date d'inscription : 13/02/2015
Age : 25
Mon personnage : Alice aux pays des merveilles
Race : Possession Bénéfique avec Alice Liddell
Groupe sociétal ou indépendant : Indépendante Civile
Date de Naissance : 27/01/1992
Âge actuel : 23
Situation amoureuse : Célibataire
Emploi dans le monde des humains : Couturière

Message par Aelis Stoss le Lun 26 Oct - 16:38

Revenir en haut
Hrp : Ce que je mets entre guillemets appartient au palais mental. Tu ne peux donc pas l’entendre.

*

La journée avait été plutôt tranquille : deux clients dans la matinée et peu d’interactions en ce début d’après-midi. Il faut dire que le mardi n’avait jamais été d’une grande affluence. Et puis la fermeture brutale de ce lundi a du perturber la clientèle. Pour autant, la jeune femme ne se laissa pas abattre : elle disposait d’une grosse commande pour un mariage. A chaque fois qu’elle travaillait sur ce genre d’ouvrage, Aelis se souvenait de la seule fois où elle fut conviée à ce genre de cérémonie. La jeune femme se laissa remplir par une certaine nostalgie entremêlé à de savoureux souvenirs :

Au sein de la salle de réception, la noce battait son plein. Aelis était sortie juste un moment, respirer un peu d'air frais. Une petite pause pour mieux profiter de la soirée et aller jusqu'au bout de la nuit. A l'air libre, tout était tellement plus calme. La jeune femme aimait se ménager ces pauses, petites parenthèses dans le tourbillon de cette existence d'hypocrisie, toute en ruses et illusions. Elle appréciait d'être encore capable de communier avec quelque chose de plus grand, de plus essentiel, qui la ressourçait plus efficacement que n'importe quelle thérapie.

Cette idée lui renvoya l'image de la mariée dans sa robe somptueuse et elle sourit au souvenir de tant de splendeur raffinée. On pouvait dire ce qu'on voulait, il fallait reconnaître que se genres de personnes avaient le goût du faste et savaient honorer leurs célébrations avec un art consommé. Ils excellaient avec une aisance toute naturelle à organiser sans cesse réceptions, soirées, festivités... Et y évoluaient avec une grâce et une désinvolture prodigieuses. Ils avaient un sens du décorum très affûté, aucun détail n'était laissé au hasard, la moindre babiole avait sa fonction et son utilité, sans en avoir l'air.

De la même manière, leurs parures n'affichaient pas au grand jour toute l'étendue de leur richesse et de sophistication, mais les dévoilaient plutôt au gré des jeux de lumières et d'ombres, de reflets, de plis et de drapés. Aelis en était toujours fascinée. La robe de l'épousée ne faisait bien sûr pas exception, et elle resplendissait. Oui, ainsi parée elle était réellement aussi majestueuse que cette toile nocturne.

Et elle-même n'était pas si mal lotie, se rengorgea-t-elle avec un sourire en coin. Sa toilette évoquait une toge, dans un satin mi-cendré mi-argenté tissé de plumes irisées et doté de manchettes en une étoffe plus vaporeuse qui lui faisaient penser à de minuscules ailes duveteuses. L'ensemble s'harmonisait admirablement avec sa peau et donc son charme. La jeune femme n’était pas mécontente de sa création et s’amuser à se pavaner parmi les invités.

De sorte qu'elle bénéficiait elle aussi du talent inestimable des couturières qui méritaient bien leur surnom de doigts-de-fées: elles étaient de véritables artistes pour arriver à façonner tant de tissus fragiles et les rendre malléables, solides, y incruster tant d'artefacts, jouer avec les superpositions, les doublures, les froncés. Plus qu'un art, c'était une discipline, un grand métier qui n'acceptait que les meilleures, l'élite.

Et sa robe, pourtant l'une des plus simples de la soirée, était un véritable bijou, un ouvrage de patience et d’amour pour le métier.

D'ailleurs, Aelis ferait mieux honneur aux mariés en retournant à l'étage inférieur, où le bal se poursuivait avec entrain. Elle redescendit donc se joindre à la foule chamarrée, attrapant un verre de liqueur au passage. L'orchestre entamait une musique rythmée et envoûtante qui aiguillonnait les invités, entraînés d'instinct dans une étrange danse magnétisante. Émoustillée par les profonds échos que les sons trouvaient en elle, Aelis se mit à évoluer parmi eux tout en se cherchant un cavalier intéressant... Son regard se trouva une nouvelle fois aimanté par celui, aigu et insondable, du Barman Jack. Ils s'étaient croisés tellement souvent que le hasard ne pouvait plus rien avoir à y faire. Comme toujours, il était très élégant dans un complet classieux au charme délicat et il se déplaçait avec une aisance qui lui donnait un air gracieux et martial à la fois. Il l'intriguait, avec ses airs mystérieux et ses mouvements savamment étudiés. Leurs yeux se rencontrèrent encore à cet instant et elle lui accorda la danse avec un frisson d'excitation.

On ne savait presque rien de lui. C'était un étranger qui semblait être sorti de nulle part. Toujours courtois, habile et distingué. Ils dansèrent encore longtemps, laissant l'ivresse gagner leurs corps et leurs esprits, jusqu'à ce que la piste de danse se vide et que l'orchestre se taise. Les derniers courageux ne s'attardèrent pas plus et les musiciens les suivirent peu après pour s'abandonner à un repos bien mérité. C’est ainsi que la soirée finit, laissant Aelis sur un souvenir songeur et plein de tendresse.


La petite clochette du magasin retentit. Après un court instant, avant qu’Aelis n’ait le temps de relever la tête, la personne prit la parole :

- Bonjour! Je ne savais pas si tu serais de retour. Désolée d'arriver à l'improviste!

Reconnaissant cette voix fluette, Aelis tout en souriant ajouta :

- Eden ! Ça fait plaisir de te voir. En fait je ne suis pas vraiment partie.

La jeune femme gênée ajouta en baissant le regard :  

- J’ai eu, un gros coup de barre, du coup malgré moi, j’ai été contrainte de fermer pour un jour ou deux. Je pense qu’à l’avenir je fermerai un jour par semaine pour éviter le surmenage.


« - Et tu penses qu’une simple excuse comme ça suffira ? Si j’ai bien compris, cette femme est ton amie. Tu vas avoir du mal à la borner ainsi.

- Et bien, qu’aurais-je pu dire Alice ? Coucou, ça va pour le mieux : je suis à moitié folle et j’entends une voix dans ma tête ? Pas sûr que ça soit la meilleure des idées.

- Certes. Espérons que ta stratégie fonctionne. »

Avant que la conversation mentale ne puisse continuer, Eden reprit la parole :

- J'espère que je ne te dérange pas?

Sans laisser de place au silence, la jeune femme ajouta :

- Pas du tout, tu es toujours la bienvenue. Et puis, La journée est bientôt finie. Ça te dirait qu’on aille boire un coup en ville pour papoter ? Ça me ferais du bien de sortir un peu de mon cadre de travail...
Indépendant
avatar



   
Enter Sandman
Hush little baby, don't say a word and never mind that noise you heard. © Candy Apple
Messages : 356
Date d'inscription : 14/02/2015
Mon personnage :
Race : Possession fusionnelle de Rôxánê, dite "Le Marchand de sable"
Groupe sociétal ou indépendant : Avant ou après ma fuite? Etre une fugitive fait-il de moi une indépendante?
Date de Naissance : 16/12/1988
Âge actuel : 27 ans
Situation amoureuse : Célibataire. Ce qui en soit n'est pas plus mal quand on est constamment sur le départ.
Emploi dans le monde des humains : Serveuse, bibliothécaire...Je suis ce que vous voulez que je sois.
Informations : Originaire du pays de Galles, Eden a coupé les ponts avec sa famille après une adolescence houleuse. Elle s'était installée à Londres avant que l'arrivée du Marchand de Sable ne vienne perturber sa vie. Elle est à présent une ancienne membre du Conclave en fuite et tente de se tenir aussi éloignée que possible des organisations.

Message par Eden Fehrenbach le Sam 31 Oct - 17:37

Revenir en haut
Inversion des pôles. Aelis&Eden;
 
A great hero teaches an entire city that dancing is the greatest thing there is.

I am not some starry-eyed waif here to succumb to your... your pelvic sorcery.



Aelis était venue l'accueillir avec tout le naturel qui la caractérisait mais en la voyant baisser le regard et paraître quelque peu gênée à l'explication de son absence, Eden ne poussa pas plus loin. Il pouvait y avoir des tas de raisons qui expliqueraient que la jeune femme n'ai pas spécialement envie d'en discuter et elle ne manquait pas de tact au point de la harceler sur le sujet. Elle accepta donc sa réponse d'un hochement de tête plein de sympathie. Ca pouvait arriver après tout. Et s'il y avait autre chose derrière tout ceci, ça restait son droit de garder pour elle ses petits secrets. Bien qu'elle n'aimât pas spécialement le mystère et encore moins les questions sans réponse, Eden ne tenait pas à les amener sur un sujet qui mettrait son amie mal à l'aise.

«  Tu as bien fait de te ménager, la rassura-t-elle gentiment, sinon à la longue on finit par s'épuiser. »

On ne se rendait pas forcément compte de ces choses là tant qu'on avait pas le recul nécessaire ou que ça ne nous était pas arrivé. Dans un tout autre genre, Eden savait bien que la fatigue, le doute et l'épuisement pouvaient créer des cocktails particulièrement explosifs susceptibles de faire de gros dégâts lorsque tout implosait. Elle aussi ne s'en était pas rendue compte et n'avait pas vraiment envie que la jeune blonde connaisse le même sort. Même si les enjeux étaient radicalement différents pour elle. Aussi hocha-t-elle la tête pour acquiescer à sa proposition. Sortir en public était toujours quelque chose qui lui demandait une certaine concentration pour parvenir à passer inaperçue et utiliser son bracelet tout en ne brouillant pas les sens des gens qui se trouvaient avec elle. Mais c'était une tâche qu'Eden maîtrisait déjà mieux qu'au tout début. Et avec un peu d'application, elle devrait y parvenir sans trop de casse. Et un lieu public avait ceci de pratique qu'il permettait de noyer votre conversation au milieu de toutes les autres. Ca contribuait à se fondre dans la masse.

Elle n'avait fait que ça ces derniers temps, fuyant toujours, le drame manqué des derniers mois encore bien présent dans son esprit. A peine si elle s'était permise de petites excursions au Marché. La plaque tournante du commerce magique était un excellent endroit si on voulait se tenir au courant de tout mais ils 'agissait aussi d'un lieu particulièrement risqué si on ne se cachait pas convenablement. Et après avoir manqué de se faire attraper par le Conclave, la jeune femme s'était sentie échaudée, s'isolant quelque peu, à la fois pour se protéger elle mais aussi ses proches. Ils n'étaient pas nombreux mais elle ne voulait pas leur attirer des ennuis. A l'image d'Aelis avec qui elle s'était toujours si bien entendu. Une petite parenthèse de normalité qu'elle avait du espacer du mieux qu'elle pouvait pour ne pas mettre la blonde en danger. Dure mission que de se protéger soi-même et ceux que l'on connaît. Isolée depuis si longtemps, la brune éprouvait encore souvent de terribles dilemmes à ce propos.

«  Avec plaisir, répondit-elle, sortir s'aérer c'est déjà une très bonne chose pour souffler un peu. Je te laisse l'honneur de choisir, tu connais le quartier? »

Elle attendit donc sagement que la blonde ferme boutique et l'entraîne à sa suite. La fin de journée approchait doucement et les rues de Rathmines commençaient à se peupler de gens sur le chemin du retour, pressés d'abandonner bureaux et ateliers pour un apéritif bien mérité ou un retour au bercail. Si elle fermait les yeux quelques secondes, Eden pouvait s'imaginer parmi eux, petite civile lambda, bien loin de tout ce qu'était réellement sa vie. Mais elle aurait beau le souhaiter de toutes ses forces, le mal était déjà fait et elle n'y pouvait pas grand chose hélas. Alors à défaut de se débattre inutilement, la jeune femme s'adaptait comme elle pouvait. C'était ce qu'elle avait trouvé de mieux à faire. Mais Aelis était loin de tout cela. Et c'était tant mieux pour elle. C'était une vie bien dangereusement qu'elle ne lui aurait certainement pas souhaité. Même si son air songeur et légèrement perdu laissait présager que ses propres préoccupations étaient loin d'être beaucoup plus simples. Mais très discrète, la blonde n'était pas du genre à s'étendre sur ce qui pouvait lui passer par la tête.

« J'espère que ça va mieux en tout cas? S'enquit-elle discrètement, il faut parfois faire une pause pour prendre un peu de recul, tu as eu raison de le faire. »

 
code by lizzou × gifs by LilyM

 
Indépendant
avatar


Messages : 30
Date d'inscription : 13/02/2015
Age : 25
Mon personnage : Alice aux pays des merveilles
Race : Possession Bénéfique avec Alice Liddell
Groupe sociétal ou indépendant : Indépendante Civile
Date de Naissance : 27/01/1992
Âge actuel : 23
Situation amoureuse : Célibataire
Emploi dans le monde des humains : Couturière

Message par Aelis Stoss le Lun 9 Nov - 14:49

Revenir en haut
Avec une certaine forme d’empathie, Eden répondit avec sa tonalité sympathique et pleine de compassion :

- Tu as bien fait de te ménager, sinon à la longue on finit par s'épuiser.

Mais Alice ne se laissa pas duper et la conversation mentale reprit de plus belle :

« - J’ai du mal à admettre qu’elle croit à tes excuses…

- Tu me sous estimes Alice, je connais bien mon amie et elle me fait confiance.

- Sur ce coup-là, je vais rester méfiante. »

Alors qu’Aelis rangeait son matériel, Eden s’exclama :

- Avec plaisir, sortir s'aérer c'est déjà une très bonne chose pour souffler un peu. Je te laisse l'honneur de choisir, tu connais le quartier?

Après deux minutes de courtes réflexions, la jeune femme ajouta :

- En fait, avec le boulot je n’ai pas vraiment eu le temps d’explorer les alentours comme je  le voudrais, c’est aussi pour ça que j’ai envie de prendre un jour par semaine, histoire de construire d’autres choses que des parures.

Juste après avoir repris sa respiration, Aelis ajouta avec une certaine forme d’enthousiasme :

- Mais ça n'empêche pas que je connais un petit bar très sympathique non loin d’ici !

Une fois dans la rue, Eden continua à prendre des nouvelles de son amie :

- J'espère que ça va mieux en tout cas? Il faut parfois faire une pause pour prendre un peu de recul, tu as eu raison de le faire.

Cela n’échappa à Alice et la conversation mentale reprit aussi tôt :

« - Ah tu vois, elle a des soupçons c’est sûr !

- Et sinon, tu peux stopper la parano deux minutes ? Je ne sais pas comment réagissaient les gens à ton époque, mais de nos jours, c’est normal de prendre des nouvelles de son amie.

- Rien à faire, je n’y crois pas, tu m’excuseras.

- Et bien s’il te plait, soit silencieuse, Je n’arrive pas encore à te répondre et à assurer la conversation avec Eden. »

Après un petit silence, Aelis reprit la parole :

- Ça va, je suis juste fatiguée, mais en tout cas très contente d’être avec toi !


Les deux jeunes femmes marchèrent tranquillement dans la rue et Aelis s’amusa à contempler les ruelles autour d’elle :

Au cœur de Rathmines, entre la rue principale et l’emplacement du magasin, le quartier sud de Dublin n'est plus qu'un grand marché aux vêtements où les magasins de grand luxe côtoient les boutiques ordinaires. La foule est partout et aussi le bruit, la circulation, les travaux. Mais étrangement la nuit, l’ambiance est plus calme et détendue.

En bordure est de ce quartier, il rassemble d'étranges magasins de matériels d'occasion pour pizzerias, restaurants chinois, grecs, turcs, et autres exotiques.

La rue parallèle de la grande rue est différente. Située entre le quartier sud de Dublin et la frontière du quartier nord au milieu des immeubles en rénovation, on n'y trouve que peu de magasins et ce sont surtout ceux de petits créateurs de mode ou d'accessoires. Pourtant, on sent que le calme relatif qui y règne ne va plus durer bien longtemps. Le tsunami commercial qui a transformé Rathmines est en train de déborder jusqu'ici.

A force de marcher, les deux jeunes femmes arrivèrent à destination. Un peu plus loin, Aelis voit  la petite terrasse du Café Sélect et elle sent que la clientèle y sera la vraie clientèle de Dublin, celle des employés de bureau qui ont fini leur journée. (Les employés des magasins sont encore au travail.)

Comme tous les endroits où l’on peut manger ou boire à Dublin, le lieu est bruyant. Pourtant celui-ci ne l'est pas encore trop car ce n’est que le début de la soirée. Le  gérant, mince, barbu, aimable et peut être grec, les place en vitrine. Comme Aelis refuse, il invite aimablement les deux jeunes femmes à  s'asseoir où bon leur semblent.

Les deux jeunes femmes choisirent une table le long du mur de gauche dont la banquette qui face au bar le long de l'allée par laquelle tous les clients doivent passer. Aelis jette un coup d'œil panoramique. Comme partout, la caisse est placée à l'entrée. A proximité, cinq tables rondes sont alignées sous la vitrine dont la fenêtre s'ouvre à l'anglaise sur la rue. Le bar longe le mur de droite sur six ou sept mètres. Il y a huit tabourets hauts, tous occupés : deux filles, deux hommes, un noir solitaire en blazer, un couple, et un grand type tout seul. À part le blazer, ils sont tous jeunes autour de trente ans.

Derrière le bar, le barman ; très mince, il porte barbe et moustache courte, casquette aux armes des Dublin, chemise noire à gros motifs rouges. Il est possible qu’il soit chinois.

Face au bar, une rangée de tables le long du mur opposé. C'est là qu’Eden et Aelis sont installés, à l'abri des courants d'air, avec une bonne vue sur l'ensemble de l'établissement.

Un serveur, gay sans ostentation mais sans aucun doute, prend leur commande. Ce sera un verre de bière pour la jeune femme. À leur droite, la table est encore inoccupée. À leur gauche, un groupe de quatre personnes : trois femmes et un homme. Une brune au visage volontaire, intellectuel, tient la conversation. Ils boivent du vin blanc dans de hauts verres, probablement du chardonnay.

Un peu plus loin à gauche, une toute petite table ronde autour de laquelle s'est installé le groupe le plus classique que l'on puisse trouver à Dublin : quatre filles, jeunes, dont trois sont jolies et la quatrième presque, bruyantes et contentes d'être ensemble. Elles consultent la carte des vins avec grand plaisir et beaucoup de cris.

Il y a aussi la serveuse, à peine plus de vingt ans, habillés d'une sorte de toge marron avec corde serrée à la taille. Ses longs cheveux blonds sont dressés de façon compliquée, tout en hauteur, couronnés d'une sorte de queue de cheval de cirque. On dirait Rossana Podesta dans Hélène de Troie, ce  péplum américain des années 50. Elle est presque aussi jolie qu'elle.

Deux chinoises viennent occuper la table à ma droite. Quel âge ont-elles ? Entre vingt et quarante ans, difficile d'être plus précis. Ce ne sont pas des Dublinoises car, aussitôt assises, elles ont sorti leurs iPhones pour prendre des photos du bar et se faire photographier par Hélène de Troie. Ceci fait, elles se sont plongées dans leurs messages en agitant leurs pouces sur l'écran et ne se sont plus parlé.

Sortant de ses rêveries, la jeune femme s’exprima :

- Et donc, qu’est-ce que tu me racontes de beau ?
Indépendant
avatar



   
Enter Sandman
Hush little baby, don't say a word and never mind that noise you heard. © Candy Apple
Messages : 356
Date d'inscription : 14/02/2015
Mon personnage :
Race : Possession fusionnelle de Rôxánê, dite "Le Marchand de sable"
Groupe sociétal ou indépendant : Avant ou après ma fuite? Etre une fugitive fait-il de moi une indépendante?
Date de Naissance : 16/12/1988
Âge actuel : 27 ans
Situation amoureuse : Célibataire. Ce qui en soit n'est pas plus mal quand on est constamment sur le départ.
Emploi dans le monde des humains : Serveuse, bibliothécaire...Je suis ce que vous voulez que je sois.
Informations : Originaire du pays de Galles, Eden a coupé les ponts avec sa famille après une adolescence houleuse. Elle s'était installée à Londres avant que l'arrivée du Marchand de Sable ne vienne perturber sa vie. Elle est à présent une ancienne membre du Conclave en fuite et tente de se tenir aussi éloignée que possible des organisations.

Message par Eden Fehrenbach le Mer 18 Nov - 19:46

Revenir en haut
Inversion des pôles. Aelis&Eden;
 
A great hero teaches an entire city that dancing is the greatest thing there is.

I am not some starry-eyed waif here to succumb to your... your pelvic sorcery.



Ca lui semblait presque étrange de se trouver là. Assise à la table de cet établissement autour d'un verre. Une scène tellement normale à côté de ce à quoi ressemblait son quotidien, qu'Eden avait du mal à s'y faire. Sa vie était-elle si atypique que profiter d'une soirée tranquille lui semblait vraiment incongru? Il y avait du monde ce soir et la brune n'avait pu s'empêcher de détailler les lieux d'un oeil discret. Prudence oblige, il s'agissait de rechercher des attitudes étranges et autres comportements suspects. Le genre qui aurait pu cacher des choses. Après tout ce qui s'était passé, la jeune femme avait le sentiment qu'elle ne pourrait plus jamais s'empêche d'être sur ses gardes. Mais comment déceler le moindre signe révélateur sans sombrer dans la paranoïa? Il lui semblait cependant que rien ne sortait de l'ordinaire ici. Rien qui ne l'alerta en tout cas. Cette sortie tombait à point nommé, l'occasion pour elle de respirer un peu après une période de veille où elle s'était tenue constamment en alerte. Une attitude assez épuisante. Toujours se montrer vigilante demandait une concentration qui avait le don d'user même les plus forts. Eden se demandait parfois combien de temps ça durerait, jusque quand elle serait obligée de s'interdire de baisser la garde. Quoiqu'il arrive.

La question de la blonde lui arracha une petite expression pensive. Comment réagirait-elle si elle décidait de lui parler de tout ça? Oh elle n'en avait aucunement l'intention bien sûr mais elle n'osait imaginer la réaction d'Aelis si la folie lui prenait subitement de vider son sac. Folie était bien le mot, la jeune femme penserait probablement qu'elle avait perdu l'esprit. Ou qu'elle était en train de se moquer d'elle. Elle n'imaginait pas comme sa question aurait pu soulever bien plus que les nouvelles sans importance auxquelles elle s'attendait. Eden aimait beaucoup son amie mais appréciait de n'avoir pas à mentir à trop de monde. Plutôt solitaire, c'était une situation qui pouvait lui peser parfois c'est vrai, mais ça faisait moins de monde à protéger de tout ce qui la menaçait actuellement.

« Si tu peux qualifier une petite vie banale de belle, je te dirais qu'il ne m'est rien arrivé de bien extraordinaire, répondit-elle dans un rire, j'avoue m'être laissée prendre par mon quotidien ces derniers temps. Avant de venir te saluer ça faisait quelques jours que je n'avais pas mis le nez dehors. En dehors du travail évidemment. »

Elle passait beaucoup de temps à la librairie. Elle ne s'y attendait pas mais avait fini par s'attacher à la petite boutique et à son gérant atypique. Il était l'un des rares à lui avoir laissé sa chance et elle lui devait une fière chandelle. Il y régnait une drôle d'atmosphère et il fallait avouer que les relations animées qu'elle entretenait avec son collègue n'y étaient pas étrangères. C'était à se demander si l'homme était asociale ou simplement réfractaire à sa compagnie. Ils semblaient fait pour ne pas s'entendre et rien n'y faisait. Mais c'était devenu comme une habitude et la brune pressentait que son absence aurait finit par lui manquer.

« Mais j'ai comme dans l'idée que la situation ne devrait pas tarder à prendre un tour différent avec la fin du mois qui approche? Les gens adorent se laisser prendre au jeu lorsqu'Halloween arrive. Ca devrait mettre un peu d'animation en ville, bien que je n'ai pas hâte de devoir affronter les petits sorciers et fantômes miniatures qui vont venir sonner à la boutique! »

Elle n'avait vraiment rien contre les enfants, s'entendait même plutôt bien avec eux. Mais se retrouver nez à nez avec toutes ces petites frimousses déguisées lui rappelait que bien trop de gens ignoraient la triste réalité et touchaient à un sujet qui représentait bien plus qu'une soirée entre amis à se déguiser pour aller chercher des bonbons. S'ils savaient seulement la moitié de la vérité, la jeune femme n'osait imaginer quelle serait leur réaction!

 
code by lizzou × gifs by LilyM

 
Indépendant
avatar


Messages : 30
Date d'inscription : 13/02/2015
Age : 25
Mon personnage : Alice aux pays des merveilles
Race : Possession Bénéfique avec Alice Liddell
Groupe sociétal ou indépendant : Indépendante Civile
Date de Naissance : 27/01/1992
Âge actuel : 23
Situation amoureuse : Célibataire
Emploi dans le monde des humains : Couturière

Message par Aelis Stoss le Lun 30 Nov - 14:29

Revenir en haut
Malgré un bruit de fond important, la jeune femme réussit à entendre son amie. A la fois contente et curieuse de découvrir ce que la vie lui avait réservé. Eden s’exclama :

- Si tu peux qualifier une petite vie banale de belle, je te dirais qu'il ne m'est rien arrivé de bien extraordinaire. J'avoue m'être laissée prendre par mon quotidien ces derniers temps. Avant de venir te saluer ça faisait quelques jours que je n'avais pas mis le nez dehors. En dehors du travail évidemment.

Comment lui dire qu’elle aimerait que son quotidien n’ait jamais changé. Comment lui avouer que tant de bouleversement lui faisait peur ? Comment ne pas être considéré comme aliéné face à une chose aussi dingue et surréaliste ? Il était encore surement trop tôt pour passer à ce genre de confidence et surtout dans un lieu public, mais les lèvres de la jeune femme étaient dissidentes et Aelis dans un effort sur Humain luttait pour contenir son envie de tout déballer sur un plateau doré. Cependant avant qu’elle ne passe à l’action, son amie reprit la parole :

- Mais j'ai comme dans l'idée que la situation ne devrait pas tarder à prendre un tour différent avec la fin du mois qui approche? Les gens adorent se laisser prendre au jeu lorsqu'Halloween arrive. Ça devrait mettre un peu d'animation en ville, bien que je n'ai pas hâte de devoir affronter les petits sorciers et fantômes miniatures qui vont venir sonner à la boutique!

A vrai dire, Aelis avait complètement oublié que le Samain approchait. Bien qu’elle partageait ce sentiment de joie de voir la ville et sa boutique se remplir, il est vrai qu’elle n’était pas non plus emballé par l’arrivé de petits monstres, courant dans tous les coins et ajoutant plus de bizarre dans son petit atelier.  Réalisant que cela faisait un moment qu’elle n’avait pas répondu, la jeune femme sortie ses mots un peu dans le désordre :

- Il est vrai qu’Halloween … Peut être source de problème…

Réalisant que sa phrase était un peu lourde de sens, Aelis reprit immédiatement la parole pour essayer d’adoucir sa dernière réplique.

- Mais bon, c’est toujours agréable de voir la petite boutique se remplir. Tu as des choses de prévu d’ailleurs ?

« - Au lieu de tourner pendant des heures, tu devrais lui dire !

- J’y viendrais surement Alice, mais il faut que je pèse mes mots pour ne pas lui faire peur. Eden est une très bonne amie et je serais vraiment attristé de la perdre

- Je ne vois pas en quoi c’est un problème d’entendre des voix, depuis des siècles durant cela arrive, regarde l’exemple le plus connut : Jeanne d’arc !

- Tu veux que je te rappelle comme elle à finit ?

- Pourquoi faut-il que tu ailles directement dans l’extrapolation, le monde a changé depuis ! Tu devrais le savoir.

- Peut-être, mais je ne souhaite prendre aucun risque.

- Comme tu voudras, mais c’est d’un ennui.»

Au cours de la discussion mentale Eden avait surement répondu à sa question, mais cette fois-ci Aelis n’avait pas réussi à entendre sa réponse….
Indépendant
avatar



   
Enter Sandman
Hush little baby, don't say a word and never mind that noise you heard. © Candy Apple
Messages : 356
Date d'inscription : 14/02/2015
Mon personnage :
Race : Possession fusionnelle de Rôxánê, dite "Le Marchand de sable"
Groupe sociétal ou indépendant : Avant ou après ma fuite? Etre une fugitive fait-il de moi une indépendante?
Date de Naissance : 16/12/1988
Âge actuel : 27 ans
Situation amoureuse : Célibataire. Ce qui en soit n'est pas plus mal quand on est constamment sur le départ.
Emploi dans le monde des humains : Serveuse, bibliothécaire...Je suis ce que vous voulez que je sois.
Informations : Originaire du pays de Galles, Eden a coupé les ponts avec sa famille après une adolescence houleuse. Elle s'était installée à Londres avant que l'arrivée du Marchand de Sable ne vienne perturber sa vie. Elle est à présent une ancienne membre du Conclave en fuite et tente de se tenir aussi éloignée que possible des organisations.

Message par Eden Fehrenbach le Lun 14 Déc - 16:07

Revenir en haut
Inversion des pôles. Aelis&Eden;
 
A great hero teaches an entire city that dancing is the greatest thing there is.

I am not some starry-eyed waif here to succumb to your... your pelvic sorcery.



La jeune femme avait l'air particulièrement pensif ce soir. Et Eden ne pouvait s'empêcher de se demander ce qui pouvait bien la perturber. Peut-être rien de trop grave, il pouvait s'agir d'un petit détail, le genre qui suffisait à vous gâcher la journée malgré la gravité moindre des faits. Eden espérait qu'il s'agisse bien de ça et pas d'un fait plus conséquent. Elle était bien placée pour savoir qu'il était difficile de faire comme si lorsque l'on ne se sentait pas tranquille, même pour des broutilles. Elle avait tenté de donner le change en parlant de sa vie en apparence banale et il lui semblait qu'Aelis s'était montrée encore plus préoccupée après ça. Peut-être qu'il y avait réellement quelque chose qui la perturbait? Ou alors la fatigue dont-elle avait parlé était-elle plus importante que ce qu'elle avait laissé présager? La brunette qui savait trop bien ce que ça faisait ne pouvait s'empêcher de se poser des questions tout en restant dubitative.

«  Pas pour nous j'espère!, répondit-elle avec espoir, je préfère que tout ce passe le plus tranquillement possible. Mais ça devrait être le cas, je n'ai rien de vraiment prévu pour le moment. »

Son regard n'avait pas quitté son amie, à la recherche d'un changement qui aurait indiqué quelque chose de suspect. Enfin plus que ce qu'elle avait déjà vu. Il était de toute façon grand temps qu'octobre touche à sa fin. Superstition ou pas, Eden n'aimait pas particulièrement fêter Halloween. Elle savait trop bien tout ce qui se cachait réellement dans l'ombre pour avoir envie de jouer les petits fantômes. Au contraire, elle aurait plutôt eut envie de se faire oublier au moins pour cette soirée là. L'air lointain d'Aelis la perturbait cependant de plus en plus. Elle aurait aimé lui poser ouvertement la question mais comment aurait-elle pu. N'était-ce pas se mêler de ce qui ne la regardait pas? Si soucis il y avait, Aelis n'avait peut-être pas envie d'en parler. Comment savoir. Mais ses longs silences achevaient de multiplier ses questionnements. Peut-être qu'elle n'osait tout simplement pas en discuter avec elle de peur de l'embêter. Un petit signe de sa part la pousserait peut-être à se lancer? Eden se pencha au dessus de la table pour répondre.

« Mais ça me permettrait de me changer les idées, répondit-elle, parfois il suffit d'un petit coup de pouce pour désamorcer une situation. Je pense que tu sais de quoi je parle. »

Elle était en train de tourner autour du pot, ça n'était pas du tout clair. Mais la tâche se révélait plus difficile que prévue. Et au pied du mur, Eden ne savait pas du tout comment agir. Elle ne voulait pas du tout effaroucher la blonde et rechignait à lui soutirer la vérité. Ca n'était pas à elle de le faire. Combien de fois s'était-elle tue sur ses problèmes quand bien même on tentait implicitement de l'aider? Elle-même n'aurait pas apprécier trop d'indiscrétion dans ce qu'elle considérait être sa vie privée.

« Heureusement que nous avons toujours des personnes sur qui compter dans ces moments là, acheva-t-elle, même si ce n'est pas du tout évident. »

La balle était dans son camp. Si elle choisissait de ne pas le faire ce soir, elle pourrait toujours lui parler après. Il est vrai que ça pouvait être difficile de parler ouvertement de ses problèmes dans un lieu aussi fréquenté qu'un restaurant. Et ce même si les clients étaient trop occupés pour s'intéresser à leur conversation. Si Aelis choisissait de ne pas se confier ce soir elle ne lui en tiendrait aucunement rigueur, elle savait au moins qu'elle pourrait le faire plus tard, lorsqu'elle l'aurait réellement décidé.

 
code by lizzou × gifs by LilyM

 
Indépendant
avatar


Messages : 30
Date d'inscription : 13/02/2015
Age : 25
Mon personnage : Alice aux pays des merveilles
Race : Possession Bénéfique avec Alice Liddell
Groupe sociétal ou indépendant : Indépendante Civile
Date de Naissance : 27/01/1992
Âge actuel : 23
Situation amoureuse : Célibataire
Emploi dans le monde des humains : Couturière

Message par Aelis Stoss le Jeu 24 Déc - 19:14

Revenir en haut
Les craintes de la jeune femme se réalisèrent : Eden remarqua très rapidement ses absences. Poussé par cette curiosité qui lui ressemble, son amie chercha à en savoir plus et reprit la parole :

- Pas pour nous j'espère. Je préfère que tout ce passe le plus tranquillement possible. Mais ça devrait être le cas, je n'ai rien de vraiment prévu pour le moment.


Cherchant très rapidement une solution, Aelis ne fit que s’enfoncer. Il faut dire que la jeune femme réagissait de manière trop intempestive. De manière confuse, elle répondit :

- C’est compliqué d’être tranquille en ce moment… Si seulement j’arrivais à dormir correctement. Mais bon, ça devrait bientôt me passer.


Eden qui cherchait à rassurer la jeune femme fit preuve d’empathie et d’amitié et s’empressa d’ajouter :

- Mais ça me permettrait de me changer les idées. Parfois il suffit d'un petit coup de pouce pour désamorcer une situation. Je pense que tu sais de quoi je parle.

Avant qu’Aelis ne réussisse à dire quoi que ce soit, la conversation reprit dans le palais mental :

« - Cette fois elle à comprit, on est fichu.

- Du calme Alice, même si c’était le cas, Eden est suffisamment mature et aimable pour nous aider dans ce moment difficile.

- Difficile ? Je suis si insupportable que ça ?

- Ce n’est pas vraiment ça le problème, c’est plutôt que mes absences commencent à se faire remarquer. Et je vais avoir du mal à le cacher très longtemps. Surtout avec les gens proches de moi…

- C’est dangereux de s’exposer, elle pourrait nous poignarder dans le dos. »

Alors que le silence se faisait pesant, Eden en profita pour rajouter :

- Heureusement que nous avons toujours des personnes sur qui compter dans ces moment-là, même si ce n'est pas du tout évident. Il n’est pas toujours évident de se confier et cela même au plus proche.


« - Quoi qu’il en soit Alice, j’ai pris ma décision, je vais lui dire !

- Ne fais pas ça, on ne sait pas comment elle va réagir ! Tu imagines si elle nous dénonce ?

- Pourquoi ferait-elle ça ?

- Parce que la peur engendre souvent des réactions démesurées : crois-moi !

- J’ai confiance en elle jamais, elle ne me trahirait jamais.

- Tu es si naïves.

- Et bien je vais te le prouver »

Déterminé, Aelis tout en fixant la table commença sa confession :

- Tu as raison… D’ailleurs, j’ai quelque chose à t’avouer.

S’arrêtant rapidement, la jeune femme ajouta :

- Ma vie… est… digne d’un roman de science-fiction en ce moment et j’ai l’impression de sombrer dans la folie. Est-ce c’est possible que mon surmenage me joue des tours ?

Hrp : désolé, peu de temps avec les fêtes, je tacherai de faire en sorte d’avoir une réponse plus développé la prochaine fois ! Bonne fête à toi ^^
Indépendant
avatar



   
Enter Sandman
Hush little baby, don't say a word and never mind that noise you heard. © Candy Apple
Messages : 356
Date d'inscription : 14/02/2015
Mon personnage :
Race : Possession fusionnelle de Rôxánê, dite "Le Marchand de sable"
Groupe sociétal ou indépendant : Avant ou après ma fuite? Etre une fugitive fait-il de moi une indépendante?
Date de Naissance : 16/12/1988
Âge actuel : 27 ans
Situation amoureuse : Célibataire. Ce qui en soit n'est pas plus mal quand on est constamment sur le départ.
Emploi dans le monde des humains : Serveuse, bibliothécaire...Je suis ce que vous voulez que je sois.
Informations : Originaire du pays de Galles, Eden a coupé les ponts avec sa famille après une adolescence houleuse. Elle s'était installée à Londres avant que l'arrivée du Marchand de Sable ne vienne perturber sa vie. Elle est à présent une ancienne membre du Conclave en fuite et tente de se tenir aussi éloignée que possible des organisations.

Message par Eden Fehrenbach le Dim 24 Jan - 20:42

Revenir en haut
Inversion des pôles. Aelis&Eden;
 
A great hero teaches an entire city that dancing is the greatest thing there is.

I am not some starry-eyed waif here to succumb to your... your pelvic sorcery.



C'était un peu comme si elle avait déclenché une réaction en chaîne par ses paroles. Eden pu presque voir la réponse de son amie s'inscrire sur son visage. Quoi que se soit, elle avait l'air de prendre une décision importante, un peu comme si elle avait du mal à faire son choix. L'espace d'une seconde, Eden espéra ne pas avoir eut l'air de la forcer à parler. Elle aurait détesté que son amie se sente obligée de le faire ou qu'elle ne soit pas prête. Mais Eden qui portait en elle de nombreux secrets savait que se taire était parfois bien difficile. Et de nombreuses fois, l'idée d'avoir une oreille attentive vers laquelle se tourner ne lui aurait pas déplu. Mais les secrets qu'elle aurait pu dévoiler dépassaient de beaucoup le cadre de ce qu'aurait pu entendre un être humain lambda. Sans compter qu'elle ne voulait pas mettre ses proches en danger en leur parlant de tout ça. Même si toutes ses bonnes intentions n'avaient pas toujours suffit à les mettre à l'abri. Mais ses choix Eden les avait fait en toute connaissance de cause, sachant parfaitement à quoi elle s'exposait. Elle avait juste naïvement cru être capable de s'en sortir seule. Mais bien des mois après la jeune femme réalisait qu'il s'agissait d'une utopie.

« Je sais à quel point on peut avoir le sentiment que le bout du tunnel n'arrivera jamais. Se sont les moments où il faut prendre son courage à deux mains pour avancer encore. » L'encouragea-t-elle

Et Aelis avoua qu'elle avait quelque chose à lui confier. Sans être démesurément surprise et même si elle l'avait espéré, Eden ne s'était pas attendu à ce qu'elle en parle aussi spontanément. La situation devait lui peser depuis un certain pour que ça soit le cas. Mais elle ne la regardait pas encore, ses yeux fixés sur la table comme si elle tentait de rassembler son courage avant de se mettre à parler. Presque sur la réserver la brune attendit, comme si elle craignait de la brusquer ou d'avoir l'air trop pressante. Mais il fallait avouer qu'elle se sentait curieuse, bien qu'ayant peut-être un peu d'appréhension sur ce qu'elle avait à lui révéler. C'était manifestement assez difficile pour elle. N'avait-elle pas déranger quelque chose qui n'aurait pas du l'être ? Avait-elle bien fait de l'encourager à se livrer ? Eden n'était pas égoïste, loin de là, ça n'était pas parce qu'elle ne souhaitait pas l'aider mais elle savait bien l'importance que pouvaient prendre certains secrets. Et leur dangerosité également. Elle aurait détesté avoir l'air de la forcer à parler.

Sa réponse lui arracha une expression surprise. Sa phrase trouvait écho en ses propres expérience et ça paraissait presque étrange de l'entendre dans la bouche d'une autre. Combien de fois s'était-elle posé cette question ? Combien de fois avait-elle craint d'être en train de perdre l'esprit ? Avant qu'on ne lui parle de la vérité, Eden s'était demandé de trop nombreuses fois si elle n'était pas devenue tout simplement folle. Comment parler de ça à quelqu'un après tout ? N'importe qui aurait pu la traiter d'affabulatrice ou d'hallucinée avec une histoire pareille. Alors oui, elle était déjà passé par ces réflexions. Mais sans sauter aux conclusions, Eden était à mille lieux de penser qu'Aelis était en train de vivre la même chose.

« L'esprit humain est capable de choses incroyables, répondit-elle prudemment, je sais bien à quel point on peut avoir l'impression de vivre des choses totalement folles. J'aurais bien du mal à te dire le contraire Aelis mais il est vrai que les deux cas de figure sont possibles je pense. Parfois nous vivons des choses qui nous dépassent et paraissent irréelles, parfois il s'agit du fruit de notre imagination. Et je sais que faire la part des choses peut paraître terriblement difficile. Un regard extérieur peu aider parfois. »

 
code by lizzou × gifs by LilyM

 
Indépendant
avatar


Messages : 30
Date d'inscription : 13/02/2015
Age : 25
Mon personnage : Alice aux pays des merveilles
Race : Possession Bénéfique avec Alice Liddell
Groupe sociétal ou indépendant : Indépendante Civile
Date de Naissance : 27/01/1992
Âge actuel : 23
Situation amoureuse : Célibataire
Emploi dans le monde des humains : Couturière

Message par Aelis Stoss le Lun 8 Fév - 13:33

Revenir en haut
Alors que la jeune femme semblait remplit de craintes, Eden trouva des mots simples et efficaces. Parsemés d’amitiés pures, ils réussirent à convaincre Aelis que son action était la bonne :

- Je sais à quel point on peut avoir le sentiment que le bout du tunnel n'arrivera jamais. Ce sont les moments où il faut prendre son courage à deux mains pour avancer encore.

Mais Alice toujours aussi craintive ne put s’empêcher d’essayer de dissuader la jeune femme. Et la conversation mentale reprit de plus belle :

«  - Tu fais fausse route. Tu n’imagines même pas à quel point la route qui nous attend est
dangereuse. La prévenir serait la mettre en péril.

- Tu as peut être raison, mais je n’ai pas envie d’être rongé par les regrets et la peine face à l’idée que je vais lui mentir aussi longtemps. Cela peut te paraitre bizarre, mais je me sentirai plus en confiance à l’idée d’avancer vers des chemins obscurs, une amie au bras.

- As-tu pensé une seule seconde qu’au contraire ce que tu t’apprête à lui apprendre pourrait lui faire peur ? Voir même l’éloigner de toi ? Les différences ne sont pas toujours aussi acceptées que tu pourrais le croire. Pourquoi n’arrives-tu à me faire confiance ? Si vraiment je voulais te faire du mal ou t’éloigner, je n’utiliserais pas ce genre d’argumentation …

- J’en ai bien conscience tu sais, je me doute que tes sentiments sont nobles, mais je n’y peux rien, j’ai besoin de me savoir soutenue dans cette épreuve. Il faut que tu arrêtes de croire qu’il est simple de vivre la situation qu’est la mienne.

- Je n’ai pas dit ça […]

- […] Si tu le souhaites on en discutera plus tard, je n’arrive pas à faire deux choses en même temps. Ou du moins ça me coute trop d’énergie et me fatigue très rapidement. »

Suite à quoi, Aelis utilisa toute son énergie pour essayer d’ignorer la voix dans sa tête et se concentra au maximum sur les mots de son amie :

- L'esprit humain est capable de choses incroyables. Je sais bien à quel point on peut avoir l'impression de vivre des choses totalement folles. J'aurais bien du mal à te dire le contraire Aelis mais il est vrai que les deux cas de figure sont possibles je pense. Parfois nous vivons des choses qui nous dépassent et paraissent irréelles, parfois il s'agit du fruit de notre imagination. Et je sais que faire la part des choses peut paraître terriblement difficile. Un regard extérieur peu aider parfois.

Les mots de la brunette perturbèrent la jeune femme ; Se pourrait-il qu’elle ait vécu une expérience similaire ? Impossible, cela serait une coïncidence vraiment improbable. Et pourtant, Aelis savait qu’Eden choisissait ses mots avec précision. Alors pourquoi avait-elle employé ce genre de discours ? Etait-elle au courant de ce genre de phénomène pouvait exister ? Sa curiosité lui faisant défaut, la jeune femme ne put s’empêcher de lui poser la question :  

- Tu as raison… Mais à t’écouter parler j’ai l’impression que tu sais des choses que tu m’as pas dite jusqu’à présent. Est-ce que tu voudrais bien m’en parler ? Avant de t’en dire plus j’ai besoin de savoir si tu ne vas pas juste me prendre pour une dégénérée…

Après avoir écouté la réponse de la jeune femme Aelis reprit la parole :

- Dans les jours qui arrivent, ma vie risque de changer radicalement. Je veux dire, encore plus que maintenant. Et à vrai dire, j’ai peur que toute cette histoire se complique radicalement.

Après avoir repris son souffle, Aelis ajouta :

- J’ai peur Eden. Peur d’avancer dans la mauvaise direction. Peur de ce que je vais radicalement trouver. Peur de croire qu’au final folie et réalité ne sont plus qu’une même ligne d’horizon. Peur de perdre les personnes que j’aime. J’ai peur, vraiment très peur.
Indépendant
avatar



   
Enter Sandman
Hush little baby, don't say a word and never mind that noise you heard. © Candy Apple
Messages : 356
Date d'inscription : 14/02/2015
Mon personnage :
Race : Possession fusionnelle de Rôxánê, dite "Le Marchand de sable"
Groupe sociétal ou indépendant : Avant ou après ma fuite? Etre une fugitive fait-il de moi une indépendante?
Date de Naissance : 16/12/1988
Âge actuel : 27 ans
Situation amoureuse : Célibataire. Ce qui en soit n'est pas plus mal quand on est constamment sur le départ.
Emploi dans le monde des humains : Serveuse, bibliothécaire...Je suis ce que vous voulez que je sois.
Informations : Originaire du pays de Galles, Eden a coupé les ponts avec sa famille après une adolescence houleuse. Elle s'était installée à Londres avant que l'arrivée du Marchand de Sable ne vienne perturber sa vie. Elle est à présent une ancienne membre du Conclave en fuite et tente de se tenir aussi éloignée que possible des organisations.

Message par Eden Fehrenbach le Sam 23 Avr - 8:44

Revenir en haut
Inversion des pôles. Aelis&Eden;
 
A great hero teaches an entire city that dancing is the greatest thing there is.

I am not some starry-eyed waif here to succumb to your... your pelvic sorcery.



Eden marqua un temps d'arrêt, incertaine. Comment répondre à ça ? Une partie d'elle-même ne voulait pas impliquer son amie dans une situation qui la dépassait visiblement et risquait de la mettre en danger. Une autre savait pourtant le risque qu'elle aurait pu courir en restant dans l'ignorance. Ne s'était-elle pas trouvée dans cette même situation au début ? Et une petite voix dans un coin de sa tête avait tout simplement peur. Après tout Aelis n'avait pas été complètement claire non plus et la brune craignait presque de sauter aux conclusions pour passer ensuite pour une illuminée bonne à enfermer. Son regard parcouru la salle du restaurant, soudainement redevenue méfiante. Pas question de parler de ça là où des oreilles indiscrètes auraient pu l'entendre. Sa situation était bien trop précaire pour qu'elle se permette ce genre d'imprudence. Sa main effleura le poignet de son amie.

« Pas ici, souffla-t-elle, rentrons à ton atelier. »

Le retour lui paru bien plus long que l'allée. Régler ce qu'elles avaient déjà commandé, repartir. Tout le long du trajet, Eden se demanda comment elle allait pouvoir parler de ça à la blonde. Et assise face à elle, à l'abri du public, elle n'était toujours pas certaine d'avoir trouvé la bonne façon de faire. Elle ne pouvait pas tout lui révéler, pour ne mettre aucune d'elles deux en danger. Mais elle ne pouvait pas non plus rester trop vague, ce qui ne rassurerait pas la jeune femme.

« Le monde n'est pas ce que nous croyons, murmura-t-elle comme si elle craignait qu'on l'entende, cela fait des années que je le sais, parmi les gens qui nous entourent, certains son capables de choses qui dépassent l'entendement. Le genre qu'on ne voit qu'à la télévision, dans les films. Je ne peux pas te dire qui je suis ni ce que je suis, tu courrais un trop grand danger mais j'en ai fait partie. Sache qu'il y a un monde bien plus vaste et plus dangereux qui se cache dans l'ombre du notre et ce qu'il s'y passe va bien au-delà des conventions de notre monde. Ce que les nôtres appelleraient magie, impossible ou fantaisiste pour eux est naturel.  »

Son regard se fit plus inquisiteur, cherchant le moindre changement de réaction chez son amie après une phrase pareille. Car elle aussi était sur la réserve, craignant de commettre le faut pas qui la ferait fuir. Elle avait eut cette réflexion bien trop de fois pour que ça ne lui vienne pas naturellement.

« Cela n'a rien de simple et je n'essaierais même pas de te faire croire que tu ne courre pas de risques en tentant d'en savoir plus, mais la vérité est-elle préférable au mensonge ? C'est à toi de décider. Je n'ai fait qu'effleurer la surface, il y a bien trop de choses que tu ignores encore et dont je n'ose pas parler aussi ouvertement. Mais ce que tu vis, nous sommes nombreux à être passés par là. C'est le prix de la vérité, pas celui de la folie. »

 
code by lizzou × gifs by LilyM

 
Indépendant
avatar


Messages : 30
Date d'inscription : 13/02/2015
Age : 25
Mon personnage : Alice aux pays des merveilles
Race : Possession Bénéfique avec Alice Liddell
Groupe sociétal ou indépendant : Indépendante Civile
Date de Naissance : 27/01/1992
Âge actuel : 23
Situation amoureuse : Célibataire
Emploi dans le monde des humains : Couturière

Message par Aelis Stoss le Lun 9 Mai - 16:39

Revenir en haut
Alors qu’Aelis avait confié une part de ses craintes à son amie, la jeune femme tourna la tête à droite puis à gauche : comme préoccupé par les personnes pouvant l’entendre. Puis dans un murmure Eden ajouta :

-  Pas ici, rentrons à ton atelier.

Sans une once d’émotion Aelis hocha la tête et répondit :

- Tu as raison, nous serons plus au calme pour discuter de ce genre de chose…

Eden avait surement des raisons pour éviter de trop s’avancer sur ce genre de sujet. Pourtant Aelis ne pouvait empêcher sa curiosité de reprendre le dessus. Que pouvait-elle bien craindre ? Quoi qu’il en soit, il était encore trop top pour poser ce genre de question à son amie. C’est dans ce type de moment que la petite couturière se rendait compte qu’au final, il était difficile de connaitre les personnes qui l’entourent et cela, même après des années d’amitiés.

Les deux jeunes femmes se dirigèrent calmement vers l’atelier. Cependant, Aelis pouvait ressentir un certains gène dans le silence du trajet. Pourtant, elle n’essaya pas de le rompre, car trop occupé à maintenir la connexion mentale dans son petit crane étriqué :

« - Alice, est ce que tu penses que quelque chose l’effraie ? J’ai comme l’impression que ce qu’elle s’apprête à nous révéler nous dépasse…

- Tu es bien naïve pour ton âge : ce genre de cas doit surement attirer un bon nombre de détraqués. Il est donc normal de prendre des précautions. Pour le moment, la seule chose que nous pouvons faire, c’est l’écouter, nous réfléchirons plus tard à la situation. »


Cependant la conversation au sein du palais mentale pris fin rapidement car le trajet n’était pas si long que ça et les deux jeunes femmes étaient déjà arrivé à destination. Après avoir rapidement déverrouillé l’atelier, Aelis invita son amie à rentrer à l’intérieur. Allumant une petite lumière tamisée, c’est Eden qui se décida à parler en premier :

- Le monde n'est pas ce que nous croyons. Cela fait des années que je le sais, parmi les gens qui nous entourent, certains sont capables de choses qui dépassent l'entendement. Le genre qu'on ne voit qu'à la télévision, dans les films. Je ne peux pas te dire qui je suis ni ce que je suis, tu courrais un trop grand danger mais j'en ai fait partie. Sache qu'il y a un monde bien plus vaste et plus dangereux qui se cache dans l'ombre du notre et ce qu'il s'y passe va bien au-delà des conventions de notre monde. Ce que les nôtres appelleraient magie, impossible ou fantaisiste pour eux est naturel.  

A la fois choqué et déstabilisé par les premières révélations de son amie, Aelis ne pouvait admettre que depuis tout ce temps sa camarade voguait dans un monde inconnu sans éveiller le moindre soupçon à ses yeux.

Autre information qu’elle ne pouvait laisser intacte, les risques qu’engendrent son enquête : bien sûr, la petite couturière se doutait que cela ne serait pas de tout repos, mais comment pouvait-elle imaginer ce qui pouvait bien l’attendre au bout de son aventure ? Une chose était sûre, Eden pourrait surement l’orienter dans son enquête… Mais comment lui avouer les véritables raisons de la fermeture de sa boutique ? Plongé dans ses réflexions un peu trop longtemps, Eden reprit la parole :

- Cela n'a rien de simple et je n'essaierais même pas de te faire croire que tu ne cours pas de risques en tentant d'en savoir plus, mais la vérité est-elle préférable au mensonge ? C'est à toi de décider. Je n'ai fait qu'effleurer la surface, il y a bien trop de choses que tu ignores encore et dont je n'ose pas parler aussi ouvertement. Mais ce que tu vis, nous sommes nombreux à être passés par là. C'est le prix de la vérité, pas celui de la folie.

Les mots de la jeune femme raisonnèrent dans la boite crânienne d’Aelis. Faut-il dire qu’avec la présence de son ancêtre, cela ne l’aidait aucunement à garder sa concentration au plus haut point. Cependant la jeune femme sentait bien qu’elle ne pouvait pas garder le silence plus longtemps et se décida de répondre à Eden :

- Je comprends bien qu’il y a surement plus que de la poudre aux yeux, mais j’ai besoin de savoir. C’est plus fort que moi. C’est pour cela que j’ai besoin que tu m’aides : depuis que je t’écoute, j’ai compris que tu en savais bien plus que ce que je pensais. Et je suis sûr qu’à nous deux, on doit pouvoir éclaircir un bon nombre de mystères !

Marquant une courte pause pour reprendre son souffle Aelis avait de plus en plus mal au crane. Faut-il croire que la connexion magique avec son ancêtre avait un prix. Cependant, sans perdre un instant, la jeune femme s’équipa de ses dernières forces pour acheminer le courant de sa pensée jusqu’à ses lèvres :

- Mais en même temps, j’ai l’impression que tu redoutes les conséquences de tes mots ? De quoi as-tu peur exactement ? Comment puis-je me protéger si je ne sais pas ce que j’affronte ? Afin de prendre ma décision face à toute cette histoire j’ai besoin de savoir dans quoi je m’engouffre. S’il te plait ne fait pas comme Alice qui me dit les choses qu’à moitié.

La jeune femme en avait surement trop dit sur le coup, mais elle le réalisa uniquement lorsque sa phrase raisonnait encore dans le silence du petit atelier endormi…
Contenu sponsorisé

Message par Contenu sponsorisé

Revenir en haut

La date/heure actuelle est Ven 18 Aoû - 16:18