AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Prue A. Jones Ϩ You have met with a terrible fate, haven't you?

Partagez
Garde
avatar
Messages : 484
Date d'inscription : 13/02/2015
Age : 23
Mon personnage : Prue Abigail Jones
Race : Possession fusionnelle de John Smith, un médium
Groupe sociétal ou indépendant : Aucune.
Date de Naissance : 30/10/1992
Âge actuel : 22 ans
Situation amoureuse : Célibataire
Emploi dans le monde des humains : Étudiante en Philosophie, dernière année de master
Informations : Prue vient d'intégrer la Garde et est encore en plein entraînement, cherchant ses marques.
Elle ne vient pas d'Irlande.

Message par Prue A. Jones le Sam 19 Sep - 1:12

Revenir en haut

Prue Abigail Jones

Prénom : Prue Abigail
Nom : Jones
Âge : 22 ans
Sexe : Femme
Date et Lieu de Naissance : 30 Octobre 1992, Londres, UK
Race : Possession fusionnelle de John Smith
Organisation et rang : En formation, Garde
Groupe indépendant ou sociétal : Aucun.
Travail : Étudiante en Master en Philosophie
Avatar : Emily Browning
« This is a gift, it comes with a price. Who is the lamb and who is the knife? »
Miroir, miroir, qui est le plus moche?

Des cheveux bruns qui se décolorent au soleil, des yeux bruns-verts qui regardent de gauche à droite, parfois on ne s'arrête qu'à ça quand il s'agit de Prue. Ne me méprenez pas, pour la plupart des gens, ce n’est qu'une étudiante comme une autre, une jeune femme qui est un peu sûre d'elle mais pas trop, emprise des doutes de la jeunesse et de ce qui se fait à son âge. On n'est pas trop sûr de son avenir, de son devenir, de ce qui se passe. On est adulte mais pas vraiment. Et c'est là toute la subtilité de la chose, c'est que personne ne se doute de ce que ce petit bout de femme a pu endurer déjà en quelques deux années, et comment cela a forgé son caractère.

En vérité, Prue a cette petite particularité d'être le fruit d'une possession fusionnelle, un simple accident il y a quatre ans cela, à deux doigts de la mort, sauvée par John Smith qui est venu se loger dans son cerveau à son insu, mais pour la sauver. Et si au départ elle était craintive de son état, ne sachant pas y poser de nom, ayant rejeté ses mais les plus proches et les plus éloignés, elle qui avait été plus sociale, elle s'est ouverte à sa propre condition et est devenu ce qu'elle est aujourd'hui.
Au bout de quatre ans de cohabitation et de trois ans à apprendre ce qu'il en était du surnaturel, à maîtriser ses pouvoirs et surtout après un long voyage aux Amériques, Prue est une nouvelle personne, plus sûre d'elle, plus posée, plus sérieuse, mais surtout, ayant un peu plus de prise sur son avenir et ce qu'elle est.

Si aujourd'hui elle est étudiante en Philospohie en voie d'obtenir un Master dans les deux prochaines années, elle est également fraîchement arrivée à la Garde, après avoir pendant près de deux ans à filer dans les rues de Dublin à aider comem elle pouvait en utilisant le spouvoirs que lui donnaient sa nature de possession. Et si elle tente de vivre une vie plus ou moins normale, l'entraînement fourni par la Garde ne promet qu'une chose : qu'elle devra bien vivre une vie assez particulière uen fois celui-ci terminé.

Mais revenons-en à Prue, cette jeune femme de 22 ans qui ne se fait pas trop remarquer. Pas tant courageuse que ça, elle fait cependant de son mieux pour ne pas tomber dans la panique pure et trouver une solution, quitte à employer ses pouvoirs. Ces derniers, d'ailleurs, ne sont pas toujours faciles à supporter : connaître le passé, le présent et le futur de tout ce qu'on touche, de manière plus ou moins incontrôlée n'est pas toujours le plus facile. Savoir que la personne avec qui vous passez un moment intime se retrouve être un salaud de première peut être décevant, mais être en plein milieu d'une bibliothèque à lire un livre sur Nietzsche et avoir la vision d'une mrot imminente plus que stressant.
Si Prue commence à s'en accommoder assez bien, tant à repousser les visions que les aider à venir, il y a toujours des petits couacs qui font, qu'au final, sa vie n'est qu'un peu plus difficile à vivre.

En soi, si Prue évite toujours les foules, ne s'y s'entant pas à l'aise et surtout pour éviter le trop plein de visions, elle est redevenue assez sociable, plus souriante et chaleureuse que jamais. Être bien dans sa peau peut, après tout, faire des merveilles. De plus, son côté altruiste la fait venir plutôt vers les autres lorsqu'ils ont besoin d'aide, et sa loyauté sans faille fait qu'elle ne laisse jamais un ami dans le pétrin, quitte à s'y mettre.
Elle peut être douce, et gentille, et n'est franchement pas agressive pour un sou. Certains prétendent même que, lorsqu’en colère, elle ressemble plus à un chaton sans griffes qu'à un gros pitbull. Bien évidemment, pour confronter des gens, cela n'aide pas vraiment. Bien qu'elle soit grade en taille, elle n'en est pas la moins imposante.
Prue reste cependant surtout une personne très sérieuse. Et si elle a tout de même un bon sens de l'humour, il se peut qu'elle « gâche l'ambiance » parce qu'elle est tout d'un coup trop sérieuse. Cependant, certaines personnes voient en cela des qualités à ne pas se dissiper.

Elle ne se voit pas comme un leadeur, prêt à mener les troupes de la Garde, cependant, elle prend toujours soin des autres autour d'elle, et est toujours prête à prendre les choses entre ses mains. Si elle n'a pas trop de sang-froid comme explicité plus tôt, son sérieux et surtout sa volonté à s'améliorer font que parfois, les gens l'écoutent tout de même. Surtout que bon, quand on vous dit que si vous ne l'écoutez pas, vous risquez bien de mourir dans quelques heures, il vaut mieux l'écouter. Et très attentivement avec ça.

Mais Prue est loin d'être parfaite. Bien souvent, elle doute, son assurance lui semble plus un façade, bien que parfois elle a l'impression d'avoir les choses bien en main. Elle a peur, constamment, pour ses proches plus que pour elle-même. Et si elle serait prête à mettre sa vie en jeu pour sa cause, elle n'est pas prête à mettre celle des autres. Certains la diront trop altruiste, trop peureuse, pas assez honnête, mais Prue est avant tout humaine. Et autour de tous ces surnaturels, elle se sent parfois bien seule à penser ainsi.

Heureusement, sa relation avec John, avec qui elle communique grâce au biais des visions (il est tout de même dans son cerveau, donc la « touche » en quelque sorte) est excellente, et ils peuvent discuter pour ce qui semble être des heures (mais en réalité que quelques secondes). Si au départ elle rejetait ce qu'il désirait, ce qu'il était, lui qui voulait aider les autres, il se trouve être une excellent compagnon de route. Lui-même est tout aussi perdu dans ce monde fait d'organisations et de races surnaturelles, et ne s'attendait pas à posséder quelqu'un, cependant, lui et Prue semblent ravis de s'avoir l'un l'autre. Et surtout, d'être ensemble dans un monde qu'ils ne comprennent qu'à moitié.
Badaboum baby, je pète le feu!

Prue n'a pas choisi cette possession, en réalité, c'est John quie st venu à elle. Au départ, ce n'était qu'un accident d'escalade qui aurait pu le tuer, une chute qui aurait pu être mortelle qui « tua » un bout de son cerveau sur le coup. Coïncidence ou non, c'était ce même bout du cerveau que John avait perdu des années auparavant sa mort et qui avaient réveillé en luis es pouvoirs de sorciers : celles de médium.
John, pour sauver Prue, intégra donc cette partie de son cerveau et l'aida, en fusionnant avec elle, peu à peu lui redonnant des forces. Il communiqua avec elle, mais de façon quelque peu maladroite, montrant toutes les façons que Prue pourrait mourir dans le futur. Croyez-bien que cela n'enchanta pas Prue le moins du monde, bien entendu…

À présent, cependant, leur relation est amicale, et ils se soutiennent l'un l'autre, discutent souvent, et surtout, John prodigue ses conseils à Prue. Cependant, dû à leur vue du monde quelque peu différente, et surtout à leur différence d'âge et aux intérêts différents qu'ils ont, il leur arrive de se chamailler, et Prue a apprit à bloquer totalement John de son esprit, alors que lorsque ce dernier boude, il empêche tout contact avec la jeune femme.

Cependant, vous vous demandez certainement qui est ce John Smith ? Eh bien, à vrai dire, ce n'est qu'un simple américain, qui a tenté d'empêcher l'Apocalypse de se produire… En effet, après un accident qui causa une partie de son cerveau à mourir, il se réveilla du coma des années plus tard, sa femme mariée à un autre homme, son fils inconscient de qui il était. Il reprit cependant une vie normale, mais avec un plus : des visions du présent, de l'avenir et du passé, d'un simple toucher. Un objet, une personne, qu'importe… il pouvait avoir, de façon aléatoire, des visions.
Et c'est en touchant Stillson, un candidat à la présidentielle qu'il découvre une vision d'horreur : si ce dernier devient politicien, alors une guerre nucléaire va éclater, menant à une vision apocalyptique des états-Unis. Pour John, il était clair qu'il fallait l'arrêter, mais ayant été diagnostiqué avec une tumeur, il décida de tuer Stillson. Il n'y réussit pas, mais Stillson se protégeant avec un garçon, vit sa carrière politique partir en éclat. John, quant à lui, fût abattu par les gardes du corps de Stillson. Cependant, sa dernière vision lui permit de voir qu'il avait réussi.

Malgré cela, John ne pensait pas en avoir terminé sur terre, avoir utilisé son pouvoir à assez bon escient, avoir amené la justice à ceux qui la demandaient, ceux qui avaient besoin de réponses. Et c'est ainsi que son esprit se mit à voyager, prêt à posséder autrui.
Et si John a choisi Prue, sa première hôte, c'est surtout pour empêcher à ce qu'il lui arrive la même chose qu'à lui : survivre à sa blessure puis développer une tumeur et mourir. Et surtout, parce que son esprit ne pouvait la laisser mourir avant son heure. Mais il se dit toujours qu'il a fait le bon choix.
Notre monde est un lieu bien étrange...

Prue a plus ou moins connaissance de toutes les races, bien qu'elle n'ait pas rencontré d'individu de chacune d'entre elles. Évidemment, avoir un Spectre pendant plusieurs mois à ses côtés pour tout lui apprendre l'a bien aidée, même si jusqu'ici elle a côtoyé bien plus de Possessions et de sorciers que n'importe qui d'autre. Elle a croisé deux vampires dans sa vie, dont un elle n'a plus aucun souvenir, sauvé une famille de lycan de l'extermination, mais elle n'a jamais croisé de thérian. Ni même vu la transformation d'un lycan. Donc en théorie elle sait ce que c'est, mais en pratique c'est une toute autre chose.

Prue respecte cependant le principe fondamental de l'humanité: tout le monde est différent. Et même si une peur sourde gronde en elle lorsqu'elle pense au côté sauvage et meurtrier des lycans et de certains thérians et qu'elle n'est pas très à l'aise avec l'idée d'avoir des personnes buvant du sang humain, elle tente de ne pas avoir de préjugé, ne pas se sentir moins à l'aise avec une personne ou l'autre. Son entrée à la Garde et son entraînement, dans un melting-pot de gens d'horizon et de races différentes l'aide grandement à ça: voir au delà de ce qu'ils sont pour voir qui ils sont. On va dire que ça marche plus ou moins, mais parfois, les visions n'aident pas trop...
Si Danner lui a fait un bon topo et David lui en a fait un autre, elle sait que la vision de ces deux hommes est fortement teintée de leur propre expérience. Pour elle, tout ça est nouveau, et si le concept de surnaturel n'est plus tant, le concept des organisations l'est beaucoup plus. Elle connait leur but, leur nom, mais au final elle sait qu'elle ne sait rien. Certes, elle a "combattu" parfois des gens du Conclave dans les pays d'Amériques du Sud et même à Dublin même, mais même là elle sait que ce n'est qu'une fraction de cette organisation tentaculaire.
Elle sait qu'elle ne sait rien, qu'elle est perdue dans ce monde. Et si Prue a choisi la Garde, parce qu'elle lui parlait au plus profond d'elle, parfois elle se demande si c'est vraiment le bon choix. Parfois elle se demande si tout ceci n'est pas trop grand pour elle. Mais elle sait aussi que seule, elle n'y arrivera pas. Et peut-être qu'un jour elle verra le grand tableau...
Les cicatrices du passé, la sagesse du présent...

Londres. 30 octobre 1990. À un jour près et ça aurait été Halloween, et on aurait rigolé à chaque fois que les bougies étaient soufflées. On l'aurait appelée "ma petite sorcière". On aurait fait le tour des maisons en chantant "Trick or Treat" avec tous ses amis pour son anniversaire, et faisant les yeux doux dans le voisinage pour avoir plus de bonbons, juste parce qu'on est l'enfant de la journée, qu'on mérite bien ça. à un jour près. Mais l'histoire commence un jour plus tôt. Pas de petite sorcière. Pas de bonbons supplémentaires. Juste Prue Abigail Jones, née un jour trop tôt. Deux ans après son frère, Erec Skylar Jones.
Ses parents: Timothy Jones et sa mère, Elizabeth Jones née Bailey. Une petite famille d'humains tranquille, de classe moyenne, vivant dans une belle petite maison tous les quatre. L'histoire pourrait s'arrêter là. On pourrait dire qu'après la naissance de Prue, la petite famille Jones vécu heureux, qu'elle grandit en toute tranquillité et qu'elle eu beaucoup d'enfant en mourant vieille. Mais l'histoire ne s'arrête pas là et Prue n'a que 22 ans, mais même maintenant il semblerait que les plans de mourir a plus de nonante ans avec une tonne de petits enfants soient difficilement réalisables, si ce n'est impossible.

Mais commençons par le début. La petite Prue était une personne assez timide. Protégée par un grand-frère alors comme tous les garçons de son âge, c'est à dire tout à fait désintéressé par un bébé brailleur -d'autant plus que c'était une fille- mais qui ne supportait pas qu'on dise on fasse du mal à ce dernier, des parents aimant, une éducation normale mais bonne. Ce n'était pas une surdouée, ni une personne avec trop de retard. Elle commença ses classes comme tout le monde, apprit à écrire d'une main tremblante et apprit à lire.
Lire, une grande histoire d'amour. Dès qu'elle commença ses classes à Londres et apprit à lire, Prue se mit à dévorer livres sur livres. Petite fille réservée, lorsqu'on lui disait d'aller jouer dehors, c'était toujours un livre sous le bras, à lire. Non pas qu'elle soit asociale, elle avait des amis, comme on se fait toujours des amis si facilement quand on est encore si petit, mais pour elle, ce qu'elle trouvait dans les livres était bien plus passionnant, plus palpitant. Elle lisait les choses de son âge, mais à force de lire, elle lisait des choses plus difficiles aussi, lisant les quelques romans de son frère. Elle en demandait toujours plus, lisait encore et toujours, parfois au plus profond de la nuit une lampe torche dans la main.
Son père, professeur d'université en mathématiques aurait préféré voir en sa fille une fibre plus scientifique, comme son frère qui a cette époque, après avoir voulu être pompier s'était dit qu'il deviendrait médecin. Sa mère quant à elle, était parfaitement contente. Écrivaine, elle écrivait des contes pour enfants, et encourageait Prue à lire toujours plus, donnant même à sa petite fille ses manuscrits à lire, pour avoir son avis, mais surtout parce qu'elle adorait voir ses petits yeux filer sur le papier, avides de connaître la prochaine histoire de sa mère.

À cette époque, Erec et Prue ne partageaient pas grand chose en commun. Lui, ouvert, amical, exubérant et toujours joyeux, elle, plus discrète, au sourire timide mais à l'amitié loyale. Si différents, et pourtant, Erec venait toujours la voir lui demander comment était son livre, et elle lui répondait toujours, le visage illuminé, et rempli de fierté pour ce fabuleux grand-frère. Vu comme ça, c'était idyllique. Tout à fait idyllique. Jusqu'à ce jour de février de ses dix ans.
Sa mère était morte. Prue a changé. Son père s'est effondré. Erec a grandi.

Une rupture d'anévrisme. C'était soudain, fulgurant. On n'aurait rien pu faire. Elle est tombée et elle est morte. On a ouvert son crâne, essayé de réparer, mais son cœur s'était arrêté trop longtemps. Elizabeth était morte sur la table d'opération, laissant deux enfants de dix et douze ans derrière elle et un veuf. Rest In Peace. Mère et femme aimée et aimante.
À l'enterrement tout était noir -le cercueil, les habits, les cheveux du père, gris -le ciel, la pluie, leurs larmes- et brun -les cheveux des enfants, la boue. Le lendemain il y avait une bouteille de whisky, des cheveux teints et un garçon qui tirait son père par le bras pour qu'il aille se coucher.

La mort de sa mère et la dépression de son père changea Prue autant qu'il changea Erec, mais au moins ils se serraient tous les deux les coudes. Ils se devaient d'être responsables, de soutenir leur père, d'être forts. Parfois ils s'entendaient pleurer l'un ou l'autre durant les nuits qui suivirent, retenant leurs propres larmes pour ne pas empirer les choses. Et parfois il y avait les lamentations alcoolisées de leur père quand l'un ou l'autre le menaient vers son lit, pour qu'il dorme un peu.
Prue s'était teinte les cheveux, avait changé plus que tout. Extravertie, exubérante, plus sportive, plus ouverte. Elle maintenait son amour pour les livres, mais lisait moins, maintenant ses bonnes notes pour l'école, se tournant plus vers les branches scientifiques où elle était tout aussi brillante. On ne la nommait plus Prue, elle utilisait son deuxième prénom: tout le monde la surnommait Abby. Elle était devenir populaire, sportive, plus aimée. Elle tentait de faire face comme elle pouvait.
Tout ça, ça leur permit de se rapprocher avec Erec, avoir une relation qui devenait presque fusionnelle. Ils étaient là l'un pour l'autre, se comprenaient sans avoir besoin de se parler. Mais alors ils devaient s'occuper de leur père, devenaient les adultes dans la relation, devaient s'occuper de lui pour qu'il se relève, reprenne des cours à l'université, reprenne pied. Mais il ne pouvait pas, c'était trop dur, tout à Londres la lui rappelait.
Alors ils sont partis.

Dublin. Nouveau pays, nouvelle langue, nouveau milieu. Leur père avait trouvé un travail à la Dublin City University. C'était bien payé, c'était loin de tout ça. Mais Erec et Prue acceptèrent. Pour lui, parce qu'ils étaient responsables, parce que de toute façon les amis ça reste en contact. Mais en fait les amis ça ne reste pas en contact. Pas à cet âge. On en fait des nouveaux et voilà tout. Et on disait des petits Jones qu'ils avaient perdu leur mère trop tôt.

L'acclimatation aurait pu être difficile pour la petite Prue timide que les gens avaient appris à connaître à Londres, mais pour Abigail, cela fut plus que facile. Ouverte, facile à approcher et surtout allant facilement vers les autres, il a été facile pour Abby de s'entourer d'amis. Elle sortait tous les week-end pour aller faire du sport en groupes, des excursions, puis plus tard des fêtes en soirées.
Abby avait l'intégration facile, même si elle n'arriva jamais à faire grand chose de plus que de bredouiller quelques mots d'irlandais. Elle commençait à apprendre la langue trop tard, au bout d'un moment elle arrêta de prendre ce cours tout court, vu que de toute façon tout était en anglais. C'était parfois un sujet de rigolade avec ses amis, qu'ils lui parlent en irlandais et de la voir tirer une tête pas possible, parce qu'elle n'avait rien comprit. Mais Abby souriait toujours, rigolait toujours. Abby était heureuse.
Avec le temps, avec les études, avec l'adolescence, Abby ramenait des copains à la maison. Son père haussait les épaules, ayant de toute façon déjà du passer par là avec Erec et lui donna simplement quelques petits rappels quant aux règles du sexe. Non c'est non. Toujours le préservatif. Fais pas trop de bruit et amuse-toi bien. Erec, le grand Erec, le protecteur, lui, était plus sévère avec ceux qu'elle ramenait à la maison. "Ne fais pas de mal à ma sœur ou je te démonte" ou un truc du genre.

En soi, malgré la perte de leur mère, tout allait bien. Leur père était un peu distant, Abby avait peut-être les cheveux teints en blonds, Erec était plutôt l'homme de la maison, mais tout allait parfaitement bien. On fêtait tous les 20 février la mort d'Elizabeth. On permettait à papa de prendre un petit verre. En général on s'habillait en noir et on se fait des câlins. Et on fait toujours les fêtes d'anniversaire les trois ensemble. On est heureux, on est bien. On est uni.
Mais les choses changent et elles changent toujours trop tôt.

Erec voulait devenir médecin, il avait toujours eu envie de devenir médecin. Mais le voilà qu'il s'inscrit au Trinity College en littérature. Abby ne comprenait pas, elle ne savait pas ce qui se passait dans la tête de son frère. Lui ne répondait pas à ses questions, disant simplement qu'il avait eu un changement de coeur de dernière minute. Son grand-frère entrait à l'université, il se rapprocha de cette dernière et prit un appartement seul, loin de sa sœur et de son père, les laissant tous deux dans cette grande maison qui restait vide.
Quand on a eu pendant si longtemps une relation si fusionnelle, si bien si parfaite, un tel éloignement est douloureux. On ne comprend pas, on reste perplexe. Mais gentille Abby ne dit rien, elle allait juste rendre visite à son frère, comme si de rien n'était.
Ce qu'elle ne savait pas, c'est qu'Erec avait trouvé le journal de leur mère. Qu'il savait la vérité qu'aucun d'eux trois ne savait au départ. Elle était une Spectre de la Garde, qui en était partie à la naissance de son fils. Et dans les dernières pages de son journal elle espérait qu'aucun de ses enfants n'ait de son sang sorcier, que tous deux pourraient vivre en paix, loin de ce monde surnaturel. et surtout qu'elle avait peur de mourir en les laissant seul à cause de ce qu'elle avait fait pour la justice, et de ce qu'elle était.

Erec avait le journal. Erec avait la vérité. Et quelque part il espérait qu'en entraînant tout cela loin de sa petite sœur, il la protègerait. Que si le sang de sorcier coulait dans les veines de quelqu'un, c'était de lui et personne d'autre. Qu'elle serait à l’abri. Erec le protecteur, Erec le si gentil grand frère. Erec l'adulte.
Pendant près de deux ans ça ne changeait rien. Erec était loin, elle allait le voir fréquemment, et malgré cette distance entre eux, elle était contente. Elle avait des amis. Elle allait partir camper en ce beau début d'été de 2012, quelque jours en pleines montagnes irlandaises. S'aérer, faire un peu d'escalade, s'amuser. Et c'est là qu'Abby est morte. Un nœud mal fait par un ami. Une chute. Une crâne qui se fracasse plusieurs mètres plus bas sur la roche. Des os cassés. Un cri. Puis le noir. Et alors le plus grand changement vint.

Prue était inconsciente pendant tout ce temps et elle ne se rappelle de rien. Pas d'Erec et son père qui, rongés par la peur, faisaient les cent pas dans l'hôpital. Peur pour elle. Peur qu'elle les quitte comme sa mère il y a tant d'années. Ni même de la table d'opération ou des chirurgiens regardaient son cerveau, tentaient de sauver ce qui était à sauver, de la faire vivre, de remettre ses os en place. Ni de l'hélicoptère qui vint la chercher alors que ses amis, traumatisés de voir certaines de ses vertèbres si déformés, était en train de crier et pleurer.
Tout ce dont elle se souvint c'est de sa voix. Du changement. De sa mise en garde. De sa présentation maladroite.  De la place qu'il avait pris  dans ce pan de cerveau morte, pour la sauver. Abby était morte, vive Abby. Retour de Prue. Bienvenue John.

Les débuts de John étaient maladroits. Il en était à sa première possession, il lia leurs esprits de façon étrange, gardant cependant un peu de lui, tout entier, dans cette partie morte de son cerveau. Il lui montra alors des choses. Ses morts. Multiples. Prue pensait alors qu'il lui montrait que si elle continuait à être Abby. cette fille sportive et exubérante, elle pourrait mourir de cent façon, parfois plus ridicules les unes que les autres. John, en réalité, lui montrait juste qu'elle allait encore vivre, que certes elle pourrait mourir, mais il serait là pour empêcher ça, maintenant. C'était maladroit. Mal pensé. John l'avoue à présent. Mais Prue, suite à ça, avait peur.
Après l'opération et durant le court coma, John prit aussi le temps de se présenter, par le biais des visions, vu que le cerveau de Prue touchait la partie du cerveau qui abritait John. Qui il était. Ce qu'il avait fait. Il ne pouvait pas mettre de mot sur ce qu'ils étaient tous les deux, pourquoi il était en elle. Il l'était, tout simplement, et elle devrait vive avec. Lui et ses visions. Et il voulait faire le bien, il espérait que Prue tout autant que lui. Mais Prue avait peur, elle n'avait pas envie. elle redevenait la petite fille de dix ans, seule et sans mère qui pleurait la nuit. Elle allait faire face de la seule façon qu'elle connaissait: changer.

Au réveil, Erec. Son père était en cours, mais quand il vint la voir, presque aussi fou de joie. Ils n'avaient pas perdu l'autre femme de leur vie. Prue allait vivre. Prue allait entrer au Trinity College en philosophie et littérature comme elle l'avait voulu. Elle n'était pas paralysée, juste brisée à quelques endroits, mais les os ça se remet en place. elle avait tout l'été pour ça. Et elle pourrait aller en cours, avec peut-être quelques plâtres, mais les médecins disaient que ça allait. Et les Jones étaient fous de joie, tous. Et Prue aurait cru que ses amis aussi.
Mais aucun ne l'était.
Ils n'étaient pas venu. Pas un seul de ceux qui l'avaient vu tomber. Pas un seul de ses amis pourtant proche. Il n'y avait qu'Eden, un bouquet de fleur à la main et l'air gêné. Et en la voyant Prue avait pleuré alors qu'elle la réconfortait, empruntée. L'histoire, c'est que Prue et Eden ne se connaissaient alors que très peu, pas plus que des copines, qui trainaient avec des gens qui se connaissaient plus ou moins, qui discutaient de temps en temps. Elle l'avait rencontrée en début d'année, cette fille discrète, et comme à l'habitude d'Abby, elle l'avait tout de suite intégré à son cercle social, bien loin de savoir que l'esprit vengeur qu'elle était n'aimait pas les filles populaires dans son genre et lui voulait du mal. elle ne savait pas non plus que peu à peu elle avait changé d'avis sur Abby, cette fille si aimable, si gentille, pas peste pour un sous. Cette fille qui voulait se faire aimer. Et peut-être qu'Eden s'en voulait de ces pensées sombres quant à elle et que c'est bien pour cela qu'en apprenant son accident et son réveil, elle était venue ce jour-là avec un bouquet de fleur.
Depuis ce jour, Eden vint presque tous les jours à l'hôpital. Et un beau jour Prue lui dit de ne plus jamais l’appeler Abby, de l’appeler par le prénom qu'elle n'avait plus entendu que de la bouche de sa famille: Prue. Elle redeviendrait Prue, la discrète petite Prue. La petite fille qui pleurait la nuit sa mère. Et en acceptant, Eden devint quelque chose de plus, sa meilleure amie, sa plus proche amie, son pilier. Eden était précieuse et il ne fallait pas la perdre.

Alors pendant près d'un an, ayant commencé ses études à l'université et ayant emménagé avec son frère, toujours secret mais bien plus protecteur encore qu'avant, Prue se voilait la face. Elle fuyait de ses pouvoirs, de ce qu'elle était devenue. Elle ne voulait plus toucher les gens, les choses, évitait les lieux publics et trop remplis. Pas de transports publics, tout faire en marchant, éviter de se rapprocher trop d'autres gens. La jeune femme faisait tout pour éviter qu'on ne la remarque, cachée derrière sa frange de ses cheveux redevenus bruns, cachée derrière une pile de mensonge.
Cela aurait pu continuer longtemps. Jusqu'à la rencontre.

Ce n'était pas grand chose, juste un jeune homme énigmatique. Elle ne le savait pas, mais c'était un garçon de la Garde, ayant fraîchement intégré une équipe en tant que Détective. Il était un étudiant comme elle, en Sciences criminelles cependant, et ils avait vite comprit ce qu'elle était. Sa façon d'agir, sa manière de se cacher: il avait beau ne pas être Spectre il avait vite deviné. Et lorsqu'un meurtre a lieu dans la bibliothèque du Trinity College et que ce jeune homme part enquêter, Prue le suit, trop curieuse. Et lui la met en Garde: faire attention de où elle met les pieds. Parce qu'elle ne comprend pas grand chose, mais ils sont là. Et c'est tout ce qu'il lui dit.
Cela aurait ou s'arrêter là, mais ça ne s'arrête jamais là. Parce qu'elle avait été appelée par une amie d'Erec pour s'occuper de son fils, un lycéen un peu trop turbulent qu'il fallait aider, faire ses devoirs, lui enseigner quelque chose. elle accepta, mais elle vit aussi ce que le garçon allait faire: tuer quelqu'un, à une fête, avec sa copine. Prue ne savait alors pas qu'il était possédé, et aussi elle savait que la police ne la croirait pas. Alors elle fit la seule chose qu'elle voyait possible, ne sachant pas comment arrêter le lycéen par elle-même: elle chercha le numéro du jeune homme de la bibliothèque, l’appela anonymement avec le tuyau.
En empêchant le meurtre, l'étudiant était mort. Deux semaines plus tard, le lycéen aussi, abattu par la police alors qu'il s'était enfui, s'était dégoté un pistolet et avait commencé à tirer sur tout ce qui bouge. Un échec pour Prue. Un échec total qui ne font que renforcer son idée: elle n’est pas assez forte. Elle n'est pas la bonne personne. Elle ne doit pas utiliser ses pouvoirs et ses visions.

Prue assiste à leurs enterrements respectifs, toute habillée de noire, le regard vide, l'air fatiguée. Elle n'aura sauvé ni l'un ni l'autre. La presse s'est emparée de l'histoire, l'étudiant part en héros, le lycéen est vu comme un démon et la populace vient déranger l'enterrement: il n'a aucun droit à être enterré avec les honneurs. Il était un monstre. Prue sait mieux que ça: elle sait qu'elle aurait du en faire plus.
Et à l'enterrement du garçon de la bibliothèque, il y a quelqu'un qui la repère. Qui la remarque et la voit. Il avait entendu parler d'elle, l'étudiant était un de ses propres amis, et il lui avait parlé de cette jeune fille qui avait cru le contacter anonymement. David Gustavson sait qui est Prue et il décide de la surveiller. Mais elle ne le remarque pas, ne le voit même pas. Dans son chagrin elle oublie tout. Décembre 2013 se termine. L'année 2014 commence.
Et avec elle commence les problèmes.

Janvier, une sortie entre fille, aller voir un film à sa sortie au cinéma, rire toutes les deux un peu, être dans un petit bar un peu trop rempli au goût de Prue. Eden et Prue sont de sortie, mais à cause de Stregheria, leur soirée va se tourner en véritable cauchemar. Elles sont attaquées, ensemble et chacune d'entre elle croit que c'est de sa propre faute. Elles ignorent encore que toutes deux que l'autre est comme elle: possédée par un autre sans vraiment l'avoir choisi.
Elles sont sauvées par des sorciers et ne mettront probablement jamais de nom sur ce qui les a attaquées. Courant le long des rues de Dublin, elles se réveillent simplement dans un coin de rue, toutes les deux côte à côte, persuadées qu'elles allaient mourir.
Mais cette expérience, mourir presque encore une fois, lui ouvre les yeux: elle ne veut plus se cacher. Elle ne veut plus courir et avoir peur. elle ne veut surtout pas qu'Eden soit un jour encore en danger. Elle veut devenir plus forte, plus indépendante et surtout, protéger ceux qui lui sont proches. Mais alors, en ce début d'année, elle ne sait toujours pas comment le faire.
La solution viendra seulement en avril.

Un jour d'université comme les autres, mais pas vraiment. Il y avait un homme dans la salle de cours, qui la suivit à la cafeteria. Un cours de Kant qu'il n'aura pas suivi jusqu'au bout, sauvant une centaine de vies à la placer avec Danner Farag. Mais surtout, un jour d’initiation et de découverte.
Danner lui expliqua tout. Ce qu'elle était, ce qu'il existait en ce monde, effleurant simplement du doigt les organisations. Il aida Prue a arrêter un de ses exs, possédé par un esprit maléfique qui avait envie de tirer quelques coups de feu dans un auditoire. Ils l'arrêtèrent ensemble, tous les deux. Et Danner disparut avant l'arrivée de la police.

Il devint alors son mentor, mais surtout son ami. Lui donnant un simple numéro, elle pouvait le contacter quand bon lui semblait. Et c'est ce qu'elle faisait, à chaque doute, chaque question. Mais cette rencontre et surtout les réponses à ses questions amenèrent avec elle une certaine confiance en soi. Prue utilise à présent ses pouvoirs pour aider les autres, les sauver. Mais les sauver à tout prix.
Elle n'est pas prête à laisser des gens mourir. Plus que tout, elle empêche plusieurs fois son ex-petit ami de se suicider dans l'asile dans lequel il est enfermé. elle ne fait pas la différence entre ceux qu'il faudrait laisser parfois partir et ce qui est bien. Elle maintien en vie, comme un médecin trop acharné qui ne voudrait pas arrêter l'assistance respiratoire d'un patient mort depuis bien longtemps.
Mais elle use de ses visions, arrive à mieux les maîtriser, commence à redevenir une personne plus joyeuse, plus honnête avec elle-même et pleine de vie. Mais tout ça ne durera que quelques mois, qu'un été. Et elle vous dira qu'un autre drame est arrivé bien trop tôt.

La fièvre noire. Drame qui a perturbé tout Dublin. Chez Prue, cela se montrait par une perte totale de contrôle, sur ses pouvoirs tant que sur elle-même. Une nouvelle personnalité se créait, à cause de ses visions qui se chamboulaient, lui donnaient des trous noirs, la faisaient oublier. Aria Blue. Le seul mot qui restait après cette soirée fatidique. Prue était une autre perosnne et avait tué une perosnne au fond d'un ruelle. Un vampire qui l'aurait apparemment attaquée, lui aussi sous l'emprise de la fièvre. Mais sur l'instant elle ne savait pas. elle ne savait plus. Elle ne contrôlait plus rien.
Danner la sauva, allant la chercher après un appel désespéré, une supplication de la sortir de ce cauchemar. David qui la surveillait, Eden qui s'était fait appelée. Une soirée forte en émotions et en confidences.
Prue apprit qu'elle et son amie étaient pareilles, toutes deux possédées sans qu'elle n'aient rien demandées. Et Prue apprit ce qu'était David et qu'il la surveillait de très près. Et Danner, un chevalier en armure noire qui la sauvait de tout ça.
Sous la protection de David, elle passa les prochaines semaines, le temps que le vaccin soit trouvé et lui soit administré, loin de tout et tout le monde. Ne pas risquer de blesser plus e gens. Ne pas risquer de se mettre en danger. Ne pas être incontrôlable. Enfermée dans un appartement, avec comme seule visite ses trois alliés, et cette autre perosnnalité qui la faisait croire folle.

Une fois le vaccin trouvé, Prue devait s'éloigner de tout ça. Elle dit au revoir à son frère, qu'elle avait besoin de vacances. Laissa un numéro à Eden. Prue deux billets et demanda à Danner de l'aider. Partir loin. Partir le temps que tout ce calme. Le temps qu'elle retrouve ce qu'elle est censée faire. Un but. De la stabilité. Se prouver qu'elle n'était pas folle et pouvait s'en sortir... d'une manière ou d'une autre.
Prue avait besoin d'un voyage initiatique. Et l'Amérique du Nord, les USA fut le choix de Danner. Ils partirent ensemble, restèrent chez sa cousine Joyce un moment, le temps pour Prue de trouver quelque peu ses marques, retrouver un artéfact: la canne de John, pour tenter de faire le pont entre leurs deux mondes, s'assurer que tout ça est réel. Et là-bas, elle résout des affaires, discrètement d'abord, puis côte à cote avec la police de la région, quelques personnes de confiance. Mais c'est là que ça se gâte. La presse s'en mêle, on parle d'un médium, tout d'un coup elle est recherchée par la police. Danner suppose un coup des organisations. Alors ils s'enfuient, traversent illégalement pour le Mexique avec l'aide d'un certain Noam, y restent un moment avant que les affaires de cartel ne soit trop important pour tous deux et repartent en Amérique du Sud. Là-bas, elle remarque qu'elle est surveillée par une organisation, envoyée elle le sait par David. Elle ne sait pas encore ce que c'est, mais elle se méfie et se promet d'éclaircir les choses.
Ils y resteront tous deux, jusqu'à ce que le voyage initiatique soit terminé. Jusqu'à ce qu'ils aident assez de monde, résolvent assez de problèmes, sauvent assez de vie. Ils rentrent alors à la mi-août à Dublin.

Erec s'est fait un sang-d'encre mais se réjouit de la revoir, ne disant rien du fantôme qu'il voit depuis 2013 flotter au-dessus de son épaule, alors qu'il était encore un simple mirage après l'accident de Prue. Erec ne lui dit pas qu'il sait ce qu'ils sont tous les deux. qu'il sait ce qui se passe. Ne lui parle pas du journal de leur mère. Et Prue ne lui dit rien non plus. Chacun tente de protéger l'autre, sans savoir que c'est trop tard.
Elle essaie aussi de contacter Eden, qu'elle a apprit, est en fuite, se cache. Alors elles s'inventent un code, et Prue tente de la protéger, mais voit qu'elle y arrive seule, aidée d'un artéfact. Elles s'inventent alors une façon de se contacter, discrètement, pour pouvoir se voir malgré tout. Elles savent toutes deux que ceux qui la cherchent pourraient la retrouver facilement si elles se donnaient rendez-vous "en clair" par biais d'SMS.
Mais surtout, elle va voir David dans son bureau, le confronte. Elle veut des réponses: elle sait qu'il est Arthur Pendragon, mais elle veut savoir comment il la surveille et pourquoi. Quel est son but. Pour qui il travaille.

Il lui expliquera tout. La Garde. Les organisations. La justice, la morale, le bien. Il lui peint un tableau parfait, bien que Prue sait pertinemment que tout n'est pas tout blanc, mais pas aussi noir que ce que Danner voudrait lui faire croire. Malgré tout, elle sait que la Garde est là pour elle. Que son but est le même que beaucoup de cette organisation. Que seule elle n'y arrivera jamais. Que c'est ce que John veut. Ce qu'elle veut.
Alors elle le dit à l'ange de l'organisation: elle veut intégrer la Garde. en faire partie. Être formée et envoyée sur le terrain. David accepte, et étant dans le conseil, lui ouvre les portes de l'organisation. La mène au camp. La mène à sa nouvelle vie.

Pour l'instant, l'histoire s'arrête là. Le reste est le présent. Prue commence son entraînement, son apprentissage, dans un climat qui n'est cependant pas optimal. En effet, elle sait qu'étant à présent dans une organisation, les menaces récemment proférées pourraient lui nuire. Elle est une petite nouvelle, une cible facile. Mais surtout, elle croit savoir qui est derrière tout ça. Et Prue est déchirée entre vendre la mèche ou rester loyale à celui qu'elle considère comme son ami...
Les infos des Illuminatis sur moi...

NyoTheNeko, administratrice du forum, 21 ans toute mes dents, blah blah. Non plus sérieusement, je vous aime mes petits chéris.  Toi je t'aime
Sinon la photo c'est bien moi. si si.
Indépendant
avatar



   
Enter Sandman
Hush little baby, don't say a word and never mind that noise you heard. ©️ Candy Apple
Messages : 356
Date d'inscription : 14/02/2015
Mon personnage :
Race : Possession fusionnelle de Rôxánê, dite "Le Marchand de sable"
Groupe sociétal ou indépendant : Avant ou après ma fuite? Etre une fugitive fait-il de moi une indépendante?
Date de Naissance : 16/12/1988
Âge actuel : 27 ans
Situation amoureuse : Célibataire. Ce qui en soit n'est pas plus mal quand on est constamment sur le départ.
Emploi dans le monde des humains : Serveuse, bibliothécaire...Je suis ce que vous voulez que je sois.
Informations : Originaire du pays de Galles, Eden a coupé les ponts avec sa famille après une adolescence houleuse. Elle s'était installée à Londres avant que l'arrivée du Marchand de Sable ne vienne perturber sa vie. Elle est à présent une ancienne membre du Conclave en fuite et tente de se tenir aussi éloignée que possible des organisations.

Message par Eden Fehrenbach le Mer 7 Oct - 19:36

Revenir en haut

Bravo Prue!



Tu es validé! Mais avant qu'on ne te laisse aller gambader dans les rues de Dublin et te faire déchiqueter, lis encore ces quelques lignes qui t'aideront à trouver quoi faire.

Les trucs obligatoires


Maintenant que tu es validé, on te rappelle qu'on te demande de te connecter au moins une fois par mois et de poster au minimum une fois tous les deux mois dans la section RP. Bien sûr, on préférerait que tu en fasses un peu plus, mais au moins tu connais le stricte minimum. ;)
Si tu as le moindre problème pour pouvoir remplir ce minimum, par exemple à cause de soucis de connexion, d'ordinateur ou pour tout autre raison de départ, n'hésite pas à nous prévenir dans les absences pour qu'on soit au courant et qu'on ne supprime pas ton compte.

Les deux autres choses obligatoires à faire, surtout si dans quelques temps tu veux te créer un autre compte, c'est de créer ton carnet de relations pour recenser tous les liens de ton personnage, ainsi que de créer ta chronologie des RP dans ta fiche de voyage.
Une fois ceci fait, tu as rempli toutes tes obligations, et on peut passer à la partie plus fun!  

Les autres trucs cools


Bon maintenant que tu as créé ton personnage et que tu lui as créé des liens, peut-être que tu as une idée de personnage qui serait directement lié au tien? Alors dans ce cas tu peux créer un scénarii pour qu'un futur membre puisse le prendre. Et si tu ne veux pas créer tout un personnage rien que pour ce lien, tu peux aussi le proposer à la foire aux liens pour donner plus de libertés au nouveau membre pour créer son personnage.

Ce n'est pas obligatoire, mais tu peux également ouvrir ta voûte pour y recenser tous les objets que tu pourrais acquérir tout au long de tes périples. De même, si tu ne sais pas trop quoi RP, n'hésite pas à jeter un œil aux missions ou si tu ne sais pas avec qui RP à te lancer dans un RP mystère.
Pense également à créer un téléphone avec une boîte mail, pour que ton personnage puisse recevoir des messages d'autres personnages. C'est utile pour commencer un RP. De plus, si tu as envie de créer une vie sur Internet à ton personnage, comme via un facebook, twitter ou autre réseau social, n'hésite pas à faire un tour du côté des sites.

Si maintenant tu as une idée de lieux à créer ou de groupe sociétal ou indépendant à ajouter à notre univers, n'hésite pas à poster dans la demande de création de lieu & groupe. Cela permettra à l'univers de TGG de s'agrandir et s'étoffer avec ton aide! Et si tu as la moindre demande ou question ou suggestion à nous faire part, n'hésite pas à aller dans les zones liées plus tôt!

Enfin, si tu as envie de te détendre en dehors du RP avec nous, n'hésite pas à aller dans le flood ou les jeux. Et si pour te détendre il te faut un peu plus de RP, ou alors que tu veux mettre en scène ton personnage dans d'autres circonstances, n'hésite pas à faire un tour aux Lignes Croisées.

Et voilà, on a fait le tour! Cela fait probablement dix lignes que tu as décroché: mais on ne t'en veux pas! Joue bien et amuse-toi bien parmi nous!  

La date/heure actuelle est Ven 20 Oct - 10:47