AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Have you lost your mind? [ft. David]

Partagez
Garde
avatar
Messages : 484
Date d'inscription : 13/02/2015
Age : 23
Mon personnage : Prue Abigail Jones
Race : Possession fusionnelle de John Smith, un médium
Groupe sociétal ou indépendant : Aucune.
Date de Naissance : 30/10/1992
Âge actuel : 22 ans
Situation amoureuse : Célibataire
Emploi dans le monde des humains : Étudiante en Philosophie, dernière année de master
Informations : Prue vient d'intégrer la Garde et est encore en plein entraînement, cherchant ses marques.
Elle ne vient pas d'Irlande.

Message par Prue A. Jones le Jeu 8 Oct - 17:28

Revenir en haut


Have you lost your mind?
feat. David Gustavson
With your feet on the air and your head on the ground: try this trick and spin it. Your head will collapse but there's nothing in it and you'll ask yourself: where is my mind?


Prue n'en croyait pas ses oreilles. Enfin ses yeux. Enfin sa vision quoi. Il avait fallu qu'elle touche ce pommeau de porte encore et encore, un pommeau qu'apparemment David Gustavson avait touché quelque part durant sa journée. Rien de bien étonnant quand on était dans la même université et dans le même bâtiment, mais une sacrée coïncidence tout de même, d'avoir une vision de cette personne et de cet évènement précis. Après, bien sûr, elle avait beau se concentrer et tenter de revoir ce qu'elle venait de voir: c'était peine perdue. Des centaines de gens touchaient cette porte chaque jour, si ce n'est des milliers, et elle voyait autant de pans de vie (qui parfois ne la regardaient pas du tout) que de personnes, mais pas celui qui l'intéressait.
Cependant, Prue devait en avoir le cœur net. Peut-être que cette histoire ne la regardait pas: après tout, elle ne connaissait le professeur Gustavson que superficiellement. Il l'avait certes aidée, certes mené à la Garde où elle y suivait un entrainement pour ensuite intégrer une équipe et certes il l'avait protégée et surveillée de loin, mais leur relation n'était pas si proche que ça. Mais avec l'annonce de ce "groupe terroriste" il y a peu, l'information donnée par  sa vision ne devait pas se réaliser. En espérant que ce n'était pas trop tard.

Malheureusement, c’était trop tard. Le temps qu'elle essaie de prendre rendez-vous avec le professeur, elle apprit que ce dernier avait déjà adopté la petite fille. Parce que oui, la jeune femme avait vérifié, trop préoccupée par cette histoire, en touchant "par hasard" (ce n'était pas du tout un hasard et nous le savons tous) des objets que l'ange de la Garde avait touché. Résultat: David avait adopté une petite fille extrêmement mignonne du nom d'Olive. David Gustavson devait avoir totalement perdu la tête, parce que la simple idée de faire ça a une enfant si jeune alors qu'une épée de Damoclès planait au-dessus de leurs têtes était une idée tout à fait débile. Selon Prue bien évidemment. Il aurait bien pu attendre tout du moins.
C'est pourquoi en ce merveilleux jour d'Octobre, c'est presque comme une furie (même si sur rendez-vous, un minimum de politesse était tout de même de mesure) que débarqua la jeune Jones dans le bureau du professeur d'université, claquant la porte derrière elle et se plantant droit devant lui, et lui criant presque:

« Mais qu'est-ce qui ne va pas chez vous? »


David, bien sûr, n'avait probablement aucune idée de ce dont elle parlait, mais cela n'empêcha pas à Prue de faire les cent pas, d'avant en arrière, dans le bureau pourtant confortable, charmant et accueillant de David. Elle était énervée, sur les nerfs (tant par cette histoire qui lui donnait le sang-d'encre que par son entraînement à la Garde qui l'exténuait, car cela l'obligeait à jongler avec ses cours et tout le reste) et surtout, essayait de comprendre ce qui avait bien pu passer dans la tête de l'homme.
Elle s'arrêta soudainement, se tourna vers David, fit trois pas presque menaçant (aussi menaçant que peut être une jeune femme frêle comme elle) vers lui, leva le doigt comme pour dire quelque chose, puis le rebaissa tout aussi vite, s’asseyant dans la chaise en soupirant et en se prenant la tête dans les mains.

Non mais quelle galère.... quelle galère, vraiment!
Ange
avatar



My Sweet summer child





Messages : 85
Date d'inscription : 14/02/2015
Age : 21
Mon personnage :
Race : Possession fusionnelle du célèbre Arthur Pendragon, Seigneur de Camelot et Roi de Bretagne, du moins, à l'aube de son existence.
Date de Naissance : 03/09/1982
Âge actuel : 33 ans, comme le Christ.
Situation amoureuse : Célibataire endurci depuis quelques années, à croire que l'amour courtois ne soit plus réellement d'actualité et l'empêche de concrétiser quoique ce soit. A moins que cela soit lié à une certaine timidité avec la gente féminine pouvant l'intéresser.
Emploi dans le monde des humains : Professeur d'Histoire spécialisé dans l'Antiquité et le Moyen-Âge.
Informations : Il est britannique ↂ Il a été élevé par son grand-père ↂ Il aime lire, il a d'ailleurs une énorme bibliothèque.ↂ Il aime la musique classique et l'opéra ↂ Il ne boit pas d'alcool ↂ Il fait partie de la Garde ↂ Il déteste l'Injustice ↂ

Message par David Gustavson le Sam 10 Oct - 12:31

Revenir en haut


Have you lost your mind ?







Octobre, l’automne, les arbres aux couleurs chatoyantes et chaudes comme pour faire oublier que l’Hiver viendrait bientôt frapper à leur porte.
Son pèlerinage jusqu’à Glastonbury avait été effectué le mois précédent, dans la même ambiance  que celle de l’arrivée de la saison que certain considérait comme cella de la déprime alors qu’il n’en était rien. David avait toujours adoré l’automne en dépit de ce que ces moments lui avait retiré. Il avait toujours adoré les couleurs des paysages et l’odeur des feuilles mortes, de la mousse humide et celle des longues balades en forêt. L’automne était les prémices d’un nouveau départ, la mort d’un cycle avant le sommeil réparateur de l’hiver qui le ferait renaître. Et cet automne-là avait été bien différents des autres, puisqu’il y avait Olive, sa douce et chère Olive, une fillette qui emplissait sa vie de joie comme le soleil une demeure. Il était tellement heureux de l’avoir désormais avec lui, de voir que la cohabitation s’était bien déroulée et qu’elle l’appréciait, que leur vie pourraient ainsi se joindre longtemps. Peut-être cela était-il folie d’adopter un enfant, après tout, il était de la Garde et on aurait pu lui en vouloir, mais il n’était pas des plus vindicatifs et à cela s’ajoutait l’absence de Mordred depuis bien longtemps. Pour le moment, il était en sécurité, Olive était en sécurité avec lui et ils étaient heureux, c’était sans aucun doute là le plus important.

Après avoir déposé Olive au collège il se rendit à son tour sur son lieu de travail, passa un instant par la bibliothèque pour y déposer des livres qu’il avait emprunté avant de rejoindre la salle des enseignants pour y discuter avec ses collègues avant de rejoindre la salle qui lui avait été assignée pour des travaux dirigés avec des premières années. Bon nombre ne resteraient pas jusqu’à la fin de leur cursus se rendant compte qu’ils s’étaient fourvoyés dans leur choix d’orientation et quelques-uns des jeunes étudiants qu’il avait en première année de bachelor méritaient d’ouvrir très rapidement les yeux sur leurs capacités et investissement en classe. David n’était pas du genre à laisser des élèves en difficultés sur le carreau et bien qu’il ait été nombreux il aurait pu juger bon de le faire, mais temps qu’il pouvait aider ses jeunes freshmen il leur ferait, à condition qu’ils y mettent du leur.

La matinée passa d’ailleurs très rapidement, son esprit accaparé par de nombreuses questions, des obligations professionnelles mais également par une annonce faites par un groupe d’indépendants. Il avait toutes les raisons du monde de se méfier de ces rumeurs, après tout, le XIII demandait bien la tête de dix haut-placés dans les organisations ; il se savait capable d’échapper aux mailles du filet, pour quelque temps, mais qu’en serait-il de ses amis et de l’avenir de la Garde ? Ce dernier évènement n’avait rien pour le rassurer et il n’avait fait que renfoncer une envie de cohésion au sein de la Garde, aucun des membres de cette organisation ne traverserait cette période seul et on le laisserait pas les Archanges seul trop longtemps. David savait d’ailleurs que l’un de ses récents voisins était un membre de l’organisation où il siégeait et bien qu’il ait pu considérer cela comme il ne s’en était formalisé qu’au début. Avec Olive désormais sous sa tutelle, il valait mieux prendre toutes les précautions possibles.
Comme pour faire échos à ses songes de protections, la jeune Miss Jones avait pris rendez-vous avec lui. Il ignorait ce qu’elle désirait mais il espérait que cela ne soit pas trop grave. Après tout, elle était presque devenue sa protégée, il l’avait aidée, protégée, surveillée autant qu’il l’avait pu lors de sa fuite en Amérique, il l’avait fait intégrer la Garde et désormais elle y suivait son entraînement, alors certes, ils n’avaient pas la promiscuité d’une relation mentor à élèves ou quoique ce soit d’autres, mais il faisait tout ce qui était en son pouvoir pour prendre soin d’elle. Il savait d’ailleurs que ces derniers temps elle était fatiguée par son entrainements et bien qu’elle at été fortement habile dans ce que ces instructeurs lui demandaient, il avait finis par discrètement demandé à ce qu’on lève doucement le pied sur sa formation. Après tout, un élément de la Garde était bien meilleur en bonne santé plutôt qu’exténué.

Prue ne tarda pas à arriver d’ailleurs dans son bureau qu’il avait regagné en vue du rendez-vous et elle ouvrit la porte à la volée pour mieux la claquer derrière elle avant de l’invectiver, se plantant devant lui. Elle lui demanda ce qui n’allait pas chez lui et il la regarda d’un air dubitatif avant de la laisser faire les cent pas, de le pointer du doigt et de s’affaler sur une chaise vide la tête entre ses mains. Inquiété par une telle entrée en matière il hasarda :

« Un thé peut-être ? Je peux même partager les gâteaux qu’il me reste »

Il se leva pour remettre en marche sa bouilloire. Son bureau faisait office de salon de thé, salle de réunion, bibliothèque  de poche, salon et zone de sieste également mais alors zone de règlement de compte comme à OK Corral, pas dernièrement, du moins sauf avec Prue. Elle avait cette capacité à entrer dans la pièce comme une mini-tornade plein d’impatience et de hâte, exactement comme la fois où elle était venue chercher des réponses à ses questions. Il sourit pour lui-même à cette pensée, il ne savait pas ce qu’elle allait lui reprocher cette fois-ci, après tout, il avait rendu les copies de ses étudiants concernant une évaluation de quart de semestre en temps et en heure, il avait même été plutôt gentil sur la notation et puis de toute façon, il n’avait pas Prue dans ses étudiant alors elle n’avait décidément aucune raison de lui en vouloir. Il ne terrorisait pas les premières années et bien que les étudiants qui avaient perdus contre les enseignants durant un match de rugby folklorique puissent leur en vouloir, elle ne faisait pas partie des joueurs sur le terrain à ce moment-là.  Avait-il dit quelque chose concernant la Garde ou la nouvelle recrue qui aurait pu la froisser ? Est-ce que c’était sa dernière demande concernant l’intensité des entrainements qu’elle avait ? Elle avait certes pris rendez-vous avec lui mais il en ignorait les tenants et les aboutissants. Souriant néanmoins pour palier au cri précédent de la jeune femme, il ajouta :

« Sinon je vais très bien je te remercie et toi ? »


Garde
avatar
Messages : 484
Date d'inscription : 13/02/2015
Age : 23
Mon personnage : Prue Abigail Jones
Race : Possession fusionnelle de John Smith, un médium
Groupe sociétal ou indépendant : Aucune.
Date de Naissance : 30/10/1992
Âge actuel : 22 ans
Situation amoureuse : Célibataire
Emploi dans le monde des humains : Étudiante en Philosophie, dernière année de master
Informations : Prue vient d'intégrer la Garde et est encore en plein entraînement, cherchant ses marques.
Elle ne vient pas d'Irlande.

Message par Prue A. Jones le Mar 13 Oct - 17:19

Revenir en haut


Have you lost your mind?
feat. David Gustavson
With your feet on the air and your head on the ground: try this trick and spin it. Your head will collapse but there's nothing in it and you'll ask yourself: where is my mind?


David avait ce don de calmer les gens, de les apaiser. Vraiment de le décontenancer presque. Cela avait été pareil le jour où elle était venue lui demander pourquoi il n'avait cessé de les surveilles, Danner et elle, dans les Amériques lorsqu'il lui expliqua ce qu'était la Garde. Il y avait quelque chose dans ce calme impassible qui n'était pourtant pas menaçant, qui avait le don de calmer n’importe qui, ou en tout cas Prue. Peut-être était-elle trop sensible aux autres, tout simplement, parce que ces dernières années, il semblait que plus ou moins tout le monde la prenait à contre-pied plus ou moins constamment.
La jeune femme se détendit cependant, relevant la tête et regardant le professeur mettre de l'eau à bouillir. Elle soupira, se mit en arrière dans sa chaise, tentant de se décontracter. Mais c'est comme si son corps, encore sous l'effet de l'adrénaline, ou peut-être simplement de la fatigue, n'était pas tout à fait d'accord. Lui disait qu'il fallait être encore un peu fâché. Mais elle ne pu que rendre le sourire de David qui lui demandait comment elle allait.

« Bien... bien. Mais vous êtes passé par l’entrainement aussi, vous savez ce que c'est. »


En effet, Prue avait beau avoir apprit de quelques rumeurs durant l’entrainement comment la possession d'Arthur lui avait permit d'entrer dans la Garde de façon peu usuelle, il n'en était pas moins que, comme le répétait toujours tous les entraineurs "tout le monde passe par là*. L’entrainement physique était le plus épuisant, apprenant à se défendre, à utiliser certaines armes, à survivre dans la "jungle urbaine", mais aussi tout ce qu'ils apprenaient sur chaque race, sur chaque organisation, sur l'histoire de ce monde. Parfois on se sentait un peu comme un petit gosse, même si on avait parfois bien plus de vingt-deux ans, contrairement à Prue. Tous les âges se retrouvaient à l'entrainement des nouvelles recrues de la Garde.
Donc il était clair que David était passé par là. Il savait ce que c'était, et peut-être était-il plutôt compréhensif de sa réaction à cause de cela. Mais quelque chose, dans l'arrière de son esprit lui disait que dans quelques minutes, il serait beaucoup moins compréhensif.

« David, je ne suis pas venue pour prendre le thé. Si je me suis emportée c'est pour une raison... Vous ne pouvez pas... Enfin... Pourquoi avoir adopté Olive? »


Et voilà qui était sorti. C'était peut-être un peu gauche, peut-être que ce n'était pas exactement la bonne façon de poser la question, de lancer la discussion, de commencer le toute, mais au moins ça y était. Les choses étaient posées. mais la gêne aussi.
Prue, tout d'un coup, s'empourpra, mit une mèche folle derrière l'oreille et éprouva un besoin extrêmement pressant de se justifier. Après tout, David n'avait sembla pas le moindre du monde inquiet quand elle était entrée et même après son éclat de plus tôt, ce qui voulait dire qu'il n'était pas conscient de ce qu'il avait fait. Ou tout du moins de son erreur. Car il avait l'air, il faut l'avouer, parfaitement heureux. Ou tout du moins c'est l'impression que la jeune Jones avait eu en le voyant lui et la petite fille dans sa vision.

« Je veux dire... vous savez bien que le XIII a mis toutes nos tête à prix. Vous êtes un ange, vous êtes d'autant plus en danger que d'autant plus de personnes sait qui vous êtes, ce que vous êtes. Est-ce que vous pensez vraiment que c'est le moment d'adopter? »


Ses yeux avaient été fuyants, mais vers la fin de son discours, ils se posèrent dans celui de bleu de glace de David. Elle n'arrivait pas encore à y lire son expression. Allait-il y répondre durement? Allait-il au contraire approuver son point de vue, tout du moins en partie? Y-avait-il déjà réfléchi? Parce que peut-être se voilait-il la face, tout simplement.
Mais Prue ne le laissa rient rétorquer, elle continua, tout de suite, dans une cadence relativement plus rapide, s'étant remise un peu plus droite, un peu plus raide dans son siège.

« Qu'est-ce que vous allez faire si quelqu'un la kidnappe pour vous tendre un piège? Ou pire, si ils l'attaquent elle, ne serais-ce que pour vous atteindre? Vous croyez vraiment que c'est une bonne idée David? Vraiment? Parce que moi je crois que c'est l'idée la plus stupide que vous ayez jamais eue. »


Elle se serait presque mit à crier, mais en réalité c'était plus de la colère qu'on entendait dans sa voix. Parce que oui c'était stupide. Quel que soit sa raison pour avoir adopté cette petite fille, là maintenant c'était stupide. Peut-être, était-il vrai, que pour beaucoup il n'y aurait jamais de bon moment. Après tout, Dublin n'avait pas été des plus tranquilles ces dernières années... Mais si les années précédentes la jeune femme aurait encore pu comprendre, alors que leur vie à tous les deux était directement mise en danger, elle ne pouvait pas comprendre quelle logique aurait mené à l'adoption de la petite Olive. Aussi adorable qu'elle soit, aussi en besoin qu'elle ait été d'une famille, n'aurait-elle pas été plus en sécurité avec un père ou une mère qui n'avait pas sa tête demandée en plateau par un groupuscule terroriste?
Ou alors il aurait pu attendre que cette histoire soit résolue, soit avec les explosions, soit avec l'arrêt de toute cette folie d'une manière ou d'une autre. Mais Prue était dans l’incompréhension, plus que dans la colère. Bien que, bon, avouons, la colère était bien là. Parce qu'elle aussi un jour a été une petite fille qui avait perdu sa mère trop tôt. Et elle ne voudrait que ça n'arrive à personne d'autre. Et surtout pas à une petite fille qui a déjà perdu ses parents une première fois.
Ange
avatar



My Sweet summer child





Messages : 85
Date d'inscription : 14/02/2015
Age : 21
Mon personnage :
Race : Possession fusionnelle du célèbre Arthur Pendragon, Seigneur de Camelot et Roi de Bretagne, du moins, à l'aube de son existence.
Date de Naissance : 03/09/1982
Âge actuel : 33 ans, comme le Christ.
Situation amoureuse : Célibataire endurci depuis quelques années, à croire que l'amour courtois ne soit plus réellement d'actualité et l'empêche de concrétiser quoique ce soit. A moins que cela soit lié à une certaine timidité avec la gente féminine pouvant l'intéresser.
Emploi dans le monde des humains : Professeur d'Histoire spécialisé dans l'Antiquité et le Moyen-Âge.
Informations : Il est britannique ↂ Il a été élevé par son grand-père ↂ Il aime lire, il a d'ailleurs une énorme bibliothèque.ↂ Il aime la musique classique et l'opéra ↂ Il ne boit pas d'alcool ↂ Il fait partie de la Garde ↂ Il déteste l'Injustice ↂ

Message par David Gustavson le Sam 12 Déc - 20:00

Revenir en haut


Have you lost your mind ?







Il avait toujours apprécié ce charisme rassurant, calme qu’il possédait et qui lui avait été utile à maintes reprise aidé. Ce trait venait encore de le sauver d’un ouragan. Il avait décontenancé Prue, arrêter la tempête hurlante qu’elle s’apprêtait à lâcher sur lui l’espace d’un instant.
Un thé, des petits gâteaux, s’il n’avait pas été certain de la personne qu’il était-il aurait presque pu se prendre pour le Professeur McGonagall dans Harry Potter à proposer de pareilles choses à ce dernier. Évidemment, Prue n’avait ni lunette ni éclair sur le front, simplement une mine fatiguée qu’un soupir vint renforcer.
Au moins la demoiselle s’était détendue, légèrement alors qu’il la sentait suivre ses mouvements du regard et il finit par se tourner en souriant pour lui demander comment elle allait. Elle lui répondit en souriant à son tour, lui faisant comprendre qu’elle était fatiguée, par l’entraînement et probablement par le reste de ses études.
Il sourit à cette déclaration. Il savait exactement par quoi elle était passée et elle avait sans doute la chance de ne pas avoir un hôte trop exigeant. David avait toujours dû s’entrainer, seul ou avec un spécialiste au maniement de l’épée, Arthur obligeant. Il n’était pas partisan de l’utilisation des armes à feu bien qu’il ait su s’en servi, il savait qu’une lame correctement maniée pouvait être aussi rapide et létale qu’une balle, alors il avait embrassé sa nature pour faire honneur à l’âme avec laquelle la sienne fusionnait. Ainsi, il espérait que John Smith ne lui en demande pas trop en plus de ce qu’elle faisait déjà. Il s’intéressa néanmoins à l’endroit où elle était de son cursus d’entraînement.

« Oui, tu as déjà commencé à travailler en équipe ? »

Au moins pouvait-elle se conforter en sachant que l’enseignant serait là pour Prue comme il avait été là pour la faire entrer dans la Garde. Sans doute pourrait-il demander d’alléger un temps l’entraînement de la demoiselle si elle était vraiment éreintée mais c’était dans ces moments-là que l’on se surpassait et il ne souhaitait pas que ces largeurs ne lui fassent ensuite cruellement défaut. Elle le coupa finalement dans ses pensées pour lui dire qu’elle n’était pas venue prendre le thé et cela, il l’avait devinée. Son emportement n’était pas anodin et elle lui asséna directement la raison, Olive et son adoption. Heureusement pour lui, il avait avalé sa gorgée de thé avant qu’elle ne termine sa phrase sinon il se serait étranglé.
Prue arborait une jolie couleur vermeil après son questionnement, allant dissimuler une mèche derrière son oreille comme elle en avait l’habitude et elle continua sa phrase sans qu’il ne juge bon de l’interrompre, arguant la présence du XIII, de sa position et lui demandant s’il avait jugé que cela était le bon moment pour devenir père.
Le regard de la nouvelle recrue de la Garde se fit fuyant avant de se ficher dans les orbes céruléens du professeur d’histoire. Elle devait se demander s’il y avait songé, s’il était d’accord avec son raisonnement mais là encore, elle continua sa diatribe, avec rapidité avant de se redresser dans son fauteuil pour mieux lui demander ce qu’il ferait si elle se faisait kidnapper, attaquée pour atteindre l’Ange qu’il était. Elle lui demanda une nouvelle fois s’il jugeait bon d’adopter avant de lui asséner qu’elle trouvait que c’était là, l’idée la plus stupide qu’il ait pu avoir. Toujours debout, il préfèra se laisser un peu de temps avant de répondre, la questionnement seulement de sa voix grave :

« Tu peux me tutoyer tu sais, Earl Grey c’est bon ? »

Il se rassit ensuite, emplissant leur deux mugs et offrant une cuillère et du sucre à son interlocutrice. Il laissa le silence se réinstaller avant de se pincer les narines, réfléchissant à la meilleure manière de lui répondre.

« Nous savons tous deux qui est à l’origine du XIII. »

Une affirmation certaine, pas de doute, rien qu’une vérité inébranlable et gênante. Il ignorait quelle relation les liait encore depuis leur voyage et peut-être cette dernière n’était plus de ses amis, mais elle était probablement déjà au courant.

« Par chance, Olive est des plus surprenantes, elle connaît Danner. Je ne crains rien pour elle de ce point de vue-là, aucun mal ne lui sera fait, s’ils abhorrent les Organisations, ils ne feront pas de dommages collatéraux. »

Il l’espérait, fortement, mais si jamais le moindre cheveu de sa fille lui était retiré pour essayer de lui faire du mal, il était un pacifisme qu’il laisserait tomber rapidement. Il ignorait s’il se rendrait justice lui-même à cet instant-là, sûrement pas, mais il ne garantirait pas l’intégralité des dents de ceux qui lui aurait causé du tort. Il continua d’ailleurs sur ce fait, sur une mort probable à cause du poste qu’il occupait au sein de la Garde et des récentes menaces. Heureusement pour lui, il n’était pas celui qui apparaissait dans les plus hautes lumières du monde surnaturel, il était suffisamment discret pour que même au sein de la Garde bon nombres ne sachent ce qu’il était réellement et cela lui convenait, car cela permettait de préserver les siens et de se préserver. Essayant de rassurer Prue, il énonça un fait qu’elle avait sûrement occulté lorsqu’elle avait subi les conséquences de la fièvre noire, n’en étant pas certain, il préféra néanmoins le mentionner :

« Quant à moi, si je devais mourir de la main du XIII, notre très cher ami Farag s’en serait chargé la dernière fois qu’il a pointé un pistolet sur mon front. »

Il savait que Prue avait été sur le point de crier, qu’il ne répondait pas là à toutes ses interrogations et s’il avait souhaité, il lui aurait tendu sa main pour qu’elle comprenne, pour qu’elle voit par elle-même à quel point devenir père avait été important pour lui, pour qu’elle perçoive le bonheur immense qui emplissait ses jours et que de toutes évidences, sa vie ne serait jamais considérée comme un long fleuve tranquille, qu’il soit en ce temps David et pour toutes les générations précédentes et futures qu’Arthur choisirait comme hôte. Alors il la regarda, simplement, avec la même intensité qu’il regardait Olive, parce qu’il tenait également à la demoiselle qui lui faisait face et ce qu’elle redoutait pour la jeune fille qui partageait la vie du professeur d’histoire il le craignait pour elle aussi. Mais cela, elle n’était pas obligé de le savoir, après tout, il l’avait suffisamment faite suivre lors de sa fuite en Amérique du sud et il en avait suffisamment faire pour ne pas en rajoute, cela ne retirait en rien la colère que Prue éprouvait.
Sans la quitter du regard, il finit par répondre, dévoilant ce qu’Olive était et ce qu’il avait deviné d’elle :

« Elle est une fille extraordinaire et c’est sans doute la meilleure chose pour elle, car personne ne veut d’enfants déjà grands, personne ne veut d’enfants différents et je sais qu’avec moi, elle aura, elle à, ce qu’elle a toujours mérité et je ne laisserai rien lui arriver. »

Sa voix se voulait ferme, cela n’était pas contre Prue, c’était une certitude qui ne pourrait changer, c’était là la vérité la plus pure qu’il pouvait lui offrir concernant son choix, son égoïsme peut-être d’avoir songé à son, à leur bonheur en dépit des événements et si cela était stupide, alors c’était une idiotie formidable.

Garde
avatar
Messages : 484
Date d'inscription : 13/02/2015
Age : 23
Mon personnage : Prue Abigail Jones
Race : Possession fusionnelle de John Smith, un médium
Groupe sociétal ou indépendant : Aucune.
Date de Naissance : 30/10/1992
Âge actuel : 22 ans
Situation amoureuse : Célibataire
Emploi dans le monde des humains : Étudiante en Philosophie, dernière année de master
Informations : Prue vient d'intégrer la Garde et est encore en plein entraînement, cherchant ses marques.
Elle ne vient pas d'Irlande.

Message par Prue A. Jones le Lun 18 Jan - 15:16

Revenir en haut


Have you lost your mind?
feat. David Gustavson
With your feet on the air and your head on the ground: try this trick and spin it. Your head will collapse but there's nothing in it and you'll ask yourself: where is my mind?


David aurait pu encore la décontenancer un peu si ce n'était qu'elle s'était attendue à ce qu'il ne tente de ne pas répondre à sa question, que ce soit pour lui-même reprendre sa propre contenance ou pour simplement clore le sujet. Mais Prue n'était pas prête à se laisser faire, elle avait plus à cœur le bien être de la petite fille que vraiment d'houspiller David. Pour la jeune femme, l'Ange de la Garde était complètement fou d'avoir choisi cet instant, mais il ne pouvait pas simplement aller remettre Olive à son orphelinat. Il fallait cependant qu'il soit conscient des risques dans lesquels il la mettait.
C'est pourquoi elle ne fit que hocher la tête quand il proposa du Earl Grey (thé qu'elle prenait de toute façon majoritairement), attendant que David revienne sur le sujet. Surtout parce que Prue le laisserait dans un silence accusateur jusqu'à ce qu'il ne le fasse.

Elle n'eut pas à mettre à exécution ses menaces (qu'elle n'avait jamais dit verbalement à David cependant, mais bon que voulez-vous on est pas parfait), car déjà le professeur réfléchissait à ce qu'il allait dire, se pinçant l'arrête du nez, ce qui prompt Prue à doucement tourner la cuillère dans sa tasse. David commença alors à parler, avec comme fond sonore la cuillère de la tasse de Prue tournant sur le céramique.
Quand l'Ange exprima le fait que sa fille adoptive connaissait déjà Danner, elle haussa un sourcil, arrêtant le mouvement de sa main et levant les yeux pour les planter dans ceux de David. Danner avait rencontré Olive? Ou le contraire?
Franchement, elle ne savait pas ce qui était le plus angoissant; autant Danner était son ami, autant elle n'était pas certaine qu'il soit très sain pour une petite fille d'avoir un contact avec lui. Elle ne l'avait jamais vu autour d'enfant, mais elle n'était pas certaine que des discussions philosophiques et des remises en questions constantes étaient tout à fait adaptés pour Olive. Mais qui sait, à défaut de la rendre complètement timbrée, peut-être qu'elle grandira avec une certaine compréhension du monde? Tant que David était là pour encadrer, cela devrait aller, mais encore faudrait-il que David soit là et pas mort et enterré après toute cette histoire.

Prue ne dit rien, laissant David terminer son argument, prenant simplement la tasse dans les mains et commençant à boire à petite gorgées, ne faisant pas de remarque sur le manque de lait sur la petite table, qu'elle avait cherché des yeux. Elle aurait bien aimé voulu couper David et lui dire qu'il n'avait rien comprit: bien sûr que le XIII c'était pas le problème. Le problème c'était tout le reste. Ce n'était pas la menace d'explosifs qui était un problème (bon, si, c'était un énorme problème: la Garde devait les trouver et les désactiver avant que tout n'explose), mais la réaction des organisations face aux menaces du XIII. Il y avait beau n'avoir encore rien eu, aucune tête donnée à Danner et ses amis, mais la première allait tomber tôt ou tard.

Cependant, elle faillit lâcher sa tasse et se renversa du thé dessus quand David lui annonça que Danner lui avait planté un revolver sous son nez. Prue avait failli coasser un "Quoi!?" outré, mais sa bouche ouverte, sa tasse à moitié vide (et non pas à cause de ce qu'elle avait bu) et ses yeux ronds et incrédules parlaient pour elle. Danner avait quoi!? Et quand surtout? Avant qu'ils soient partis (ce qui est plus raisonnable vu qu'à cette époque, Prue ne savait pas du tout qui était David et ce qu'il faisait, et son approche avait été plus que maladroite. Danner aurait très bien pu vouloir aider la jeune fille... ou couvrir ses arrières) ? Ou quand ils étaient déjà revenus?
Il faudrait en tout cas qu'elle en touche deux mots au principal concerné, et ce n'était pas vraiment le moment de questionner David sur le sujet. Il fallait que la brune se concentre pour rester sur le sujet de base.

Prue resta alors muette un moment, lorsque David lui exprima qu'il pensait qu'au contraire, l'idée d'adopter Olive avait été la meilleure qu'il ait jamais eu. en soi, sur le principe, Prue était d'accord. C'était le timing qui était extrêmement mauvais. Si on avait été la fièvre noire, Stegheria, ou n'importe quel évènements de ces dernières années, le timing aurait été meilleur que maintenant. Même un très bon timing car si Prue avait comprit le "différent" de la bonne manière, David aurait pu la protéger de ces évènements, la guider dans ce qu'elle était.
Mais David semblait se borner à penser que la menace venait du XIII. Il se trompait si profondément... Bien sûr que Danner n'irait pas tuer des enfants (contrairement à celui qu possédait David, comme dirait le corbeau (un mot qui apparemment définissait Danner d'après les instructeurs de la Garde, avait-elle appris à l'entraînement deux jours plus tôt) ), mais le problème n'était pas lui, ou Joyce, ou Noam, ou même la rouquine ou quiconque d'autre dans ce petit groupuscule. Le problème c'était tout le reste.

C'est pourquoi, sans le quitter des yeux, reposant sa tasse sur le bureau et sortant un mouchoir de sa poche pour tenter d'éponger le thé de son haut, elle lui dit:

« Je ne parle pas du XIII David, mais du Conclave, du Cercle, de tous les autres qui profiteraient de cette occasion pour se débarrasser d'un Ange de la Garde. D'Arthur Pendragon. »


Prue, quelque part, savait déjà ce que pensait David, et l'avis que partageait quelques uns de la Garde. Qu'ils feraient front ensemble. Que les alliances entre organisations avaient existé. Qu'ils arriveraient à arrêter le XIII sans qu'aucune tête ne tombe. Mais Prue avait déjà été confrontée au Conclave, avait sa meilleure amie poursuivie par des mercenaires et des agents de l'organisation, avait arrêté des criminels de sa branche du Crime. La jeune Jones n'avait absolument aucune confiance en cette organisation, d'autant plus lorsque la branche Politique était remplie d'ambitieux trop narcissiques pour leur propre bien qui tueraient père et mère pour atteindre le haut.
C'est pourquoi, sans laisser le temps à David de protester pour dire qu'elle était trop pessimiste, elle ajouta.

« Il ne faut pas se voiler la face, ça arrivera. »


Sur ce, elle jeta le mouchoir ne papier dans la poubelle, reprit son thé et s'enfonça quelque peu plus dans sa chaise, ajoutant tout de même:

« Je ne doute pas qu'Olive soit merveilleuse, surtout de ce que j'en ai vu, et que vous feriez tout pour la protéger. Mais vous... tu dois être conscient du danger, mais aussi de où il vient. »


Et quelque part, Prue se disait que si vraiment le pire arrivait, elle serait peut-être là pour la petite fille. Mais encore fallait-elle d'abord rencontrer la petite...
Ange
avatar



My Sweet summer child





Messages : 85
Date d'inscription : 14/02/2015
Age : 21
Mon personnage :
Race : Possession fusionnelle du célèbre Arthur Pendragon, Seigneur de Camelot et Roi de Bretagne, du moins, à l'aube de son existence.
Date de Naissance : 03/09/1982
Âge actuel : 33 ans, comme le Christ.
Situation amoureuse : Célibataire endurci depuis quelques années, à croire que l'amour courtois ne soit plus réellement d'actualité et l'empêche de concrétiser quoique ce soit. A moins que cela soit lié à une certaine timidité avec la gente féminine pouvant l'intéresser.
Emploi dans le monde des humains : Professeur d'Histoire spécialisé dans l'Antiquité et le Moyen-Âge.
Informations : Il est britannique ↂ Il a été élevé par son grand-père ↂ Il aime lire, il a d'ailleurs une énorme bibliothèque.ↂ Il aime la musique classique et l'opéra ↂ Il ne boit pas d'alcool ↂ Il fait partie de la Garde ↂ Il déteste l'Injustice ↂ

Message par David Gustavson le Mar 7 Juin - 13:52

Revenir en haut


Have you lost your mind ?







Prue hocha la tête à sa proposition de thé, ne souhaitant sans doute pas l’interrompre avant que l’enseignant ne se recentre sur le sujet qu’elle avait abordé. Il ne tarda d’ailleurs pas à revenir de lui-même s’asseoir pour mieux répondre à la demoiselle qui lui faisait face, réfléchissant à ce qu’il pourrait dire. Il commença ainsi à s’exprimer tandis que son interlocutrice laissait sa cuillère tourner à l’intérieur de sa tasse ;
Lorsqu’il mentionna les connaissances et les ressources que possédait Olive, Prue s’arrêta un instant alors qu’il mentionnait Danner. Il embraya d’ailleurs sur quelques faits les concernant sans pour autant s’appesantir dessus mais cela sembla surprendre Prue. Ainsi donc, son bon ami Farag s’était bien gardé de tout lui dire ? Il aurait pourtant pu retourner la situation de ce souvenirs passé à son avantage, mais le corbeau était si imprévisible que David ne savait que penser. Il ignorait d’ailleurs encore tous les détails de ce qui avait poussé Prue à intégrer la Garde après son long voyage avec le spectre, après tout, elle aurait pu avoir été approchée pour faire partie du XIII. La surprise concernant la menace non voilée de Farag avait surpris Prue et cette dernière avait fait vaciller sa tasse, laissant le liquide ambré l’éclabousser.

Il s’était apprêté à lui tendre un mouchoir afin qu’elle puisse retirer le surplus de thé qui était venu inonder son haut mais sa vis-à-vis s’était débrouillée rapidement pour extirper de quoi s’éponger et tandis qu’elle tamponnait son vêtement, elle lui asséna le fait qu’elle ne mentionnait pas le XIII dans ses récriminations mais bien les autres organisations qui auraient pu s’en prendre à lui. Il était effectivement Archange et ancien roi de Bretagne, mais la place qu’il occupait dans cette vie était moindre, plus ou moins. Evidemment qu’il courrait encore de nombreux risques, mais s’il n’avait pas adopté Olive maintenant, il l’aurait fait une autre fois et d’autres péripéties auraient fait leur apparition. De toute façon, ce qui était fait ne pouvait être dénoué, il aimait Olive, de tout son cœur, il n’était pas préparé à la quitter avant quelques décennies et ceux qui oseraient empêcher la réalisation de ce destin en pâtirait grandement.
Il la laissa terminer sa longue tirade, après tout, elle ne lui laissait que peu de temps pour pouvoir répondre et cela lui permettait d’entendre son argumentaire jusqu’au bout. Elle semblait vraiment inquiète à propos d’une possible attaque de la part des autres organisations, semblant n’avoir que très peu confiance

« « Face au XIII, nous n’avons jamais été aussi unis, le Conclave, le Cercle, la Garde, des rapprochements qui auraient dû être fait depuis longtemps commencent à s’opérer. Je ne les crains pas, j’ai quelques cartes dans ma manche qui ne manqueront pas de me servir. Mais je remercie ton inquiétude à mon égard et à celui d’Olive…»»

Il était de ces relations qu’il possédait avec les autres organisations que bon nombre de la Garde ignorait, après tout, il n’était pas obligé de d’énoncer le moindre de ces gestes et bien qu’étant Archange, sa position ne le poussait pas aux devants et il avait été amené à côtoyer des surnaturels qu’ils avaient aidé mais qui avaient trouvé leur place dans des organisations différentes. Seulement, il avait toujours réussi à conserver quelques bonnes ententes avec ceux qui avaient suivis leur propre voie, et l’existence d’autres connaissances pouvaient pour le moment lui assurer la vie sauve, ainsi qu’à ses proches. Sans doute cela était-il égoïste de sa part de songer à la protection de son foyer, de prime abord, mais cela faisait depuis de nombreuses années qu’il militait pour une unification, lente, réfléchie des Organisations, peut-être dans son coin, mais l’existence du XIII lui donnait raison. Il était temps que les Organisations s’unissent, œuvrent et trouvent pour offrir le bien comment aux Naturels et aux Surnaturels, que les âmes qui transitaient encore achèvent toutes enfin leurs œuvres et que cessent d’exister des êtres profondément ancrés dans le passé qui songeaient encore que leur place était dans le présent, pour régner, gouverner, guider et faire obéir. Le monde avait changé, bientôt, il n’aurait plus besoin d’eux, certains de leurs décisions avaient évitée des catastrophes mais en avaient également crée d’autres. En secret, Arthur n’aspirait qu’à une chose, trouver ce bien commun que les siens nommaient le saint-Graal, réunir ses chevaliers restant et les aider à passer définitivement le voile, à reposer en paix, puis les rejoindre.

« Et pour Danner, je reviens sur ta stupeur, je pensais que tu l’avais perçu, lorsque nous étions venus avec Eden mais ton épisode avec Stregheria et ton animosité, justifiée à mon égard ont dû occulter, appuyer certaines choses. Cela n’enlève rien au fait que Farag t’a sans doute appris beaucoup lors de votre voyage et que cela te rendra service. » »

Il était revenu sur cet épisode, laissant les souvenirs affluer autour de ce jours sombres et dangereux où ils avaient vu Prue en proie à la fièvre noire. Il était heureux de voir que leur relation avait évolué dans le bon sens. Il ne s’était sans doute pas adressé à elle la première fois de la meilleure des façons mais depuis cet accrochage dont il avait tiré de nombreuses leçons, il s’était mis à agir différent et bien

« Tu feras une très bonne baby-sitter ! »ajouta-t-il pour détendre l’atmosphère. Cela n’était pas purement désintéressé, cela ne pouvait être qu’une bonne chose pour Olive d’être entourée d’êtres qui partageaient sa vie derrière le voile. Cela rassurait en réalité David, bientôt, très bientôt, il lui faudrait lui trouver quelqu’un, un précepteur pour la former, l’aider à comprendre et percevoir l’étendue de ses pouvoirs. Il ne pouvait lui enseigner ce genre de chose, il ne pourrait l’aider à aiguiller sa perception autrement qu’en la laissant côtoyant des êtres qui partageaient son don. Mais au moins, côtoyer des gens différents, de l’autre côté du Voile, lui permettrait de percevoir l’étendu de ce monde surnaturel, bien sûr, ses rencontres se limitaient pour le moment à la Garde, pourtant, il n’espérait pas orienter son choix. IL n’était sans doute pas le mieux placé pour songer à cela, mais en tant que père, il ne souhaitait pas que son enfant emprunte ses traces si elle n’était pas certaine d’effectuer, de prendre la bonne décision.


Contenu sponsorisé

Message par Contenu sponsorisé

Revenir en haut

La date/heure actuelle est Sam 29 Avr - 15:22